Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

La mort d'un Pape

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Ces jours-ci nous avons eu à déplorer la perte de certaines personnalités : Jean Paul II, Rainier de Monaco, Saul Bellow..

Jean Paul II est présenté par certains comme un pape se situant à la limite de l’antisémitisme qui trouveront comme arguments les nombreuses audiences accordées à Arafat, la réception de Waldheim, le fait que lors de sa visite à Auschwitz il n’ait pas cité le mot Juif, le désir de béatification d’Isabelle la catholique, de Pie XII et celle du père Kolb qui était, dans sa jeunesse, antisémite et de cet évêque croate…

D’autres vous affirmeront qu’il était le pape le plus pro-sémite de l’histoire. (je pense, quant à moi, que la palme revient à Jean XXIII de mémoire bénie.). Sa visite, comme évêque de Rome (mais le Pape est toujours êvêque de Rome !) à la synagogue de Rome, sa visite en Israël, la reconnaissance de facto d’Israël (j’aurais préféré de jure), sa demande de pardon, de repentance au Mur et l’évacuation du couvent des carmélites à Auschwitz et si à Auschwitz,lors de sa visite, il n’a pas prononcé le mot juif, il s’est par contre arrêté devant la stèle rappelant le meurtre du million et demi de nos sœurs et de nos frères, affirmant « il n’est permis à personne de passer devant ce lieu avec indifférence ».

Et peut-occulter le fait qu’il ait refusé de baptiser un enfant juif pendant la Seconde Guerre mondiale et dont la mère disparue avait demandé a ce qu’il soit élevé dans la religion juive.

C’est aussi le premier Pape qui ait reconnu la primogéniture des Juifs :vous êtes nos frères aînésq a-t-il dit lors sa visite historique à la Synagogue de Rome, la première d'un évêque de Rome, d'un Pape.

Pour cette déclaration : il n’est permis à personne de passer devant ce lieu avec indifférence, pour avoir affirmé ce que ses prédécesseurs n’avaient pas dit : « vous êtes nos frères aînés, pour avoir, comme jeune prêtre, respecté le désir d’une mère et refusé de baptiser un enfant alors que Pie XII demandait au futur Jean XXIII de ne pas rendre les enfants baptisés, oui, je peux dire que ce Pape était un Pape juste, empli d’humanisme et non un Pape antisémite.

Les marques d’estime et d’affection affluent du monde juif. Oui, je crois, comme eux, que Jean Paul II était un grand Pape. Il est difficile de faire changer deux mille ans d’enseignement du mépris en enseignement de l’estime mais Jean Paul II, comme Jean XXIII avant lui, y aura largement contribué.

J’avais de l’admiration pour cet homme malade, usé, détruit physiquement mais d’une force intérieure incroyable. Il forçait l’estime.

Le Grand Rabbin Sitruk l’a qualifié de grand chrétien ; puissent les autres, puisse son successeur l'être aussi.

Comme tout homme, Karol Wojtyla est venu au monde, les poings fermés et en pleurant alors que les siens souriaient et riaient. Il part, comme un homme de bien, les mains ouvertes, le visage serein et souriant et ce sont les autres qui pleurent.
Qu'il repose en paix

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -