Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Noirs et Juifs : une souffrance et un destin communs. 7 juin 2006

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Noirs et Juifs : une souffrance et un destin communs.

Je ne comprends pas, non, je ne comprends pas que des Noirs, dont la souffrance est sœur de celle des Juifs, puissent être antisémites.

Je ne comprends pas, non, je ne comprends pas que des Noirs, la Tribu Ka, veulent casser du Juifs.

Je ne comprends pas, non, je ne comprends pas que des Noirs puissent oublier que les premiers à les avoir défendus furent les Juifs. Ils se sont opposés à l’apartheid en Afrique du Sud, ils étaient au premier rang aux côtés de Martin Luther King pour dénoncer la ségrégation raciale. Il y a déjà plus de soixante ans !

Martin Luther King haïssait les antisionistes et les antisémites. Preuve en est sa lettre à un ami antisioniste. Il faut la lire et la relire, aujourd’hui, où remise en cause du colonialisme rime avec remise en cause de la légitimité d'Israël

"Tu déclares, mon ami, que tu ne hais pas les Juifs, que tu es seulement antisioniste. A cela je dis, que la vérité sonne du sommet de la haute montagne, que ses échos résonnent dans les vallées vertes de la terre de Dieu : quand des gens critiquent le sionisme, ils pensent Juifs, et ceci est la vérité même de Dieu.

L'antisémitisme, la haine envers le peuple juif, a été et reste une tache sur l'âme de l'humanité. Nous sommes pleinement d'accord sur ce point. Alors sache aussi cela : antisioniste signifie de manière inhérente antisémite, et il en sera toujours ainsi.

Pourquoi en est-il ainsi? Tu sais que le Sionisme n'est rien moins que le rêve et l'idéal du peuple juif de retourner vivre sur sa propre terre. Le peuple juif, nous disent les Ecritures, vécut en union florissante sur la Terre Sainte, sa patrie. Ils en furent expulsés par le tyran de Rome, les mêmes Romains qui assassinèrent si cruellement Notre Seigneur. Chassé de sa patrie, sa nation en cendres, le peuple juif fut forcé d'errer sur le globe. Encore et encore, le peuple juif souffrit aux mains de chaque tyran qui vint à régner sur lui.

"Le peuple noir, sait, mon ami, ce que signifie souffrir les tourments de la tyrannie, sous un joug que l'on n'a pas choisi. Nos frères en Afrique ont supplié, plaidé, demandé, EXIGE la reconnaissance et la réalisation de leur droit naturel de vivre en paix sous leur propre souveraineté, dans leur propre pays.

Pour quiconque chérit ce droit inaliénable de toute l'humanité, il devrait être si facile de comprendre, de soutenir le droit du Peuple Juif à vivre sur l'antique Terre d'Israël. Tous les hommes de bonne volonté se réjouiront de la réalisation de la promesse de Dieu, que son Peuple retourne dans la joie sur la terre qui lui a été volée. C'est cela le Sionisme, rien de plus, rien de moins.

Et qu'est l'antisionisme ? C'est le déni au peuple juif d'un droit fondamental que nous réclamons à juste titre pour le peuple d'Afrique et accordons librement à toutes les nations de la terre. C'est de la discrimination envers les Juifs, mon ami, parce qu'ils sont Juifs. En un mot, c'est de l'antisémitisme.

L'antisémite se réjouit de chaque occasion qui lui est donnée d'exprimer sa malveillance. L'époque a rendu impopulaire, à l'Ouest, de proclamer ouvertement sa haine des Juifs. Ceci étant le cas, l'antisémite doit à chaque fois inventer de nouvelles formes et de nouveaux forums pour son poison. Combien il doit se réjouir de la nouvelle mascarade! Il ne hait pas les Juifs, il est seulement antisioniste.

Mon ami, je ne t'accuse pas d'antisémitisme délibéré. Je sais que tu ressens, comme je le fais, un profond amour pour la vérité et la justice, et une révulsion envers le racisme, les préjugés, la discrimination. Mais je sais que tu as été trompé, comme d'autres l'ont été, en te faisant croire que tu pouvais être antisioniste tout en restant fidèle aux principes que nous partageons toi et moi du fond du coeur. Que mes paroles sonnent dans les profondeurs de ton âme : quand les gens critiquent le sionisme, ne te trompe pas, ils pensent les Juifs."

Extrait de M.L. King Jr., "Letter to an Anti-Zionist Friend,"

Dieudonné Mbala Mbala devrait lire et relire cette lettre de Martin Luther King. Les Noirs de la tribu Ka, devraient eux aussi lire et relire cette lettre. Ceux qui soutiennent Fofana aussi devraient lire et relire cette lettre.

De tous temps, les Juifs furent les plus farouches partisans de la liberté et de l’émancipation des Noirs. Ayant connu l’oppression, ils ne pouvaient se taire devant elle.

Dieudonné, quelques Noirs, affirment que des Juifs furent des esclavagistes. Il y en eut en effet mais en nombre infime. Mais Dieudonné et ces Noirs évitent de parler de l’esclavagisme des Noirs par les Noirs (Mauritanie, Niger, Soudan et j’en passe) toujours en vigueur aujourd’hui et de l’esclavagisme des Arabes, encore d’actualité. Mais chut, il ne faut pas en parler. C’est politiquement très incorrect.

Un livre « Esclaves. 200 millions d’esclaves aujourd’hui » de Dominique Torrès (Editions Phébus) dresse un rapport accablant sur ce fléau. Ce livre, écrit en 1996 et réactualisé en mai 2005 dresse un constat accablant, terrifiant, sur ce fléau et sur les yeux bandés de l’Occident. Des pays sont montrés du doigt, des cas cités, des chiffres fournis : Maroc, Koweït, Arabie Sa

udite… Un article de Louis Chagnon dénonçait, le 7 janvier 2006, dans Liberty Vox, « L’esclavagisme musulman » et Ivan Rioufol, dans son bloc-notes dans le Figaro du 12 mai 2006 ne disait pas autre chose (de si politiquement incorrect) :

« Le dénigrement de la France, parlons-en. Alors que la nation a célébré, mercredi, son passé esclavagiste (sans oser rappeler les traites arabo-musulmanes et africaines), elle a dû essuyer auparavant une nouvelle attaque du président Abdelaziz Bouteflika : « Il eût sans doute mieux valu, dans l'intérêt de nos deux peuples et de leur amitié (...) que des Français disent à d'autres Français, de manière calme et ferme : «Oui, notre aventure coloniale a été génocidaire, oui, colonisation n'a pas rimé avec modernisation mais avec décivilisation, oui, notre Etat doit se purger de sa face obscure et pour cela (...) présenter ses excuses au peuple algérien.»

Alors, amis noirs, sachez reconnaître vos amis, les vrais, peut-être même les seuls. Pas les marchands de sirène qui n’ont que haine et mépris pour vous, l’Histoire est là pour en témoigner.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -