Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Pas mal, Saeb Erekat (22 novembre 2007)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Pas mal, Saeb Erekat (22 novembre 2007)

La conférence d’Annapolis débutera mardi prochain. Le président Bush a envoyé, aujourd’hui, semble-t-il les invitations.
Viendra ? Viendra pas ? Le suspens est total.
Nul ne sait, à l’heure où j’écris ces lignes, si l’Arabie saoudite et la Syrie assisteront à cette conférence ou à cette réunion telle que cela semble se profiler.

Les enchères, du côté palestinien montent. Israël, dans un geste de bonne volonté, a libéré plus de quatre cents prisonniers. Réponse palestinienne : pas assez. Il faut plus, encore plus.

Le négociateur en chef palestinien, Saeb Erekat, déclare qu’il n’y aura pas de négociations possibles avec Israël et les Palestiniens n’accepteraient aucun accord avec Israël tant que celui-ci se définirait comme un Etat juif.. Saeb Erekat, négociateur en chef de l’autorité palestinienne dont la religion officielle, la religion d’état est l’islam, déclare que « la religion et la politique doivent être séparées » .Qui plus est, comme le démontre Michel Gurfinkiel dans un texte du 22 novembre, Ereklat agit avec le mandant de la Ligue arage qui compte 21 états islamiques sur 22 (le 22e n’est plus qu’un embryon d’état, le Liban).
Pas mal, pour un musulman…

Entre-temps, le malade de Téhéran claironne : nous avons 3.000 centrifugeuses.

Où est le temps où Israël était une puissance forte et respectée… Où l’Amérique l’était ? Où est le temps des Ben Gourion, des Dayan, des Rabin, des Begin et des Sharon… Le temps où nul ne pouvait, impunément, se frotter ou menacer Israël.

A l’occasion du trentième anniversaire de la visite de Sadate à Jérusalem, l’Egyptien Moubarak, interrogé sur les raisons de son refus de se rendre à Jérusalem ; a dit « faites un accord avec les Palestiniens et je viendrais ».
Comment peut-il dire cela !
J’ai encore en mémoire le film de l’assassinat de Sadate. On voit Moubarak, plonger par terre et se terrer – à juste titre d’ailleurs puis se relever indemne et sans blessure et, un peu plus tard, montrer un bras bandé affirmant avoir été touché par les balles..

En ce qui concerne le Liban, détruit par les Palestiniens et les Syriens, toujours sans président, signalons la déclaration de Bernard Kouchner, reprise par Libannews, sur les Chrétiens au Moyen-Orient.

Il dit notamment :

« De tous les drames qui secouent le Moyen-Orient en effet, je constate que le drame des chrétiens d'Orient n'est pas le mieux perçu. Ils sont a la fois victimes de l'ostracisme qui frappent les minorités en général, et de l'illégitimité qui entoure les majorités à l'échelle du monde. Les chrétiens d'Orient en sont doublement victimes. »
Et ajoute
« … lorsqu'il n'y a pas d'images, il y a peu de langage. Peu de gens s'intéressent à eux. »
« …Avant-hier en Arménie, aujourd'hui au Liban - et je m'étendrai un peu sur ce sujet si vous le souhaitez -, ils sont souvent victimes de violences ouvertes qui les visent en tant que chrétiens ; des violences dont la répétition ravive de vieilles blessures et mutile profondément les esprits. Aussi, s'enfuient-ils en masse hors de leur foyer pour tenter de gagner l'Europe, l'Amérique ou l'Australie…
»

Nous l’avons dit, redit et répété : le Moyen-Orient, dans une indifférence totale et générale, (à l’exception, grâce à D. d’Israël, déjudaïsé se déchristianise. Pour ne prendre que le cas de l’Irak où, il n’y a guère longtemps, on recensait encore un million cent mille Chaldéens, il n’en reste, aujourd’hui, que moins de quatre cent mille.

Kouchner conclut «chaque fois que la religion a prévalu sur l'ethnie, comme sous les Ottomans, les arabes chrétiens ont vécu des temps difficiles. C'est le cas aujourd'hui avec la montée de l'islamisme. »

A la semaine prochaine.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -