Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Munich apr├Ęs la Shoah (8 novembre 2007)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Munich après la Shoah.

J’ai vu, hier, la seconde partie de l’émission « Etre juif en France ». Non, la France, comme la Belgique, ne sont pas des pays antisémites. Non, les pouvoirs publics ne sont pas judéophobes. Non le gouvernement n’est pas un gouvernement anti-juif. Mais, car il y a un mais, la communauté juive n’est pas à l’aise. Elle n’est pas à l’aise car elle pense, souvent à juste titre, ne pas bénéficier de la protection de l’état. Les attaques antisémites, les atteintes aux biens et aux personnes sont mollement sanctionnées – lorsqu’elles le sont.

Les dérives antisémites – parfois de personnages publics comme de Gaulle, Raymond Barre, les attitudes pour le moins ambiguës de Valérie Giscard d’Estaing, de François Mitterrand (son passe vichyste, son indéfectible amitié avec Raymond Bousquet), les postions franchement hostiles à Israël, l’amalgame Juif = Israélien ont eu pour conséquence de marginaliser les Juifs et d’encourager, ne fut-ce que par cette attitude, l’importation du conflit du Moyen-Orient.

Un politicard belge, Bart de Wever, président de la N-VA, « Nieuw-Vlaamse Alliantie » (Alliance Néo-Flamande - N-VA) un nouveau parti politique, fondé en automne 2001, a réagi vigoureusement aux excuses présentées par le bourgmestre (le maire) d’Anvers au sujet de la rafle des Juifs où les autorités communales, et la police de la ville, ont devancé les Allemands et aidé à la déportation de la communauté juive de la Jérusalem du Nord qualifiant ces excuses de « gratuites » et comparant l’Holocauste à la situation en Palestine !

Bien entendu, ses propos ont été condamnés par la classe politique belge (à l’exception du Vlaams Belang, le parti d’extrême droite).
Notons que le formateur (futur Premier Ministre), Yves Leterme (vous savez, celui qui confond la Marseillaise avec la Brabançonne, interrogé par les médias a refusé de prendre position à ce sujet

Ce politicard a tenu à rencontrer des représentants de la communauté juive afin de s’expliquer. Après moult poignées de main, photographes présents, bien entendu, pour le dédouaner, ce politicard a promis aux représentants de cette communauté de publier un article le lendemain afin de présenter des excuses. Elles ne sont jamais venues mais l’organisation ombrelle de la communauté juive d’Anvers s’est fendue d’un communique dans lequel on pouvaut cette phrase scandaleuse : « Comme M.De Wever, le Forul des Joodse Organsaties n'ignore pas que des mobiles autres que l'antisémitisme, aient pu jouer un rôle dans l'attitude de nombre de citoyens de la ville comme celle des autorités communales anversoises. »

Il est à l’honneur de la communauté juive d’Anvers que le B’nai Br’rith d’Anvers, épaulé par celui de Bruxelles, ait condamné cette poignée de main qui nous rappelle Munich. Mais la poignée de mains de Chamberlain et de Daladier avec Hitler avec Hitler, c’était avant la Shoah… Ici, nous savons.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -