Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Vous avez dit Ā«Printemps arabeĀ» ? (3 mars 2011)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Vous avez dit « Printemps arabe » ?

 

 3 mars 2011

 

Cela dépend de quel côté on se place. Pour (presque) tous, le printemps arabe, synonyme de plus grande liberté, est un mouvement initié par des jeunes.

Pour le (encore) chef de l’état yéménite, Ali Abdallah Saleh, cette « révolte », cette « contestation » est orchestrée, devinez par qui ? par les USA et Israël. Mais oui, nous y voilà ! Les peuples veulent un peu plus de liberté, un peu plus de démocratie et c’est la faute d’Israël. (J’ai entendu hier un commentateur sur une radio française relayée par Judaïca, affirmer que, oui, Israël était une démocratie mais avec de nombreux défauts.

Bien sur, aucune démocratie n’est parfaite mais stigmatiser, une fois de plus, Israël en laissant supposer que cette démocratie… hé bien… est très imparfaite c’est, soyons trivial, pousser le bouchon un peu loin.

 

Parlons de passé juif, si vous le voulez. Notre émission de ce soir sera consacré aux Juifs du Pape. Une petition circule en ce moment pour protéger le passé de Cavaillon dont les habitants de Cavaillon entendent sauver le patrimoine juif de la ville. Et pourtant, comparé la présence juive dans le Comtat Venaissin ne remonte qu’à quelques siècles.

En effet, la présence juive est attestée dès 1276.

 

Je trouve cette attitude intéressante car elle montre l’attachement des comtadins à leur passé , tout leur passé dont une partie est juif.

 

Parlons un peu de l’Egypte (et du Moyen-Orient).Tant le ministre des Affaires culturelles, Farouk Hosni, connu pour ses diatribes anti-israéliennes et anti-juives (ne voulait-il pas brûler, lui-même, tous les livres en hébreu dans les librairies du Caire et à la Bibliothèque d’Alexandrie !) que le secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités,   son grand patron, Zaki Hawass, sont férocement anti-juifs.

Zaki Hawass tient un double discours (comme il est d’usage) : un pour l’Occident, en anglais : les temples juifs font partie de notre patrimoine. Si nous ne les protégeons pas nous nous ne protégeons pas notre histoire (merveilleux discours d’un homme si débonnaire lors des émissions de télé consacrées à l’archéologie) et, en arabe : « Les Juifs ont été en Amérique pour prendre le contrôle de l’économie. Ils ont un plan. En dépit qu’ils soient un petit nombre, ils contrôlent le monde entier).

 

Ce Zaki Hawass qui a fait restaurer la synagogue du Rambam, en interdit désormais l’entrée. Il a refusé d’assister à l’inauguration de cette synagogue, le 7 mars 2010 (restaurée, il faut le dire, avec des fonds égyptiens). D’ailleurs aucun officiel égyptien n’a tenu à « honorer de sa présence » cette cérémonie et la cérémonie égyptienne, fixée au 13 mars 2010 (à laquelle aucun juif n’avait été invité, un comble pour une synagogue ! a été purement et simplement annulée parce que des rabbins avaient  dansé et bu du vin lors de la cérémonie juive. Ils avaient souillé « un lieu musulman ».

Le gouvernement égyptien a donc décrété que désormais il était interdit aux Juifs de prier dans cette synagogue et en a interdit l’entrée. Selon un journal qatari (repris par Arutz Sheva le 28 mars), Hawass aurait déclaré que la synagogue serait considérée comme une antiquité et non comme une synagogue. Il a promis que les Juifs n’y pourraient pas prier. Une synagogue transformée en lieu antique interdit au public.

 

Le gouvernement égyptien – comme les autres gouvernements arabes – refuse dans les faits,  de délivrer des extraits de naissance aux citoyens juifs nés dans le pays.

J’ai demandé, en juin 2010, un extrait de naissance en fournissant la date de la déclaration, le numéro d’enregistrement, du registre, du folio et même de la page (j’ai ces indications sur une photocopie). Après des mois et de multiples mails et coups de fil, il m’a été répondu qu’il n’avait pas été trouvé trace. Les Egyptiens veulent me priver de mon identité. Je n’existe pas alors que, selon leurs lois, je devrais être considéré comme égyptien, doublement puisque né en Egypte et né de père égyptien et le fait que mon père, zl ait été déchu en 1948 de la citoyenneté égyptienne ne peut remettre en cause ceci. Un document du ministère de l’intérieur l’atteste. Mais c’est embêtant pour eux : un Juif, un « sahyouni », un sioniste, un défenseur de la cause juive, égyptien ! Allons donc !

 

Les pays arabes nous ont déjà volé notre passé. Ils veulent, aujourd’hui, nous spolier de  notre identité.

 

 

Moïse Rahmani

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -