Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Réfugiés vs réfugiés 6 juillet 2012

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Réfugiés vs réfugiés.

Un article dans le Monde Diplomatique de juin
(supplément HCR, pourquoi supplément : ce serait scandaleux que le HCR ait dû payer pour parler des réfugies autres que palestiniens !)
fait état des réfugiés et de personnes déplacées.

Des millions de personnes, (le chiffre avancé par le Haut Commissariat aux Refugiés - HCR- oscille entre trente-six et soixante six millions dont plus de vingt-deux millions relèvent de sa compétence - source Wikipedia) exception faite des Palestiniens.

Pauvres Palestiniens réfugiés dans leur propre pays et dont aucun des frères arabes ne veut. Ils sont parqués dans des camps en Syrie, au Liban…
Le budget du HCR selon son site web est de 3,59 milliards de dollars avec moins de sept mille employés vs vingt-cinq mille (dont 99% de Palestiniens) pour l’UNRWA qui prend en charge les quelque 4.700.000 « réfugiés » palestiniens, définition extrêmement large du réfugié, qui permet d'englober ainsi les descendants, utilisée uniquement dans le cadre des Palestiniens (source Wikipédia).
Rappelons le statut de réfugié défini par la Convention de Genève de 1951 : « craignant avec raison d’être persécuté (en raison de sa race, religion, nationalité ou de ses opinions).
Rappelons que, selon M. Henri Labouisse, directeur de I'U.N.R.W.A. déclara le 20 juillet 1955 d'ailleurs, dans une conférence de presse, à Jérusalem : « Il y a des réfugiés qui détiennent à eux seuls cinq cents cartes d'alimentation ».
Après la Seconde Guerre mondiale, plus de quarante millions de personnes ont été réinsérés « dans un autre lieu que le lieu d'origine » (Jean Paul Aymon).
Dans les territoires sous autorité palestinienne, bande de Gaza, Cisjordanie, les « pauvres réfugiés » sont noyés sous l’aide internationale. Les étals des commerçants de la « prison à ciel ouvert » qu’est la bande de Gaza croulent de marchandises.
Des centres commerciaux, à faire pâlir d’envie ceux d’Occident, s’érigent à tour de bras.
La vraie misère est l'Afrique. Les gens y meurent de faim. Les enfants, surtout les enfants. Ce sont eux les vrais réfugiés mais cela n’intéresse personne. Nul ne veut le voir. Moi, je veux les montrer !

 

Un marché à Gaza

 

 

Centre commercial à Gaza

 

 

Une prison a ciel ouvert ?

 

Crise humanitaire à Gaza

 

 

 

Et sur eux, personne ne s'apitoie !

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -