Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour lire sous la soucca (10 octobre 2011)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Qui écrira notre histoire. Les archives secrètes du Ghetto de Varsovie

Par Samuel D. Kassow – traduit (anglais) P.E. Dauzat – Editions Grasset

408 pages – 25 euros – ISBN 978-2-246-74691-1

 

En octobre 1939, Emmanuel Ringelblum, historien de formation, avait entrepris de rassembler systématiquement les documents touchant le sort des Juifs de Pologne et consitua autour de lui un groupe de bénévoles pour qui l'injonction à sa souvenir (Zokhar) était une forme élémentaire de résistance et qui se donna pour nom de code "Oyneg Shabes" : "Joie du sabbat", en hébreu.Si Ringelblum et sa famille périrent en mars 1944, comme la majorité des quelque soixante membres de ce réseau — historiens, sociologues, économistes, éducateurs, écrivains, poètes, en sorte qu'aucun domaine de la vie ne soit ignoré —, le groupe réussit à travailler d'arrache-pied jusqu'au printemps 1943, pour écrire la chronique de la disparition de la communauté yiddish.
Sentant l'imminence d'une fin proche, les archivistes réussirent à cacher des milliers de documents dans des bidons de lait ou des boîtes en fer-blanc avant de les enterrer.Servi par un talent de conteur qui n'est pas sans rappeler celui des Disparus, cet ouvrage est sans conteste un des livres les plus importants sur la Shoah à côté de ceux de Hilberg et de Friedländer. Car au-delà de l'histoire magistrale d'une famille, d'un historien et d'un groupe, au-delà d'un tableau de la culture yiddish et de son inscription dans la culture polonaise et russe de l'époque, c'est véritablement l'histoire de l'Holocauste vécue par ses victimes contemporaines qu'offre ce livre.

 

Samuel D. Kassow est spécialiste de l’histoire russe et polonaise moderne. Excellent connaisseur du yiddish, il s’est également imposé depuis une dizaine d’années comme l’un des meilleurs connaisseurs des sources yiddish de l’Holocauste.

 

********

 

Cachés. La bouleversante histoire du garçon qui aimait Anne Frank

Par Sharon Dogar – Editions Gallimard Jeunesse

302 pages – 15 euros – ISBN 978-2-02-069574-4

 

Pour échapper aux persécutions nazies, Peter van Pels et ses parents rejoignent la famille Frank dans leur cachette.  Peter a seize ans. Comment s'habituer à vivre dans si peu d'espace ?  Et il y a Anne, brillante, exaspérante, Anne qui écrit, Anne qu'il aime... Comment Peter trouvera-t-il la force de survivre dans les camps après l'arrestation des habitants de l'Annexe et leur séparation ?

 

Sharon Dogar est née en 1962. Elle vit à Oxford avec sa famille, et exerce comme psychothérapeute pour enfants. Enfant, elle a découvert «Le Journal d'Anne Frank» et s'est toujours demandé ce qui était arrivé ensuite aux habitants de l'Annexe. Voir sa propre fille le lire l'a poussée à écrire «Cachés».

 

********

 

Le monde d’Hannah

Par Ariane Bois – Editions Robert Laffont

288 pages – 19 euros – ISBN 978-2-221-12592-2

 

Hannah, 8 ans, vit dans le " Petit Istanbul ", un quartier populaire du XIe arrondissement, qui rassemble une communauté judéo-espagnole joyeuse et attachante. Un jour, dans la rue, elle rencontre Suzon, 9 ans. Malgré tout ce qui les oppose, l'amitié est immédiate, passionnée. Mais nous sommes en octobre 1939. Hannah et sa famille sont des juifs venus de Turquie. La famille de Suzon est originaire de la Creuse. Après l'engagement volontaire de son père contre les Allemands, Hannah découvre les alertes, le marché noir, l'exclusion, les expropriations, les menaces, les interdictions. Elle est bientôt contrainte de fuir dans une pension catholique en Normandie, puis, après la succession des rafles à Paris, de rejoindre Istanbul en train, avec sa mère, grâce à la nationalité turque de son père. A leur retour à Paris, en 1945, c'est un nouveau déchirement. Le père d'Hannah et ses grands-parents ont disparu. Tout le quartier est décimé. Hannah veut croire que son père a échappé à la déportation, et seule la présence de Suzon apaise son désespoir. Les années passent. Les deux jeunes filles grandissent, puisent de la force l'une dans l'autre, restent inséparables, tout en prenant des chemins différents. Hannah choisit de faire des études de journalisme ; Suzon préfère les plaisirs et les fêtes, les aventures faciles. C'est alors qu'Hannah découvre un secret si choquant, si brutal, qu'il mène à une rupture avec Suzon et sa famille. Engagée à France-Soir, elle devient l'une des premières femmes grands reporters et sillonne le monde. Jusqu'en mai 68, où le destin permettra à Suzon et Hannah de se retrouver. D'une sensibilité et d'une sobriété poignantes, ce roman nous parle de la puissance miraculeuse des amitiés qui traversent le temps. Et de la force inouïe que les " survivants " durent trouver en eux pour se reconstruire, surmonter l'absence des disparus.

 

Ariane Bois est grand reporter au sien du groupe Marie-Claire et critique littéraire pour le magazine Avantages.

 

********

Le brasier de justice

Par Andrea H. Japp – Editions Flammarion

416 pages – 21 euros – ISBN 978-2-0812-5664-4

 

XIVè siècle. Une province de France apeurée. Des enfants assassinés sans que nul ne parvienne à déjouer les manœuvres du meurtrier. Comment arrêter ces crimes abominables ? Qui osera s'atteler à cette tâche redoutable ? Hardouin cadet-Venelle, un être différent au masque de cuir noir, dont la mort est le métier, s'y risquera-t-il ? Qu'il soit bourreau l'aidera-t-il pour mener l'enquête ? Comment concilier cette soif de vérité et le fait qu'il torture et tue au nom de la loi ? Les voix qui le hantent proviennent-elles des ténèbres où errent ses victimes ? L'une d'elles, Marie de Salvin, jeune femme éblouissante qu'il a brûlée vive, ne le quitte plus. Quant à Evangéline, exécutée pour meurtre, découvrira-t-il la preuve posthume de son innocence ? Des interrogations auxquelles il devra répondre dans un face-à-face de feu et de sang. Une quête qui le conduit à perdre son âme en tentant d'obtenir justice pour celle des autres. Le Brasier de Justice est la première aventure de cadet-Venelle, bourreau du Moyen Âge cherchant à rétablir la justice de Dieu quand celle des hommes vacille

 

Rien ne prédestinait Lionelle Nugon-Baudon, alias Andrea H. Japp, à devenir l'une des auteurs de polar les plus célèbres de France. Docteur en biochimie, toxicologue de métier et chercheuse réputée, elle intègre à 27 ans une équipe de l'Institut national de recherche agronomique. Véritable boulimique de lecture, initiée au roman policier par son père, la jeune femme se lance dans l'écriture à partir de 1990 avec 'La Bostonienne', un véritable succès critique qui l'encourage dans cette voie. Sa carrière d'auteur prend son envol avec l'ouvrage 'La Femelle de l'espèce'. S'ensuivent plusieurs romans aux personnages récurrents : la mathématicienne Gloria Parker-Simmons et le profiler James Irwin Cagney, un cadre américain et scientifique qui explique la comparaison fréquente avec l'auteur Patricia Cornwell. Directrice de collection aux éditions du Masque et Flammarion-Noir, Andrea H. Japp s'est imposée comme une figure incontestable de la littérature policière.

 

********

 

Dans un avion pour Caracas

Par Charles Dantzig – Editions Grasset

304 pages – 978-2-246-78898-0

 

C’est l’histoire d’un homme dans un avion. Il est parti à la recherche d’un ami disparu. Cet ami, un célèbre spécialiste des mots, un philologue, a été enlevé au Venezuela. Pendant les neuf heures du trajet entre Paris et Caracas, le narrateur va essayer de comprendre pourquoi il s’est mis en tête d’écrire un livre sur Hugo Chávez, « dictateur moderne, mélange de Mussolini et de Michel Drucker ». Et il se pose des questions sur l’amitié. Son ami disparu lui en avait dit des choses violentes, choquantes, paradoxales peut-être. « Pour quelle raison l’amitié devrait-elle être un vieux chien qui sommeille à l’entrée de sa niche ? » Il en a théorisé la rupture. Selon lui, en effet, il n’y a pas d’amitié, il n’y a que des formes d’amour.
Pour l’amour, il y a eu Lucie, une artiste conceptuelle, gaie et narquoise, qui sait très bien ce qu’elle veut. Et d’abord, qu’elle veut Xabi. Le disparu s’appelle en effet Xabi, prénom basque qui se prononce « chabi ». C’est un homme qui aime les mots, les femmes et les fleurs. Les fleurs et les mots ne le décevront pas, mais qu’en est-il de Lucie, la jeune rousse aux goûts ambigus ? Ah, Xabi, qu’est-il donc allé faire au Venezuela ?

 

Essayiste, poète et romancier, Charles Dantzig publie trois livres de poésie, deux romans dont 'Nos vies hâtives', un essai consacré à Remy de Gourmont, et des traductions notamment de Scott Fitzgerald et d'Oscar Wilde. Charles Dantzig est également directeur de la collection 'Eux & Nous', une série d'essais écrits par de jeunes écrivains spécialistes de la littérature de l'Antiquité grecque et latine. Succès inattendu de la rentrée littéraire 2005, Charles Dantzig s'est vu décerner le prix Décembre, pour son 'Dictionnaire égoïste de la littérature française'

 

********

 

Petit dictionnaire énervé des Histoires de familles

Par Julie Zamary – Editions de l’Opportun

224 pages – 12,90 euros – ISBN 978-2-360-650719

 

Ce dictionnaire décrit avec humour tous les aspects qui rendent la vie en famille si compliquée : humeurs, jalousies et mensonges, tromperies et mauvais goût, garde alternée, crises d'adolescence, beaux-pères et belles-mères, etc.

 

********

 

Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre

Par Ruta Sepeyts, traduit (anglais) par Bee Formentelli – Editions Gallimard Scripto

432 pages - 14 euros – ISBN 978-2-07-963567-2

 

Une nuit de juin 1941, Lina Vilkas, une jeune lituanienne de quinze ans, est arrêtée par la police secrète du régime stalinien.
Avec sa mère et son petit frère, Jonas, ils sont déportés en Sibérie. Là, logés dans des huttes, sous-alimentés, brutalisés et harcelés par les Soviets, Lina et les siens tiennent bon. Soutenue par une mère exemplaire et par sa volonté de témoigner de cet enfer blanc à travers ses dessins et ses écrits, elle tente de survivre, au froid, à la maladie, à l’humiliation, et au travail éreintant de la terre. Dans le camp, Andrius, un jeune déporté de dix-sept ans, affiche la même combativité qu’elle.

 

********

 

De l’amour, de la mort, de Dieu et autres bagatelles

Lucien Jerpagnon – entretiens avec Christiane Rancé – Editions Albin Michel

272 pages – 18 euros – ISBN 978-2-226-22983-0

 

Allègre et profond, Lucien Jerphagnon, philosophe et historien, alterne souvenirs, anecdotes, réflexions piquantes ou sérieuses, dans le récit d'un étonnant parcours, qui l'a mené de Jankélévitch à saint Augustin. Le livre d'un sage qui, tels les anges loués par Chesterton, ne vole si haut que parce qu'il se prend à la légère.

«Depuis les origines jusqu'à nos jours, la vocation première de la philosophie a toujours été de promouvoir en l'homme la conscience de lui-même et du monde, afin de réaliser, en lui et autour de lui, ce que les Grecs appelaient eudaimonia et les Romains beata vita, autrement dit une vie harmonieuse parce que conforme à sa destinée, et heureuse parce qu'harmonieuse...»

 

Entre souvenirs, anecdotes, réflexions légères ou profondes, le philosophe et historien revient sur son parcours.

 

********

 

Les Borgia. Le pape et les princes

Par Marcel Brion – Editions Tallandier Texto

236 pages – 9 euros – ISBN 978-2-8734-809-5

 

Orgies, népotisme, concussions, meurtres politiques ou privés, licence sexuelle et incestes, il n'est pas un scandale qui n'ait pas été associé au nom des Borgia. Entretenue et grossie par les calomnies de leurs ennemis politiques, une légende noire s'est créée autour du pape Alexandre VI et de ses enfants, César et Lucrèce Borgia. C'est oublier que toute l'Italie fut elle-même gangrenée par la décadence des moeurs. Historien et romancier hors pair, Marcel Brion s'est attaché à replacer l'histoire de cette famille dans son siècle, et faire ainsi la part du mélodrame et de la vérité historique.

 

Connaisseur à la fois des choses de l'Italie et de celles de la Renaissance, M. Brion (1895-1984) s'est attaché à replacer l'histoire de cette famille dans son temps.

 

********

 

Fièvre électorale à Pompéi

Par Kark-Wilhelm Weeber, traduit (allemand) par Hélène Feydy – Ed. les Belles Lettres

160 pages – 13,50 euros – ISBN 978-2-251-44416-1

 

Propagande, slogans, programmes, promesses, petites phrases, les inscriptions murales trouvées à Pompéi révèlent le déroulement des élections dans la Rome antique. Cet ouvrage présente à la fois une galerie de portraits où se croisent Sabinus le marchand de vin, Asellina la cabaretière ou Saturnius le professeur, ainsi que des informations et documents inédits.

 

Comment votaient les Romains ? Frénétiquement.

Il n'était toutefois guère question de partis, de programmes, encore moins d'idées, mais de personnes. Les campagnes électorales des Anciens sont des campagnes de proximité : il s'agit de désigner, ou d'écarter, son prochain, c'est-à-dire son voisin. Et tout le monde de participer, d'Asellina la cabaretière à Sabinus le marchand de vin en passant par Saturninus le professeur, comme l'attestent les inscriptions enfouies sous les cendres de Pompéi il y a près de deux mille ans. Chaque année au moins, les débats s'enflamment, les langues s'enveniment et les murs se colorent de slogans et d'insultes, décryptés ici par Karl-Wilhelm Weeber. Illustré, doté d'une documentation souvent inédite, écrit avec passion et précision, ce livre fait revivre la vie politique tonitruante de la petite cité portuaire jusqu'à la terrible éruption de 79.

Avec Fièvre électorale à Pompéi entrez dans l'arène politique de jadis où les combats sont largement aussi féroces, et distrayants, que ceux d'aujourd'hui !

 

********

 

Qui veut la peau du colonel ?

Par Jean-Michel Méchain (avec Hervé Prudon) – Editions La Table Ronde

320 pages – 21 euros – ISBN 978-2-7103-6856-4

 

«Officier de classe exceptionnelle [...] cultivé et incisif, il s'est vu confier des responsabilités sans cesse élargies et a été un élément fondamental de l'influence de la France au Kosovo.»
Note du général de division Jean-Claude Thomann, 5 janvier 2000.

Moins de trois mois plus tard, accusé d'avoir divulgé des documents classés confidentiel-défense, le colonel de gendarmerie Jean-Michel Méchain est passé à tabac en pleine rue, puis écrouée à la prison de la Santé. Sa carrière exemplaire, de Chamonix à Pristina en passant par Beyrouth, est brisée. Malgré un non-lieu prononcé en juin 2007, il n'obtiendra ni de la justice ni de sa hiérarchie d'être réhabilité. Longtemps réduit au silence par l'obligation de réserve, Jean-Michel Méchain est désormais libre de s'exprimer. Tout en évoquant la mort programmée de la gendarmerie, Qui veut la peau du colonel? retrace l'ascension brillante et la longue descente aux enfers d'un homme dont l'idéal d'engagement et de sacrifice a été piétiné

 

********

 

Histoire de l’Ordre du Temple

Par Marie Delclos et Jean-Luc Caradeau – Editions Trajectoire

350 pages – 22 euros – ISBN 978-2-84197-557-0

 

C’est un travail considérable et original que les auteurs ont effectué, en véritables historiens, sur l’énigmatique Ordre du Temple.
Plusieurs aspects très rarement abordés sont ici développés. Si l’on connaît généralement les Templiers comme moines soldats et bâtisseurs de forteresses, peu savent qu’ils furent les inventeurs de la lettre de change, les détenteurs de la première Marine de l’époque, les possesseurs de biens immobiliers considérables ou encore les propriétaires de vastes haras… "L’histoire de l’Ordre du Temple" est un texte haletant, qui se lit sans trêve, et qui comporte des analyses réellement novatrices, appuyées sur des documents incontestables.
Pas à pas, l’élaboration de l’Ordre du Temple est décortiquée, depuis la victoire de Charles Martel à Poitiers, en passant par la querelle des deux pouvoirs rivaux, celui du pape et de l’empereur. Sans omettre l’opportunisme formidable d’Urbain II qui a été tenté de réunifier un monde chrétien séparé depuis le Grand Schisme. Fort bien décrite, la première croisade débouche sur la fondation du royaume de Jérusalem et la création de la Milice des pauvres Chevaliers du Christ en 1119.
En fin d’ouvrage, des documents essentiels viennent compléter cette étude : la liste des grands maîtres de l’Ordre, les implantations du Temple à Paris et ailleurs, ainsi qu’une chronologie des croisades.

 

Marie Delclos et Jean-Luc Caradeau ont consacré leur vie à l'écriture dans le domaine de la spiritualité et des traditions.
Ils ont traité leurs sujets de prédilection aux Editions Trajectoire. Parmi leurs ouvrages écrits à quatre mains, " L'Ordre du Temple ", " La Franc-Maçonnerie des origines à nos jours", " Le dictionnaire de la magie "...

 

********

 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -