Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Yom Hashoa et l'Eglise (18 avril 2007)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Yom Hashoa et l’Eglise

Dimanche, le monde juif a commémoré le jour de la Shoah. Comme chaque année, une cérémonie à laquelle participe les ambassadeurs en poste en Israel, a lieu à Yad Vashem. Cette année, le nonce apostolique, l’archevêque Antonio Franco,ambassadeur du Vatican en Israël, a refusé « douloureusement » d’y assister en raison d’une légende sous la photo de Pie XII, jugée offensante par lui pour l’Eglise.

Que dit cette légende :
« La réaction de Pie XII aux massacres des Juifs durant l’Holocauste est une question controversée. En 1933, alors qu'il était secrétaire d’Etat du Vatican, il a œuvré pour obtenir un concordat avec le régime nazi Lorsqu'il a été élu pape en 1939, il a mis de côté une lettre rédigée par son prédécesseur contre le racisme et l'antisémitisme. (Pie XI devait faire une déclaration, le 11 mai 1939, à l’occasion du dixième anniversaire du concordat entre le Vatican et Rome. Il décéda la veille).Et lorsque des rapports sur le génocide sont arrivés au Vatican, il n'a jamais émis la moindre protestation que cela soit verbalement ou par écrit Il s'est abstenu de signer en 1942 la déclaration des Alliés condamnant l'extermination des Juifs.
Quand des Juifs furent déportés de Rome, il n’intervint pas. Durant toute la guerre, le pape maintint une position neutre, à l’exception d’un appel, à la fin, aux dirigeants de la Hongrie et de la Slovaquie
Son silence et l’absence de ligne directrice, obligèrent le clergé d’Europe à décider de façon indépendante de l’attitude à adopter face à la persécution des Juifs
. »

Offensante ? Mais le silence de Pie XII comment le qualifierait-on ? De prudent ? De complice ? D’indifférent ? Jamais, au grand jamais durant la guerre, le pontife ne prononce publiquement le mot « juif ». Il se cantonna dans un « silence neutre ».

Benoît XVI déclara, le vendredi 3 mars à un groupe de prélats (document rendu public par le Vatican et relayé par l’AFP à 18.32 : « que le pape Pie XII est un « don » pour un siècle « aussi difficile » qui a connu deux guerres mondiales et deux idéologies « destructives: le fascisme-nazisme et le communisme » car il avait notamment »défendu le peuple allemand dans la grande catastrophe qu'a représenté la guerre »
03/03/2006 18:32 Cité du Vatian, 3 mars 2006 (AFP) - Benoît XVI : le pape Pie XII, « un Don » pour le XXe siècle.

Avant de refuser « douloureusement », le nonce avait demandé que Yad Vashem retire cette légende offensante pour l’Eglise mais la direction de Yad Vashem refusa car c’était, dans l’état actuel des choses, contraire à la vérité historique et que seule l’ouverture des archives vaticanes pourrait permettre d’avoir peut-être une vérité contraire sur le rôle du pape Pie XII.

Mais comment ne pas se souvenir du document retrouvé dans les archives du Ministère des Affaires étrangères du Troisième Reich. En date du 28 octobre 1943, l'ambassadeur d’Allemagne au Vatican, Ernst von Weiszäcker, adressait à Joachim von Ribbentrop, ministre des Affaires étrangères du Reich, le message suivant :
«Ambassade allemande auprès du Saint-Siège Rome, le 28 octobre 1943. » « Bien que pressé de toutes parts, le Pape ne s'est laissé entraîner à aucune réprobation démonstrative de la déportation des Juifs de Rome. Encore qu'il doive s'attendre à ce que cette attitude lui soit reprochée par nos ennemis et qu'elle soit exploitée par les milieux protestants des pays anglo-saxons dans leur propagande contre le catholicisme, il a également tout fait dans cette question délicate pour ne pas mettre à l'épreuve les relations avec le gouvernement allemand…». Signé : Ernst von Weiszäcker. (Document retrouvé dans les Archives secrètes de la Wilhelmstrasse, Plon, Paris, 1951 – Cité par Léon Poliakov).

Il est certain qu’avant de refuser d’assister à cette commémoration, le nonce a dû en informer le Secrétariat d’Etat. Il semblerait, d’après le International Herald Tribune du samedi 14 avril 2006, que sa hiérarchie l’aurait désavoué.

Le 15 avril, revenant sur sa décision, Mgr Antonio Franco a assisté à cette cérémonie.

Mais la blessure est infligée et reste vive…

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -