Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Marchandise à vendre. 27 et 28 juin 2006

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Le désavantage des billets écrits la veille c’est qu’avec l’actualité, ils deviennent vite obsolètes.
C’est ce qui se passe ce matin, 28 juin.

Hier après midi j’écrivais :

Ce 27 juin 2006, Guysen annonce :

L'Armée islamique, l'organisation terroriste impliquée dans le kidnapping de Guilad Shalit, a affirmé que les ravisseurs du soldat ne le remettront à aucune autorité arabe ou européenne gratuitement.

Je crains d’être mal réveillé. Parlons-nous de marchandises ? Un bien à acquérir, peut-être à louer ?

Et puis je me rappelle. Je me souviens de Ron Arad, le navigateur israélien abattu au-dessus du Liban et vendu par ses ravisseurs chiites du Hezbollah à l’Iran, avec la complicité du régime de Damas.

Je me souviens des innombrables personnes kidnappées, toujours au Liban, par des « activistes » (on ne dit pas terroriste, ce n’est pas bien, il faut parler d’activistes, voire de résistants mais pas de terroristes. On mentionne terroristes uniquement lorsque des occidentaux – et pas n’importe lesquels, généralement français ! sont kidnappés). Des « activistes » donc ont fait fortune dans ce commerce nouveau (enfin nouveau, je me comprends car l’esclavagisme, achat et vente d’êtres humains est une grande spécialité dans ces milieux, pardon, était jusque officiellement dans les années 60 et 80… Pas 1800, 1900).

Arte diffuse ce soir un reportage sur les prisons. Pas n’importe lesquelles. Les prisons israéliennes. Curieux exemple que ce pays, taxé de tous les pêchés d’Israël – c’est le cas de le dire – ouvre les portes des quartiers de haute sécurité de ses pénitenciers où sont justement internés ces « activistes » responsables de la mort de dizaines d’innocents, sans remords, jurant leurs grands dieux qu’on ne les y reprendraient plus, oups, pardon, que si c’était à refaire, ils le referaient. Ils crachent leur venin allègrement ; qu’ont-ils à perdre ?

Combien vaut la vie d’un être humain ? Grave question. Chez les Juifs, son prix est la valeur du monde entier car qui tue un homme c’est comme s’il tuait l’humanité et qui sauve un homme c’est comme s’il sauvait l’humanité. Chez les Arabes ? La même valeur ? Je me rappelle une injonction (est-ce dans le Coran, dans les hadith, les commentaires du livre sacré des musulmans, je l’ignore) dont des amis égyptiens, voulant me prouver l’extrême moralité de leur foi, m’assénaient : « Dam el moslem haram al moslem » Traduit cela donne : le sang du musulman est pêché pour le musulman. C’est magnifique, cette injonction de ne pas verser le sang, d’épargner le sang. Mais quel sang ? Le sang musulman seulement ?

Les ravisseurs de Guilad Shalit ne le remettront à aucune autorité arabe ou européenne gratuitement. Ce serait une concurrence déloyale. Diantre, il y a des règles à suivre si on veut être des dignes émules du El Hussein et consorts.

Ce matin, en ouvrant mon poste accroché à la radio juive, j’entends que Tsahal est entré dans la bande de Gaza pour libérer le soldat et l’autre jeune homme de dix-huit, kidnappé hier.
Les renseignements récoltés par Israël indiquaient que les terroristes ont l’intention de le déplacer dans le Sinaï. Tsahal, vu l’échec des négociations entreprises tant par Jérusalem que par l’Europe, Union Européenne, France et même par les Palestinens dont le chef du gouvernement du Hamas, présenté aujourd’hui comme modéré, a décidé de prendre les choses en main.

Hine lo yanum velo ichan Chomer Isrel, il ne dort ni ne sommeille le gardien d’Israël.
Israël prend soin de ses enfants et les ramènera, be ezrat Hashem, à la maison .

Que les terroristes, téléguidés par Damas, ne s’imaginent pas un seul instant jouir de l’impunité. Celui qui touche un fils d’Israël ne restera pas impuni : l’histoire nous l’a prouvé.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -