Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Le 11 novembre, ce long-week-end, c'est pour demain...(9 novembre 2010)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


 

 

Ces ouvrages sont disponibles à la

Librairie UOPC,

14-16 avenue G. Demey,

1160 Bruxelles,

www.uopc.be

 

********

 

Mardochée fût une figure des plus originales et attachantes du judaïsme marocain, à une époque où les Juifs étaient particulièrement malmenés et humiliés au Maroc.  Plutôt que d'exercer son métier de rabbin, il s'élança sur les pistes du Sahara pour participer à la grande aventure du commerce caravanier avec Tombouctou, ville sainte de l'Islam, alors interdite aux non-Musulmans.

Sa connaissance du désert, des tribus et des langues lui a permis de transmettre les premières informations précises sur la caravane, son itinéraire, ses escales, les points d'eau... Plus tard il deviendra le précieux pourvoyeur des sociétés savantes parisiennes, prodiguera aide et conseils aux grands explorateurs de son temps et verra son nom associés à divers grands projets, dont celui du fameux chemin de fer transsaharien... En 1883 ,sollicité pour guider Charles de Foucauld à travers le Maroc, il se verra injustement écarté au moment des honneurs, le jeune vicomte étant crédité d'un exploit qu'il n'aurait jamais pu réaliser seul... 120 ans après , il faut déplorer l'entêtement de la Société de Géographie de Paris ,qui refuse de revenir sur son erreur, pour rendre justice au rabbin Mardochée, son fidèle et dévoué serviteur...                                     

Le temps est venu, peut-être, en dépit de l'ingratitude et du silence, de le remettre à sa vraie place, celle d'un des véritables pionniers du Sahara.

 

Jacob OLIEL, juif saharien et chercheur indépendant, s'est donné pour mission de reconstituer l'histoire - fabuleuse - et totalement occultée des Juifs au Sahara.

Pour ce faire, il a exploité toutes les sources disponibles, arabes, juives et occidentales, les légendes et chroniques locales, sans négliger la tradition orale des contes et récits, tellement importante en Afrique ...

Cette quête l'a conduit à entreprendre des voyages vers les régions sahariennes où vivent des fractions, tribus ou groupes, supposés d'origine juive tels - chez les Touareg - les Ida Ous'hak ou Igdalen, les Daga, les Enaden et en Afrique tropicale, les légendaires Banou Israël, les Mandés...

Parti à la recherche de traces et influences plus anciennes, il a visité la plupart des pays sahariens ou limitrophes du Grand Désert, tels le Mali, le Sénégal, le Niger, le Maroc, l'Algérie, la Mauritanie...


Ainsi a-t-il pu  retrouver quelques traces d'une présence juive ancienne en Afrique de l'Ouest (documents, objets, symboles...) et ainsi essayer de montrer le rôle joué par les Juifs dans des domaines traditionnels (commerce caravanier, artisanat) et, indirectement, dans d'autres, inattendus tels que la magie, la cartographie, de très nombreux siècles avant l'arrivée des Européens, et même bien antérieurement à la conquête arabe du Maghreb.

Sans doute reste-t-il encore bien des éléments à découvrir, ce qui permet d'espérer que d'autres chercheurs prendront le relais pour tenter de retrouver la trace de ce passé presque oublié.

 

Mardochée Aby Serour, 1826-1886, rabbin, caravanier, guide au Sahara

Par Jacob  Oliel – Editions Elysées

224 pages – 50 euros – ISBN 978-0-88545-069-5

 

********

 

" Je lisais, au dos de mes bouquins : plusieurs vies bien remplies... aviateur, diplomate, écrivain..." Rien, zéro, des brindilles au vent, et le goût de l'absolu aux lèvres. Toutes mes vies officielles, en quelque sorte, répertoriées, étaient doublées, triplées par bien d'autres, plus secrètes" (Vie et Mort d'Émile Ajar). Dans " la communion avec la joie d'exister " plutôt que dans l'acceptation des " explications définitives " de l'homme ou de la vie, ne se laissant pas enfermer dans une seule image, une seule légende, ni même une seule vie, invitant par une prodigieuse puissance créatrice ses lecteurs à le suivre dans sa " conquête " d'une liberté " hors de l'œuvre ", d'une " liberté vécue ", Romain Gary l'enchanteur, l'auteur des Racines du ciel, de La Promesse de l'aube, ou de La Vie devant soi, est l'un des rares pionniers modernes de l'aventure humaine universelle.
Jean-François Hangouët nous accompagne dans sa traversée des frontières.

 

A la traversée des frontières

Par Romain Gary – Editions Gallimard

128 pages – 14 euros -  ISBN 978-2-07-034594-6

 

Et, du même éditeur,

 

Juin 1940.

La France, humiliée et défaite, n'est plus que l'ombre d'elle-même. Pourtant, aussitôt, une poignée d'hommes et de femmes décident de «faire quelque chose». Cette phase pionnière est suivie d'une lutte longue et incertaine pour transformer cette volonté de résistance en une action structurée aussi efficace que possible. Rude tâche tant pour la Résistance intérieure que pour la France Libre qui, non sans frictions et désaccords, s'épaulent au fil du temps. Filières d'évasion, collecte de renseignements, publications clandestines, faux papiers, attentats... graduellement, malgré une répression féroce, la Résistance tisse sa toile. En 1943 et 1944, tout en ne cessant jamais d'être minoritaire, elle s'enracine socialement, gagnant le combat idéologique et politique qu'elle livre à l'occupant et au gouvernement installé à Vichy. Laurent Douzou retrace l'histoire, les combats, les souffrances de cette «armée des ombres» qui eut le courage et l'audace de mettre sa morale en action.

Laurent Douzou, professeur d'histoire contemporaine à l'Institut d'études politiques de Lyon et      membre du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, a notamment publié La Résistance française, une histoire périlleuse : essai d'historiographie.

 

La Résistance. Une morale en action

Par Laurent Douzou

128 pages – 13 euros - ISBN 978-2-07-043930-0

 

********

 

Qu'est-ce qui dans le voyage reste si mystérieux ? Voyager, c'est entrer dans un rapport singulier au monde.
Plus qu'une parenthèse exotique, c'est une expérience unique qui nous arrache aux certitudes. En ce siècle de tourisme de masse et de communication forcenée, ce livre exalte le temps suspendu du voyage. Son auteur médite sur l'essence du voyage avec élégance et poésie, entrelaçant sa réflexion de souvenirs de jungle amazonienne et de steppe mongole. II esquisse une philosophie du voyage et dresse le portrait d'un arpenteur du monde, aventurier et libre.
Au fil de ces pages, rehaussées de plusieurs dessins, le lecteur retrouvera certaines des émotions précieuses éprouvées lors de ses propres voyages.

 

Rodolphe Christin est né en 1970. Il écrit comme il voyage, pour approcher d’autres mondes, cultiver son sens de l’affût, aiguiser sa vigilance et sa conscience. Il médite souvent cette phrase de St-Exupéry : "vivre, c’est naître lentement". Souhaite trouver, mais ne compte pas être à l’arrivée.

 

Yago est une jeune maison d'édition indépendante, qui publie littératures étrangères, romans, essais, polars,

 

Passer les bornes. Sur le fil du voyage

Par Rodolphe Christin – Editions Yago

168 pages – 15 euros – ISBN 978-2-916209-75-3

 

********

 

Dans la série des dictionnaires amoureux, deux nouveautés chez Plon :

 

Une première approche culturelle de l'Égypte

« Le coup de foudre m'était interdit. Né sur les bords du Nil, où j'ai vécu jusqu'à l'âge de dix-sept ans, je ne pouvais être de ceux que l'Égypte saisit brutalement et ensorcelle. C'est un amour d'enfance, qui a pris avec le temps une autre dimension. Je ne me lasse pas de découvrir l'Égypte. Elle est devenue pour moi un gigantesque puzzle, dont chaque nouvelle pièce vient éclairer un peu plus une histoire de soixante siècles et une société de plus de soixante-dix millions d'habitants. Cet abécédaire en est le reflet : il passe sans complexe de Nasser à Néfertari, des mamelouks aux momies, de la pyramide de Chéops au Quatuor d'Alexandrie... Le lecteur y trouvera quelques occasions de vagabonder hors des sentiers battus, en compagnie de personnages aussi divers que Hérodote,  Champollion, Pierre Loti, Naguib Mahfouz, Oum Kalsoum, qui se sont essayés, au fil du temps, à comprendre l'Égypte, à la célébrer ou à l'incarner. » (Robert Solé)

 

Dictionnaire amoureux de l’Egypte

Par Robert Solé

494 pages – 23,50 euros – ISBN 978-2-259-19189-0

 

Et,

 

Le roi d'un immense empire découvre que son épouse, esseulée, le trompe avec ses esclaves. Fou de jalousie, il tire son sabre de son fourreau et les achève tous. Le roi décide alors qu'à l'avenir il ne passerait qu'une seule nuit avec de jeunes vierges, avant de leur trancher le cou. Schahrazade devient l'épouse du roi. En magicienne des mots, elle cherchera à sauver sa tête en enchaînant des histoires plus passionnantes les unes que les autres. A sa façon, elle a inventé l'intrigue à rebondissements, le feuilleton du désir. Nées à Bagdad vers l'an mil, inspirées par les légendes de la Perse et de l'Inde, puis enrichies par celles du Caire et de Damas, les Mille et Une Nuits sont un miroir de l'humanité sous toutes ses facettes. Ce livre, redécouvert au XVIIIe siècle par le Français Antoine Galland, est l'un des plus lus clans le monde.

 

Dictionnaire amoureux des Mille et une nuits

Par Malek Chebel

928 pages – 27euros – ISBN 978-2-259-21036-2

 

********

 

Une bande dessinée pour adultes

 

Uniquement centré sur l’année 1915, le troisième tome de Fritz Haber aborde le point culminant de sa biographie : la guerre des gaz. Année extrêmement sombre, 1915 fut pour le futur prix Nobel de chimie, la période la plus tragique de sa vie. Du suicide de son épouse aux premiers goûts de victoire sur le front, jamais Haber n’embrassa d’aussi près le glaçant destin de Faust.

1915 sera également une année déterminante pour les grandes figures juives qu’étaient Walter Rathenau, Albert Einstein ou encore Haïm Weizmann, personnalités que côtoyait Haber. Tous, à leur façon, furent confrontés à la guerre comme à leurs contradictions. Walter Rathenau, ministre de guerre des Matières Premières, essuya la violence antisémite et fut contraint de démissionner. Cela ne l’empêcha pas de se faire lui-même l’écho de certains stéréotypes antisémites les plus grossiers. Il s’était imprégné des préjugés raciaux ambiants en établissant des liaisons avec de nombreux partisans de la cause raciste, dont la plus saisissante fut sans nul doute celle qu’il développa avec son ami Wilhelm Schwaner, celui qui rendit le svastika hindou célèbre dans les milieux de l’extrême droite allemande, et qui sera comme on le sait, choisi par les nazis pour symboliser leur programme. Albert Einstein, dont il ne faut plus démontrer le courage antimilitariste au sein d’une Europe entièrement conquise aux causes nationales, dut cependant gérer ses acquis et sa carrière en ménageant l’amitié qui le liait à Haber. Quant à Weizmann, il s’impliqua en offrant sa science à l’armée britannique. Un engagement qui, s’il contribua à l’enlisement du conflit tout en sauvant les pays de l’Entente de la défaite, déboucha également sur la Déclaration Balfour, jalon important dans la genèse de l’édification de l’Etat d’Israël...

Un Vautour, c’est déjà presque un aigle, est un titre emprunté à Nietzsche, qui, dans sa célèbre attaque contre l’antisémite notoire qu’était Richard Wagner, dénonçait avec ironie les origines juives de son père. Son père était un comédien du nom de Geyer – un « Geyer », c’est déjà presque un « Adler »… Une formule qui souligne parfaitement un esprit du temps allemand convaincu de l’impossibilité assimilatrice de ces élites juives...

 

Fritz Haber : un vautour c’est déjà presque un aigle

Par David Vandermeulen – Editions Delcourt

160 pages – ISBN 978-2-7560-1504-0

 

********

 

 

 

 

 

 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -