Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Toujours j’aimerai la mer

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Le titre n’est pas sans me rappeler le vers célèbre de mon poète préféré : Charles Baudelaire « Homme libre, toujours tu chériras la mer ».

Je connaissais l’amie. Je découvre la femme. Dans « Toujours j’aimerai la mer… », Joelle Perelberg, auteur d’un émouvant « Oncle Isak » qui nous brossait, à travers une chronique familiale, l’histoire des pionniers de la Palestine, nous met son cœur à nu.
Rares sont les livres qui vous prennent, dès le début, aux tripes et ne vous lâchent pas. Chaque mot possède sa charge émotionnelle et vous va au cœur. On sent, au travers des lignes, qu’elles ont été irriguées de larmes et on ne peut empêcher les siennes de couler.
En hommage à l’Absent, Joelle nous raconte, leur combat commun contre la maladie qui emportera son Homme. En quelques pages d’une écriture fine, aux phrases courtes et incisives, l’auteur fait des allers-retours entre leur rencontre et la découverte du mal qui emportera son compagnon.
Aucune mièvrerie dans le propos, aucun apitoiement sur soi-même, de l’amertume, certes mais aussi juste le sentiment d’une histoire qui ne s’achève pas. La dédicace n’est-elle pas « A l’Absent ». Son Marc est juste absent. S’il n’est pas là, s’il n’est plus là, il vit et revit en elle. Une formidable leçon de vie, une formidable leçon d’espoir, une formidable leçon d’amour. Oeuvre vraie, oeuvre forte, ce témoignage plein de courage décrit la complicité entre deux êtres : complicité de couple et complicité professionnelle toutes deux réussies.
Ce livre est également un plaidoyer afin que les choses changent dans les hôpitaux et que les malades aient droit à la vérité.
Je disais que je connaissais l’auteur. Joelle est entière, loyale, enthousiaste, un peu une espèce en voie de disparition, celle du « chevalier blanc ». C’est une femme de conviction qui refuse la compromission et qui va au bout de ses convictions. Une femme droite et qui exige des proches la droiture.
Avec ce livre, je découvre une femme d’une sensibilité à fleur de peau, une femme dans la tradition de nos épouses juives, femme, mère, amante et amie en même temps.
Merci Joelle pour le livre que j’aurais préféré que tu n’écrives jamais.

Joelle Perelberg
Toujours j’aimerai la mer
Editions Publibook
106 pages – 10 euros
ISBN 978-2-7483-4958-0 <.B>

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -