Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Billet d'humeur du 18 octobre 2001

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Inter arma, tacent musae. Les Romains nous l'enseignent : en temps de guerre les muses se taisent. Nous sommes en guerre. Une guerre implacable contre un ennemi commun à l'humanité tout entière : le terrorisme. Nous, Juifs, sommes doublement en guerre car nous sommes menacés par la terreur islamique et par le refus arabe de notre existence légitime. La pusillanimité de l'Occident, sa tiédeur par rapport à Israël, doivent également nous préoccuper.

Tout le monde vous le dira : le monde a changé depuis le fatal 11 septembre 2001. L'Amérique, ce géant, a été frappé traîtreusement par un ennemi implacable, le fondamentalisme islamique. Ben Laden et ses acolytes ont atteint les deux piliers sur lesquels reposent le monde libre : la finance et la défense et, en fin de cause, le seul système capable d'assurer le bien-être, la démocratie..

En attaquant les deux jumelles du World Trade Center et le Pentagone les terroristes ont attaqué le monde libre.

En assassinant Rehavam Zeevi, Gandhi, le FPLP, partie prenante et agissante du Fatah de Yasser Arafat, a réduit encore les chances d'arriver à une paix. A croire qu'il veut faire voler en éclat cette mince coalition que les Etats-Unis essaient de mettre difficilement sur pied.

Un sondage a été organisé par le Soir, hier 17 octobre. Bien vite supprimé car il montrait que plus des deux tiers des votants exprimaient leur opinion que la politique du journal était pro- palestinienne. Au lieu de voir la vérité en face, le journaliste du Soir qui a fait retirer ce sondage au vu des résultats, s'est contenté de dire que les votes étaient dirigés et que le sondage avait été colonisé et ce le jour même où le journal s'inquiétait du mécontentement d'une partie importante de la Communauté Juive. Le quotidien donnait la parole à quelques personnes représentant le Yishouv ainsi qu'à l'Ambassadeur d'Israël auprès de l'Union Européenne. Le journal a donné également la parole à la minorité juive foncièrement anti- israélienne, que le Soir sort de l'ombre dans lequel notre communauté l'a rejeté, l'UPJB. A l'exception de cette frange infime de Juifs qui ne représentent qu'eux mêmes (peut-on les qualifier de Juifs honteux ou de Juifs ayant la haine de soi !) tous les participants s'accordent à dire que Le Soir a choisi son camp. Même son rédacteur en chef l'affirmait dans un billet publié il y a quelques mois : Le Soir a choisi son camp. Monsieur Lefèvre persiste et signe : il annonce que le responsable de la terreur, après Oslo, est Barouh Goldstein oubliant, volontairement, les quelques 18 attentas commis par les Palestiniens entre la signature d'Oslo et l'acte insensé et fou de Goldstein.

Cela fait des années qu'Israël met en garde les démocraties contre les dangers du fondamentalisme musulman. En vain. Et même après ces attentats il semble que la leçon n'ait pas porté ses fruits et que le monde n'ait pas compris.

Israël ne sera pas sacrifié aux seuls intérêts occidentaux. Le peuple juif ne se laissera plus faire. Nous ne sommes plus en 1939. Nous sommes encore seuls - nous l'avons toujours été, mais la leçon a porté et nous l'avons comprise et cette fois-ci nous le savons. Am Israël haï.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -