Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

La liste de Saint-Cyprien

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


La liste de Saint-Cyprien


par Marcel Bervoets-Tragholz

L’odyssée de plusieurs milliers de Juifs expulsés le 10 mai 1940 par les autorités belges vers des camps d'internement du Sud ... antichambre des camps d'extermination

Editeur :
Alice Editions - Bruxelles (Octobre 2006)

Présentation
Dès l'aube du 10 mai 1940, avant même l'offensive éclair des troupes de Hitler, et pendant quelques jours, plus de 8 000 Juifs réfugiés en Belgique - dont plus de 4 500 ont été identifiés - ont été déportés par les autorités de leur pays d'accueil vers le Sud de la France. Parmi eux, un Autrichien, Hans Tragholz, le père de l'auteur, que ce dernier n'a pas connu ; il est mort à Buchenwald en 1945. Un silence de plomb recouvre, depuis lors, cet épisode collectif particulièrement sombre. Tout au long d'une enquête menée avec détermination pendant trois ans à partir d'une découverte inattendue, Marcel Bervoets veut comprendre ce qui s'est réellement passé. Quelles circonstances, quelles raisons - d'Etat, ou autres - ont conduit son père et ses compagnons d'infortune dans les villages de Saint-Cyprien et Argelès-sur-Mer, près de Perpignan, au camp d'internement de Gurs, dans le Béarn, et, au-delà, pour beaucoup, sur le chemin de la mort ? Le résultat de cette enquête méticuleuse, preuves irréfutables et documents officiels à l'appui, est implacable. Et bouleversant. Car c'est aussi à travers des lettres, notes, suppliques, journaux intimes, que « La liste de Saint-Cyprien » raconte le destin tragique de ces milliers d'individus, victimes de la vilenie des hommes.

L’auteur
Né en 1941 à Anvers, Marcel Bervoets, licencié en Philologie romane, a vécu plus de vingt ans en Afrique avant de regagner l'Europe en 1984 pour s'installer à Aix-en-Provence. Reconverti dans le tourisme, il devient conseiller de la ville de Marseille.
Ne résistant pas à l'appel de l'Afrique, il repart en 1995 pour s'installer à Zanzibar où il occupe la fonction de conseiller auprès du Ministère du Tourisme jusqu'en 2000, année au cours de laquelle il décide de mettre un terme à trente-cinq ans de pérégrinations. Il s'installe définitivement à Aix-en-Provence où, depuis 2003, il consacre une bonne partie de son temps à des recherches liées à son passé familial fortement marqué par les effets du nazisme.

Extrait de l’introduction
:
(...) Peu après avoir quitté Perpignan, ma mère a insisté pour faire un détour par le village de Saint-Cyprien. Sans chercher à comprendre le but de cette escapade impromptue, j’ai accédé à sa demande et nous nous sommes arrêtés dans ce village sans charme aux maisonnettes désespérément banales, perdu au bord de la mer. Comme nous déambulions déjà depuis une demi-heure sans but apparent, j'ai fini par imaginer que ma mère s'était soudainement éprise de la plage, qui me paraissait pourtant sans intérêt. S'apprêtant à remonter en voiture et visiblement déçue de sa promenade, elle s'est alors tournée vers le vide, lançant, dépitée : « Et pourtant, ici, il y avait bien un camp ! ».
Sur le coup, cette exclamation m'a paru incongrue ; je ne trouvais pas le moindre élément rationnel me permettant de saisir le sens qu’il convenait de lui donner, encore moins d'en comprendre la raison. Elle n'ajouta pas un mot, ni sur l’instant ni pendant le restant de sa vie.
35 ans plus tard, j’allais comprendre.

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -