Loading

Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Billet d'humeur du jeudi 20 juin sur Radio Judaica, Bruxelles 90.2 FM

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


L'horreur absolue. Le terrorisme palestinien a encore frappé en plein coeur de Jérusalem. Un bus, transportant entre autres des enfants en route vers l'école, a été la cible d'un attentat kamikaze.

Dix-neuf tués !

L'horrible action est revendiquée par le Hamas et les Tanzim du Fatah d'Arafat qui a condamné en anglais l'action qui, par contre, a été justifiée en arabe par les radio et TV palestiniennes.

L'Union européenne vient d'ajouter à sa liste de groupes terroristes deux organisations palestiniennes : FPLP - Front Populaire de Libération de la Palestine et des Brigades des Martyrs Al-Aqsa

L'Union Européenne suspendra-t-elle aussi le financement d'Arafat alors qu'il est de otoriété publique que ce dernier empoche l'argent destinés aux nécessiteux. Mais sans doute que sa femme et sa fille font partie des déshérités puisque les cinq millions de dollars qu'il a versé sur son compte à l'Arab Bank du Caire serviraient, d'après le quotidien koweitien Al Watan du 7 juin, à couvrir leurs dépenses à Paris et en Suisse.

Toujours d'après Al-Watan les vivres reçus en faveur des nécessiteux auraient été vendus par l'Autorité palestinienne, à son profit, sans vergogne, sur les marchés palestiniens et israéliens.

L'Europe est aveugle. L'Europe ne veut pas voir. L'Europe ne veut pas entendre. L'Europe ne veut pas comprendre. Et les Juifs meurent à cause de cette criminelle incurie.

Une manifestation, six heures pour la Palestine, a eu lieu dimanche 16 juin au Cinquantenaire. Appelant à cette mobilisation diverses organisations dont une juive, celle des Juifs progressistes si prompt à se lamenter sur le sort d'Arafat sans avoir trop d'états d'âme quand à sa politique. N'avait-il pas lu cette brochure de l'association l'asbl "Bruxelles tous ensemble" qui avait été distribuée en grand nombre. Une question : qui en a fait le financement ?

Dans cette brochure on pouvait y lire, signé par Jacques Bourgaux, avocat" "Nous sommes donc dans une situation où la violence palestinienne exprime une volonté de résistance à une agression extérieure, un refus constant d'une occupation de territoires et d'une colonisation illégales. Cette violence ne peut être assimilée à du terrorisme de groupuscules comme naguère les Brigades rouges en Italie mais constitue l'expression collective populaire d'un authentique mouvement de Libération nationale, auquel adhèrent toutes les composantes de la société palestinienne".

En d'autres termes, selon l'auteur de ce texte, les actions des kamikazes ne peuvent être assimilées à du terrorisme en tant que tel. De plus, elles ont, affirme-t-il, le soutien de "toutes les composantes de la société palestinienne"

Dans notre message de Collectif Dialogue et Partage et de Belsef du 15 juin, nous nous étonnions de la présence de nos élus, Philippe Moureaux et Elio Di Rupo, sans parler de celle de Simone Susskind dans un dépliant qui professe de pareilles vues (même si le reste du document nous semble plutôt modéré). L'ambition de nos politiques flattant les milieux de l'émigration en vue des prochaines élections est peut-être louable ou judicieuse mais justifie-t- elle leur caution à des opinions aussi extrêmes? Nous sommes convaincus de leur bonne foi mais nous regrettons qu'ils n'aient pas fait l'effort de lire le passage en question.

Que faut-il penser de cette attitude ? Comment l'interpréter ? Pourquoi certains sont-il contre nous ? Serions-nous, à leurs yeux, devenus Goliath ? David ne serait-il plus nous ? Et pour tous?

Certes Israël est puissant. Mais, comme il a été dit par je ne sais qui :

« Si les Arabes déposent leurs armes, cela signifie la paix. Si Israël dépose les siennes, cela signifiera la mort. »

En dépit de ce climat de haine il me plait de souligner l'effort que le parti Radical Transnational consacre pour faire admettre Israël dans l'Union Européenne. Nos amis deviennent de plus en plus rares, de plus en plus tièdes. C'est pourquoi il faut soutenir et remercier l'action de nos amis du Parti Radical Transnational dont nous avions reçu un de ses députés, Gianfranco Dell'Alba, le 6 juin sur les ondes de Radio Judaica. Leur pétition a déjà recueilli plus de 4000 signatures. Mobilisons-nous afin de doubler ; de tripler, de quintupler, de décupler, de centupler ce nombre. Elle peut-être signée au www.radicalparty.org

Une carte blanche dans le Soir du 14 juin pleurait : « L'UPJB n'a pas vu Arafat » semblant rechercher un satisfecit. Signé par Joelle Baumerder, membre du comité des progressistes juifs, l'auteur déplorait dans son billet :

Si nous défendons Yasser Arafat en tant que président élu du peuple palestinien et dès lors partenaire incontournable dans le cadre de négociations, si nous dénonçons le discours cynique consistant à l'accuser de ne pas mettre en ouvre des moyens dont il ne dispose pas pour mettre fin aux attentats suicides, nous n'éprouvons aucune sympathie particulière à son égard. En tant que Juifs progressistes de Belgique attachés aux valeurs démocratiques et humanistes, nous ne pouvons cautionner ses méthodes de gouvernement autocratiques

Je peux déplorer, moi, que Joelle Baumerder et l'UPJB n'aient pas cru nécessaire de rencontrer Arafat en raison de "ses méthodes de gouvernement autocratiques" et non à cause de son refus de condamner, clairement les attentas suicides car dénoncer, comme le fait Joelle Baumerder "le discours cynique consistant à l'accuser de ne pas mettre en oeuvre des moyens dont il ne dispose pas pour mettre fin aux attentats suicides" sans qu'elle condamne les attentats (mais peut-être ai-je mal lu !) ne relève pas des "valeurs démocratiques et humanistes" mais plutôt de l'aveuglement.

Peut-être une note d'espoir : Un appel est paru dans un journal palestinien du 19 juin 2002 sous les signatures de deux responsables palestiniens considérés comme modérés. Hanan Ashrawi et Sari Nusseibeh appelant à l'arrêt des attentats contre des civils innocents. Ils expliquent que cela nuit à la cause palestinienne et augmente la haine entre les deux peuples. J'aurais aime lire une condamnation de tous les attentats et non uniquement contre ceux qui visent les civils.

Alors nous savons ce que nous avons à faire ; soyons unis derrière Israël et, pour paraphraser David Ben Gourion qui, parlant des Juifs, affirmait : « Ce sont mes Juifs je n'ai qu'eux », : c'est mon Israël et je n'ai que lui. Et laissez-moi ajouter: Israël, lui, n'a que moi.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2013

Retour au site sefarad.org -