Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Haleluia. Sheheyanu. 6 mai 1020

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


 

Haleluia ! Sheheheyanu !

 

Haleluia ! Sheheheyanu ! Grace a JCall, cette vaste fumisterie (mais il y a toujours pire car, hier, des juifs de gauche, de la gauche de la gauche, en majorité de Belgique, ont écrit une carte blanche dans Le Soir expliquant pourquoi ils ne signent pas cet "appel à la raison" (comme si quelqu'un le leur demandait !), haleluia disais-je car selon Leila Shahid, la parente du mufti-criminel de guerre Amin El-Husseini, les Palestiniens ont désormais un interlocuteur.
Je pensais - mais je suis d'une naïveté chronique - que la paix pouvait se faire entre Israéliens et Palestiniens et non entre Palestiniens et Daniel Cohn Bendit qui se vante de n'être pas circoncis et de ne pas avoir fait sa bar-mitsvah ! Ou entre Palestiniens et David Susskind ou d'autres juifs de la Diaspora bien au chaud et bien au sec à Bruxelles ou à Paris. Vous remarquerez que je mets, comme Alain Figaret, une minuscule à juif car ces signataires n'ont même pas eu la fierté de l'écrire avec un J, comme s'ils en avaient honte. 
Cette pétition, pour le moins partiale (mais les signataires ne s'en rendent sans doute pas compte) appelle le seul Israël à la raison. Pas un mot sur le Hamas, semeur de mort ! Pas un mot pour demander la libération de Guilad Shalid, kidnappe et emprisonne depuis de longues années à Gaza ! Et je ne parle même pas du Hezbollah armé à outrance par la Syrie et de l'Iran avec les appels à la destruction de l'Etat d'Israël par le führer Ahmadinedjad !
Ne parlons même pas de ces tueries qui ensanglantent le Darfour (mais Omar el Bachir, fort du soutien des dirigeants de la Ligue arabe dont celui très remarque d'Abu Mazen a été réélu a la tête du Soudan, obtenant ainsi un blanc seing pour continuer le massacre des Darfuris) car ceci n'est pas du ressort des signataires de JCall.

Citons quelques passages du texte d’Alain Figaret écrit le 4 mai :

 

mardi 4 mai 2010
J'm'y call
par Alain Legaret

Parce qu'on ne peut pas laisser un chapitre aussi bref soit-il se terminer sans point, je m'y colle.

Hier soir 03 mai 2010, était donc lancé au parlement Européen a Bruxelles le mouvement Jcall se décrivant dans son « appel à la raison » comme une mobilisation de « citoyens de pays européens, juifs » (et pas « Juifs ». La majuscule, c'est quand on en est fier) qui annonce connaître l'avenir, à savoir « deux peuples, deux états. Nous le savons tous » mais qui, dans sa grande magnanimité, laisse tout de même le choix aux Israéliens du chemin pour y parvenir.

Quand on épouse une cause, c'est soit pour la servir, soit pour s'en servir.
J'ai eu l'impression de me trouver devant une troupe de vieux acteurs en mal de caméras.
….
Jcall a été lancé par un groupe d'individus de gauche qui ont en commun d'être Juifs, comprenez donc au-delà de tout soupçon, pour faire pression sur Israël qu'ils accusent de faute morale, d'occupation, de colonisation. Rien que ça !

Nostalgiques d'une époque révolutionnaire, ils ont lancé par deux fois leur revendication à la marginalité : « quand on pense tous pareil, on pense plus rien », expliquant ainsi leur désolidarisation de la majorité des Israéliens, mais ne voyant aucune contradiction dans le fait de rejoindre le conglomérat bien plus important des détracteurs d'Israël. Quelle belle progression !!

Ils se sont posés en victimes sans tenir compte de la lâcheté de la méthode qu'ils emploient :

Ils ont osé appeler leur projet « appel à la raison » comme si le peuple israélien était déraisonnable.

Ils ont le courage d'oser pour les autres, mais ne subiront pas les conséquences de leurs erreurs en restant tranquillement dans leurs salons européens.

Ils utilisent leur qualité de Juifs pour participer à l'attaque généralisée en vue de renverser le gouvernement israélien démocratiquement élu.

Ils se servent des Israéliens pour améliorer leur image et se faire mieux voir dans leurs pays respectifs.

Les défenseurs de Jcall ont tout confondu. Ils ont parlé en tant que Juifs, mais avec des arguments d'Israéliens.
Et quand ils posaient en Israéliens, ils avançaient les positions de la gauche israélienne, trompant ainsi leur auditoire.

A titre d'exemple, nous avons assisté à la prestation d'un David Susskind qui lance « quand est-ce que le peuple juif va s'exprimer avec force en disant: mettons fin à l'occupation ? »
Réduisant à peau de chagrin la mince cloison que le politiquement correct a bien voulu ériger pour différencier l'antisionisme de l'antisémitisme.

David Chemla a lui choisi de citer Jean Daniel et a justifié aussi sa présence à la tribune en évoquant la fatigue des israéliens, comme le faisait naguère l'énergique Ehud Olmert qui a tant donné à Israël.de fil à retordre.

Elie Barnavi a revendiqué le caractère judéo-juif de leur initiative, alors que « l'appel à la raison » comptabilise un nombre important de signataires se déclarant non Juifs.

Nous avons assisté aussi à l'intervention d'un Daniel Cohn Bendit, qui a entamé son numéro par un « je suis un mauvais Juif. Je ne suis pas circoncis. Je n'ai pas fait ma bar-mitsva. J'adore vivre en diaspora et j'adore vivre en Allemagne et en France ». L'ancien trublion arrive tout juste aujourd'hui à provoquer la ménagère de 60 ans.

Comme d'autres se sont octroyés le droit d'égratigner lâchement le sionisme, lui s'est cru obligé d'avancer sa judéité avec dérision afin de séduire l'auditoire, sacrifiant ainsi aux rites de la sacro-sainte laïcité, cette nouvelle religion prosélyte qui ne tolère à ses cotés que l'islam parce que l'islamisme lui fait trop peur pour oser l'affronter.

Enfin, nous avons entendu Bernard-Henri Levy reconnaître de facto l'erreur de trajectoire de Jcall : ils comptent faire pression sur Israël parce qu'ils sont incapables de faire entendre raison au Hamas et au Hezbollah. Que voulez vous, ils sont animés de bonnes intentions, mais ils tapent sur qui ils peuvent !!

En marge de cette initiative, il faut noter l'inquiétante absence d'autocritique de la part des soutiens de « l'appel à la raison. ».

Alors que certains d'entre eux figurent en Europe parmi les défenseurs d'Israël attitrés parce que politiquement corrects, il n'y a pas eu l'ombre d'une remise en question pour savoir si le discours convenu qu'ils tiennent depuis des années n'est pas aussi en cause dans l'image dégradée d'Israël aux yeux de l'occident.

De cette mauvaise pièce, je retirerai tout de même une satisfaction personnelle : celle de ne pas avoir eu à entendre Alain Finkielkraut participer à cette représentation affligeante.

Car tout cela manquait énormément de fraîcheur. Aucune idée nouvelle n'a agrémenté la soirée.

Tout semble laisser croire que les pompiers pyromanes n'ont allumé qu'un feu de paille qui aurait pu être le prélude à une nouvelle guerre des Juifs.

Il est peut-être temps de tourner la page de cet épisode navrant.

Car en attendant, les centrifugeuses iraniennes n'ont pas arrêté de tourner.

 

Fin de citation

 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -