Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Une nouvelle affaire Al Dura. 14 juin 2006

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


 

Une nouvelle affaire Al Dura

Nous avons, avec le drame de Gaza, une nouvelle preuve de ce professionnalisme palestinien.

En effet, la tuerie de Gaza est l’œuvre des Palestiniens eux-mêmes (qui n’en sont pas à un crime près pour relancer leur cause).
Dès le carnage achevé, les Palestiniens se sont empressés de nettoyer la plage de tous débris, d’opérer en hâte, les blessés afin de leur retire le moindre éclat avant de les envoyer dans des hôpitaux, israéliens faut-il le préciser ? – afin de les soigner. Tout cela afin d ‘effacer la moindre trace de leur forfait.
Comme dans l’affaire Al-Dura, cette machiavélique mise en scène dans laquelle les médias occidentaux ont voulu voir la « barbarie » israélienne.

La condamnation de l’AFP, la photo par la même agence de la petite Hadil (7 ans) pleurant la mort de son père, ont fait le tour de la planète. Pauvre Hadil. Que pensera-t-elle lorsqu’elle saura que son père est mort par la faute des siens !

Le rédacteur de l’AFP jouissait d’enfoncer Israël. Il en jouissait tellement qu’il a même endossé la responsabilité en signant le communiqué et Euronews abondait en annonçant « Raids meurtriers israéliens contre des civils palestiniens ».
Les Palestiniens souhaiteraient-ils faire capoter le voyage d’Ehud Olmert en Europe qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement.

Des timides dépêches sont avancées : « Drame à la plage de Gaza: Israël ne serait pas responsable ». Hier c’était une « tuerie israélienne », aujourd’hui nous retombons au « drame » Et demain ? Un « incident », voire un « accident », si n’est pas la « fatalité » responsable de la mort à Gaza, sans spécifier combien de victimes, ni leur âge, ni qu’ils soient tous de la même famille. Peut-être même qu’Israël sera responsable car les Palestiniens auront minés la plage pour empêcher un débarquement israélien. Donc c’est encore et toujours Israël, le fautif.

Supposons, supposons seulement que ce soit un obus israélien qui soit tombé sur la plage de Gaza. C’est une bavure et les Israéliens se sont précipités pour présenter des excuses pour ce qu’ils n’ont pas fait, sans vérification et ont institué une commission d’enquête et la rue israélienne pleure ses victimes innocentes.
Lorsque les Palestiniens tirent des Qassam sur Israël, c’est avec la volonté délibérée de tuer des civils, des innocents. La rue de Gaza et de Ramallah exulte de joie.
Deux conceptions de la vie diamétralement opposées : l’une empreinte d’humanité, l’autre déshumanisée, bestiale, criminelle.
D’un côté ceux pour lesquels la vie a la primauté, l’autre pour laquelle ils sont prêts à sacrifier un million de vie pour que disparaisse Israël comme le disait Arafat.

Les Palestiniens sont devenus maîtres en communication. Goebbels disait : Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose ». Le mensonge est leur nature première. Puisse l’Europe et le monde n’en être plus dupe.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -