Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Paris-Plage, Bruxelles-les-Bains : il pleut partout, partout (8 août 2011)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


 

J'avais 20 ans. J'avais connu l'enfer

Par Silberberg Benjamin – Editions Saint Paul

287 pages – 24,90 euros – ISBN 978-2-87963-763-1

 

En 1942, Benjamin Silberberg (alors âgé de 18 ans), son père et son frère sont arrêtés par la police de Vichy et déportés à Auschwitz. C’est le début d’un calvaire inimaginable. Des trois il est le seul à survivre à la barbarie. Il lui faut alors se reconstruire une vie dans la normalité ... Un récit poignant, parfois très dur.

 

********

 

Le dernier homme bon

Par A.J. Kaszinski – Traduit du danois par Frédéric Fourreau -Editions JC Lattès

572 pages -  22.50 euros -  ISBN 978-2-7096-3632-2

 

Un tueur sévit à travers le monde, avec des cibles pour le moins singulières : médecins, militants des droits de l’homme, avocats…Tous œuvrent pour le bien.

Les meurtres sont d’autant plus étranges qu’une marque représentant une suite de nombres indéfinissables figure chaque fois sur le dos des cadavres. Niels Bentzon, négociateur au sein de la police de Copenhague, reconnu pour son talent mais incompris par ses homologues, est persuadé que c’est au Danemark qu’aura lieu le prochain drame. Mais qui peut être la future victime ? Aidé par l’astrophysicienne Hannah Lund, Niels va tenter de décrypter les brûlures laissées sur les victimes.

Personne ne prend au sérieux ces deux personnages un brin fêlés, pourtant brillants, dont la quête devient de plus en plus impossible. La clé de l’énigme réside dans ces chiffres – mais que signifient-ils ? Qui est le mystérieux assassin et que cherche-t-il à montrer ? Véritable page-turner, Le Dernier Homme bon combine profondeur psychologique, action et suspense jusqu’au dénouement qui surprendra plus d’un lecteur.

 

Derrière A.J. Kazinski se cachent Anders Rønnow Klarlund et Jacob Weinreich. Scénariste et réalisateur, Rønnow Klarlund a fait ses débuts d’écrivain avec le roman Les Dévoués. Weinreich, scénariste, écrit des romans depuis une dizaine d’année, dont plusieurs sont destinés à la jeunesse. Le Dernier Homme bon est le fruit d’une première collaboration entre les deux auteurs.

 

********

 

Divertimento sabbatique

Par Samuel Brussell – Editions Anatolia

302 pagzs – 19,90 euros – ISBN 978-2-3559-3171-0

 

Naviguant entre la Belgique, la France, la Suisse et l'Italie, l'Angleterre et l'Irlande, jamais loin en pensée de la Russie on de l'Amérique, l'auteur nous envoie ses lettres de vagabond-reporter avec ses menues histoires, comiques, tendres et insolites, griffonnées sur le chemin.
Mêlant lectures, voyages, rencontres et anecdotes, il puise à cette source d'inspiration joyeuse, frottant ses guêtres à cette inimitable école littéraire buissonnière : le gossi", les potins, " dernier témoignage historique valable qu'il nous reste ", selon Stendhal, " seule chose, avec la métaphysique, pour laquelle il vaille la peine de vivre ", disait Brodskv. On voyage ainsi aux côtés de l'écrivain dans le vieux Naples, sur les traces d'amours toujours vivantes; dans les faubourgs de Londres, où il visite le souvenir de joseph Brodskv; à Mantoue, tandis qu'il accompagne en complice V.
S. Naipaul sous le leu roulant des gardiens de l'ordre littéraire; à Rolle, où il partage un papet vaudois avec son voisin Jean-Luc Godard dans le café des habitués... Dans sa petite chambre de la ferme des Rousses, à Genthod, sur les bords du Léman, il relève avec amusement les perles dogmatiques du Petit Robert et redécouvre avec honheru' l'étonnante modernité des propos de Tolstoï, de Joseph Roth, de Sergueï Dovlatov ou d'Ennio Flaiano, qui surent si bien se moquer de nos préjugés.
Enfin, en buvant une bière avec un chasseur alpin rencontré sur le quai de la gare à Lyon, notre reporter trouve dans un poème di-Charles Cros - La Vision du Grand (anal Royal des Deux Mers - le nouvel hymne national de la France de demain.

 

Samuel Brussell cst l'auteur de Généalogie de l'ère nouvelle (Grassct, 2005), Musique pour les vivants (Grasset, 2007) et Ma Valise (Anatolia.
2010). Pour son prochain récit, il revisitera les villes et les lieux qui out jalonné son parcours : Londres, New York et Montréal, les Balkans, Naples et Jérusalem...

 

********

Le livre noir du CSA

Par Guillaume Evin –Editions du Moment

224 pages – 16,50 euros – ISBN 978-2-354-17097-4

 

En France, vous ne voyez aucune image., vous n'entendez aucun son émanant des télévisions ou des radios qui n'aient reçu l'agrément, sinon l'autorisation du Conseil supérieur de l'audiovisuel. Le CSA, entre autres missions, délivre des licences, veille à l'équilibre du temps de parole des politiques, à l'éthique des programmes, à la protection des mineurs ou encore promeut la diversité en son éminente qualité de Gendarme de l'audiovisuel français.
Problème : qui réprimande le gendarme lorsqu'il plonge sa main dans le pot de confiture ? Un peu plus de vingt ans après sa création, cette autorité administrative indépendante n'est plus que l'ombre d'elle-même. Piloté par un président omnipotent et huit autres Sages intouchables, le CSA s'apparente de plus en plus à une institution off-shore de la République, un authentique " fromage " français. Au sommet de :a tour Mirabeau qui domine le front de Seine, les bureaux souvent déserts sont somptueux, les rémunérations des Sages très élevées, les parachutages fréquents, les avantages en nature considérables et les conflits d'intêrets n'y dérangent personne.
Au service de ce succédané de gouvernement au fonctionnement opaque, trois cents fonctionnaires triment dans l'ombre pour lancer des projets mort-nés comme la Radio numérique terrestre. Au terme d'une enquête sans concession truffée de révélations, ce livre noir pose une question dont devra s'emparer la classe politique française en 2012 : faut-il en finir avec le CSA ?

 

Guillaume Evin, 39 ans journaliste et auteur, a publié plusieurs ouvrages relatifs au monde du cinéma.
Longtemps en poste à L'Expansion, il y a suivi entre autres les questions liées à l'audiovisuel et à l'économie des médias

 

********

 

Les dernierts instants de la vie

Par Elisabeth Kubler-Ross Edtions Labor et Fides

280 pages – 23 euros - 978-2-8309-1419-1

 

Nous pouvons essayer de nous rendre maîtres de la mort en la défiant.
En nous lançant à grande vitesse sur les autoroutes, en rentrant indemnes de la guerre, nous pouvons nous sentir immunisés contre la mort. Est-ce là l'expression de nos voeux les plus infantiles, la projection de nos rêves de toute-puissance et d'immortalité ? Si toute une société souffre d'une telle crainte et nie aussi évidemment la mort, les moyens de défense auxquels elle recourt seront forcément destructeurs.
Les guerres, les émeutes, le nombre croissant de meurtres et d'autres crimes pourraient bien n'être que les indices de notre incapacité à assumer la mort dignement. Ne faut-il pas repartir à zéro, tenter de concevoir notre propre mort et apprendre à affronter cet événement, tragique mais inévitable, avec une peur moins irrationnelle ?

 

Elisabeth Kübler-Ross (1926-2004), docteur en médecine, a assumé des responsabilités importantes dans des hôpitaux psychiatriques aux Etats-Unis.
Elle fut professeur de psychiatrie à l'Université du Colorado et a pendant plusieurs années organisé, à travers les Etats-Unis et partout dans le monde, des colloques et séminaires qui lui ont été demandés à la suite de la parution du présent ouvrage : On Death and Dying (Les derniers instants de la vie), très vite devenu célèbre.

 

********

 

Mohammed VI. Le grand malentendu

Par Ali Amar – Editions Calmann Lévy

334 pages – 17 euros - 978-2-7021-4010-9

 

En Occident, l'héritier de Hassan II a l'image d'un jeune roi moderne, modéré et ouvert, à la tête d'un régime qui serait un parfait modèle de transition dans un monde arabe en déliquescence.
Derrière les apparences, se cache pourtant une monarchie affairiste, engoncée dans les pesanteurs de son apparat et de son faste. Pire encore, depuis les attentats du 16 mai 2003 à Casablanca, qui furent dans l'opinion marocaine considérés comme un " mini " 11-Septembre, Mohammed VI a choisi la carte du tout sécuritaire : au nom de la lutte contre les fondamentalistes, la torture persiste et on bâillonne une opposition progressiste.
Certains pourtant refusent de courber l'échine. Parmi ces esprits libres, Ali Amar, qui fut de nombreuses années l'un des dirigeants d'un grand hebdomadaire marocain indépendant. Formidablement documenté et vivant, son livre, qui repose sur dix ans d'enquête sur le terrain, analyse avec lucidité et mordant toutes les contradictions d'un royaume en crise. Par l'un des plus fins connaisseurs du pays, un ouvrage salutaire et courageux pour tous ceux qui veulent connaître la réalité du Maroc d'aujourd'hui.

 

Ali Amar, quarante-deux ans, est journaliste.
Il a été en 1997 l'un des fondateurs du Journal, premier titre indépendant du Maroc qui a subi, à répétition, les foudres du régime.

 

 

********

 

Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même

Par Lise Bourbeau

212 pages – 16,75 euros – ISBN 978- 2-920932-18-7

 

Ce livre démontre que tout ce que nous vivons provient principalement de cinq grandes blessures de bases.
Grâce à ce livre et à une description très détaillée (physique, émotionnelle et mentale) de chacun des cinq masques que nous créons pour cacher ces blessures, vous arriverez à identifier la vraie cause (blessure) d'un problème précis dans votre vie.

 

Lise Bourbeau est l’auteur de 13 livres dont le best-seller "Écoute ton corps, ton plus grand ami sur la Terre" et fondatrice de la plus grande école de développement personnel au Québec dont les ateliers sont dispensés à travers tous les pays francophones.

/*********

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -