Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Mai s'installe, 2ème partie (10 mai 2011)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Comment savoir si je suis vraiment déprimé(e) ? Mon stress est-il le début de la dépression ? Suis-je trop fragile ? Est-il normal de souffrir autant ? Peut-on vraiment s'en sortir ? Comment éviter de déprimer à nouveau ? Des réponses existent à ces questions, et les connaître va vous aider à mieux faire face à la maladie dépressive, ou à mieux aider un proche qui en souffre.
Au travers des dialogues d'un médecin et de ses patients, fidèlement retranscrits, vous découvrirez dans cet ouvrage à la fois des informations indispensables, mais aussi la manière dont les thérapeutes guident et accompagnent les personnes déprimées sur le chemin de la guérison. Oui, la dépression se traite. Oui, on peut en guérir. Oui, on peut revivre ensuite... 60 questions sur la dépression, au plus près de vos préoccupations.

 

Jean-Luc Ducher est médecin psychiatre à Clermont-Ferrand.
Clinicien, psycho-thérapeute, enseignant, chercheur, il est l'auteur de nombreuses publications scientifiques, en particulier dans le champ de la dépression et de l'anxiété

 

La dépression en 60 questions. Comment s’en sortir

Par Jean-Luc Ducher – Editions Odile Jacob

274 pages – 21,90 euros – ISBN 978-2-7381-2630-6

 

Et, chez le même éditeur, dans sa collection Thriller

 

"Pourquoi rouvre-t-on cette affaire si longtemps après ? Sûrement un ordre d'en haut.
Le préfet ? Un député ? Le président de la République ? Le pape ? Inutile d'y penser. Il faut respecter la consigne de la plus grande discrétion ! Le seul à connaître la véritable raison de ma présence, c'est ce maire logorrhéique, un vrai moulin à paroles. Pourtant je n'ai pas le choix, ses propos sont le seul moyen de reconstituer ce qui s'est passé l'année où Rosetta a été tuée : le seul espoir de découvrir quelque chose.
Je ne peux qu'écouter.". Dans un village perdu du Piémont, un commissaire enquête sur la mort tragique de Rosetta survenue quelque vingt ans plus tôt. Affaire de famille ? Crime politique? Fausses pistes, renseignements sibyllins, mythologie locale - l'enquête progresse tant bien que mal dans un milieu hostile et fermé. Pénétrant peu à peu dans le labyrinthe du passé qu'on a effacé à dessein, parviendra-t-on à reconstituer la vérité ?

 

Alessandro Perissinotto est professeur de sémiologie à l'Université de Turin.
Il est notamment l'auteur de La Chanson de Colombano, d'A mon juge et de La Dernière Nuit blanche.

 

L’année où Rosetta a été tuée

Par Alessandro Perissinotto

198 page- 19 euros – ISBN 978-2-7381-2605-4

 

*********

 

Ce second volume offre un parcours long de trois cents ans en s'ouvrant sur le début du XVIIIe siècle, première époque du français «moderne». Dès lors, la langue ne cesse plus de se diversifier, accompagnant les changements démographiques, politiques, culturels, sociaux des territoires où elle est parlée. Le français rayonne au-delà de ses frontières d'origine et s'impose, à l'instar des autres langues de la colonisation, à des peuples très éloignés de lui, engendrant ainsi de nouvelles cultures, et parfois de nouveaux parlers. Au même moment, sur les territoires européens, l'explosion démographique, l'accès à l'éducation, les migrations, la diversification des médias ont influé à leur tour sur la physionomie du français pour créer sans cesse de nouvelles variétés, entre lesquelles chacun navigue, jusqu'à l'incroyable diversité d'aujourd'hui. Loin de toutes considérations exagérément techniques, ces «nouveaux destins» sont résolument ouverts sur le monde et animés tout au long du désir de montrer notre langue dans ses réalités les plus créatives.

 

Mille ans de langue française II. Nouveaux destins

Par Alain Rey ; Frédérique Duval et Filles Siouffi – Editions Tempus

538 pages – 11 euros – ISBN 978-2-262-03435-1

 

Et, du même éditeur

 

Comment devient-on un saint ?

Jean-Paul II a proclamé durant son pontificat plus de bien-heureux et de saints que tous ses prédécesseurs réunis. Parmi eux, deux papes (Pie IX et Jean XXIII), des évêques, des prêtres, des religieux et des religieuses, des laïcs, des enfants aussi. L'auteur explique les procédures suivies pour aboutir à une béatification puis à une canonisation, quels sont les spécialistes intervenant dans les procès canoniques (postulateurs, rapporteurs, promoteur de la foi plus communément appelé l'« avocat du diable »), et présente les différents types de sainteté (le martyre ou l'exercice héroïque des vertus). Une enquête historique souvent surprenante sur un sujet finalement mal connu.

Une enquête qui permet de comprendre les procédures canoniques en usage dans l'Eglise et qui montre la grande diversité des bienheureux et des saints montrés en exemple par les papes.


Directeur du Dictionnaire de biographie française, Yves Chiron a notamment publié les biographies de plusieurs papes contemporains, une Enquête sur les apparitions de la Vierge et une Enquête sur les miracles de Lourdes.

 

 

Enquête sur les béatifications et les canonisations

Par Yves Chiron –

352 pages – 9 euros – ISBN 978-2-262-03652-2

 

*********


Un très beau roman de fiction qui présente Churchill à un moment clé de l'histoire du monde documentarisée sur son rôle dans le sort de la Pologne à Yalta, Crimée, 4 février 1945. La Seconde Guerre mondiale se termine. Les trois hommes les plus puissants de la planète, Winston Churchill, Franklin Roosevelt et Joseph Staline, se réunissent pour organiser les modalités de la paix et redessiner la carte de monde.

 

Le choix de cet ouvrage par l'éditeur Zofia de Lannurien est fondamental pour l'histoire de la Pologne souvent ignorée par le public car il montre comment Churchill dans son déclin trahit ce pays pour lequel il était entré en guerre. Mais avait-il vraiment le choix ? Était-il en mesure d'affronter Staline ?

 

Ce roman donne un éclairage nouveau et inattendu à ce grand homme présenté ici dans sa faiblesse et son humanité. Pour le grand public, les accords de Yalta symbolisent la victoire des trois grandes puissances, ce qui justifie le titre de l'ouvrage de Michael Dobbs paru en Grande-Bretagne : Churchill's Triumph ; mais le choix du sous-titre de ce livre « Le roman de la trahison » n'est pas bénin ! C'est donc un autre prisme que Michael Dobbs confère à la conférence de Yalta et à la personnalité de Churchill. Le public français attiré culturellement par les romans historiques et par Churchill devrait être intrigué par ce titre et cet aspect méconnu de la personnalité de l'homme et également du sort réservé à la Pologne lors des accords de Yalta. Cette parution devrait intéresser fortement le public français.

Titulaire d'un doctorat en études de défense nucléaire, Michael Dobbs débute sa carrière dans le journalisme. Chef d'état major et plus tard vice-président du Parti conservateur, Michael Dobbs devient le conseiller de Margaret Thatcher à son arrivée au 10 Downing Street puis celui de John Major. Après son retrait de la scène politique en 1995, il intègre l'équipe dirigeante du célèbre groupe de publicité Saatchi&Saatchi. En février 2011, il a été anobli et porte désormais le titre de Lord Dobbs of Wylye.

En 1989, il publie son premier roman The House of Cards, inspiré par Margaret Thatcher, dans lequel il dévoile un monde d'intrigues et de complot. Passionné par Winston Churchill, Michael Dobbs lui a consacré cinq ouvrages et a notamment reçu en 2008 le prix Benjamin Franklin du meilleur roman historique.

Marié, père de quatre enfants, Michael Dobbs vit dans le Wiltshire, au Sud de l'Angleterre, entre un pub et une Eglise.

 

Churchill à Yalta. La Pologne trahie

Par Michael Dobbs – Traduit de l’anglais par Lucie Delplanque – Editions Zofia de Lannurien

364 pages – 21,90 euros – ISBN 978-2-9538791-0-0

 

*********

 

A l’automne 1941, lorsque, abandonnant ses études de philosophie, de Lettres et d’Histoire, elle s’engage auprès de l’Armée rouge pour devenir interprète, la jeune Elena Rjevskaïa n’imagine pas qu’elle vient d’être happée par les flots incontrôlables de l’Histoire.
Au gré des batailles qui grondent en Russie, en Pologne et en Allemagne, elle accompagne les membres de l’état-major soviétique afin de traduire les documents dérobés à l’ennemi et d’interroger les prisonniers de guerre. C’est ainsi qu’elle parcourt, à vingt ans à peine, la distance qui sépare Moscou de Berlin, et entre dans la capitale du Reich avec les troupes russes au printemps 1945. Après la capitulation allemande elle participe à la découverte et l’identification du corps d’Adolf Hitler dans son bunker.
Elle est la première à lire les documents personnels d’Hitler mais aussi les carnets de Goebbels ainsi que la correspondance personnelle de sa femme Magda. C’est sur cette trajectoire hors du commun que revient l’auteur, dans des mémoires inédits en français qui éclaircissent plusieurs épisodes de la Deuxième Guerre mondiale et leurs conséquences en Russie. Dans ses mémoires, Elena Rjevskaïa raconte de manière détaillée, documents à l’appui, toute l’histoire de la découverte et de l’identification du corps du Führer, à partir d’un morceau de sa mâchoire et de quelques dents.
Avec une rigueur d’historienne, elle revient sur les méthodes d’autopsie précises des corps d’Hitler, d’Eva Braun et des Goebbels, révélant tout des interrogatoires et des déclarations des témoins des derniers jours du troisième Reich et du contenu des carnets de Goebbels, de Martin Borman ou de Rattenhuber, garde-du-corps personnel de Hitler. Rjevskaïa fait ensuite état de la bataille qu’elle a dû mener à son retour en Russie pour faire connaître ce qui a été découvert.
Car le pouvoir soviétique, qui entendait entretenir le mythe de la menace nazie, a étouffé l’enquête, dissimulant les preuves et réduisant au silence Elena et son équipe.

 

Elena Rjevskaïa, née en 1919,  a fait des études de philosophie, de littérature et d'histoire avant d'obtenir un diplôme lui permettant de devenir interprète de guerre. Dès février 1942, elle a été envoyée sur le front, aux côtés de l'armée soviétique qu'elle a accompagnée de Rjev à Berlin. Quelques jours après la fin de la guerre, elle a participé à la découverte et à l'identification des corps d'Hitler et d'Eva Braun, ainsi que de Joseph Goebbels, sa femme et ses enfants.
Elle a ensuite passé quatre mois dans les quartiers généraux de l'armée pour inspecter les documents liés à l'histoire des derniers jours du Reich en vue de leur archivage. Staline ayant personnellement interdit à quiconque de révéler que le corps d'Hitler avait été retrouvé, Rjevskaïa a dû attendre 1965 avant de pouvoir publier son récit, à compte d'auteur, à Berlin. Elle est également l'auteur de deux célèbres documentaires sur la période de la Seconde Guerre mondiale (Berlin, mai 1945 et Goebbels, un portrait du personnage fondé sur ses carnets) et de six romans.
Elle a reçu la médaille d'or de l'Union des écrivains russes et a été distinguée à deux reprises par le quotidien Moskovskiye Novosti. Elle a aussi reçu le prix Andreï Sakharov récompensant le courage personnel d'un écrivain et le prix littéraire Venets. Enfin, elle a été faite citoyenne d'honneur de la ville de Rjev. Elena Rjevskaïa vit aujourd'hui à Moscou

 

Carnets de l’interprète de guerre

Par Elena Rjevskaïa – Traduit du russe par Macha Zonina et Aurore Touya –

Christian Bourgois Editeur - 434 pages – 23 euros – ISBN 978-2-267-02157-8

 

*********

 

 «La civilisation dans laquelle nous vivons aujourd'hui plonge une part essentielle de ses racines dans le judaïsme : que l'on professe l'athéisme le plus radical ou que l'on adhère à l'une ou l'autre des grandes religions monothéistes, il irrigue, souvent à notre insu, nos conceptions et nos représentations. Apprendre à le connaître, c'est nous donner les moyens de nous mieux comprendre et, en ce sens, d'être plus clairvoyants et libres dans nos choix. L'ignorer serait nous méconnaître, avec tous les errements que cela peut entraîner.»

L’histoire du peuple juif ainsi que l'influence philosophique, historique, culturelle, artistique et spirituelle qui est la sienne dans le monde, les coutumes, la pensée, les courants, les fêtes et les pratiques sont également expliqués de manière simple et claire et sont accessibles à tous sans éluder les grandes questions contemporaines. Une aventure unique dans l'histoire de l'humanité, qui a façonné une grande partie de notre monde actuel, et dont l'influence philosophique, historique, culturelle, artistique et spirituelle est immense.


Armand Abécassis, docteur en philosophie, est professeur émérite de philosophie générale et comparée à l'université Michel-de-Montaigne (Bordeaux-Ill), exégète du judaïsme et écrivain.
Il est l'auteur de nombreux ouvrages.

 

Il était une fois le judaïsme

Par Amand Abecassis – Presses de la Renaissance

240 pages – 17,90 euros – ISBN 978-2-7509-9642-9

 

*********

 

Parce que c'est la meilleure façon d'avancer, voici réunis 365 citations et proverbes pour tout changer.
A travers cet ouvrage délicatement illustré, Sénèque, le Dalaï-lama, Confucius, Colette, Churchill et de nombreuses autres personnalités vous proposent un véritable remède à la monotonie !

 

Janine Casevecchie a été tour à tour journaliste, rédactrice en chef ou directrice de rédaction et a collaboré à de nombreux magazines comme Femmes d'aujourd'hui, Le Parisien, L'Express, Marie-Claire et turban.
Elle a publié de nombreux livres aux Éditions du Chêne.

 

Une idée par jour tout changer

Par Janine Casavecchie -Editions Chêne

384 pages – 15 euros – ISBN 978-2-81230-390-5

 

*********

 

Les divisions qui se sont fait jour au moment du Concile Vatican II ont resurgi avec l'élection de Benoit XVI.

Considéré comme un tenant de la réaction conservatrice, beaucoup ignorent encore la place importante qu'a pu occuper le jeune abbé Ratzinger comme expert au Concile.

Publié pour la première fois en langue française, ce document exceptionnel rassemble les prises de positions du futur Benoit XVI au cours de cette étape historique pour l'Église. Préface de Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban.

 

Mon Concile Vatican II

Joseph  Ratzinger – Editions Artège

304 pages – 22 euros –ISBN 978-2-360-40029-4

 

*********

 

Le nom de Léon Degrelle est associé à la Légion Wallonie. L’inverse est vrai aussi, l’une n’ayant pu exister sans la présence de l’autre.
L’engagement de la Légion Wallonie sur le front de l’Est est loin d’être ce que, aujourd’hui encore, d’aucuns qualifient d’épopée. La réalité est tout autre! Au total, quelque 8.000 hommes se sont engagés tout au long de la guerre à l’Est entre 1941 et 1945, certains sous la contrainte, voire la menace d’armes. L’unité wallonne n’alignera jamais plus de 2.000 hommes à la fois en premières lignes. Comment Degrelle réussit-il à passer du statut de simple soldat à celui de SS-Obersturmbannfu
̈rher? Comment réussit-il à écarter les opposants qui risquaient d’entraver sa carrière personnelle? Comment arriva-t-il à bout des intrigues tant allemandes que de certains de ses propres hommes, et à conserver le contrôle sur la Légion? Comment devint-il Kommandeur de la Division Wallonie en septembre 1944 alors que les autres divisions composées d’étrangers étaient toutes commandées par des Allemands? Comment, en compagnie de son fidèle officier d’ordonnance, parvint-il à tirer son épingle du jeu en fuyant précipitamment vers l’Espagne dans la nuit du 7 au 8 mai 1945?
Autant de questions auxquelles répond cet ouvrage.

 

Eddy De Bruyne a consacré plus de vingt-cinq années à l’étude de la collaboration militaire belge francophone durant la Seconde Guerre mondiale en général et à celle de Léon Degrelle et du rexisme de guerre en particulier. Ces années de recherches intensives se sont concrétisées par la publication de plusieurs livres et articles. Pendant de nombreuses années, il a fait partie de l’équipe des correspondants du CEGES. Il vient de terminer la rédaction d’une importante Encyclopédie de l’Occupation, de la Collaboration et de l’Ordre Nouveau en Wallonie et dans le Nord-Pas de Calais.

 

Léon Degrelle et la légion Wallonie. La fin d’une légende

Par Eddy de Bruyne – Editions Luc Pire

256 pages – 25 euros – ISBN 978-2-875-42010-7

 

*********

 

Le jeune Lucius mène une vie heureuse dans la paisible ville de Pompéi. Entre son travail à la foulonnerie et les innombrables bêtises de Béryllus, son grand frère un peu simplet, il n'a pas le temps de s'ennuyer. Et puis il y a Alba, la belle Alba dont la douceur ensoleille son quotidien.
À l'approche des grands jeux du cirque où s'affronteront lions, tigres et gladiateurs par dizaines, la cité est en effervescence. Toute cette agitation semble d'ailleurs monter à la tête de Béryllus, qui raconte une histoire invraisemblable : le Dieu des enfers lui aurait prédit que Pompéi serait bientôt détruite par le Vésuve ! Son récit fait rire la ville entière : que pourrait-on craindre de cette belle colline qui surplombe la ville ?
Spécialiste du récit historique, Anne Pouget nous immerge dans le quotidien d'une ville romaine au cours du premier siècle de notre ère. Elle en réussit un portrait incroyablement vivant, d'une richesse de détails et d'anecdotes exceptionnelle, tout en faisant vivre à ses héros, sans le moindre temps mort, une série de palpitantes aventures.

 

Historienne, spécialiste du Moyen Age, Anne Pouget a commencé a écrire des livres pour la jeunesse dans les années 80. Son premier titre, Le Fabuleux Voyage de Benjamin, a reçu le Prix du roman enfant 1994. Depuis, elle n’a pas arrêté de publier et d’animer des ateliers de recherche et d’écriture dans les écoles. Elle vit à Paris dans le 14e arrondissement.

 

Les derniers jeux de Pompeï

Par Anne Pouget – Editions Casterman

320 pages – 13 euros – ISBN 978-2-203-04130-1

 

*********

 


- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -