Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour le "dolce farniente" (12 juillet 2011)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


« Le plus grand mensonge du monde ». Tel est le jugement sans appel que prononce Platon sur la Théogonie d’Hésiode, perçue comme trop violente. Pourtant, le récit d’Hésiode, qui compte parmi les plus anciens écrits de la conscience occidentale, est à l’origine de la Loi et du Droit. Mais qui, d’Hésiode ou de Platon, ment vraiment ? Ne faut-il pas reconnaître que la Loi et l e Droit ont mail l e à partir avec une insondable violence, dont le déni la refoule dans les tréfonds de l’ inconscient où elle gît et d’ où elle fait des retours dévastateurs ?
Dans cet ouvrage, Raphaël Draï engage à ce propos un dialogue méthodique entre psychanalystes et juristes. Il montre d’abord pourquoi la Théogonie d’Hésiode doit absolument être prise au sérieux tant elle conditionne les catégories juridiques les plus fondamentales, au point de se retrouver notamment dans l’imaginaire et les lieux de mémoire les plus centraux de la France. Il montre pourquoi la Loi, si souvent invoquée par la psychanalyse actuelle, ne suffit pas à fonder l’interdit de tuer ni le commandement d’aimer son prochain. Nous comprenons mieux alors l’importance, en cas de conflit, des tribunaux et des procédures : le procès judiciaire ne doit pas être la continuation de la guerre civile par les moyens du Droit, mais un équivalent du travail psychanalytique lorsqu’il conduit à choisir, contre la pulsion de mort et ses avatars, la pulsion de vie et ses issues.

Raphaël DRAÏ, docteur d’État, lauréat de la Faculté et membre de l’Observatoire du Religieux, est professeur agrégé de sciences politiques à la faculté de droit et de sciences politiques d’Aix-en-Provence et directeur de recherches à l’École doctorale en Recherches psychanalytiques et psychopathologiques de Paris VII-Denis-Diderot.

 

« Le plus grand mensonge du monde » Théorie juridique et théorie psychanalytique

Par Raphaël Draï – Editions Hermann

256 pages – 30 euros – ISBN 978-2-7056-6848-8

 

*********

Le séisme de la Shoah, qui a entraîné l'extermination de plus d'un million d'enfants, n'en finit pas d'interpeller la conscience de l'humanité. Cette "catastrophe" sans précédent interroge en premier lieu la foi et l'identité juives. La démesure du mal a d'abord laissé sans voix. Était-il permis de parler au nom des victimes ? Et comment parler ? D'immenses interrogations ont lentement fait surface. Quel est ce Dieu étrangement absent ou silecieux alors que le peuple de son alliance se faisait massacrer ? Le premier devoir de ce peuple n'est-iol pas désormais la survie ? Pour vivre, doit-il, peut-il redéfinir sa relation à Dieu, son rapport à la Loi, sa place parmi les peuples ?

Emil Fackenheim, Richard Rubenstein, Eliezer Berkovits : des écrits de trois penseurs juifs

contemporains, de langue anglaise, sont ici présentés, traduits et commentés pour la première fois. L'éventail de leurs réflexions illustre la diversité des courants qui traversent le judaïsme

d'aujourd'hui. La vigueur des débats entre eux et avec d'autres penseurs, juifs et non-juifs, en Israël et diaspora, ne laisse pas indifférent. Les chrétiens d'Occident ne peuvent ignorer un lourd héritage de rapports ambigus. Les voici invités en outre à s'interroger, dans la relation à leurs frères juifs, sur l'alliance et l'élection, la foi et l'espérance.

 

Croyances rebelles. Théologies juives et survie du peuple après la Shoah

Par David Meyer – Editions Lessius

352 pages – 29,50 euros – ISBN 978-2-8788-206-5

 

*********

 

 

Ce numéro de YOD présente un échantillon des études actuelles sur la langue et la littérature yiddish dans la sphère francophone. Nous avons voulu réunir des travaux d'auteurs de différents horizons, s'occupant du yiddish en permanence ou ponctuellement et ayant aussi en commun des liens avec la culture et l'université françaises

 

Résumés en anglais et en yiddish

Les auteurs

Delphine BECHTEL (Université Paris 4 Sorbonne)
Masha ITZHAKI (INALCO)
Natalia KRYNICKA (Université Paris 4 Sorbonne)
Carole KSIACENICER-MATHERON (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)
Dory MANOR (Poète)
Lilach NETHANEL (Université Bar Ilan)
Simon NEUBERG (Université de Trèves)
Astrid STARCK (Université de Haute Alsace, Mulhouse)
MyriamTRINH (Université hébraïque de Jérusalem)

Yitskhok Niborski & Masha Itzhaki
Avant-propos
Carole KSIAZENICER-MATHERON
Les Contrebandiers d'Oser Warszawski
Dory MANOR
Quelques propos à la mémoire d'Avrom Sutzkever
Masha ITZHAKI
Le yiddish : un passé proche et un souvenir éternel dans l'univers d'Aharon Appelfeld
Lilach NETHANEL
W, roman inédit de David Vogel
Delphine BECHTEL
Le théâtre yiddish Gimpel de Lemberg
Natalia KRYNICKA
Les dénominations du yiddish en Pologne avant 1939
Simon NEUBERG
Les noms de mois dans le manuscrit hébreu n° 1414
Astrid STARCK
Un récit de vie en yiddish alsacien : Henry Schwab de Gerstheim
Miryam TRINH
L'écriture poétique durant
la Shoah

Abstracts

 

 

Le yiddish dans la sphère francophone.

Yod N° 16  - Inalco

182 pages – 16 euros - ISBN  978-2-85831-191-0

 

*********

 

N'attendez pas qu'il soit trop tard, vous m'entendez ? Il vous reste encore beaucoup à vivre.
On ne sait quoi ni comment, mais beaucoup. J'en suis sûre". En ce mois de juillet parisien, Pierre, veuf et ancien libraire du quartier Mouffetard, doute de sa capacité à redonner du sens à sa vie. Mais c'est compter sans les irrépressibles dérives de la mémoire, les élans du coeur, le hasard des rencontres, et surtout sans Léa, sa fantasque belle-mère. C'est compter sans l'amour. Il lui faudra remonter aux sources obscures de son enfance, exhumer des blessures inavouées pour se libérer de ses entraves.
Pour vivre, enfin.

 

Elisabeth Brami a publié chez divers éditeurs une centaine d'ouvrages en littérature jeunesse, primés et traduits dans différents pays.
Après Je vous écris comme je vous aime (Calmann-Lévy, 2006), lauréat du Festival du premier roman de Chambéry, et Mon cher amour (Editions du Rocher, 2009), Les heures secrètes est son troisième roman.

 

Les heures secrètes

Par Elisabeth Brami – Editions Seuil

264 pages – 28 euros – ISBN 978-2-02-104576-5

 

*********

 

A la mort de Hassan Il en 1999, changement d'époque et ouverture sur le monde sont l'espoir d'un peuple qui a subi la répression des " années de plomb ".
Un peu plus de dix ans après l'avènement de Mohammed VI, que reste-t-il de la transition esquissée ? Assurément beaucoup, même si les fondamentaux de la gouvernance makhzénienne ont peu évolué, comme l'explique Pierre Vermeren dans le tableau précis et documenté qu'il brosse de cette première décennie de règne. Le Maroc est moins verrouillé et son économie a retrouvé quelques couleurs grâce aux capitaux étrangers et aux grands projets royaux.
Mais la transition démocratique tarde. Le système de pouvoir marocain est toujours écartelé entre la tradition immémoriale du sultanat islamique, les poussées de la contestation religieuse et la pusillanimité d'une puissante aristocratie, qui veut bien o tout transformer pour que rien ne change Ce pari reste-t-il tenable, alors que le printemps des peuples arabes de 2011 bouleverse la donne régionale ? C'est la question à laquelle ce livre, paru pour la première fois en 2009 et complété d'une postface inédite, entreprend de répondre.

 

Pierre Vermeren est maitre de conférences en histoire du Maghreb contemporain à l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne et membre du Centre d'études des mondes africains.
Il est notamment l'auteur, à La Découverte, de Le Maroc en transition (2001), Histoire du Maroc depuis l'indépendance (coll " Repères ", 2002), La Formation des élites marocaines et tunisiennes (2002).

 

Le Maroc de Mohammed VI. La transition inachevée

Par Pierre Vermeren – Editions La Découverte

336 pages – 11,50 euros – ISBN 978-2-7071-6920-4

 

*********

 

 

 

 

 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -