Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Gaza, la guerre civile (13 juin 2007

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Gaza, la guerre civile.

La guerre entre factions palestiniennes fait rage à Gaza. Le Fatah et le Hamas se battent depuis des mois et, c’est étrange, des voix s’élèvent maintenant dans la rue palestinienne affirmant que ce qui se passe, aujourd’hui, est pire que ce qui se passait durant l’occupation israélienne. Vous verrez qu’ils en viendront à regretter le temps où les Israéliens étaient là.

Des morts par dizaines, hommes, femmes et enfants (mais je ne lis pas de condamnation dans la presse). Au Liban, les Palestiniens qui se battent contre les forces libanaises sont qualifiés, par les médias, de terroristes. C’est un langage nouveau.
Mais, afin de rester politiquement correct, ces violences, bien entendu, sont à cause d’Israël !

Je participerai demain, be ezrat Hashem, à une conférence à Paris sur les réfugiés juifs des pays dits-arabes et nous débutons par un pays que je connais bien et que j’aime, même s’il m’a rejeté, l’Egypte.
Nous devons réaffirmer, avec force, que les réfugiés ne sont pas les seuls Palestiniens, que les résolutions sur les réfugiés ne s’appliquent pas aux seuls Palestiniens, que le statut héréditaire des réfugiés s’applique à personne et que c’est étonnant (c’est le moins que l’on puisse dire), que ce soit les seuls Palestiniens qui en soient les bénéficiaires.

L’année prochaine sera l’année de la Palestine en Belgique. En vertu de quoi ? N’y a-t-il que ce seul problème au monde ? Je voudrais signaler à nos élus qu’il y a trois cent mille morts au Darfur, des Noirs assassinés par des musulmans à la peau plus claire, dans l’indifférence générale. Le chiffre de quatre cent mille victimes est même avancé.

Les élections ont laminé en France le PS. En Belgique, la gauche ne sort pas grandie des législatives. J’aurais préféré, je vous l’avoue, une défaite plus prononcée, vous savez une défaite dont on ne se relève pas ou alors très mal. Cela arrivera. A ceux qui me disent que je n’aime pas la gauche, je voudrais leur répondre par une citation d‘Herbert Pagani que je fais volontiers mienne :

… Maintenant qu'il en existe une {de patrie}, l'antisémitisme renaît de ses cendres, pardon, de Nos cendres, et s'appelle anti-sionisme. Il s'appliquait aux individus, Il s'applique a une nation. Israël est un Ghetto, Jérusalem c'est Varsovie. Les nazis qui nous assiègent mangent du couscous et parlent arabe, et si leur croissant se déguise parfois en faucille, c'est pour mieux piéger les gauches du monde entier. Moi, juif de gauche, je n'en ai rien à faire d'une gauche qui veut libérer tous les hommes au détriment de certains d'entre eux, car je suis précisément de ceux-là. D'accord pour la lutte des classes mais aussi le combat pour le droit à la différence. Si la gauche veut me compter parmi les siens, elle ne peut pas faire l'économie de mon problème.

Je ne comprends pas. Non, je ne comprends pas comment un homme, au passé aussi prestigieux que celui d’Abraham Burg, leader du sionisme religieux, ancien président de la Knesset, ancien président de l’Agence juive, fils du légendaire Yossi Burg, crache désormais sur Israël et déverse sur lui son venin.

Abraham Burg a opté pour la nationalité française, s’est installé en France, et est devenu « un homme d’affaires ». C’est son droit de faire des affaires (encore faut-il savoir avec qui) mais épouser l’antisionisme misérable comme il le fait est honteux. Ou bien il est devenu sénile ou bien il a menti toute sa vie. Je me souviens l’avoir rencontré à Jérusalem en tant que chef de l’Agence juive. Il n’arrêtait pas de dire : la place du Juif est en Israël, venez en Israël etc… Une question : de quels appuis a-t-il disposé pour devenir, si rapidement, citoyen français ?

Pour Burg, l’avenir du judaïsme est en diaspora et non en Israël. Même un homme très à gauche, de la tendance de Shalom Akhchav, Yossi Belin, critique, à juste titre, ces déclarations.

Je suis triste, triste et peiné qu’un homme tel que Burg, pour lequel je professais estime et affection, se révèle finalement un opportuniste. Quel dommage !

Je vous fixe rendez-vous aussi, le 24 juin, sur les ondes de la RTBF 2 à 22H45 et sur les ondes de Franco O (outre-mer) le même jour, pour la seconde émission « Melting Pot » dont le sujet sera « Juifs et Noirs, le malentendu ». Je serai un des quatre invités qui débattront de ce problème.

A la semaine prochaine

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -