Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Elias Canetti : les livres majeurs du Prix Nobel de la littérature. Par Myriam Rahmani

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Les Editions Albin Michel publient les œuvres majeures d’Elias Canetti prix Nobel de Littérature.

Voix de Marrakech
161 pp. – 13,60 euros – ISBN 2-226-01032

Elias Canetti fait un voyage à Marrakech en 1954 et relate dans son journal les voix, les bruits, les gestes et les images qu’il enregistre au cours de ses promenades à travers les quartiers arabes et juifs de la ville. Il décèle ce qui se passe entre ces hommes étrangers et il approfondit leur attitude devant la mort.

La langue sauvée. Histoire d’une jeunesse 1905-1921
363 pp. – 21,50 euros – ISBN 2-226-15968-1

Ce livre constitue le premier volet de l’autobiographie d’Elias Canetti. Il parle de son enfance en Bulgarie, en Angleterre, en Autriche et en Suisse. Ces observations d’enfant, composent la toile de fond de ce livre où tout parle au cœur : l’amour du père dont la mort prématurée délivre à l’enfant sa propre crainte de la mort ; le rapport à la mère qui lui ouvre les portes du vaste monde de la langue et de la littérature ; les premières inimités et toutes les petites expériences quotidiennes déterminantes, et enfin, l’écroulement de l’enfance.

Histoire d’une vie 1921-1931. Le flambeau dans l’oreille
388 pp. – 21,30 euros - ISBN 2-226-01424-1

Contact étroit avec les êtres, par leur observation rigoureuse, cette seconde partie de l’Histoire d’une vie se termine par l’évocation du premier personnage littéraire de Canetti : volonté de désigner la fusion accomplie de la littérature et de l’homme, rendue possible par une langue translucide, hommage explicite à Stendhal, l’un des maîtres d’Elias Canetti. P> Jeux de regard. Histoire d’une vie 1931 –1937.
327 pp. – 19,80 euros - ISBN – 2-226-03124-3

Alma Mahler, Hermann Scherchen apparaissent dans ce livre sous un jour surprenant. On y découvre aussi de merveilleuse jeunes femmes comme Veza, la belle et très et intelligente épouse, Anna Mahler, Marion Gropius, la naïve et impétueuse Friedl. Outre ces rencontres humaines, des œuvres du passé – Büchner, Grünewald, Goya, Breughel – contribuent à initier au réel le jeune écrivain.
Mais tandis que se multiplient les signes prémonitoires d’une catastrophe imminente, Canetti retrouve, pour la perdre définitivement, sa mère. Il lui consacre des pages parmi les plus lucides et déchirantes que l’amour et la mort aient inspirées.

Les années anglaises
349 pp. – 21,50 euros – ISBN 2-226-15963-0

Après les trois volets de son autobiographie, Elias Canetti s’est penché sur ses « années anglaises ». Rassemblée et ordonnée après sa mort en 1994 à l’instigation de sa fille, cette suite fragmentaire et achevée de l’ « Histoire d’une vie » mêle journal intime et galerie de portraits.
Emigré à Londres dès 1939 avec sa femme Veza, Canetti se fait le témoin de l’Histoire et brosse un brillant panorama de la vie britannique pendant et après la guerre. Il observe avec curiosité les mœurs et le caractère des Anglais et dénonce la froideur sous le masque de la courtoisie, de ce monde dans lequel il s’intègre difficilement. Ainsi, gens de lettres, savants, historiens, politiciens ne sont pas épargnés par sa causticité redoutable.

Elias Canetti est né en 1905 à Rustschuk, en Bulgarie. Sa famille s’établit en Angleterre en 1911, puis à Vienne en 1913. C’est là qu’il fait ses études et qu’il obtient en 1929 un doctorat de philosophie. En 1938, fuyant le nazisme, il quitte Vienne pour Londres, puis Zurich où il décède en 1994. Il a reçu le prix Büchner, en 1972, et le prix Nobel, en 1981.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -