Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Avant Roch Hachana (22 septembre 2011)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Les murs et le miroir

Par Mojgan Kahen – Editions l’Harmattan

270 pages – 24,50 euros – ISBN 978-2-296-55218-0

 

Ce roman relate l'histoire d'une jeune iranienne d'origine juive. Son adolescence et sa jeunesse nous font voyager dans un Iran agité par les soubresauts des années 80. Déchirée entre son attachement à sa famille, l'amour qu'elle porte à «Pejman,» un garçon qui n'appartient pas à sa communauté, son journal intime va être le reflet de ses sentiments contradictoires :

« Pourtant, tu le savais depuis ton enfance que tu ne devais pas t'approcher «d'un homme goy». On t'avait bien dit qu'en commettant cette erreur tu détruirais l'harmonie de ce monde ... »

Soudain, une autre pensée a traversé mon esprit :

Mais quel péché ? Quelle harmonie ? S'il appartient à une autre espèce, qu'est-ce qui explique l'envie intense que j'ai eue de le prendre dans mes bras ? Les hirondelles ne sont pas attirées par les corbeaux et les chevaux passent indifférents à côté des gazelles. Or, il m'est impossible de passer devant lui sans que mes yeux plongent dans les siens. Et son odeur m'est tellement familière qu'on dirait qu'elle m'a accompagnée depuis le jour de ma naissance. Il suffit qu'il me tienne la main pour que tout ce qu'on m'a appris depuis des années disparaisse en une seconde...»

Et la question qu'elle se pose sans cesse : a-t-elle le droit de faire souffrir les autres en faisant ses choix de vie ? Nous découvrons également les préoccupations des jeunes juifs en rapport avec les évènements qui se déroulent en Iran à cette époque. La plupart des épisodes de ce livre se déroulent en Iran, mais ils nous emmènent également en Israël et en Belgique.

 

Mojgan Kahen est licenciée en psychologie. Elle est née à Téhéran au sein d’une famille juive. Elle vit et travaille à Bruxelles où elle arrivée, à 24 ans, il y a vingt ans.

 

*********

 

Rouge argile

Par Virginie Ollagnier – Editions Liana Levi

224 pages – 17 euros – ISBN 978-2-86746-678-9

 

Rosa vient de perdre Egon, son père « adoptif », seul lien qui la rattache encore à sa maison d’enfance à Meknès, au Maroc.
Venue pour un dernier adieu et pour régler la succession, prête à faire table rase de cet héritage qui l’encombre dans sa vie bien établie et bien réglée de Saint-Germain-en-Laye, elle va retrouver une part d’elle-même soigneusement enfouie, depuis vingt ans. Assaillie par des souvenirs encombrants et par la découverte de pans ignorés de l’histoire de ses parents, dévorée par l’affection de sa nourrice marocaine, étourdie par les récits de sa marraine venue la soutenir, Rosa voit peu à peu le désordre et les fantômes du passé s’insinuer dans une vie où chaque chose était à sa place.
Le récit est entrecoupé par la voix d’Egon qui raconte son itinéraire de vie. Avec une écriture ciselée et sensuelle, Virginie Ollagnier croise les destins, mêle les voix et retrace des parcours gouvernés pas l’Histoire et les secrets de famille.

 

Virginie Ollagnier, née à Lyon en 1970, est formatrice en communication écrite et co-scénariste de la bande dessinée Kia Ora.
Son premier roman, Toutes ces vies qu’on abandonne (Liana Levi 2007, Points 2008), lui a valu un succès public et critique et a obtenu onze prix littéraires dont le « Prix coup de cœur du roman historique de la ville de Blois » et le « Prix du premier roman du Touquet ». Elle a également publié L’Incertain (Liana Levi 2008, Points juin 2011)

 

*********

 

Ruines. Représentations dans l’art de la Renaissance à nos jours

Par Michel Makarius – Editions Flammarion Champs

316 pages – 12 euros – ISBN 978-2-0812-4460-3

 

Témoins de l'Histoire, les ruines conjuguent savoir et imaginaire, fascinant artistes et écrivains.
Depuis la Renaissance, chaque époque a projeté sur les ruines sa vision du temps, de la grandeur, de la décadence, de la nature et de la destinée humaine. Puisant dans tous les domaines de la création occidentale, de la peinture à l'art des jardins, Ruines décrypte les significations symboliques, philosophiques et culturelles de leurs représentations artistiques, sans oublier le débat théorique sur leur conservation et leur restauration.
Figure du fragment et allégorie de la temporalité, la ruine est aussi un objet conceptuel ; l'ouvrage en expose la place singulière dans la sensibilité européenne. Une série d'oeuvres analysées en détail permet de suivre l'évolution d'un thème aux implications multiples. Par l'importance de son iconographie et la richesse de ses références, Ruines propose une synthèse inédite sur un sujet qui n'a jusqu'alors jamais fait l'objet d'une étude globale.

 

Michel Makarius (1948-2009) a été maître de conférences à l'université Paris-1 (Panthéon Sorbonne), où il enseignait l'esthétique et l'histoire de l'art.
Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Chagall (Hazan, 1984) et Vuillard (Hazan, 1989), ainsi que de nombreux articles d'esthétique et de critique d'art publiés dans des revues Traverses, Les Cahiers du MNAM et la Revue de Philosophie.

 

*********

 

L’attentat

Par Yasmina Khadra – Editions Pocket

256 pages – ISBN 978-2-266-20947-2

 

Dans un restaurant de Tel Aviv, une jeune femme se fait exploser au milieu de dizaines de clients.
À l'hôpital, le docteur Amine, chirurgien israélien d'origine arabe, opère à la chaîne les survivants de l'attentat. Dans la nuit qui suit le carnage, on le rappelle d'urgence pour examiner le corps déchiqueté de la kamikaze. Le sol se dérobe alors sous ses pieds: il s'agit de sa propre femme. Comment admettre l'impossible, comprendre l'inimaginable, découvrir qu'on a partagé, des années durant, la vie et l'intimité d'une personne dont on ignorait l'essentiel? Pour savoir, il faut entrer dans la haine, le sang et le combat désespéré du peuple palestinien...

 

Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohammed Moulessehoul, est né en 1955 dans le Sahara algérien.
Il est aujourd'hui connu et salué dans le monde entier où ses romans, notamment À quoi rêvent les loups, L'écrivain, L'imposture des mots, Cousine K sont traduits dans 22 pays. Les Hirondelles de Kaboul et L'attentat sont les deux premiers volumes d'une trilogie consacrée au dialogue de sourds qui oppose l'Orient et l'Occident et qui s'achève avec la parution des Sirènes de Bagdad (Julliard, 2006).
L'attentat a reçu le prix des libraires 2006, le Prix Tropiques 2006, le Grand Prix des lectrices Côté Femme, le prix littéraire des lycéens et apprentis de Bourgogne ainsi que le prix des lecteurs du Télégramme et est actuellement en cours d'adaptation cinématographique aux États-Unis. Le Prix Nobel J.M. Coetzee voit en cet écrivain prolifique un romancier de premier ordre.

 

*********

 

Ce qu’ils n’ont pas nous prendre

Par Ruta Sepeyts, traduit (américain) par Bee Formentelli– Editions Gallilmard Scripto

432 pages – ISBN 978-2-07-063567-2

 

Une nuit de juin 1941, Lina, quinze ans, sa mère, Elena et son petit frère, Jonas, dix ans sont brutalement arrêtés par la police secrète soviétique.
Au bout d’un voyage épouvantable de six semaines, presque sans eau et sans nourriture, entassés dans des wagons à bestiaux, ils débarquent au fin fond de la Sibérie, dans un camp de travail soviétique. Logés dans des huttes, sous alimentés, brutalisés, les déportés tentent de survivre et de garder espoir. Dans le kolkhoze, le travail de la terre est éreintant. Mais malgré la mort, la maladie, le froid, la faim et la terreur, Lina tient bon, soutenue par une mère exemplaire, son amour pour un jeune déporté de dix-sept ans, Andrius, et portée par sa volonté de témoigner au nom de tous et de transmettre un signe de vie à son père (condamné à mort dans un autre camp) grâce à son art du dessin et à l’écriture.

 

Ruta Sepetys signe un roman bouleversan. Magnifiquement écrit et capital (Harlan Coben)

Un livre déchirant qui se lit d’une traite (Publishers Weekly)

Premier roman exceptionnel. Choc émotionnel de  taille (The New York Times Book Review

 

Fille d’un réfugié lituanien, Ruta Sepetys est née dans le Michigan où elle a été élevée dans l’amour de la musique et des livres par une famille d’artistes.
Elle étudie la finance internationale et vit quelques temps en Europe (Paris). Puis, elle part à Los Angeles pour travailler dans l’industrie de la musique. Aujourd’hui mariée, elle vit dans le Tennessee avec sa famille. Ce qu’ils n’ont pu nous prendre est son premier roman.

 

Ce livre sortira en librairie le 13 octobre.

 

*********

 

 

 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -