Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Une fleur a été fauchée, (21 février 2008)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Une fleur a été fauchée…

Vendredi 15, la terrible nouvelle tombe : Karine Toledo, cette jeune et brillante avocate, conseillère communale d’Ixelles, un quartier de Bruxelles, est décédée dans un accident de la circulation durant la nuit.

Je ne peux y croire. La petite Karine que je connaissais depuis près de vingt ans, n’est plus. Son image danse encore et toujours devant les yeux…

Une fleur a été fauchée…

Une fleur dans toute sa splendeur, à peine éclose…

Ce qui frappait d’abord chez elle c’était son sourire, le soleil en plein coeur de l’hiver. Elle irradiait la gentillesse. D’elle se dégageait une beauté intérieure. C’était un être sain, propre. Son ambition : servir son prochain. C’est ce qui l’amena en politique. Elle mit son énergie au service de sa commune, de ses concitoyens. Une grande et belle carrière civique s’ouvrait devant elle. Elle n’eut pas le temps de mener à bien ses derniers engagements…

Née à Istanbul, elle était arrivée encore bébé à Bruxelles. Elle baignait dans cette double culture sépharade et belge. Son héritage judéo-espagnol, elle le revendiquait haut et fort car il lui avait appris le respect de l’autre, son acceptation, l’humilité et le plaisir de servir son prochain. Ce désir d’être au service et à l’écoute de l’autre lui avait fait embrasser une carrière politique qui s’annonçait prometteuse. Animée des idéaux les plus nobles, elle su faire partager son enthousiasme puisqu’elle fut élue au conseil communal d’Ixelles, au premier tour où elle faisait tout pour mettre ses talents et ses idéaux au service de ses concitoyens..

Avocate au barreau de Bruxelles, elle était aimée de ses collègues et appréciée de ses clients. Elle alliait la beauté à l’intelligence, la simplicité à l’affabilité, le charme à l’efficacité, la serviabilité à la rigueur.

Une fleur a été fauchée…

Elle avait la vie devant elle, une vie qui s’annonçait pleine de promesses qui ne seront pas tenues.

Je veux voir, dans sa fin, la symbolique de sa vie. Respect et acceptation de l’autre dans toute sa différence puisque les amies qui l’accompagnaient, cette tragique nuit, étaient deux avocates : une musulmane qui l’a accompagnée dans son ultime voyage et une chrétienne orthodoxe, gravement blessée.

Nous étions nombreux, très nombreux, à faire le dernier bout de chemin avec elle, ce mardi. Jamais je n’ai vu autant de monde. Plusieurs centaines de personnes bravèrent les frimas pour dire, une dernière fois, à cette petite fleur fauchée, qu’ils l’aimaient et qu’ils partageaient le deuil de ses parents, Gisèle et Erol, de son frère Marc et de toute sa famille à qui nous présentons nos condoléances les plus émues.
Nous tous qui avons connu Karine sommes en deuil avec eux.

Que veut signifier Baudelaire lorsqu’il dit :

C’est la mort qui console, hélas, et qui fait vivre
C’est le but de la vie et c’est le seul espoir
Qui, comme un élixir nous monte et nous enivre
Et nous donne le cœur de marcher jusqu’au soir.

Si ce n’est que l’espoir de rejoindre, un jour, ceux qui ne sont plus…

Au revoir Karine, tu nous manques à tous.

Une fleur a été fauchée…

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -