Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Des livres pour Pessah

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Quelques livres pour Pessah

 

 

*********

 

Yodéa, spécialisée dans l’édition d’ouvrages sur le judaïsme moderne - nous nous souvenons du très beau « Sotah. Soupçons d’adultère » de Naomi Ragen (http://moise.sefarad.org/livre.php/id/349/) -  constitue une collection sur les fêtes juives, livres destinés aux enfants entre 3 et 7 ans..

 

L’auteur a inventé une famille d’araignées, la famille Spider, qui habite chez les Chapiro. Samy regarde, d’un œil intéressé, les préparatifs que Mme Chapiro entreprend à l’occasion des fêtes juives. Madame Spider, la maman de Samy les lui explique.

 

Yodéa nous adresse, à l’occasion du Chabbat Gadol et de Pessah deux très intéressants livres pour enfants.

 

 Le premier chabbat de Samy Spider nous donne les explications nécessaires au Chabbat et à son importance dans la vie juive.

En quelques pages joliment illustrées par Katherine Janus Kahn, Sylvia Rouss, à travers l’histoire de Sally Spider,  une araignée, nous raconte les préparatifs de Chabbat.

Un livre qui enseignera aux enfants l’importance de ce jour et sa place fondamentale dans le judaïsme.

 

Le premier Pessah ouvre cette nouvelle collection sur les fêtes juives.

Les textes de Sylvia Rouss, enrichis des très beaux dessins de Katherine Janus Kahn, nous plongent, via le prisme de cette araignée Samy Spider, dans les intenses préparatifs de cette merveilleuse fête qui marque le début du peuple juif en tant qu’entité politique. Tous les préparatifs, le sens de la fête, le seder, les symboles sont expliqués et donneront à nos enfants le désir et le gout d’en savoir plus.

 

Le premier chabbat de Samy Spider

ISBN 978-2-914-08488-8

Et

Le premier Pessah de Samy Spider

ISBN 978-2-2913-08494-9

 

Ces deux titres constituent le départ d’une nouvelle collection, destinée aux jeunes de 3 à 7 ans et qui s‘échelonnera, en fonction des fêtes, durant toute l’année 2010.

 

 

*********

 

Août 1909. Ferenczi accompagne Freud et Jung à New York à l’occasion d’une conférence à laquelle assiste Rutherford, le père de la physique moderne. Tel est le point de départ – réel – de ce roman aussi émouvant qu’érudit qui réinvente une passionnante aventure humaine et intellectuelle : la rencontre de célèbres penseurs qui vont bouleverser en profondeur mes esprits.

L’auteur, un physicien d’origine hongroise, réalise le rêve de Ferenczi et de Pauli : faire converger les sciences de la psyché et celles de la nature dans une étourdissante fresque historique.

Ce livre n’est pas un simple roman ; c’est plutôt une reconstitution littéraire de a vie intellectuelle de la Mitteleuropa.

 

Trois explications du monde

Par Tom Keve – Editions Albin Michel

556 pages – ISBN 978-2-226-19587-6 – 25 euros

 

*********

 

Nous connaissons Marc-André Charguéraud. C’est un historien, auteur d’une série de livres qui traitent de l’attitude des Alliés, des neutres ou des communautés religieuses face à la persécution des Juifs et à la Shoah.

Dans cet ouvrage, l’auteur nous apprend qu’au terme de la Seconde Guerre mondiale, en Europe de l’Est, survivent plus d’un million de rescapés de la Shoah. À peine libérés, des pogroms meurtriers s’abattent sur eux. Les persécutions continuent. Ils n’ont plus qu’une alternative ; fuir.

Au fil  des années, ce sont près d’un million de Juifs qui se voient contraints de se réfugier hors de leurs terres natales, en Israël notamment. L’Europe de l’Est est judenfrei 

Ce dernier chapitre de la Shoah se déroule sous les yeux du monde libre, vainqueur, mais très largement antisémite malgré la catastrophe.

Pendant les premières années de l’après-h-guerre, la plupart des pays qui composent ce « monde libre » ont fermé leurs portes aux survivants juifs en quête d’un refuge. La plupart des historiens arrêtent leurs travaux à la victoire des Alliés, en mai 1945. Le martyr des survivants de la Shoah est le premier ouvrage à embrasser l’ensemble du sujet. Il permet de questionner nombre d’idées reçues, relever des situations paradoxales et replacer certains événements dans un contexte plus large.

 

Le martyr des survivants de la Shoah

Marc-André Charguéraud – Editions Labor et Fides – Cerf

288 pages ) ISBN LF 978-2-8309-1349-1 – 24 euros

 

*********

 

Les Éditions Persée nous envoient trois ouvrages :

 

Le premier, nous parle d’un enfant du siècle, déchiré entre laïcité et tradition et qui plonge dans les racines de sa mémoire afin d’extirper les non-dits et surtout révéler comment naissent et grandissent les enfants de la haine.

Il retrace l’histoire de son clan : le pogrom de Constantine, la vie des Juifs en Algérie, la survie des siens à Lyon sous l’occupation nazie.

Tissant des liens permanents entre l’Histoire et son histoire, l’auteur nous entraîne avec humour et tendresse en souks et ces passages étroits qui traversent les pâtés de maisons, à Lyon que l’on nomme des traboules, entre superstitions et rituel des fêtes juives. Denis Azoulay nous raconte aussi la fracture des Juifs avec le monde arabe.

L’initiation, sa bar-mitsvah ainsi que la découverte de la Terre Promise ancrent en lui le sentiment d’appartenance à un peuple.

 

Mal et fils

Par Denis Azoulay – Éditions Persée

320 pages – ISBN 978-2-35216-189-0 – 20 euros

 

 

Et, chez le même éditeur,

 

Un plaidoyer pour un homme politique ! Pour son premier livre, l‘auteure, émigrée d’origine,  née d’une mère juive et d’un père musulman, fière d’être française depuis cinquante-trois ans, par humanité et par honte de ce qu’elle lisait sur lui a choisi de défendre Nicolas Sarkozy.

Elle se demande comment on peut s’acharner sur un homme à ce point. Il fait un pas ? Il est traîné dans la boue.

 

Laissons-le agir enfin !!

Par Leïla Richard

80 pages – ISBN 978-2-35216-506-4 – 11 euros

 

Et un roman, prenant comme un film

Pierre a raté sa vie.  Seul, sans femme ni enfants, un travail et un salaire minables, il veut se suicider et conclut un contrat avec des mafieux afin qu’ils l’exécutent.

Le hasard veut qu’il gagne une somme énorme et que sa vie change.

Il ne peut plus arrêter la machine et doit apprendre à tuer pour s’en sortir.

Un livre haletant, palpitant, qui se lit comme on regarde un film.

 

Le contrat infernal

Par Jean-Jacques Osmond –

114 pages – ISBN 978-2-35216-508-8 – 12 euros

 

*********

 

Un livre sur la chasse. Pas n’importe quelle chasse : la chasse à l’homme. Chasse aux esclaves fugitifs, aux Peaux-Rouges, aux Noirs, aux pauvres, aux apatrides, aux Juifs, aux sans-papiers ! Rafles à la sortie des écoles, démantèlement de la « jungle » de Calais, cette chasse n’est pas à entendre comme une métaphore.

L’histoire des chasses à l’homme est une grille de lecture de la longue histoire des dominants.

Ces chasses ne se résument pas à des techniques de traque et de capture : elles nécessitent de tracer des lignes de démarcation parmi les êtres humains pour savoir qui est chassable et qui ne l’est pas. Aux proies, on ne refuse pas l’appartenance à l’espèce humaine : simplement ce n’est pas la même forme d’humanité. Mais parfois, on n’est pas à l’abri d’un retournement de situation, où les proies se rassemblent et se font chasseurs à leur tour.

Grégoire Chamayou, agrégé de philosophie, nous explique que bien que la chasse à l’homme remonte à la nuit des temps, c’est avec l’expansion du capitalisme qu’elle s’étend et se rationalise. Le grand pouvoir chasseur, qui déploie ses filets à une échelle jusque-là inconnue dans l’histoire de l’humanité, c’est celui du capital.

 

Les chasses à l‘homme

Par Grégoire Chamayou – Édition La Fabrique

246 pages – ISBN 978-2-35-87200-52 – 13euros

 

*********

 

Depuis sa naissance au début du XIXe siècle jusqu’au dernier quart du XXe », l’historiographie juive a fait l’économie de celle des Sépharades et des Juifs orientaux.

La recherche de Ruth Toledano Attias porte sur les mécanismes idéologiques qui ont masqué ou altéré la réalité historique. Cette recherche tente de montrer comment l’image des Sépharades orientaux a été affectée par les idéologies ou les mythes à l’œuvre dans les paradigmes étudiés tandis que le discours historiographique les concernant a subi toutes sortes de torsions.

L'étude du paradigme sépharade dans lequel le mythe de l’Âge d’or médiéval espagnol jour le rôle de paradigme et ne put fonctionner que parce que les Sépharades ont participé au pouvoir politique avec « grandezza », grandeur. Il fonctionne comme une idéologie européenne dans la lutte pour l’émancipation politique des Juifs d’Europe, mais il est aussi le paradigme d’une rencontre virtuelle ou pseudorencontrée entre les deux segments de judaïcité mondiale ; il s’agit pour les Juifs allemands d’établir une équivalence entre le mythe de la supériorité sépharade et le mythe de la supériorité européenne afin de faciliter leur intégration dans la société allemande de la même manière que les Sépharades l’auraient été dans l’Espagne médiévale qui fut une des puissances européennes de l’époque.

Le paradigme colonial se présente comme l’inversion du mythe précédent ; au cours de la première rencontre effective entre les Juifs d’Europe et ceux des pays musulmans, dans les pays conquis au moment de la pénétration coloniale par les puissances européennes occidentales au XIXe siècle. Il montre comment l’idéologie de la supériorité de l’Europe occidentale (et des institutions juives de la métropole) s’exerce sur le monde oriental.

L’étude du paradigme sioniste tente de mettre en évidence la transformation de l’utopie sioniste en idéologie dans les relations qui s‘établissent entre les deux composantes de la judaïcité mondiale en Israël, après l’immigration, massive des Juifs sépharades/orientaux après 1948. Presque tous les Juifs qui peuplent Israël sont des immigrants. Le paradigme sioniste fonctionne d’abord comme une utopie dans le projet de renaissance de l’État d’Israël puis comme une idéologie dominatrice vis-à-vis des communautés d’Orient, lorsqu’il se présente comme une variante du mythe de la supériorité européenne induit par les Juifs d’Europe de l’Est.

Ainsi voit-on évoluer l’image des Sépharades : l’image mythique valorisée des Sépharades au XIXe siècle a subi une altération-dévalorisation qui excède l’inversion du mythe sépharade.

 

L’image des Juifs sépharades dans l’historiographie juive au XIXe et XXe siècles

Par Ruth Toledano-Attias Atelier National de Reproduction des Thèses, ANRT

Tome I 342 pages, Tome II, 758 pages – ISBN 978-2-729-57604-2 – 78,50 euros

 

*********

 

Dans ces petits éclats de mots, Gabriel Boccara nous emmène dans une découverte jubilatoire. Une nouvelle orthographe pour de nouvelles significations. Du grand art qui, printemps aidant vous fera rire aux éclats. Bravo .

 

Pope-Corn

Par Gabriel Boccara – Éditions de la Table Ronde

96 pages – ISBN 978-2-7103-3156-8 – 9,80 euros

 

*********

 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -