Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Le Totalitarisme islamiste à l'assaut des démocraties

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Le Totalitarisme islamiste à l'assaut des démocraties

par Alexandre del Valle

Un an après les attentats du 11 septembre, le bilan de la lutte contre le totalitarisme islamiste est accablant. Malgré le succès de l'opération Liberté immuable et le renversement du régime des talibans en Afghanistan, la nébuleuse terroriste Al-Qaida est demeurée pratiquement intacte, Oussama Ben Laden reste introuvable et les principaux membres de l'organisation ont réussi à s'enfuir au Pakistan, dans les Balkans, en Indonésie, dans les pays du Golfe, et même en Europe, où ils réorganisent les réseaux et recrutent leurs prédicateurs.

Contrairement à une idée reçue, le drame du World Trade Center n'a pas provoqué un mouvement général de prise de conscience du danger islamiste en Occident. Les fondamentalistes islamistes continuent à prêcher, à s'organiser, à convertir et à recruter en toute liberté en Europe et aux États-Unis.

Les Occidentaux ne semblent pas avoir encore compris que le péril islamiste ne se limite pas au seul chaos terroriste. Avant de s?incarner dans des bombes humaines ou des Etats obscurantistes et criminels comme le Soudan ou l'Afghanistan des talibans, le totalitarisme islamiste est avant tout une idéologie de destruction de masse, un fanatisme pathologiquement anti-occidental, anti-juif et anti-chrétien, un nouvel enseignement de la haine, même s'il se drape continuellement du manteau du " droit à la différence " et du communautarisme.

Contrairement au nazisme et au stalinisme, le totalitarisme vert est le premier qui ne soit pas le fait des " blancs judéo-chrétiens ", le premier totalitarisme " exotique " originaire du Sud, même si les premières victimes sont les Musulmans eux-mêmes. D'où le fait qu'il s'exprime au nom des victimes, des " opprimés " du Tiers-monde et des " humiliés " du monde arabe. Son but ultime n'est autre qu'une nouvelle solution finale de l'Occident démocratique et du monde libre. Après le totalitarisme rouge fondé sur la lutte des classes et le brun fondé sur la lutte des races, voici venu le vert, fondé sur les luttes des religions et des civilisations.

Enquête minutieuse à l'appui, Alexandre Del Valle dresse un état des lieux inquiétant de la pénétration islamiste en Europe et aux États-Unis. Dépendants du lobby islamo-pétrolier du Golfe, muselés par le politiquement correct et dupés par la rhétorique victimiste et communautariste des organisations islamistes, les dirigeants occidentaux ont échoué dans leur lutte contre le terrorisme. Les fidèles de Ben Laden étendent peu à peu leur emprise, usant de la stratégie subversive propre aux mouvements révolutionnaires. En analysant avec précision les ressorts de ce nouveau totalitarisme, l'auteur lève le tabou majeur de l'islamiquement correct, et démontre à quel point les démocraties sont suicidaires lorsqu'elles accordent la liberté d?expression aux ennemis de la Liberté.

Alexandre Del Valle, professeur de géopolitique à l'École de Guerre économique, a publié plusieurs ouvrages traitant des questions de l'islamisme et des relations internationales, dont Islamisme et Etats-Unis (L'Age d'Homme, 1997) et Guerres contre l'Europe (Les Syrtes, 2000, réactualisé en septembre 2001). Il collabore à plusieurs quotidiens (Figaro, Frankfurter Allgemeine Zeitung) et revues géopolitiques (Politique internationale, Géostratégiques et Outre-Terre).

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -