Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Mai s'installe, 1ère partie (10 mai 2011)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


C’est un très beau recueil de contes traditionnels juifs : récits bibliques, contes sur l'origine du sautillement du corbeau, du caractère rusé du renard, etc.

 

Avez-vous entendu parler des énigmes de la reine de Saba et des pouvoirs d'Élie le prophète ? Savez-vous pourquoi Dieu a fait la brebis douce et le renard rusé, pourquoi la lune brille moins fort que le soleil ? Pour découvrir ces mystères et entendre les légendes les plus fantastiques, ouvrez grand vos oreilles et laissez-vous emporter par la voix du conteur juif.

 

Contes Juifs

Par Léo Pavlát illustré par Helena Ryśavá –

Adaptation française Françoise et Karel Tabery -  Editions Gründ

480 pages – 16,95 euros – ISBN 978-2-700-02893-5

 

*********

 

Pour la naissance de Joseph, son grand-père, un tailleur qui habitait de l'autre côté de la rue, lui offrit une magnifique couverture cousue de ses mains. Joseph grandit mais ne s'en séparait jamais, c'était son schmat-doudou, mieux qu'une peluche, il la traînait partout. Un soir, voyant le schmat-doudou sale et déchiré, sa mère le jeta. Vite ! Joseph le récupéra dans la poubelle et, ni vu ni connu traversa la rue pour se rendre chez son grand-père...

 

Un conte plein d'humour et de tendresse sur l'attachement des enfants pour leur doudou fétiche, qu'un grand-père complice aide à faire durer presque éternellement

 

Muriel Bloch est conteuse et parcourt la France à la rencontre de son public. Depuis 1979, elle conte dans des festivals en France et à l’étranger, dans les musées, les théâtres et sur France Culture. Elle est responsable de formation sur le conte et les récits à la Joie par les livres. Elle enseigne à l’Université de Paris VIII dans le département Arts. Elle est auteur de plusieurs ouvrages illustrés

 

Le schmat doudou

Racconté par Muriel Bloch – Illustré par Joëlle Jolivet – Editions Syros

30 pages – 12,10 euros – ISBN 978-2-748-50796-6

 

*********

 

Jacques Lazarus est né le 16 septembre 1916. Issu d'une famille juive alsacienne au patriotisme ardent, il s'engage dans l'Armée en 1935. Sergent-chef, il en sera exclu en 1941 en application des lois portant statut des Juifs prises par Vichy.  Il veut rejoindre les F.F.L., mais grâce à un camarade d'école retrouvé, il entre dans l'Armée Juive placée sous le commandement de l'Armée Secrète du Tarn.   Instructeur militaire de l'A.l., il assure de nombreuses missions.  Arrêté par la Gestapo, déporté de Drancy, le 17 Aout 1944 dans le dernier convoi, il réussit à s'échapper et à regagner Paris.  A la Libération, au sein du Service Central des Déportés Israélites, il vient en aide aux rares survivants de la Shoah.   Dès 1946, il met toute son énergie et son enthousiasme au service de la communauté juive d'Algérie, participe à la création de l'O.R.T. Alger, assure la défense des intérêts moraux et matériels de cette communauté en tant que secrétaire général du C.J.A.E.S., fonde le mensuel Information Juive qu'il dirigera pendant 50 ans, devient en 1949 le représentant de l'Afrique du Nord au Congrès Juif Mondial.

 

Jacques Bernard Sadon est doctorant.

 

Jacques Lazarus : itinéraire d’un Juif de France dans le siècle 

De la métropole à l’Afrique du Nord (1943-1962)

Par Jacques Bernard Sadon – Conform Edition

128 pages – 10 euros – ISBN 978-2-917-87518-0

 

L’ouvrage de Jacques Bernard Sadon est disponible chez l’auteur   livrelazarus@gmail.com

   

 

*********

Un jeune catholique d’origine irlandaise raconte comment il a rencontré le vieil Itsik Malpesh, juif russo-moldave, autoproclamé plus grand poète yiddish vivant, et traduit son autobiographie. Au début du XXe siècle, en se réfugiant à Odessa, Malpesh espérait rencontrer Sasha Bimko, la fille du boucher, qui était venu en aide à sa mère, le jour de sa naissance.

 

Itsik Malpesh a désormais 90 ans et vit à Baltimore. Juif russo-moldave, il se définit comme « le plus grand poète yiddish vivant d'Amérique ». Né à Kichinev à l'époque des premiers pogroms, il a assisté à la montée de l'antisémitisme avec la Première Guerre Mondiale et la Révolution russe, avant que ses pas ne le conduisent à Odessa, puis dans le New York en pleine dépression des années 30. Toute sa vie, il a poursuivi deux rêves incompatibles : devenir un poète de renom et retrouver sa muse, la fille du boucher, qui lui aurait sauvé la vie à sa naissance et dont il est tombé éperdument amoureux sans l'avoir jamais revue. Ce parcours en forme d'autobiographie fictive, véritable épopée du XXe siècle, nous est conté par la voix de son traducteur du yiddish.

 

Récompensé par le National Jewish Book Award, Chansons pour la fille du boucher est à la fois une histoire yiddish du XXe siècle, une histoire d'amour au réalisme magique et l'exploration fascinante de la relation entre langage et identité.

 

Fils d'un prêtre catholique et d'une religieuse ayant tous deux renoncé à leurs voeux, Peter Manseau est né en 1974 à côté de Boston.
Après avoir fondé en 2000 la revue en ligne KillingTheBuddha.com, pour laquelle il a reçu un prix, il a contribué à différentes publications, dont le New York Times et le Washington Post. Il a également publié plusieurs livres de non-fiction salués par la critique, parmi lesquels un récit autobiographique intitulé Vows : the Story of a Priest, a Nun and Their Son (2005) et Rag and Bone (2009), un essai sur les superstitions liées au culte des morts.
"Chansons pour la fille du boucher" est son premier roman. Pour ce livre, il a reçu le National Jewish Book Award en 2008 - décerné pour la première fois à un auteur non juif -, la Sophie Brody Medal for Outstanding Achievement in Jewish Literature et, en 2009, le Harold U. Ribalow Prize. Professeur de Creative Writing à l'université de Georgetown, où il suit également des études de théologie, il habite à Washington DC avec sa femme et leurs deux filles.

 

Chansons pour la fille du boucher

Par Peter Manseau – Traduit de l’anglais par Antoine Cazé - Christian Bourgeois Editeur

532 pages – 23 euros – 978-2-267-021-146-2

 

*********

 

Et si la crise financière dont nous subissons encore les effets était bel et bien une vaste fraude ? Voici un " autre récit " du krach.
En tout cas, pas celui proposé en général par les économistes ou les financiers. Décryptant les mécanismes ayant permis une succession d'actes criminels, reprenant les événements pièce par pièce et les replaçant dans une histoire plus longue, Jean-François Gayraud va ainsi au-delà de la stigmatisation de quelques boucs émissaires ou de la dénonciation de certains excès. Des politiques aveugles et dogmatiques de dérégulation des marchés ont ouvert la voie à des comportements criminels de grande ampleur au point de déclencher la crise des subprimes.
Dès lors, pour lui, il est impossible d'envisager un vrai assainissement, une reconstruction durable de la finance si ce diagnostic criminel n'est pas fait. Après la globalisation des phénomènes mafieux et la pénétration du monde du spectacle, Jean-François Gayraud poursuit son exploration des criminalités organisées qui gangrènent les sociétés contemporaines. Un document sans appel !

 

Auteur notamment du Monde des mafias, commissaire divisionnaire de la Police nationale, en poste au Conseil supérieur de la formation et de la recherche stratégiques (CSFRS), Jean-François Gayraud est docteur en droit, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'Institut de criminologie de Paris.

La grande fraude. Crime, subprimes et crises financières

Jean-François Gayraud – Editions Odile Jacob

274 pages – 22,90 euros – ISBN 978-2-7381-2727-6

 

*********

 

Médecin protestant lyonnais, disciple de la médecine nouvelle d'Ambroise Paré, Philibert Sarrazin se rend à Paris pour participer au progrès du grand Art de l'Anatomie par le biais d'une dissection clandestine. Piégé, il se retrouve battu et enlevé par les hommes de main d'un mystérieux gentilhomme de la Cour. Ce proche du roi, dont les pouvoirs semblent sans limites, lui ordonne d'aller espionner Michel de Nostredame, l'illustre Nostradamus. Pourquoi lui, Philibert Sarrazin, modeste médecin lyonnais ? Parce qu'il est le beau-frère de Michel. Ils ont usé les mêmes bancs de la Faculté de médecine et Philibert était alors l'ami de celui qui a fini par devenir l'astrologue des rois d'Europe.

Emporté par un complot qui le dépasse, Philibert se lance sur les traces de l'homme qui peut lire par-dessus l'épaule de Dieu et voir de quoi l'avenir sera fait, jusqu'à Salon, en Provence, à travers la peste, la guerre civile, sur des terres de fantasmes et de sorcellerie. Là, il touchera du doigt le secret de Nostradamus, le secret de sa science et de ses mystérieux voyages, le secret de la mort de sa première épouse. Autant de révélations surprenantes. Dangereuses.

Roman de tous les conflits du XVIe siècle - médecine de Galien contre celle d'Ambroise Paré, catholiques contre protestants, science contre superstition -, plongée érudite dans une Europe pas tout à fait extraite du Moyen Âge et encore à un siècle des Lumières, Les Jours étranges de Nostradamus se lit comme un thriller et, au gré de son intrigue, éclaire d'une lumière inattendue les zones d'ombre de la vie du plus célèbre astrologue français.

 

Les jours étranges de Nostradamus

Par Jean-Philippe Depotte – Editions Denoël

554 pages – 22 euros – ISBN 978-2-207-11029-4

 

*********

 

Deux livres sur ce qu’il est convenu d’appeler le printemps tunisien.

 

Une analyse des événements survenus en Tunisie fin 2010, entraînant une révolte du peuple qui prit le nom de révolution du jasmin. L'auteur propose de comprendre le sens profond de cette rupture inattendue.

 

Printemps de Tunis De Tunisie est parti le printemps des peuples arabes. En quelques jours, sous l'impulsion de la jeunesse, les Tunisiens ont renversé une dictature qui, la veille encore, semblait inébranlable. Bouleversé par ce printemps survenu en plein hiver, Abdelwahab Meddeb nous fait partager ce moment unique, qui inaugure à ses yeux une métamorphose de l'Histoire. Il rencontre à Tunis et à Sidi Bouzid les acteurs d'une révolution éclairée par des valeurs universelles, laïques et non violentes. C'est une leçon politique : ce soudain sursaut de dignité populaire ruine les théories de la fin de l'Histoire ou du prétendu clash des civilisations. Leçon d'humanité aussi : touchées par le sacrifice d'un fils du peuple livré aux flammes, les élites intellectuelles n'ont fait que renforcer un mouvement lancé par les plus pauvres et les plus jeunes. Un livre écrit au coeur de la révolution, avec la justesse et la hauteur de vue d'une méditation intemporelle.

 

Abdelwahab Meddeb, né en 1946 à Tunis, est un écrivain, poète et animateur de radio franco-tunisien.

Directeur de la revue internationale et transdisciplinaire Dédale, il enseigne la littérature comparée à l'Université Paris-X. Il anime également l'émission hebdomadaire Cultures d'islam sur France Culture[1].

 

 

Printemps de Tunis. La métamorphose de l’Histoire

Par Abdelwahab Meddeb – Editions Albin Michel

182 pages – 14 euros – ISBN 978-2-226-22089-9

 

*********

 

Soudain, le peuple tunisien s’est soulevé ! Nul n’avait prévu cet événement qui a donné le signal de révoltes populaires et de renversements de régimes tyranniques dans un monde arabe que l’on disait le plus souvent sans aspiration à la liberté. Pourquoi ce peuple, réputé pour sa modération, a-t-il inventé la première révolution du XXIe siècle ? Quelles en ont été les causes profondes, au-delà des explications socio-économiques, insuffisantes pour penser ce moment où des femmes et des hommes se sont levés ensemble pour s’émanciper ?

Il faut s’interroger sur les dimensions à la fois politique et subjective de ce bouleversement pour pouvoir en rendre compte. C’est cette double approche que privilégie Fethi Benslama, qui a suivi ce processus révolutionnaire avec passion. Pour l’éclairer, il use des ressources de la psychanalyse et de la philosophie.

Auteur prophétique d’une Déclaration d’insoumission publiée en 2006, fort de son engagement de longue date pour la défense de la démocratie et des libertés, il livre aussi dans cet ouvrage le fruit de ses réflexions sur l’état du monde arabe. Il met l’accent sur la mutation inaperçue qui a conduit ses sujets à sortir de la double entrave qu’ils subissaient, entre pouvoirs autoritaires et régimes islamistes, afin de ne plus sacrifier leur désir de liberté à la quête d’identité. De la Tunisie au monde arabe, on n’observe pas seulement un effet mimétique, mais un mouvement de fond qui bouleverse l’histoire de la Méditerranée. Notre histoire.

 

Fethi Benslama est un psychanalyste tunisien de langue française, vivant à Paris, professeur à l'Université de Paris VII où il dirige l'UFR de Sciences humaines cliniques.

Soudain, la révolution. De la Tunisie au monde arabe : la signification d’un soulèvement

Par Fethi Benslama – Editions Denoël

128 pages – 10 euros – 978-2-207-11152-9

 

*********

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -