Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas que l'on te fasse (4 octobre 2006)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


J’ai aimé ce Kippour. Le Kol Nidré (et non pas, comme le dit mon ami Maurice, le Kol Nidre !) psalmodié à notre manière – celle qui va droit au cœur – m’émeut toujours autant. J’aime surtout le Hashem hou aelohim et le Hashem Melech. Ca me rappelle mon enfance, ça me rappelle mon père. Les murs de la synagogue tremblent ; à cause du chant ou de mes yeux embués… ?

J’ai aimé cette Neila où les murs du kal semblaient s’être encore élargis – comme chaque année – pour accueillir les nombreux fidèles – dont les habituels Juifs de Kippour – venus assister à la fin de l’office.

J’ai aimé la façon dont le Rabbin Chalom Benizri conduit cette prière. Sa voix, tout au long de ces 26 heures ne faiblit pas et le chofar, haut et fort, vient me rappeler que, il n’y a pas si longtemps, hier, trente-six ans déjà !, la main paternelle se posait une dernière fois sur ma tête, et père et fils étaient recouvert du même taleth. Cette bénédiction me manque depuis 1970, date du premier de mes Kippourim à cette synagogue et, date, hélas du dernier Kippour que j’ai fait avec mon père à la rue du Pavillon. Il sortait de l’hôpital, était assis à la dernière place de la troisième rangée à droite de la teva, à coté des ses amis Léon et Asher Hasson, ZL.

Kippour me serre le cœur quand je vois ces places naguère occupées par nos amis. Je me rappelle du doux Albert Mergian, souffrant à cause de ses jambes, debout, distribuant les mitzvot. J’entends Jacky Israël entonner le Vayabor. J’écoute Moïse Capelluto chanter la Neïla en muestro espaniol, Léon Hasson, droit comme un I, ouvrir les portes du Hekhal pour la Neïla. Ces yeux se sont éteints, ces voix se sont tues mais ils sont toujours présents. Aujourd’hui, à leur place, leurs enfants ont pris la relève, suivent leurs traces, et des maillons renforcent la chaîne. C’est très bien ainsi.

Nous entrons vendredi dans Souccoth puis viendra la plus belle des fêtes, du moins à mes yeux, Simhat Torah. Je redeviens toujours enfant à cette période. Je me revois à la Synagogue Abraham Betesh à Héliopolis puis à celle d’Elisabethville, fier comme Artaban, portant, serré contre moi, le petit Sefer Torah dont mon regretté père avait acquis la mitsvah et je revois ses yeux brillants de bonté, de fierté. J’aurais, je le souhaite je l’espère, le même regard lorsque ce sera au tour de mon petit-fils Sacha de le faire.
Je revois encore le brave Albert distribuant les drapeaux à la ribambelle d’enfants…

Mais l’actualité, c’est aussi ce qui se passe dans le monde. Cette fatwa contre un professeur, Robert Redeker, qui a disserté dans une libre opinion – libre opinion dis-je car la liberté de penser cela fait partie de notre culture, de notre tradition, de notre enseignement, non seulement à nous Juifs (nous avons en cela 5767 années d’expérience) mais celle du monde occidental.
J’ai été choqué d’entendre le représentant du Figaro, s’excuser à la télévision et dire que cela ne se reproduirait plus. Mais nul n’a protesté contre l’interdiction du quotidien en Tunisie et en Egypte !
Une fatwa n’a pas encore prononcée contre Benoît XVI pour avoir énoncé son opposition à l’intégrisme islamique. Il n’a été « que » qualifié de nazi et de serviteur du sionisme et des Américains.

Mais Ahmadinedjad et Chavez peuvent aboyer comme ils l’entendent aux Nations-Unies sans que personne ne s’émeuve, sans qu’aucun diplomate ne quitte la salle. Ils pérorent sous les applaudissements des chefs de gouvernement des pays arabos-musulmans.
Munich vous dis-je !

Les frères Ramadan, les Qaradawi, les muftis d’ici, de là, les chefs religieux musulmans ne seront pris en considération que le jour où ils ne diront plus que seul un Musulman peut parler de l’islam. Ils seront respectables le jour où ils condamneront les appels aux meurtres des Croisés et des Juifs. Ils seront crédibles le jour où ils arrêteront de parler de Juifs fils de singes, de porcs, de chiens etc… Ils seront sérieux le jour où ils ne diront plus : aujourd’hui c’est samedi, demain ce sera dimanche Aujourd’hui c’est le tour des Juifs, demain ce sera celui des Chrétiens.
Entre-temps, qu’ils laissent les autres s’exprimer.

Jusqu’à ce que ce jour arrive, il faut élever le ton et leur intimer l’ordre de se taire. Le judaïsme a donné un code de vie qui a été repris par le christianisme mais non, à ma connaissance, par l’islam. Ce précepte a été énoncé, il y a vingt-trois siècles, par Hillel le Sage : « Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas que l’on te fasse. Ceci est la Loi ».
Cette Loi devrait s’appliquer à tous. Les frères Ramadan, les Qaradawi, les muftis d’ici, de là, les chefs religieux devraient l’apprendre et ne pas s'en croire exemptés.

Le Hezbollah continue à ne pas appliquer la résolution 1701, le Hamas continue à tirer ses Qassam sur Israël et, depuis quelques jours s’entretue avec le Fatah L’Irak est a feu et à sang. Le Darfour, on n’en parle même pas, mais il y a des centaines de milliers de morts. Sur les listes de diffusion internet circulait, il y a quelques, la liste des « petits génocides maisons ». Cette liste est impressionnante et je suppose que le responsable de ces atrocités sans nom c’est Israël ! Le Darfur ? C’est Israël. L’Irak ? Encore Istraël ! La Tchetchenie ? Toujours Israël. Même les combats entre Fatah et Hamas sont de la faute d’Israël et le servent selon la Ligue Arabe

En ce concerne les élections communales de dimanche en Belgique, pour une fois, Israël n’est pas en cause. Quatre collectifs : assyrien, syriaque, kurde et arménien dénoncent les collusions avec l’extrême- droite et mettent en cause les partis politiques belges de s’allier avec les fascistes, non du Vlaams Belang ou du Front National, mais ceux qui nient le génocide arménien, les Loups gris par exemple. La communauté arménienne de Belgique met en cause le PS.
Le journal bruxellois Le Soir, la semaine dernière, parlait du votre communitariste et dénonçait des élus, d’origine non belge, ne sachant pas un mot de français ou de néerlandais. Jaaga, de la milice arabe européenne, avait raison finalement d’exiger que l’arabe soit la quatrième langue nationale en Belgique !

Mais brisons-la. A tous nos cousins musulmans qui ont entamé le Ramadan, je leur souhaite un Ramadan Karim, un Ramadan béni. A tous nos frères juifs une bonne fête de Souccoth. A tous mes lecteurs et lectrices une bonne semaine.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -