Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

A la découverte du judaïsme en 101 mots (23 juillet 2010)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


 À la découverte du judaïsme en 101 mots.

 

Albert Guigui est Rabbin. Mieux, il est Grand Rabbin de Bruxelles et Grand Rabbin attaché au Consistoire.  Il est aussi enseignant. Mieux, il est inspecteur d’Académie du côté francophone du pays. Il écrit aussi. Mieux sa qualité de pédagogue, alliée à ses connaissances (encyclopédiques) du judaïsme lui permet, malgré la densité des thèmes abordés, de les rendre aisés à lire, faciles à comprendre (n’est-ce pas le rôle de l’éducateur que de restituer, dans un langage compréhensible, une matière ardue ?). Il rend simple le passage le plus hermétique  

Nous en avons déjà rendu compte en leur temps de ses livres : outre de nombreuses contributions essentielles à des ouvrages collectifs, il a publié, aux Éditions Racine à Bruxelles : Le judaïsme. Vécu et mémoire (2004), Dieu parle aux hommes (2007) et La Bible, miroir de notre temps (2008).

 

Aujourd'hui avec cette bien belle et enrichissante « découverte du judaïsme en 101 mots », il ajoute une nouvelle corde à son archet.  Quel défi ! Nous pensions connaître cette religion, mais, en feuilletant les pages, nous nous apercevons que nous avons bien des lacunes (du moins en ce qui me concerne).

 

  

 Chaque thème n’est pas traité en quelques lignes sèches et arides. Loin de là. Albert Guigui s’étend, en long et en large, non seulement sur la signification du mot, mais lorsqu’il s’agit d’une fête par exemple, sur tout ce qu’il y autour. Tenez, Hanoucca ne lui prend pas moins de quatre pages et je suis convaincu qu’il a encore été volontairement lacunaire…

 

Les trois liens qui nous protègent.

 

L’auteur nous rappelle cette affirmation du Talmud : « quiconque met les tefillin à son front et à son bras, attache les tsitsit à son vêtement et fixe la mezouza est à l’abri du péché, car il est dit : le triple lien ne se rompt pas facilement » (Qohéléte 4, 12).

Ces triple lien sont les injonctions que nous récitons dans le Chema  (je vous les donne dans le désordre) : « tu les mettras sur les linteaux de tes maisons, tu les porteras devant les yeux, tu les graveras dans ton cœur et tu arboreras les franges sur les coins de ton vêtement ».

Il consacre 13 pages (j’aime ce chiffre qui est la valeur numérique de Ha’ava, amour et de Ehad, Un) à ce lien.

Dans le chapitre relatif au taleth, je découvre que les Ashkénazes font trente-neuf noeuds à leurs franges (la valeur numérique de Hadoshem Ehad, l’Eternel est Un) alors que les Séfardim n’en font que vingt-six qui sont la valeur numérique du Tétragramme.

Celui consacré aux tefillin est révélateur. J’ignorais par exemple que le noir fut un symbole d’unité. C’est la couleur des tefillin. Ils sont identiques, que l’on soit riche ou pauvre. L’homme aisé ne pourra pas s’enorgueillir avec des phylactères décorés et le pauvre n’aura pas honte de la simplicité des siens.

Albert Guigui nous explique pourquoi ceux de la tête sont visibles et ceux du bras couverts.

Tandis que nous ne devons pas cacher nos opinions, mais, au contraire, les exposer en pleine lumière, sans arrogance, avec courage et  fierté, nos bonnes actions, elles, doivent être discrètes. Il  nous rappelle ce que le Rabbin Gugenheim (1877-1967) affirmait : »Cachez vos actes, mais faites briller l’idée qui les inspire ».

Le traité Péah nous dit que Rabbi Yehuda Ha Nassi avait reçu un cadeau somptueux et avait envoyé une mezouza à son bienfaiteur. Celui-ci s’était plaint du peu de tact du rabbin qui lu a répondu « Toi, tu m’as envoyé un cadeau que je dois surveiller constamment. En revanche, moi, je t’ai envoyé un présent qui te protégera ta vie durant ».

 

En lisant les lignes sur la loi du talion, nous nous rendons compte que cette règle dépasse le simple « œil pour œil, dent pour dent » qui rassemble les antisémites ne voyant dans les Juifs qu’un peuple avide de vengeance.

La loi du talion ce n’est pas cela ! Cette loi, juste, a été promulguée pour nous obliger à réparer l’injustice ou le dol par une punition proportionnée. Le « prix du sang » n’existe pas dans le judaïsme. Mais Albert Guigui va plus loin encore.  Il nous apprend que la loi juive envisage, au-delà de la réparation du préjudice matériel, un dédommagement pour le préjudice moral. L’être humain est perçu comme un tout inséparable.  Signalons que les compagnies d’assurances commencent aujourd’hui, grâce au progrès social, à prendre en compte cet aspect psychologique alors que nos Sages le prévoyaient depuis des siècles, sinon des millénaires.

 

Des croquis et quelques illustrations enrichissent le texte où l’on retrouve, également, quelques extraits des prières, en hébreu,  avec leur traduction, tel le premier paragraphe du Chema, « Écoute Israël, l’Eternel ton D.ieu, l’Eternel est Un », l’acte de foi de tout Juif, prière qu’il récitera à son lever et à son coucher et ultime rappel à la personne qui remet son âme au Créateur.

 

Ce qui fait la  caractéristique de cet ouvrage c’est que chaque entrée est commentée, non seulement  de façon personnelle, mais Albert Guigui n’hésite pas à faire appel aussi, lorsque c’est nécessaire, au commentaire d’un Sage. On retrouve ainsi l’humilité qui est une des qualités – elles sont nombreuses, je puis vous le certifier – du Grand Rabbin de Bruxelles. Les références au Talmud sont, bien entendu, légion.

 

Certes le Juif sait nombre des principes énumérés par Albert Guigui mais il est toujours bon de se rafraichir la mémoire et d’apprendre de nouveaux éléments, une nouvelle interprétation. Quand au non-Juif, il aura un (faible) aperçu de toutes les richesses insoupçonnées du judaïsme.

Avec cet ouvrage, Albert Guigui s’inscrit dans la ligne des grands commentateurs des Écritures.


Ce livre doit figurer dans la bibliothèque de toute personne, juive ou non éprise de connaissance.

 

À la découverte du judaïsme en 101 mots

Albert Guigui, Grand Rabbin de Bruxelles – Éditions Racine

288 pages – ISBn 978-2_87386-650-1 – 19,95 euros

  

  À la découverte du judaïsme en 101 mots    BON de COMMANDE 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -