Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

La rentrée est prometteuse. Que de bons livres ! (12 septembre 2011)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Les Juifs espagnols en Bulgarie. Histoire, statistique, ethnographie

Par Saül Mézan – La Lettre Sépharade et l’Alliance Israélite Universelle

158 pages – 22 euros – ISBN 978-2-35272-010-2

 

Paru à Sofia en 1925, l’essai de Saül Mézan constitue un recueil très précieux sur

l’histoire de la communauté juive de Bulgarie. Le mode de vie que l’auteur décrit

avait d’ailleurs déjà presque disparu au moment où il effectuait ses recherches.

L’ouvrage se divise en deux parties : la première est consacrée à l’histoire et à la

langue des Sépharades de Bulgarie, tandis que la seconde présente leurs rites liés

au cycle de vie, leurs usages et coutumes, croyances, superstitions, etc.

Selon Vladimir Paunovski, directeur du Musée juif de Sofia et chercheur à l’Institut

d’Études Balkaniques de l’Académie Bulgare de Sciences, « les thèses qu’expose

Saül Mézan dans ce livre sont devenues des postulats fondamentaux dans

l’historiographie relative aux Juifs en Bulgarie ; adoptées et reprises plus tard par

les chercheurs, elles se sont à tel point imposées qu’il y a longtemps qu’on en est

venu à oublier leur véritable auteur. »

 

Né à Pazardjik en 1893 il suit une partie de sa scolarité à l’Alliance israélite

universelle.

Dès sa jeunesse il collabore à la presse juive du pays et assume des responsabilités

dans divers organismes sionistes. Au fil des années il publie différents essais d’intérêt

juif. À partir de 1933 il consacre les dernières années de sa vie à la lutte

contre le fascisme. Il serait mort en 1943 comme partisan, tué lors de combats en

Albanie. Saül Mézan est considéré comme l’un de pionniers de l’historiographie

juive bulgare.

 

Et, sur la Bulgarie, un très bel ouvrage en anglais :

 

A guide to Jewish Bulgaria

Par Dimana Trankowa et Anthony Georgieff – Editions Vagabond

 Media

168 pages – 10,99 euros – ISBN 978-954-92306-3-5

 

En fin un  guide sure l’histoire du judaïsme bulgare. Un voyage dans le temps et l’espace

Les chapitres qui se succèdent nous racontent l’histoire de ces Juifs bulgares qui habitent le pays depuis l’époque romaine et le déclin de cette communauté sous le communisme.

La vie après la chute du Rideau de fer, en 1989, est analysée.

Un chapitre est consacré au sauvetage des Juifs bulgares car, bien que la Bulgarie fut l’Alliée de l’Axe, elle refusa de livrer ses Israélites aux nazis (contrairement à ceux des territoires qu’elle occupait en  Grèce et qui furent déportés.

Ce livre, richement illustré de nombreuses photos, nous fait découvrir le passé et le présent de cette communauté.

Pour le visiteur, les adresses et les numéros de téléphone des centres d’intérêt juifs sont donnés.

Un livre à lire pour le touriste, le passionné d’Histoire et par toute personne qui s’intéresse au judaïsme

 

********

 

Quelle époque !

Par Anthony Trollope – Editions J’ai Lu

828 pages – 9,49 euros – 978-2-290-02815-5

 

Augustus Melmotte est un financier véreux.
De ces capitalistes à la morale douteuse qui lancent de vastes opérations spéculatives pour piéger les investisseurs naïfs. A ses côtés jeunes gens de bonne famille désargentés et voleurs, romancières sans talent, politiciens malhonnêtes et journalistes menteurs pour qui la triche est une seconde peau. Car dans le Londres victorien, on trompe, séduit et arnaque comme on respire, on s'adonne à la satire et cela prend des airs furieusement contemporains.

 

Anthony Trollope est l'un des romanciers britanniques les plus célèbres et les plus prolifiques de l'époque victorienne.
Il a laissé une oeuvre considérable de près de soixante nouvelles et romans. Quelle époque ! est considéré comme son chef-d'oeuvre par un grand nombre de critiques

********

 

Alternatives énergétiques. Plaidoyer pour une autosuffisance locale

Par Yona Friedman – Editions Dangles

224 pages – 19 euros – ISBN 978-2-703-308713

 

Notre civilisation industrielle était basée sur l’énergie bon marché.
Celle-ci devenant de plus en plus rare et coûteuse, il nous faut maintenant imaginer une nouvelle politique de l’énergie qui devrait reposer beaucoup plus sur une nouvelle politique sociale et globale que sur la recherche de gadgets technologiques. Nos modes de vie et de production, nos utilisations des matières premières et des biens produits sont, pour l’instant encore, régis par une parfaite inconscience quant au gaspillage de l’énergie et des ressources de la planète.
Alors que le monde découvre la faillite d’un certain mode de vie, il nous faut regarder cette crise en face, examiner quelles alternatives seraient souhaitables, ne pas nous laisser surprendre. Accepter ce qui nous est utile dans cette crise et la récupérer à notre profit, c’est là l’idée maîtresse de ce livre humaniste.

 

Yona Friedman, architecte, auteur de la théorie sur l’architecture mobile et de l’autoplanification, a été consultant auprès de l’UNESCO, du Conseil de l’Europe, du ministère de l’Environnement, etc.
Depuis de nombreuses années, il s’efforce d’apporter aux habitants du Tiers Monde les connaissances nécessaires à leur survie, et participe à de nombreuses réalisations humanitaires dans ces régions du monde.

 

********

 

Tous nos petits morceaux

Par Emmanuel Urien – Editions d’Un noir si bleu (GP)

180 pages – 15,50 euros - ISBN 978-2-916499-61)-1

 

« Miroir, mon beau miroir... », petite phrase qui a bercé nos enfances. Mais les miroirs sont-ils beaux ? À force de réfléchir le monde et ses turpitudes, n'ont-ils pas développé des réflexions particulières ? N'ont-ils pas, témoins muets de nos intimités, appris à voir ce que nous cherchons à cacher ?
Dans Tous nos petits morceaux Emmanuelle Urien donne la parole à ces objets du quotidien. Miroirs de poche ou grande psyché, chacun a une histoire à nous raconter, un aspect de nous-même que ces témoins silencieux reflètent à l'envi.


Emmanuelle Urien a développé au fil du temps une écriture précise, incisive, sauvage parfois. Son talent, que ses lecteurs connaissent, a été reconnu en particulier lors de la sortie en 2007 de La Collecte des monstres chez Gallimard.
On retrouve dans les douze nouvelles de ce recueil cet univers particulier, à la fois normal et étrange, où la part d'humanité de chacun des personnages est décrite, parfois mise à mal, par ces objets inertes que sont les miroirs.

.

Née à Angers, études disparates en lettres, langues, gestion internationale. Après quelques années dans diverses entreprises, quitte Paris et un poste de chef de projet pour Toulouse, sa famille et l'écriture. De 2003 à 2006, ses nouvelles hantent, via les concours littéraires, revues et anthologies. Elle écrit également des fictions pour Radio France (Les Petits Polars) avant de publier un premier recueil de nouvelles, Court, noir, sans sucre (éd. L'être minuscule, déc. 2005 – Prix de la nouvelle du Scribe 2006), puis un deuxième, Toute humanité mise à part (éd. Quadrature, fév. 2006 – Prix Salondulivre.net 2007). Son troisième recueil, La Collecte des monstres, paraît en mars 2007 (éd. Gallimard).

 

Et, chez le même éditeur,

 

Petit guide des transports à l’usage du trentenaires amoureux

Par Manu Causse

216 pages – 16,50 euros – ISBN 9-2-815488-57-1

 

Ce livre est à la fois un recueil de nouvelles (par sa structure première) et une variation autour de la relation amoureuse des jeunes adultes, en fait d'un jeune homme. Dans la version première cet ouvrage était sous-titré « Sept portraits de Loena Brens ». C'est autour de l'amour pour cette femme, qui porte dans ce livre plusieurs noms, que le narrateur nous invite à voyager.

On retrouve dans cet ouvrage l'écriture de Manu Causse, à la fois légère et dense en émotions.

Cet ouvrage fait partie d'une relecture tout à fait personnelle de la trilogie de Dante. On est, avec Petit guide des transports à l'usage du trentenaire amoureux dans le voyage paradisiaque. Visitez le purgatoire (emplacements à louer) nous proposait la visite de cet entre-deux. Enfin, Déjà que tout seul j'ai du mal à vivre ensemble, ouvrage non encore paru, nous entraînera dans l'enfer du désenchantement de ceux qui, croyant avoir déjà vécu le meilleur, transforment en dégoût de soi et de l'autre le bonheur qui leur est offert.

 

Manu Causse est un artiste multicartes : qu'est-ce qui, en effet, pourrait bien l'empêcher d'être également musicien, peintre, plasticien, chanteur ou équilibriste bilingue ? Outre toutes ces activités qu'il pratique avec un égal talent, Manu Causse trouve aussi le temps d'être Aveyronnais et d'habiter à Toulouse.

 

********

 

Le procès de Valérius  Asiaticus

Par Christian Gaudineau – Editions Actes Sud

448 pages – 23 euros - ISBN 978-2-330-00055-4

 

Pourquoi, en 47, à l’issue d’un procès retentissant, l’Empereur Claude condamne-t-il Décimus Valérius Asiaticus à la peine capitale, en lui laissant le choix de sa mort ? Et pourquoi Asiaticus s’en réjouit-il ? Telles sont les questions que se pose le jeune philosophe massaliote Charmolaos, qui est mêlé de près aux événements.
Rejeton d’une illustre famille des Gaulois Allobroges, Asiaticus avait joué la carte de la romanité. Il avait combattu sur le Rhin, urbanisé et couvert de monuments sa capitale, Vienne. Grâce à la famille impériale, il s’était élevé au sein de l’Empire, haut magistrat, Sénateur, Consul. Il fut l’ami proche de Caligula, puis bénéficia de la faveur de l’Empereur Claude. Richissime au point de posséder à Rome les fameux Jardins de Lucullus, et des propriétés en diverses provinces, notamment en Égypte.
Pourquoi ? La question revient sans cesse dans ce roman aux péripéties haletantes, qui nous fait connaître l’Empire romain à ses débuts, avec des hommes hors du commun et des intrigues inattendues. Pourquoi ? La réponse coupe le souffle.

 

Professeur honoraire au Collège de France depuis septembre 2010 et ancien titulaire de la chaire des Antiquités nationales, Christian Goudineau est l’auteur de nombreux ouvrages scientifiques.
Après Le Voyage de Marcus et L’Enquête de Lucius Valérius Priscus, ce roman nous plonge dans la Gaule et l’Empire romain du Ier siècle après J-C.

 

********

 

 

Dernier été à Mayfair

Par Theresa Revay- Editions Belfond (GP)

489 pages – 21 euros – ISBN 978-2-7144-4949-1

 

À Londres on les surnomme « les Admirables ». Ils possèdent l'argent, le pouvoir et le prestige. Mais le vertige de la Belle Époque n'est qu'une illusion. Des salles de bal de la haute société édouardienne aux champs de bataille de la Somme, l'histoire captivante de deux grandes familles aristocratiques qui, en une décennie, voient basculer le monde et le temps de l'insouciance.

Mayfair, Londres, été 1911. Lord et lady Rotherfield s'apprêtent à recevoir la haute société anglaise dans leur somptueuse demeure de Berkeley Square, pour le bal des dix-huit ans de leur fille Victoria. Artiste, idéaliste mais décidée à faire un beau mariage, la jeune fille ne veut pas manquer son entrée dans le monde. Pourtant, elle est en colère. Sa soeur Evangeline, vingt ans, a disparu. Dans la matinée, celle-ci s'est rendue à l'une de ces abominables réunions de suffragettes dont elle n'est toujours pas revenue. C'est Julian, le frère aîné, qui la retrouve enfin derrière les barreaux d'une sordide prison de Bermondsey, l'un des quartiers ouvriers de l'East End où couve la révolte. Julian n'apprécie guère le comportement de sa soeur, lui, l'héritier de la dynastie, prisonnier d'une vie qu'il n'a pas choisie mais dont il assume les contraintes par sens du devoir. Il ne comprend pas plus Edward, son frère cadet, qu'il juge égocentrique et inconscient. Homme à femmes, charmant dilettante et passionné d'aviation, Edward a des dettes de jeu. Pour les honorer, il doit remporter le premier prix d'une course d'aviation et vaincre son plus grand rival, le Français Pierre du Forestel, un jeune homme aussi séducteur et fantaisiste que lui.
Tous appartiennent à l'élite de leurs pays, et tous sont fiers de leurs héritages ancestraux, confiants dans leur avenir. Mais peu décèlent les failles qui sont déjà apparues dans leur mode de vie. En Angleterre, l'aristocratie a entamé son déclin depuis trente ans, des réformes sapent son pouvoir politique et économique alors que le pays est agité par des émeutes. En France, la vieille noblesse, affaiblie, n'est déjà plus aux commandes et subit de plein fouet les mutations d'une société moderne, traversée notamment par la laïcisation violente née de la loi de Séparation des Églises et de l'État. Guidés par les mêmes principes d'honneur et de devoir, les uns et les autres vont affronter le cataclysme d'une guerre qui sera aussi leur chant du cygne. Et ce sera alors aux femmes, parmi les ruines de leurs illusions, de réinventer un monde nouveau.

 

Theresa Révay est née à Paris. Après des études de lettres, elle s'oriente vers la traduction de romans anglo-saxons et allemands, et publie deux romans : L'Ombre d'une femme, La Table Ronde (1988), et L'Ouragane, Tsuru Éditions (1990). Son premier roman historique, Valentine ou le Temps des adieux, paraît aux éditions Belfond en 2002, suivi en 2005 de Livia Grandi ou le Souffle du destin, pour lequel elle sera finaliste du prix des Deux-Magots en 2006. Ses deux derniers romans, La Louve blanche et Tous les rêves du monde, une saga en deux volumes ayant pour toile de fond la montée du nazisme et la Seconde Guerre mondiale, ont été traduits en huit langues et ont été de grands succès en Europe (plus de 300 000 exemplaires vendus). Theresa Révay s'impose aujourd'hui comme l'une des romancières majeures de grandes fresques historiques.

 

********

 

Quelques bandes dessinées chez Dargaud

 

Pour en finir avec le cinéma

Par Blutch –

80 pages – 19,95 euros - ISBN 978-2-205-9-06702-6

 

Le dernier Templier Tome 1. L’encodeur

Par Raymond Khoury

48 pages – 13,95 euros - ISBN 978-2-205-06060-7

 

Et, du même auteur

 

Le dernier Templier Tome 2, le chevalier de la crypte

48 pages – 13,95 euros - ISBN 978-2-205-06305-9

 

Grande soirée de vernissage au Metropolitan Museum de New York où sont présentés les fabuleux trésors du Vatican.
Quatre cavaliers surgissent alors de nulle part, semant la terreur devant les caméras après avoir dérobé plusieurs objets ! L'un d'entre eux se révèle être particulièrement précieux, dissimulant certains secrets que l'on croyait enfouis à jamais... Tess, une archéologue témoin de la scène, et Sean, un agent du FBI, vont mener une enquête dont l'issue s'avèrera décisive pour le monde chrétien ! L'ultime secret des Templiers sera-t-il enfin dévoilé ? Le Dernier Templier, initialement publié sous forme d'un roman, a déjà connu un immense succès dans de nombreux pays.

 

Le Grand siècle. Vol 3. Moplai

Par Simon Andriveau – Editions Delcourt

56 pages – 13,50 euros – ISBN 978-2-7560-1593-4

 

France, 1671. Enterrement de première classe pour Moplai. Du fond de son trou, la dépouille abîmée de celui qui fut le plus grand bretteur de son temps livre ses dernières pensées. Les routes qui l'ont mené sur le chemin des armes et de la trahison. A l'extérieur, le complot continue et les rouages impeccables de la mécanique a scandale montée par Bénédicte attendent leur maître d'oeuvre. Pour le royaume de France, les heures sombres sont proches...

 

********

 

Pour les jeunes :

 

Légendes yiddish

Par Anne Jonas – Editions Nathan

160 pages – 7,50 euros – ISBN 978-2-09-253198-3

 

Savourez onze contes à la fois sages et drôles qui font revivre le monde disparu des juifs d'Europe de l'Est.
Un monde de paysages enneigés et de foyers éclairés par la douce lumière du chandelier à sept branches. Un monde, surtout, où les rabbins philosophes, les colporteurs facétieux et les malchanceux chroniques opposent au malheur et à la peur trois armes imparables : la force de leurs croyances, la passion des histoires et la saveur d'un humour à nul autre pareil !

Anne Jonas est née dans les Landes en 1964.

Après de nombreuses années passées à étudier l'Histoire, elle a choisi de raconter des histoires. Pourquoi cela ? Parce que du plus loin qu'il lui en souvienne, elle en a écouté et puis lu, et que chaucune d'entre elles lui a été comme un cadeau précieux. Alors quand on s'est senti tellement gâté, il faut bien songer à essayer de donner à son tour

 

********

 

Le voyage de Mémé

Par Gil Ben Aych – Neuf de l’Ecole des Loisirs

96 pages – 8 euros – ISBN 978-2-211-20445-3

 

1962. La famille de Simon déménage. Elle quitte le nord de Paris pour s’installer à une vingtaine de kilomètres, à Champigny-sur-Marne. Tout le monde est déjà parti mais il reste à faire bouger Mémé. La grand-mère tout juste arrivée d’Algérie refuse catégoriquement de monter dans une voiture, un bus ou un métro. Elle veut marcher, un point c’est tout. Simon, son petit-fils, se voit chargé de l’accompagner à travers la capitale et la proche banlieue.
En chemin, Mémé va de découverte en découverte. «T’y as vu celle-là… la jupe courte qu’elle porte et serrée… et çui-là, comme ça y dort ? Ici par terre ?…C’est pas possible ma mère… Qu’est-ce qu’on peut voir ici en France ! » Cette histoire vraie s’est passée il y a près de cinquante ans. Pourtant, elle est toujours d’actualité. C’est, sans doute, ce qui a fait de ce livre un classique de la littérature jeunesse que l’école des loisirs a choisi de rééditer.

 

********

Pour toujours

Par Jenna Fox, traduit (anglais) par Faustina Fiore – Editions Gallimard Jeunesse

366 pages – 6,60 euros - ISBN 978-2-207-0624204-5

 

Jenna est amnésique après un an passé dans le coma.
Surprotégée par ses parents, elle réapprend à être celle qu'elle a toujours été. Pourtant, très vite, Jenna comprend qu'elle est bien plus que les vidéos de son enfance qu'on l'oblige à regarder. Et avec les souvenirs apparaissent des questions auxquelles personne ne répond... Un roman d'anticipation qui, au fil des pages, devient un thriller haletant.

 

 

********

 

Le petit Nicolas 9 : Le ballon

Sempé et Goscinny – Editions Folio

160 pages – ISBN 978-2-07-063465-1

 

Le petit Nicolas est de retour avec toute sa bande ! Alceste qui mange tout le temps, Rufus et son papa policier, Clotaire le dernier de la classe, Eudes le turbulent, Agnan le choucjhou de la maîtresse...
Et aussi le Bouillon avec ses gros yeux, Tonton Eugène, le frère de Papa, qui est très rigolo. Monsieur Blédurt, le voisin. Toute une galerie de personnages drôles, tendres, bagarreurs... Voici sept histoires inédites pour faire rire et sourire les petits et les grands... et revivre ces années qui ne nous quittent jamais, celles de l'enfance.

 

********

 

 

 

 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -