Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Une haine stérile (24 mai 2008)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Une haine stérile.

Une campagne haineuse, orchestrée par les Palestiniens, Hamas, Fatah et consorts, a lieu actuellement à l’occasion du soixantième anniversaire de l’Etat d’Israël. Les médias s’en font l’écho, tirent à boulets rouges sur Israël et larmoient sur le drame de ces « pauvres Palestiniens chassés de leurs foyers et contraints à l’exil ». Et en avant les pleurs..

Les médias se gardent bien de donner les raisons de l’exil de ces Palestiniens. Ils se gardent bien de tracer l’historique de ce drame. Ils se gardent bien de dénoncer le refus arabe d’accepter deux états : un juif et l’autre arabe. Ils se gardent bien d’écrire que, pour les responsables de cette « naqba », cette catastrophe ce sont les seuls dirigeants arabes qui ont demandé, n’en déplaise à cette fumeuse union des progressistes juifs dont la vision manichéenne est grotesque : les bons sont les Arabes, les méchants sont les Israéliens ! dirigeants arabes qui ont demandé donc aux Arabes de Palestine de quitter la région pour permettre à leurs armées de faire un bain de sang et de bouter les rescapés juifs à la mer. Je parle d’Arabes de Palestine et non de Palestiniens car personne, alors, ne parlait de peuple palestinien, mot forgé en 1967, seulement.
Le soixantième anniversaire de l’Etat d’Israël est l’occasion de dresser deux, non trois bilans : un bilan de l’accomplissement juif. En, 60 ans, un état crée à partir de rien, s’est hissé par son seul travail et en dépit des multiples guerres qui lui ont été imposées, la première le lendemain de sa création, dans le peloton de tête des nations les plus modernes.
Le bilan des pays arabes, en constante régression depuis soixante ans, depuis qu’ils se gouvernent tout seuls. Quelques pays riches – et oisifs – et la grande majorité de pauvres. N’a-t-on pas vu, il y aune semaine, des gens morts étouffés, au Caire, parce qu’ils essayaient d’acheter du pain ! Du pain, une denrée devenue rare, devenue chère. Mourir pour acheter du pain après avoir fait la queue des heures durant. Au Caire, en mai 2008 !
Le troisième bilan ce sont les Palestiniens, confinés, par leurs « frères » arabes dans des camps. Vrais et faux réfugiés. En majorité faux d’ailleurs. Le 20 juillet 1955 M. Henry Labouisse, directeur de I'U.N.R.W.A. déclara d'ailleurs, dans une conférence de presse, à Jérusalem : « Il y a des réfugiés qui détiennent à eux seuls cinq cents cartes d'alimentation » Le chiffre de cinq cent mille faux réfugiés était alors avancé.
Les organisations tiers-mondistes, gauchisantes mais gauche caviar, appellent au boycott d’Israël. Savent-ils ce que le boycott signifie ? Voici une explication dans la logique arabe :

Mai 1955
Boutros Boutros Ghali, dans un article intitulé “La Ligue arabe” (International Conciliation N° 498, p. 413)
“Durant les années qui ont suivi l’établissement de l’Etat d’Israël, la Ligue a concentré ses efforts…sur un boycottage intensif visant à atteindre les objectifs que la campagne militaire n’avait pu réaliser”.

Août 1956
Abdel Karim Aydid, Directeur de l’Office central de boycottage de la Ligue arabe à Damas “C’est une arme aussi essentielle que meurtrière pour la liquidation du cancer qui ronge la Palestine”.
Et
Le 17 05 1957
La meme personne, cité par Business International, lors d’une Conférence des représentants des offices régionaux tenue à Damas :
“La poursuite du boycottage mènera à l’éradication d’Israël, et il pèse d’ores et déjà d’un lourd effet sur sa vie économique, industrielle et politique”.

Le 30 08 1959
Al-Boulice, Bulletin périodique official de la Police égyptienne
“Comment rejeter Israël à la mer? Israël ne peut être annihilé par l’exercice de la force et, partant, doit subir une destruction économique”.

Je me prends à rêver : si, au lieu des déclarations telles que celle du 23 03 1969 dansLa Voix des Arabes, Radio Le Caire : “Dans cette région arabe, arabes et sionistes ne sauraient vivre ensemble”, les états arabes avaient accepté un état juif où en serait le Moyen-Orient, aujourd’hui !

Ce serait une région prospère et pacifique où nul ne mourrait écrasé pour avoir voulu acheter du pain !

Permettez-moi, pour clore le bec aux détracteurs progressistes juifs (progressistes avez-vous dit !, juifs, avez-vous dit !), voici des incitations arabes à quitter la Palestine. Et, dans un autre registre, les déclarations plus que mortifères des dirigeants arabes.

Le 14 mars 1948 Le Premier Ministre de l’Irak déclara :
« Nous écraserons le pays avec nos fusils et nous détruirons tout endroit où les juifs chercheront refuge. Les Arabes devront emmener leurs enfants et leurs femmes pendant le danger ; après quoi tout le pays sera à eux ».

Le 17 mars 1948
Le recteur d’El Ahzar, dans un discours au Caire :
« Nous jetterons à la mer les bandes sionistes criminelles et il ne restera plus ainsi un seul juif en Palestine. Pour que nos armées victorieuses puissent accomplir ce travail, les Arabes doivent quitter provisoirement leurs foyers ».

Le 19 02 1949
Le journal jordanien « Falastin » a déclaré :
« Les Etats arabes ont encouragé les Arabes de Palestine à quitter temporairement leurs foyers, afin de se trouver en dehors de la route des armées d’invasion arabes ».

Le 06 09 1954
Le journal jordanien « A Difas » cita un des réfugiés
« Les gouvernements arabes nous ont dit : ‘Sortez afin que nous puissions entrer. Nous, nous sommes sortis, mais eux ne sont pas entrés’ ».

EN réckamant le retour des réfugiés, les Arabes savent ce qu'ils font. déja le 11 10 1949 Mohamed Salah ad-Dine, Ministre égyptien des Affaires Etrangères, cité dans le quotidien du Caire “Al-Misri”.
“En exigeant le retour des réfugiés en Palestine, les Etats arabes entendent par là que c’est en maîtres que ceux-ci reviendront en leur patrie, non en esclaves. Pour parler plus explicitement, leur intention est d’annihiler l’Etat d’Israël.”

voici des déclarations mortifères. Elles sont toujours d'actualité, hélas, aussi bien par les "modérés" (y en-t-il ?) que par les extrémistes (et ils sont légion) :

Le 24 11 1947 (avant le vote sur le partage de l’ONU)
Dr. Mohamed Hussein Heykal de la délégation égyptienne à l’Assemblée Générale de l’ONU, 2ème session, Comité Ad hoc.
“Si l’Organisation des Nations Unies décidait de partager la Palestine, elle pourrait être responsable de troubles très graves et du massacre d’un grand nombre de juifs…”

le 24 11 1947
Hadj Amine al-Husseini, (le criminel de guerre, l’allié de Hitler, le parent, grand-père je crois, de Leila Chahid), Président du Comité suprême arabe, Assemblée Générale de l’ONU, 2ème session, Comité Ad hoc.
“ En imposant le partage, les Nations Unies vont virtuellement précipiter la Palestine dans un bain de sang”.

Le 15 05 1948
Azzam Pacha, Secrétaire Général de la Ligue Arabe, Conférence de presse au Caire, retransmis par la BBC de Londres le meme jour.
“Ce sera une guerre d’extermination et un massacre en masse, dont on parlera par la suite comme des hécatombes des Mongols et des Croisades ».

Le 11 04 1954
Mohamed Salah ad-Dine, Ministre égyptien des Affaires Etrangères, cité dans le quotidien du Caire “Al-Misri”.
“Les peuples arabes ne craignent pas de révéler qu’ils ne se satisferont de rien moins que de l’effacement total d’Israël de la carte du Moyen-Orient.”

Le 08 05 1954
Le Président Nasser, cite dans une interview au quotidien grec “Kathimeris”, publié ce jour. “Israël est un Etat artificiel qui doit disparaître.”

Le 31 08 1955
Communiqué official du gouvernement égyptien
“L’Egypte a décidé d’envoyer ses héros, les dignes descendants des Pharaons et les fils de l’Islam, pour purifier la terre de Palestine. Il n’y aura pas de paix aux frontières d’Israël, parce que nous exigeons vengeance et cette vengeance, c’est la mort d’Israël”.

Le 18 12 1955
Le Président Nasser, dans un discours public au Caire.
“L’Egypte sera satisfaite lorsque son armée et celle de la Syrie se donneront la main sur les ruines de ce peuple perfide, les bandes sionistes.”

Le 26 07 1959
Le Président Nasser à Alexandrie dans un discours public
“J’annonce maintenant ici, au nom du peuple de la RAU, que nous sommes dans l’attente du combat final qui amènera la défaite d’Israël. Avec ce combat, le rêve des Arabes de l’extermination d’Israël deviendra une réalité”.

Le 07 03 1960
Abdel Kérim Kassem, Premier Ministre de l’Iraq, dans une interview au quotidien de Damas “Ath-Thawra”, retransmis par Radio Bagdad le même jour.
“Nous avons fait deux pas en avant et le troisième est prêt à suivre. Puis le quatrième sera la destruction de ce que l’on appelle Israël ”.

Le 10 03 1960
Radio Damas
“Les Arabes sont fermes dans leur détermination d’extirper Israël de leur région, à quelque prix que ce fut.”

Le 06 10 1960
Hassem Jawad, Ambassadeur de l’Iraq à l’ONU, à l’Assemblée Générale de l’ONU (doc. A/PV.890)
“Israël…n’a aucun droit de continuer à exister sur les territoires de l’Orient arabe”.

Le 30 10 1964
Salah Djedid, Chef d’Etat-Major syrien, cite par Radio Damas. “Notre armée ne se contentera de rien moins que de l’effacement d’Israël de la carte”.

Le 02 11 1964
Le Président de l’Iraq, Abdel Salem Aref, Radio Bagdad
“Nous devons mettre fin à l’existence d’Israël, avec l’aide de Dieu et le soutien de toutes les nations qui croient en la justice”.

Le 25 05 1965 Communiqué conjoint publié au Caire à l’issue de la Conférence tenue par le Président Nasser et le Président iraquien, Aref. Radio Le Caire.v “La direction politique a souligné son adhésion à la décision prise à la Conférence au Sommet au sujet du plan conjoint arabe pour la libération de la Palestine, et selon laquelle l’objectif arabe est l’éradication d’Israël”.

Le 22 05 1966
Le Président syrien, Al-Atassi, s’adressant à des militaires “Nous voulons une guerre totale et sans merci, une guerre qui provoquera la destruction de la base sioniste”.

Le 18 05 1967
Ahmed Shoukeiry, Chef de l’Organisation pour la Libération de la Palestine, discours public à Khan Younès.
“Nous envoyons les fedayin, groupes après groupes, pour qu’ils annihilent le gang israélien”.

Le 26 05 1967
Le Président Nasser, discours prononcé devant les syndicats ouvriers, Radio Le Caire. “J’ai toujours su que nous serions en situation d’exiger le retrait des forces des Nations Unies dès que nous aurions pu achever nos préparatifs de combat. C’est exactement ce qui est arrivé. Maintenant, la guerre sera générale, notre objectif étant la destruction d’Israël”.

Le 28 05 1967
Le Président Nasser, à une Conférence de presse au Caire
“L’existence même d’Israël est une agression”.

Le 30 05 1967
Radio Le Caire
“Après la fermeture du Golfe d’Aqaba, deux possibilités se présentent maintenant à Israël : soit se laisser étouffer par strangulation par le blocus économique et militaire qu’imposent les Arabes, soit périr sous le feu des forces arabes qui l’enveloppent au nord, au sud et à l’est”.

Le 26 06 1967
Le Roi Hussein de Jordanie, à la télévision de la BBC de Londres
“L’existence d’Israël n’a guère de sens, ni sur le plan géographique, ni sur le plan économique… Le combat qui a débuté le 5 juin ne doit donc être vu que comme l’une des batailles de ce qui sera une longue guerre”.

Le 01 09 1967
Décision arrêtée à la Conférence du Sommet arabe tenue à Khartoum.
”Pas de paix avec Israël, pas de reconnaissance d’Israël, pas de négociations avec Israël”.

Le 17 03 1968
La Voix des Arabes, Radio Le Caire
“Le vrai problème palestinien est l’existence meme d’Israël en Palestine. Aussi longtemps qu’une présence sioniste persistera fut-ce dans la plus infime parcelle du territoire, cela sera à nos yeux une continuation de l’occupation. L’important est de liquider totalement l’occupation israélienne, et il n’est pas de différence entre les territoires nouvellement occupés et ceux qui l’ont été dans le passé”.

Le 21 mars 1968
Le représentant algérien devant le Conseil de Sécurité, doc. S/PV 1402 “La seule présence d’Israël au cœur du monde arabe est déjà, par elle-même, une agression”.

Le 21 04 1968
Le Président syrien, al-Atassi, Radio Damas
“Le sionisme ne parviendra à persuader personne que des négociations de paix pourraient servir d’instrument pour conduire vers la solution du problème palestinien”.

Le 04 06 1968
Le Président Nasser, Radio Le Caire
“La nation arabe a décidé de s’engager sur le sentier de la guerre… Nous manœuvrerons d’abord pour contenir Israël, puis pour l’annihiler”.

Le 04 06 1968
Hawari Boumedienne, Président algérien, Radio Alger
”L’indépendance véritable de la patrie toute entière doit être gagnée par la liquidation de l’Etat sioniste”.

Le 06 07 1968
Al-Anwar, quotidien libanais “Les groupements terroristes ne se contenteront pas de l’évacuation des territoires, mais exigeront la fin de l’occupation de 1948”.

Le 23 07 1968
Le Président Nasser, au Congrès de l’Union socialiste arabe, Le Caire
“Pas de reconnaissance d’Israël, pas de négociations avec Israël, pas de paix avec Israël… Nous visons à la destruction de l’Etat d’Israël”.

Le 01 12 1968
Le Président syrien Nour ad-Dine Al-Atassi à Damas, discours public.
“Le moyen unique de mettre fin à la crise du Moyen Orient est la lutte par les armes et le soutien donné à l’action des commandos… Ce que les nations arabes veulent, ce n’est pas reprendre les territoires perdus par la guerre de juin, mais frapper au cœur de la base impérialiste-sioniste”.

Le 27 03 1969
Le Roi Fayçal d’Arabie Saoudite, Interview au Financial Times de Londres.
“Il y aura des tensions au Moyen Orient tant que l’Etat d’Israël n’aura pas disparu”.

Le 22 avril 1969
Abou Sai’d, un des principaux chefs d’Al-Fatah, interview au quotidien saoudite “Ar-Ryad “Al-Fatah, qui a commencé son combat avant la défaite de juin 1967, a été fondé – non pour effacer les traces de cette défaite – mais pour libérer la Palestine toute entière”.

Le 19 08 1969
Yasser Arafat, interview au quotidien marocain Al-Anlea
“L’objectif de notre combat, à ce stade de la lutte, est de détruire le bastion social, économique et politique d’Israël, par une guerre longue et prolongée laquelle, de toute nécessité, ne saurait se terminer que par notre victoire”.
Le 30 08 1969<
Farid Saadoun Ghidan, Commandant militaire de Bagdad, membre du Conseil de la Révolution, Radio Bagdad
“Le parti socialiste arabe du Ba’ath croit non seulement en l’éradication de toutes les conséquences de l’agression, mais également en l’abolition de toute présence sioniste dans la Palestine volée… La Révolution apporte un appui maximum aux opérations terroristes, en les soutenant par tous les moyens en son pouvoir”.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -