Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Tout Ankh Amon, son tombeau, ses trésors, une exposition qui vaut son pesant d'histoire !

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Tout Ankh Amon, son tombeau, ses trésors, une exposition qui vaut son pensant d'histoire !

           

                                                                                                                                       

 

J'ai admiré, à maintes reprises, les trésors de Tout Ankh Amon au musée du Caire. La première fois en 1955 ; j'avais onze ans. La dernière fois en 2000. A chaque visite – elles furent nombreuses entre 1981 et 2000, j’allais saluer le pharaon.

 

J'ai vu sa momie, d'abord au Musée puis dans sa tombe, dans la vallée des Rois.

J'ai visité son tombeau (ridiculement petit comparé à ceux des Ramsès, des Sethi  ou de n'importe quel Aménophis).

 

Bruxelles, Palais du Heysel, dimanche 13 novembre, 17 h. En dépit du froid vif, une  longue queue attend patiemment pour entrer visiter l'exhibition consacrée à "Tout Ankh Amon, son tombeau, ses trésors". L’heure de la visite est déjà dépassée d’une demi-heure, preuve du nombre de visiteurs. Tout Ankh Amon, le dernier pharaon de la XVIIIe dynastie, n’est célèbre que parce qu'il est mort et que son tombeau soit resté inviolé durant plus de trois millénaires.

 

A la mort de son père, l’hérétique Akhenaton, à peine âgé de 8 ans, il monte sur le trône d'Egypte. Sous la pression du clergé d’Amon, il abolit le culte d’Aton et restaure les anciennes divinités. Il modifie son nom : Tout Ankh Aton  devient Tout Ankh Amon. Il épouse sa demi soeur, (les mariages entre frère et sœur étaient courants dans les familles royales) Anhkesenpaamon. Il ne règnera que dix ans.

Il meurt à dix-huit ans, sans doute assassiné. Il n’a pas eu le temps de faire préparer son tombeau et est enterré dans une tombe inachevée de la vallée des Rois, réservée peut-être à un noble, au pied de celle de Ramsès VI.

 

Il a failli sombrer dans l’oubli car ses successeurs, le vizir Ay et le général Horemheb, tentent d'effacer sa trace en martelant son nom des monuments, procédé familier, l’exemple de la reine Hatchepsout dont le nom a été martelé par son époux en est fameux

 

Durant trente siècles ce tombeau, enseveli sous les ruines des cabanes des ouvriers qui ont préparé la sépulture de Ramsès, restera inviolé (il y a trois millénaire, des pilleurs sont bien entrés dans la première pièce mais ont été dérangés et le tombeau a échappé au pillage. Ce n’est qu’à la sixième saison des fouilles, alors que Lord Carnavon, le mécène, entend arrêter les travaux, qu’en novembre 1922, Carter décide de démolir ces cabanes. Apparaît une marche qui mène à une porte murée et scellée du cartouche de Tout Ankh Amon.

 

Comment Carter a eu le courage d’arrêter les travaux et d’attendre l’arrivée de Lord Carbavon et de sa fille pour ouvrir la porte ! La tombe contenait des trésors inestimables : rien que dans l'antichambre, plus de 700 pièces sont répertoriées...


L'exposition est superbe. On suit Carter et Lord Carnavon lorsqu'ils pénètrent dans le caveau et écarquillent les yeux devant cet amoncellement de merveilles qui s'offrent à leurs yeux.

 

Les explications sont intéressantes bien que lacunaires. Celle affirmant qu'Akhenaton est le père du monothéisme est erronnée. C’est la thèse égyptienne pour mieux mettre en avant son histoire (qui débute signalons-le, dans l’enseignement, avec l’arrivée des envahisseurs arabes au VIIè siècle de l’ère commune). Akhnenaton est le fondateur d'une mono-idolâtrie (le culte du soleil, Aton, ce qui n'a a rien à voir avec le monothéisme n'en déplaise eux autorités égyptiennes et à Zaki Hawass, l’inamovible directeur des antiquités égyptiennes.)

Malgré la profusion d’or, les objets les plus touchants sont les petits sarcophages des enfants du pharaon, un fétus de cinq mois et une petite fille mort-née et le bouquet de fleurs des champs, hommage de sa veuve devant la première chambre funéraire et qui aurait conservé ses couleurs pendant trois millénaires – avant de se désagréger au contact avec l'air.

 

Selon les égyptologues, l'objet le plus important trouve sur la momie, est une amulette en fer, premier objet en cette matière découvert en Egypte.

 

Rappelons que Tout Ankh Amon est un obscur pharaon qui a laissé des trésors immenses. On s'imagine sans peine ce que devait contenir les tombeaux de Sethi 1er, de Ramsès II, d'Aménophis...

 

 Une réussite exemplaire... Une exposition à voir et à revoir.

Tout Ankh Amon, son tombeau, ses trésors,

Palais du Heysel

Bruxelles

jusqu'au 27 novembre 2011

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -