Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Mystification et mensonges (28 mars 2007)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Mystification et mensonges

Le 21 avril 1951 – je répète, le 21 avril 1951, un savant français, d’origine hongroise, Tibor Mende, publiait, dans le Monde, un article écrit dès 1949 et dont vous me permettrez de ne vous citer que quelques extraits.

Le problème des réfugiés de Palestine

"Pour comprendre les origines de ce problème terrifiant il est nécessaire de se reporter à l'époque de la lutte, en 1948. On peut poser mille fois la question de savoir pourquoi ces gens ont quitté leurs foyers de Palestine, on obtiendra mille réponses différentes. Certains ne voulaient pas vivre dans un Etat juif; d'autres ont fui la bataille et, une fois celle-ci terminée, n'ont jamais trouvé l'occasion de rentrer chez eux. Beaucoup plus nombreux sont ceux qui sont partis parce qu'on leur avait dit que c'était pour quelques jours, quelques semaines au plus, et qu'ils reviendraient avec les armées arabes triomphantes... Où est l'explication ? Qui est responsable de cette curieuse impasse ? Richard Crossrian, député travailliste, a essayé de donner une réponse à ces questions au cours du débat du 15 mars à la Chambre des communes. « Tant que nous compterons sur l'ONU pour faire quelque chose de sérieux pour l'établissement des réfugiés, nous ne ferons que nous leurrer, car l'ONU est une organisation politique. II y a la Ligue arabe et toute la politique de la Ligue arabe... ! La Ligue arabe a besoin du problème des réfugiés pour maintenir la cohésion contre Israël... L'établissement des réfugiés la priverait de son sujet de plainte le plus important?» ".

Un nouveau plan de paix serait à l’étude dans le monde arabe. Il serait, dit-on, plus souple : Israël devrait évacuer tous les territoires contestés depuis 1967 (je dis contestés et non occupés !) y compris Jérusalem et prévoir le retour des réfugiés de 1948 et ceux de 1967. Réfugiés et descendants de réfugiés ! Mais selon les critères du Haut Commissariat aux Réfugiés, ceux-ci ne seraient pas plus de quarante mille…

Le monde dit arabe n’a jamais admis que s’il y avait des réfugiés (faux réfugiés pour la grande partie) palestiniens, il y avait aussi de vrais réfugiés juifs chassés par les démocrates exemplaires à la tête des pays dits arabes. Près d’un million de Juifs, dont la présence en terre d’islam est de loin antérieure (de plus de dix siècles sinon plus) à celle de envahisseurs arabes du VII e siècle, ont été expulsés ou forcés au départ de leur terre ancestrale.
Juifs du Maroc, d’Algérie, de Tunisie, de Libye, d’Egypte, du Soudan, des Emirats, du Koweit, du Yémen, d’Aden, de Syrie et d’Irak… Près d’un million dont les trois quarts ont été accueillis par l’Etat d’Israël naissant.
Si nous prenons les chiffres de l’Onu, il y aurait eu six cent mille « réfugiés » palestiniens (sur une population de un million cent quatre vingt mille en 1948.
N’est-ce pas un échange de populations ? Le monde en a vu de ces échanges au vingtième siècle : cent dix millions de personnes déplacées : Grecs et Turcs, Indiens et Pakistanais, j’en passe et des meilleures. Qui parle encore d’eux ? Qui considère, aujourd’hui, leurs enfants et de leurs petits-enfants comme réfugiés !

Lors des négociations qui vont s’ouvrir, nous représentons, nous les Juifs originaires des pays dits arabes, une carte maîtresse. Nous devons nous signaler et faire savoir que le problème des réfugiés et, comme corollaire, celui des spoliations par les puissances arabo-musulmanes de nos biens (et croyez-moi, il ne s’agit pas de quelques casseroles, tapis, couvertures et les deux ou trois chameaux que les Palestiniens, que je plains, ont laissé derrière eux dans l’espoir de revenir, quelques jours après et se servir des biens des vaincus juifs), mais de bien plus. De dizaines, voir de centaines de milliards de dollars au cours d’aujourd’hui.

Les dirigeants arabo-musulmans essaient de manipuler l’Occident. On cherche aussi à nous diviser comme je l’ai démontré la semaine dernière.
Ne nous laissons pas faire.
Une organisation a été constituée : la JJAC, Justice for Jews for Arab Countries, justice pour les Juifs des pays arabes afin de recenser toutes les victimes juives.
Ceci est capital pour Israël, ceci est capital pour le peuple juif et surtout nous le devons à nos parents.

Certains, spécialement d’Afrique du Nord, pourraient avoir des réticences à se dire « réfugiés ». Et pourtant ils le sont.. Selon le Dr E. Hahn du Bureau du Haut Commissaire aux Réfugies, dans un document classé sous 7/2/3/Libya, du 6 juillet 1967, je cite, « suivant notre discussion récente concernant les Juifs du Moyen Orient et des pays d’Afrique du Nord, en conséquence des événement récents, je suis maintenant en mesure de vous informer que ces personnes peuvent être considérés, prima facie ,(preuve suffisante pour établir un fait) tombant sous la juridiction de ce bureau (du HCR) »

Il semblerait que quelque chose se passe. D’après le direct de Jérusalem de Radio Judaica de ce matin, 28 mars, des journalistes israéliens, accueillis avec enthousiasme, se trouveraient en Arabie Saoudite pour couvrir le sommet de la Ligue Arabe. Le visa du chef du bureau de Ha’aretz à Washington avait été refusé une première fois. Il devait accompagner une dizaines de journalistes qui couvraient le voyage de Condoleezza Rice à Ryad. Les rumeurs laissaient entendre qu’il pourrait le recevoir à Londres.

Une ère nouvelle s’ouvrirait-elle au Moyen-Orient ? Alevaï !

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -