Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Plus le mensonge est gros, plus le peuple le croira. 27 mai 2010

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


« Plus le mensonge est  gros, plus  le peuple le croira », affirmait Hitler. Il ne faisait qu’amplifier ce que Voltaire disait : « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose »

 

La mort de Yasser Arafat revient à la surface. L’envoyé spécial du Soir DE Bruxelles à Ramallah, Baudouin Loos que nos auditeurs et lecteurs connaissent bien pour son esprit critique (à l’égard du seul Israël) et pour ses analyses fines du confit israélo-palestinien (tellement fines qu’il l’y a de la place que pour la seule thèse palestinienne !) revient sur la mort d’Arafat. Il dresse un portrait tout en rondeurs de l’ancien garde du corps d’Arafat (je cite : « Mohammed al-Daia "homme de taille modeste que tout le monde semble connaître et apprécie" "fidèle garde du corps" de Yasser Arafat qui "sourit de toutes ses dents sous sa moustache" et que "directeurs comme secrétaires, tous viennent l’embrasser avec effusion, comme s’ils retrouvaient leur cousin favori" fin de citation). D.ieu que c’est  beau, D.ieu que c’est  grand.

Ce brave Mohamad al-Daia prétend qu’Arafat aurait été assassiné.

Par qui ? Mais par les Israéliens, bien sur.

 

L’ancienne chef de cabinet de Yasser Arafat, Uum Nasser  avait déclaré (je cite le site Philosemitisme .be) lors d’une interview diffusée sur la chaîne égyptienne Mihwar TV le 26 janvier 2009,  :

« Uum Nasser: Oui. Bush lui a donné le feu vert [pour faire assassiner Yasser Arafat]. Il a dit à Sharon: "Vas-y." Ils ont fait cela au moyen d'un virus qui se transmet par contact physique.
Intervieweur: Ou en s’embrassant.
Uum Nasser: Oui, car il [Yasser Arafat] avait l'habitude d’embrasser tout le monde." ».

 

Mais bien sur ! C’est Sharon qui « roulé une pelle » à Arafat. A moins que Sharon ne lui ait fait autre chose… ?

 

Cette thèse de l’empoisonnement d’Arafat a été reprise à son compte par, devinez qui ? Leila Chahid. Mais oui, la Leila, notre Leila, la petite-fille du criminel de guerre  El Husseini, (bien entendu elle n’est pas responsable des méfaits de son aïeul dont elle défend, si filialement et fidèlement, la mémoire.) Cette « passionaria » (vous me comprenez lorsque je dis passionaria je ne pense pas à celle pour laquelle on pourrait avoir une passion dévorante – ni même quelconque, d’ailleurs) déclarait  sur Europe 1, trois jours après la mort d’Arafat (je cite : « que la thèse de l’empoisonnement n’était "pas seulement une rumeur [mais] une conviction profonde, très logique" pour les Palestiniens. Et Leïla Chahid d’ajouter : "Les Israéliens ont essayé de se débarrasser de Yasser Arafat depuis l’arrivée de Sharon au pouvoir". »

 

En donnant la parole à Mohammed al-Daia, ce « cousin favori » dont Baudouin Loos brosse un si sympathique portrait,  en propageant ces calomnies et ces insanités, Le Soir ne fait pas avancer le « schlilmblig », sauf celui de la haine.

Merci le Soir.

 

A la semaine prochaine, se kere el D.io.

 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -