Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Des livres pour Pessah (14 avril 2011)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Dans ce numéro 21 de la collection "Tout simplement", l’auteur a pour objectif, à travers son optique chrétienne, de faire découvrir le judaïsme au grand public non  juif. L'originalité de cet ouvrage est de présenter le sujet comme une énigme et d'aborder la question des rapports, souvent tendus, entre christianisme et judaïsme.

Le judaïsme... La proclamation de l'évangéliste Jean : « Le salut vient des juifs » n'a guère retenu l'attention de l'Église pendant de nombreux siècles. Pour les chrétiens, le salut ne vient-il pas de Jésus-Christ ? Cette apparente contradiction ne peut se dépasser que par une meilleure connaissance du judaïsme.

C'est précisément le propos de cet ouvrage. Tout en retraçant l'histoire tragique des relations entre juifs et chrétiens, l'auteur présente la plus ancienne religion monothéiste, sa référence à la Torah, ses fêtes, ses rites. Le chrétien redécouvre ainsi « le lien qui, selon le concile Vatican II, relie spirituellement le peuple du Nouveau Testament avec la lignée d'Abraham ».

Les déclarations de repentance de la hiérarchie catholique - et des églises chrétiennes dans leur ensemble - ont ouvert le chemin de la réconciliation. Cependant, la question d'une meilleure prise en compte de la judéité de Jésus par les chrétiens demeure. Publié en 1998, traduit en espagnol, cet ouvrage est une réédition. Il constitue une référence pour comprendre le judaïsme et son lien avec l'Église.


Dominique de La Maisonneuve est religieuse de Notre-Dame de Sion.
Diplômée de l'Université hébraïque de Jérusalem, elle enseigne depuis vingt ans l'hébreu et le judaïsme à l'Institut catholique de Paris.

 

Le judaïsme… tout simplement

Par Dominique de La Maisonneuve – Editions de l’Atelier

176 pages – 18,50 euros – ISBN 978-2-7082-3844-9

 

Et chez le même éditeur,

 

C’est un petit livre accessible et savant. « Que transmet-on lorsque l’on est juif, que l’on ne pratique pas, que l’on partage sa vie et que l’on élève des enfants avec un conjoint non juif ? » interroge Séverine Mathieu, sociologue à l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et membre du groupe Sociétés, religions, laïcités (CNRS) dans son dernier opus tout juste publié.

.

Pour tenter de répondre à cette question, cette chercheure a rencontré 27 couples d’âges et d’horizons divers et a mené 11 entretiens individuels avec des juifs et non-juifs. Elle nous livre ici ses conclusions.

Sociologue. Professeur agrégé, enseignant-chercheur en histoire et sociologie de la laïcité à l'École pratique des hautes études (en 2008).

 

La transmission du judaïsme dans les couples mixtes

Par Séverine Mathieu – Préface de Nicole Lapierre

176 pages – 21 euros – ISBN 978-2-7082-4076-6

 

********

 

 

Je me soutiens d'Auschwitz... De l'étoile de shérif à la croix de vie Issu d'une famille ouvrière d'origine juive polonaise, Paul Sobol a passé son enfance à Bruxelles. En 1940, les Allemands envahissent la Belgique. Sa famille parvient à se cacher pendant deux ans après l'obligation du port de l'étoile jaune. Mais, peu après le débarquement des Alliés en juin 1944, elle est dénoncée et arrêtée par la Gestapo. Paul est déporté au camp de transit de Malines, puis à Auschwitz-Birkenau. Il y est affecté comme menuisier dans un commando chargé de petits travaux pour les SS et parvient à s'y organiser pour survivre. À l'approche des forces alliées, en 1945, les Allemands évacuent les camps de Pologne vers l'Allemagne et contraignent les déportés à une « marche de la mort ». Les survivants sont ensuite parqués dans des wagons bondés, en partance pour Dachau, où les déportés « s'entretuent pour survivre ». Arrivés affamés dans un camp annexe de Dachau, ils repartent en train vers le camp principal. Profitant alors d'un bombardement allié, Paul prend la fuite. Il trouve refuge dans un village, auprès de prisonniers français. Il est libéré par les Américains le 1er mai. Revenu des camps avec sa soeur et laissant derrière lui ses parents et son frère, il a réussi l'exploit de conserver, tout au long de son calvaire, la photo d'une jeune fille rencontrée à Bruxelles, qui deviendra son épouse après la guerre et dont il épousera la religion.

L'auteur est issu d'une famille ouvrière d'origine juive polonaise. Après juin 1944, sa famille est dénoncée et arrêtée par la Gestapo. Paul est déporté à Auschwitz-Birkenau. En 1945, il est évocué vers Dachau. Profitant d'un bombardement, il prend la fuite. Revenu des camps avec sa soeur, il a réussi l'expoit de conserver sur lui la photo de Nelly, une jeune Bruxelloise qui deviendra son épouse.

 

Je me souviens d’Auschwitz ? De l’étoile de shérif à la croix de vie

Par Paul Sobol – Editions Racine

222 pages – ISBN 978-2-87386-680-8

 

********

 

 

Les Editions Flammarion se penchent sur les écritures et nous livrent trois ouvrages :

 

 

Qui n'a rêvé un jour de pouvoir décrypter les hiéroglyphes ? Qui n'a cherché à retrouver sur les bas-reliefs le nom de dieux ou de grands souverains ? Ce manuel d'initiation conduit le lecteur pas à pas vers le déchiffrage des textes égyptiens. Chaque chapitre introduit un nouvel aspect de l'écriture des hiéroglyphes, une série d'exercices pratiques permettant l'application des connaissances théoriques acquises. Rapidement, les inscriptions énigmatiques des monuments de l'ancienne Égypte dévoilent leur signification. Les exemples variés, pris sur différents types de monuments (sarcophages, inscriptions funéraires et scènes gravées à l'intérieur des tombes), sont accompagnés d'explications qui mènent à la découverte de sujets tels que le pouvoir pharaonique, la vie quotidienne ou la vision de l'au-delà en Égypte antique. Le lecteur apprendra ainsi à décrypter non seulement les hiéroglyphes reproduits dans ce livre, mais aussi tous ceux qu'il rencontrera dans les musées ou sur les sites archéologiques.

 

 

Les hiéroglyphes

Par Marilina Betrò

252 pages – 24,90 euros – ISBN 978-2-0812-5096-3

 

En nous livrant les secrets d'une écriture qui fut longtemps mystérieuse et inaccessible, ce livre nous fait découvrir la civilisation des Mayas, aujourd'hui disparue.
Grâce à de récentes analyses épigraphiques et historiques, on a pu en effet déchiffrer un certain nombre d'écrits et découvrir une forme de pensée jusqu'alors méconnue. Cet ouvrage présente plus de cent cinquante glyphes - idéographiques, phonétiques ou mixtes - qui dévoilent des pans de vie quotidienne, des éléments de croyances religieuses, des portraits de divinités mais aussi de rois qui ont contribué au développement de cette culture extraordinaire.
Il ne se borne pas à donner des informations générales sur l'écriture maya. Il suggère aussi des parcours ou conseille des étapes au moyen de nombreuses illustrations. Des encadrés permettent en outre de comprendre la façon dont d'autres civilisations précolombiennes ont interprété ces mêmes concepts. Cet ouvrage peut servir de guide de voyage et contribuer ainsi à la découverte d'un pays et d'une culture qu'on ne connaissait jusqu'à présent qu'au travers des vestiges archéologiques et des peintures.

 

Spécialiste des civilisations précolombiennes, Maria Longhena mène ses recherches à partir de l'étude des sources écrites du peuple maya.
Elle a publié de nombreux articles sur la culture et la religion du Pérou et du Mexique antiques, dans des revues italiennes et internationales. Elle s'intéresse en outre à l'histoire des collections d'objets méso-américains en Europe. Elle a participé à la réalisation d'expositions et collaboré à la rédaction de catalogues dont Inca-Perù, 3000 anni di storia (Bruxelles, 1990) ; Inca-Perù, Mito-Magia-Mistero, (Rome, 1992) ; Metropoli Maya (Bruxelles, 1993) ; Sulle orme del passato americano (Rimini, 1995).

 

Marilina Betrò enseigne à l’Université de Pise

 

L’écriture maya. Portraits d’une civilisation à travers ses signes

Par Maria Longhena

180 pages – 24,90 euros - ISBN 978-2-08125098-7

 

Et

 

" Lis, au nom du Seigneur qui a créé ; qui a créé l'être humain à partir d'un caillot de sang. Lis ! Parce que le Seigneur, le Très Noble, a enseigné avec le calame. " Ce verset du Coran célèbre à la fois le calame, canne de roseau avec laquelle on écrit l'alphabet arabe, et la lecture, source de tout savoir et de toute quête scientifique ou spirituelle. De là provient la culture du livre, qui fut une des plus brillantes, et l'amour pour l'écriture qui fit de la calligraphie islamique un art noble, presque supérieur à la peinture. Un art qui peut être apprécié pleinement si on l'entend comme une musique, avec ses règles de composition, de rythme, d'harmonie. Ce livre guide le lecteur à la découverte d'un alphabet qui parle d'un monde dans lequel l'écriture est intimement liée au divin. La vitalité de la calligraphie arabe tout au long des siècles en est un puissant témoignage.

 

Vicaire général pour l'Italie de la confrérie des soufis Jerrahi-Nalveti, membre de l'Académie islamique de Cambridge et également graveur, calligraphe et céramiste, Gabriel Mandel Khân se passionne depuis des années pour l'art et la culture de l'Orient.
Il a étudié le texte coranique en tangue originale avant d'en donner une traduction en italien aux Presses universitaires de Milan et de rédiger d'importants ouvrages consacrés à Mahomet et à l'islam. Il a par ailleurs travaillé sur la philosophie de Confucius et de Bouddha.

 

L’écriture arabe. Alphabet, variantes et adaptations calligraphiques

Par Gabriele Mandel Khân

144 pages – 22,90 euros - ISBN 978-2-0812-5099-4

 

Et un superbe livre d’art sur Manet

 

Cette monographie veut montrer quelle est la vraie place d'Edouard Manet dans l'histoire de la modernité : ce peintre était ancré autant dans la vie que dans la peinture et s'attachait à réinventer l'une et l'autre.

La vie et le parcours artistique de Manet (1832-1883) sont ici détaillés. Son style novateur, jouant sur l'opposition de larges à-plats de couleurs fut la source de scandales jusqu'à sa reconnaissance officielle tardive comme père de la modernité picturale. Cinquante oeuvres majeures analysées montrent l'originalité des choix techniques et iconographiques de ce peintre

 

James H. Rubin est Professeur d’histoire de l’art américain

 

Manet

Par James Rubin

416 pages – 49 euros – ISBN 978-2-0812-5673-6

 

********

 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -