Accueil - sefarad.org

Moïse Rahmani

Aujourd'hui c'est samedi, demain ce sera dimanche (11 octobre 2007)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Aujourd’hui c’est samedi, demain ce sera dimanche

De tout temps le B’nai B’rith s’est engagé aux côtés de victimes de l’oppression et du racisme. Vous connaissez la fameuse photo de la marche des droits civiques dans laquelle nous voyons, au premier rang, Martin Luther King. Il est entouré des dirigeants du B’nai B’rith International, son président en tête.
Il était normal que nous nous engagions aux côtés de nos frères chrétiens victimes, victimes uniquement du fait qu’elles sont chrétiennes.

« Aujourd’hui c’est samedi, demain ce sera dimanche. Aujourd’hui c’est le tour des Juifsn demain ce sera le tour des Chrétiens ». Ce sont des slogans que l’on a entendus, dans les rues du Caire, en 1952 lorsque pour forcer le roi Farouk à abdiquer, la rue s’en est prise aux établissements et maisons juives.

Le titre de la conférence du Professeur Kolo est « L’Exode des Chrétiens d’Orient : parallèles et similitudes avec celui des Juifs ». Vous me permettrez, sans déflorer le sujet, vous dire ces quelques mots.

L’Occident et les pays dits arabes semblent ignorer, ou veulent occulter le fait qu’en 1948 près d’un million de Juifs habitaient ce qu’il est convenu d’appeler les états arabo-musulmans.

Le sort des Juifs du Moyen-Orient a été scellé le 15 mai 1948, le jour de la déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël. Afin de venger leur défaite, les états arabo-musulmans s’en sont pris aux Juifs. Ils ont chassé ou contraints au départ un million de femmes, d’hommes et d’enfants, les dépossédant au préalable de leurs biens.
Entre 1948 et 1973, les rares Juifs restant ont été les boucs émissaires des victoires d’Israël. Le Moyen-orient s’est déjudaïsé puisque, aujourd’hui, moins de quatre mille juifs y habitent encore.

Remontons l’histoire. Parcourons les siècles et arrêtons-nous au VIIe. L’islam conquiert le Maghreb et le Machrek. Ce ne sont pas des déserts. Ce sont des pays habités et ayant une civilisation déjà millénaire et brillante. C’est le berceau de l’humanité. Juifs, Chrétiens, Berbères y cohabitent depuis la nuit des temps. Rappelons que le christianisme s’est développé dans ces régions avant de toucher l’Europe.
La conquête arabe à peine achevée, dès 717 le Pacte d’Omar est établit. Il instaure la dhimmitude, c'est-à-dire, contrairement aux fausses idées reçues de protection des « Peuples du Livre », un statut de citoyens de seconde catégorie, taillables et corvéables à merci qui, pour voir la vie sauve, doivent s’acquitter de la djezia, de l’impôt de capitation. Les Juifs, les Chrétiens, les Zorastriens et les Berbères y sont assujettis.
En ce qui concerne les Berbères, leur culture ancestrale a été presque annihilée. Rappelons qu’un pharaon berbère Chechonk a régné sur l’Egypte, que Septime Sévère, St Augustin et trois papes au moins étaient berbères. Majoritaires au Maghreb ils sont minorisés de nos jours.

Je ne vous citerai pas toutes les clauses du Pacte d’Omar, notre conférencier en parlera bien mieux que moi, mais sachez que la rouelle n’est pas une invention chrétienne du Moyen-âge imposant un signe distinctif aux Juifs, mais une invention musulmane qui impose d’ajouter aux vêtements une pièce de tissu de couleur bleue pour les Chrétiens, jaune pour les Juifs.

Ce pacte en partie aboli à la fin du dix-neuvième siècle grâce aux puissances coloniales risque d’être établi à nouveau. Des mesures vexatoires sont quotidiennement prises à l’encontre des Chrétiens. Signalons qu’en Egypte, un Copte ne peut enseigner l’arabe, langue du Coran, qu’il est pratiquement impossible de bâtir des églises ou de les restaurer.

La peur est omniprésente. Signalons qu’il y a quelques jours, dimanche 7 octobre 2007, dans l’indifférence des médias, un Chrétien a été enlevé, torturé et assassiné à Gaza où il n‘y a plus que 3.000 Chrétiens sur une population totale d’un million cinq cent mille personnes. Son crime : refus de se convertir à l’islam. Sa librairie biblique a avait été incendiée quelques semaines auparavant.
Hier 10 octobre 2007, dans un faubourg de Bagdad, une famille chrétienne a été assassinée. Et demain ?

Le Moyen-Orient, riche de ses composantes juives et chrétiennes, déjà déjudaïsé se déchristianise.

Le Professeur Kolo citera des chiffres lors de sa conférence du 17. Vous m’en permettrez un seul : Bethléem, ville chère à la chrétienté, peuplée en 1967 de quatre-vingt-quinze pour cent de Chrétiens, ne l’est plus qu’à cinq pour cent.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -