Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Soixante ans apr├Ęs (29 novembre 2007)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Soixante ans après

Alors que la conférence d’Annapolis s’est achevée, déjà des voix se font entendre dans la camp palestinien. Le délégué de l'Autorité palestinienne, Sael Ererkat et le porte parole d’Abbas ont déjà fait savoir, dès aujourd’hui, que ce qui a été décidé a Annapolis ne les engage pas car Bush ne peut pas parler en leur nom (moi, naïf, qui pensait que la déclaration était commune !) et que les Palestiniens ne reconnaissent pas à Israël la nature et la qualité d’un état juif.

Et ces propos, tenus ce 29 novembre 2007, au soixantième anniversaire, jour pour jour, du vote historique de l’ONU sur le partage de la Palestine en deux états, un état juif et un arabe sont une preuve, si besoin en était, que les Arabes ne sont pas prêts d’accepter un état juif.

Le Vatican, par la voix du Cardinal Renato Martino, a déclaré mardi 27 novembre : « les réfugiés palestiniens, comme tous les réfugiés, ont droit au droit au retour dans leur patrie ». Est-ce la position officielle du Vatican ? Je le crains car l’Eglise a accepté avec beaucoup de difficultés Israël. N’oublions que le nonce apostolique en poste à Jérusalem a déclaré – démenti du bout des lèvres tant par le Saint Siège que par le gouvernement israélien, que les relations entre Israël et le Vatican étaient meilleures du temps où il n’y avait pas de relations diplomatiques.

Le retour des réfugiés palestiniens dans leur « patrie » signifierait, ipso facto, la fin d’Israël comme état juif. Le cardinal Martino a-t-il pensé, une seule minute,aux innombrables réfugiés chrétiens des pays arabes ? Oublie-t-il que Bethléem, jadis chrétienne à 95% l’est aujourd’hui à 5 % ? Que l’Irak qui comptait, il y a quelques années à peine, un million cent mille Chrétiens n’en a plus que moins de quatre cent mille et que ce chiffre baisse continuellement ?
Que des Chrétiens se font massacrer dans la bande de Gaza mais que nul n’en parle ?

Israël, rétabli dans ses droits nationaux, est la preuve, inacceptable pour certains Chrétiens et Musulmans, que leur enseignement du peuple condamné à errer est faux et archi-faux.

Il y a soixante ans, l’Onu décidait le partage de la Palestine en deux états. Le monde arabe et l’Eglise, alors, l’avaient refuse. Aujourd’hui, soixante ans après, l’acceptent-ils ?

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -