Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Je ne me suis pas ennuyé cette semaine

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Billet d’humeur du 20 janvier 2005

Bonsoir. Ah comme l’homme est fait !

J’ai assisté à deux événements cette semaine. Si je m’attendais aux vomissements scatologiques du premier, le second m’a choqué.

J’ai été écouter Dieudonné. Oui, chers auditrices et chers audteurs. Dieudonné en personne. Le pauvre Dieudonné, persécuté, victime du complot judéo-sioniste contre lui qui se présente (presque) comme une des branches d’Al Qaida, humoristique d’après lui, vicieuse d’après moi.
Mais ce n’est pas tant le discours de ce pseudo humoriste qui m’a choqué (ces propos sont stupides, il a un humour tellement au ras des pâquerettes qu’il doit hurler pour faire drôle, enfin drôle, je me comprends), mais c’est son auditoire, principalement des jeunes, européens pour la majeure partie, prêt à bouffer, à casser du Juif.
Hurlements de satisfaction, grognements d’aise, vociférations contre les noms lancés en pâture : Fogiel, Bruel, BHL, Finkielkraut etc…
C’est là le danger. Que ces jeunes soient excités par un esprit malade et souffrant de diarrhée cérébrale comme Dieudonné est grave et montre la dérive d’une certaine société. J’ai donc assisté à un grand moment de bêtise malfaisante.
J’aimerais annoncer la création d’une association et d’un média L’AMITIE JUDEO-NOIRE, entre peuple juif et peuples noirs, africains et antillais. Quelle gifle cinglante au trublion Dieudonné.

Avant-hier, le 18 janvier, j’ai été invité à une table ronde sur les élections palestiniennes.

Les orateurs étaient Chawki Armali, représentant l’Autorité palestinienne en Belgique, onctueux, diplomate, rusé, il sait dire ce que l’autre veut entendre mais n’en pense pas un mot et ceux qui connaissent cette mentalité orientale savent de quoi je veux parler, Alon Snir, de la mission israélienne auprès de l’UE, sincère, ne voulant pas faire des ronds de jambe mais allant au but et disant, de manière très incorrecte politiquement, des vérités, Stanley Crossic, un anglais dans la droite ligne de la diplomatie britannique mais parlant de manière sincère et faisant état de son optimisme et deux orateurs pessimistes, mais d’un pessimisme différent : Daniel Pipes, venu des USA, qui affirmait, non sans raison, que tant que les Palestiniens (et les Arabes) ne se mettraient pas en tête qu’ils ne gagneraient pas contre Israël, qu’ils devaient reconnaître l’état hébreu comme composante intégrante de la région, un pays juif, et Michel Rocard, ancien premier ministre français, vieux renard retors de la politique, qui a oublié d’être politicien pour cracher son venin sur Israël et sa haine de cet état. Ces déclarations d’estime à Israël ne nous feront pas que cet individu déclara, en juin 2004, lors d'une conférence à Alexandrie que « La déclaration Balfour était une erreur… que l’Etat d’ISRAËL est une situation anormale… et qu’elle est une entité qui menace ses voisins… ".

Il n’a pas osé le répéter (mais c’était toujours sous-entendu) mais a comparé l’intifida palestinienne à l’intifida (tiens, je ne l’avais jamais entendu auparavant) du Mahatma Gandhi) et a essuyé une larme en se rappelant sa vie d’enfant sous l’occupation et son père comme résistant, osant la comparaison entre l’Allemagne nazie et Israël oubliant que les résistants français furent d’abord les étrangers (le réseau Manouchian était composé de Juifs et d’Arméniens, pas de Français dot certains étaient sans doute trop occupés à collaborer et/ou a faire la chasse aux Juifs).

Michel Rocard assura bien connaître Israël parce qu’il y vécut avec une Israélienne durant dix mois. Il vivrait aujourd’hui, m’a-t-on dit avec une Palestinienne (au moins il n’y a pas de jaloux…) Je l’ignore mais c’est une hypothèse qui expliquerait sa haine contre l’état juif. Et dire qu’il dirigeait les observateurs internationaux lors des élections palestiniennes !

Durant toute sa diatribe (le premier ministre Sharon, général de formation ! – Rocard semble oublier de Gaulle…, Sharon ne peut pas agir impunément, il y a des tribunaux internationaux, Rocard prêt à écreaser une larme en évoquant son « ami » le président Arafat), j’en passe et des meilleures.

Michel Rocard est scandalisé par la riposte disproportionnée d’Israël suite à l’attentat de Karni : le refus de dialogue avec les Palestiniens. Et le refus des Palestiniens de mettre fin à la violence, on n’en parle pas. Faut pas faire de la peine à Abou Mazen (bien que Mr Armali ait disserté en long et en large sur cette appellation d’Abou Mazen, nom de guerre du président de l’Autorité palestinienne alors qu’il faudrait dire Mahmoud Abbas, Mr Armali n’a cessé de dire Abou Mazen semblant rappeler si besoin en était que la guerre n’était pas finie…)

Ce que Michel Rocard ne pouvait ignorer c’est que les contacts sont maintenus. Oubli volontaire, désinformation, je vous laisse le choix. Si Michel Rocard a des leçons à donner je lui conseille de trouver d’autres pays, tiens, le sien par exemple.

Je n’ai malheureusement pas pu prendre la parole (manque de temps – quelques minutes a peine pour poser des questions et seules quatre personnes ont pu le faire) pour parler des réfugiés (un membre de la délégation palestinienne qui parla du plus grand nettoyage ethnique de tous les temps en oubliant de préciser que ce nettoyage ethnique a visé les Juifs puisqu’il n’y en a plus dans les pays dits-arabes….

Et Rocard a surenchéri… et s’est présenté comme ami d’Israël. D.ieu garde Israël de ses amis, ses ennemis il s’en charge.

Bref, je ne me suis pas ennuyé cette semaine….

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -