Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour les longs week-ends de mai

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Mai, le plus beau des mois, nous amène ses longs week-ends. Au nord, il fait gris et froid. Alors, pourquoi ne pas lire ?

Au Sud, le soleil fait des apparitions et il faut bon lézarder au soleil. Assis sur votre chaise longue, un bon livre à la main, n’est-elle pas belle la vie ?

 

Shoah

 

 

Dès le 18 janvier 1943, le Ghetto de Varsovie résiste aux déportations.

« My nie chcemy ratować życia. Żaden z nas żywy z tego nie wyjdzie. My chcemy ratować ludzką godność. Nous ne voulons pas sauver nos vies. Personne n’en sortira vivant. Nous désirons seulement sauver notre dignité d’homme ».

Ces par ces mots que Mordechaï Anielewicz, déclare la guerre aux nazis.

C’est avec ses paroles qu’il galvanise, le 18 avril 1943, les quelques dizaines de combattants – le chiffre de 220 jeunes, entre 13 et 22 ans est avancé-, survivants du Ghetto de Varsovie. Il instille en chaque personne qui l’écoute cette petite flamme, ce d-feu ardent, cette lumière qui les fera mourir debout pour l’honneur et la dignité du peuple juif. Ils se battront, parfois à mains nues, contre une armée plusieurs dizaines de fois supérieures en nombre, contre des  chars et des lance-flammes.

Les Allemands pénètrent le 19 avril dans le Ghetto ? Ils pensent pouvoir en finir en trois jours  (la Hollande, la Belgique, la France ne se sont-elles pas rendues après quelques jours de combats). Le Ghetto résistera un mois. Un mois ou ces jeunes désarmés, mettront en échec les nazis, les feront même reculer. Un mois d’une lutte héroïque, pur la dignité, pour mourir debout.

Dehors, hors les murs, un manège tournait et les Polonais regardaient, parfois goguenards et souriants, le drame qui se jouait sous leurs yeux.

La voix des Juifs assassinés par les nazis résonne, depuis toujours, dans l’œuvre de Rachel Hausfater, écrivain et enseignante d’anglais. Avec ce témoignage émouvant elle nous faut revivre les derniers instants du Ghetto où les Juifs sont partis part e haut, par le beau, sont morts en hommes libres et fiers, vivant jusqu’au bout.

 

Mordechaï Anielwicz : « Non au désespoir »

Par Rachel Hausfater – Actes Sud Junior

96 pages – ISBN 978-2-7427-9082-1 – 7,80 euros

 

*********

 

En 1933 Max, le fils bâtard d’une prostituée, s’enrôle dans les SS à, l‘arrivée d’Hitler au pouvoir.

Affecté dans un camp de la mort, il voit son meilleur ami – un Juif – et toute sa famille exterminée.
À la fin de la guerre, il se fait passer pour juif et endosse l’identité de son ami.

Il épouse la cause juive, rejoint la Palestine où il devient barbier et sioniste.

Trente ans avant « Les Bienveillantes » « Le nazi et le barbier » est le premier roman sur la Shoah écrit du point de vue du bourreau.

 

Le nazi et le barbier 

Par Edgar Hilsenrath – Editions Attila

520 pages – ISBN 978-2-917084-17-5 – 23,50 euros

 

*********

 

 

Vie pratique

 

Quel délicieux ouvrage !

Toute la magie du plus beau jour de la vie d’un couple réunie dans ce magnifique cadeau que nous fait cette immense écrivaine qu’est Michèle Kahn.

En quelques pages, pleines de tendresse et d’humour, Michèle Kahn nous invite à pénétrer l’univers des préparatifs de cet instant solennel ou deux êtres se disent oui pour la vie et saurons (presque) tout sur le mariage civil et religieux selon les différents rites : chrétiens, juif, musulman, hindou, boudhiste

Elle nous détaille, en quatorze chapitres, tous les préparatifs : de la conception du faire-part de la sélection du traiteur ou de la salle, de la robe de la mariée au  choix des témoins, du cassement de tête (oui, c’en est un !) de l’installation des personnes à table (mille fois sur le métier tu remettras ton ouvrage…) à la décoration et à l’orchestre…

Et le jour J arrive. Ce jour qui marquera des vies : la vôtre, bien sûr, celle de vos parents et aussi celle de vos amis et auquel .Michèle Kahn, journaliste, écrivain, membres de plusieurs jurys littéraires aura contribué avec ce « Petit roman du mariage».

Et, last but not least, le mariage terminé, comment célébrer les anniversaires de vos noces, de celle de coton, la première année à celle d'eau, la centième (oui ca peut arriver !).

Notre amie Michèle Kahn nous apprend, en fin d'ouvrage, que le couple qui détient le record du mariage le plus long habite Tianjin, en Chine. Liou Fuben, 95 ans et son épouse Shi Jihuin, 100 ans, affirment avoir fêté leurs noces d'uranium ayant partagé ennsemble 85 ans de bonheur. Nosu ne pouvons que leur souhaiter "ad mea ve esrin"

 

Le petit roman du mariage

Par Michéle Kahn – Editions du Rocher

128 pages – ISBN 978-2-268-06943-2 – 9,90 euros

 

*********

 

Essai

 

Dans cet ouvrage, Khalil Merroun, tente de répondre aux questions que les médias soulèvent régulièrement.

Souvent l’amalgame est fait entre religion et politique, foi et attentats terroristes, cultures et traditions. 

Khalil Merroun entend ainsi aider à  une meilleure compréhension de l’islam par la société française.

 

Français et musulman ; est-ce possible ?

Khalil Merroun, entretiens avec Isabelle Lévy – Éditions Presses de la Renaissance

228 pages – ISBN 978-2-7509-0543-9 – 17 euros

 

*********

 

L’image qu’on a aujourd’hui de l’empire assyrien est celle d’un état cruel, voué à la guerre et pratiquant cet art avec une cruauté raffinée. La réalité est plus nuancée : s’ils affichent une politique de conquêtes, les souverains préfèrent les solutions pacifiques : que les peuples affirment leur allégeance et ils restent libres d’honorer leurs dieux et de respecter leurs traditions culturelles, mais, contrairement au concept d'himmitude de l’islam, ils peuvent organiser leur vie politique.

 

L’auteur, professeur à l’Université d’Udine, nous donne une image nouvelle de cet Empire qui fut l’un des plus puissants de l’Antiquité.

 

Guerre et paix en Assyrie. Religion et impérialisme

Par Frederick Mario Fales – Editions Cerf

256 pages – ISBN 978-2-204-09237-1 – 20 euros

 

Et, chez le même éditeur

 

Une analyse fascinante de la figure du Juif errant. Condamné à une errance perpétuelle pour avoir frappé Jésus dans la montée du Calvaire, le Juif errant devient, dès le XIIIe siècle, un mythe ambigu, porteur à la fois du thème du Juif témoin de la Passion et de motifs antijudaïques.

 

Le Juif errant ou l‘art de survivre

Par Marcello Massenzio

156 pages – ISBN 978-2-20409236-4 – 15 euros

 

 

Et, du même éditeur

 

Un petit ouvrage déroutant, mais fascinant, une méditation angoissée sur l’existence propre de la parole.

 

La chanson d’amour de Judas Iscariote

Par Juan Asensio

128 pages – ISBN 978-2-204-09073-5 – 16 euros

 

*********

 

Roman historique

 

Éminente spécialiste de l’Antiquité (ses ouvrages font référence) Violaine Vanoyeke, latiniste, helléniste, égyptologue (entre autres) est l’auteure de 77 livres.

Avec cette intrigue palpitante, fondée sur une réalité historique, elle nous plonge dans l’Égypte de Ramsès III.

Dernier grand souverain du Nouvel Empire, ce pharaon régna 31 ans entre 1186 et 1154. Il accrut le prestige de l’Égypte.

Un jeune prophète thébain, Khat, décide de partir sur les traces de sa famille qui a disparu, mystérieusement, à Memphis.

Ramsès III se trouve alors au centre d’un gigantesque complot, sans doute le plus audacieux et le plus grand de l’épopée égyptienne. Alors que les comploteurs veulent mettre leur plan à exécution, le pharaon disparait. Enlèvement, assassinat ? Khat est suivi, menacé, mais va de découverte en découverte…

Cet ouvrage est enrichi de photos ? Par ce bais, Violaine Vanoyeke, nous montre la puissance de ce pharaon grâce aux images de son temple à Medinet Habou et de sa sépulture aux peintures d’une rare finesse, dans la vallée des Rois

 

Ramsès III. Complots contre Pharaon

Par Violaine Vanoyeke -  Éditions Alphée

334 pages – ISBN 978-2-75-38-0585-9 – 21 euros

 

*********

 

 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -