Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Billet d'humeur du 1er novembre 2001 (Radio Judaica, FM 90.2 Bruxelles)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Billet d'humeur du 1er novembre 2001

Le monde est mis en chiffre. Le monde est mis en graphique.

J'en ai un sous les yeux, émanant des forces de Défense d'Israël, de Tsahal.

Dans ce graphique je lis, mois par mois, le nombre d'attentats, de tirs de mortiers, d'assassinats, de troubles fomentés par les Palestiniens au cours de cette année d'intifada.

Je lis qu'en octobre 2001, 949 actions hostiles contre Israël et ses habitants ont eu lieu. Neuf cent quarante neuf soit plus de trente par jour. Sept cent trente trois en septembre. Mille septante trois en août. Trente attentats, tirs de mortier, fusillades etc… Quel état au monde accepterait ainsi de voir sa population vivre sous la terreur ! Et le monde appelle à la modération ! Laissez-moi rire. Qui faut-il modérer ? L'agresseur ou l'agressé ? Israël ou ses ennemis ?

Et pourtant, malgré tout, faisant preuve de bonne volonté quoiqu'en disent les médias partisans, Israël discute et tente d'avoir une paix dont, semble-t-il, les autres ne veulent pas.

Bravo à la Syrie, cet exemple parfait de démocratie, d'avoir été élu au Conseil de Sécurité de l'Onu. Encore un peu plus de discrédit pour l'ONU qui n'en est pas à une vilénie près comme nous le montrent le kidnapping et l'assassinat, sous ses yeux, avec sa complicité des trois militaires israéliens l'année passée au Sud Liban.

L'ONU vient de déclarer que les soldats israéliens capturés il y a un an au Sud Liban étaient vraisemblablement morts vu le sang répandu lors de leur capture. Mais pourquoi avoir attendu un an ? Pourquoi le Hezbollah ne rend-il pas les corps ? Pourquoi l'ONU, complice de cet assassinat se tait ? Et dire qu'on a attribué le prix Nobel de la Paix à cette organisation. Quelle mascarade.

Le premier ministre du Royame Uni a été humilié par Bachir el Assad. Tout comme l'a été le Pape. Mais alors, dites-le, braves gens, que le syrien ne moque de vous et vous prend en otage. Assad marquait son opposition aux frappes sur l'Afghanistan et comparait les terroristes du Hezbollah de FPLP, du Hamas et du Fatah à des résistants. A de Gaule même. Quelle dérision, mais venant de ce grand démocrate, il faut s'attendre à tout. N'a-t-il pas parlé à nouveau de crime rituel lorsqu'il recevait Jean Paul II ? Les commentateurs, l'entourage de Blair disent qu'Assad parle à son opinion publique mais, qu'en privé, lors des entretiens, le discours est autre. Parole Parole comme aurait dit Dalida. Bavajada comme nous disons nous. Nous, nous n'entendons que le discours public et, tant que le discours public est hostile nous ne devons pas nous faire d'illusions.

Enfin tout ceci devient habituel, n'est-il pas vrai ?

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -