Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Reconnaissance d’un « état palestinien », un bien ou un mal ? (27 novembre 2014)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Reconnaissance d’un « état palestinien », un bien ou un mal ?
 
L’Europe, dans sa couardise, reconnaît sans conditions un état palestinien. Pour son honneur, deux pays se démarquent : L’Espagne et l’Allemagne.
L’Allemagne s’oppose à une reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien et les députés espagnols ont adopté mardi une motion qui appelle le gouvernement à reconnaître la Palestine seulement une fois que Palestiniens et Israéliens seront parvenus à une solution négociée.
 
En reconnaissant cet état, les gouvernants européens cautionneront le terrorisme et la violence.
 
Les ennemis d’Israël, manipulent et réécrivent L’Histoire. Ils font, de l’état hébreu, des Juifs, des étrangers sur leur propre terre, gommant ainsi des millénaires de présence juive.
Jérusalem, jamais mentionnée dans le Coran mais plus de six cents fois dans la Bible hébraïque, est la capitale juive depuis le Roi David.
 
De victime ils entendent en faire des bourreaux, gommant des siècles de massacres, de génocides artisanaux comme le dit le regretté Herbert Pagani dans son Plaidoyer pour ma terre, des pogroms et de la Shoah.
 
Ces gouvernements lâches et couards ne tiennent compte ni du refus arabe de 1947 de reconnaître deux états, ni de l’attaque de 1948 contre l’état nouveau-né, ni des trois nons de Khartoum lors du sommet de la Ligue arabe du 29 août au 3 septembre 1967 : non à la paix avec Israël, non à la reconnaissance d'Israël, non à toute négociation avec Israël
 
Ils nient les injonctions des dirigeants arabes enjoignant aux Arabes du futur état d’Israël de quitter leurs foyers pour permettre à leurs armées de jeter les Juifs à la mer n’intégrant aucun d’eux en Syrie, en Egypte, au Liban et ailleurs et passent sous silence le million de Juifs – dont ma famille – chassés du pays où ils vivaient depuis trois mille ans.
 
Les Arabes vivant en Israël ne veulent pas, dans leur immense majorité, vivre sous régime palestinien et Abbas a déclaré, à maintes reprises, refuser toute présence juive dans les territoires soumis à la juridiction palestinienne.

Les gouvernants européens restent sourds aux cris entendus dans les rues de Londres, de Paris ou de Bruxelles. Ils n’entendent pas les « Mort aux Juifs » vociférés. Ils ne veulent pas voir les rassemblements de haine.
Ils oublient les attentats et leurs propres djihadistes.
 
Ils espèrent, en sacrifiant Israël, avoir la paix comme ils ont sacrifié la Tchécoslovaquie en 1938. Comme ils ont laissé mourir six millions de nos frères. Mais Israël n’est pas la Tchecoslovaquie et plus jamais cela n’est pas, pour lui, de vaines paroles.

L’Europe a perdu son âme et n’aura pas la paix. Quant à son honneur, il y a longtemps qu’elle l’a jeté aux orties.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -