Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Quelques cadeaux pour Hanoucca (19 décembre 2011)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Un professeur d'histoire est confronté brutalement à l'âge de cinquante ans à sa propre histoire: un jour de printemps d'avril arrive sur le bureau du Proviseur d'un grand lycée parisien un avis de recherche à l'adresse d'une femme prénommée Maud, bretonne d'origine, qui y enseigne l'histoire.
Un père, médecin juif roumain qu'elle n'a rencontré brièvement que trois fois dans sa vie la recherche. Elle le croit mort... La reconstitution, après soixante-dix ans de silence et d'oubli, de l'histoire véritable de ce père est l'occasion de croiser trois pages d'histoire et de mémoire sur fond de deuxième guerre mondiale : celle de la Bretagne restée longtemps " une terre de prêtres ", celle du judaïsme européen et particulièrement roumain, enfin celle la France Libre avec le général de Gaulle qui reçoit le ralliement de ce jeune médecin en 1942, lui mettant la main sur l'épaule.
Mais, ce livre n'aurait sans doute pas vu le jour si le dernier cours d'histoire de sa carrière, fait il y a quatre ans, ne s'était déroulé dans des conditions extraordinaires : par la grâce de quelque trente élèves d'une classe de première, elle a pu clore à la fois sa vie professionnelle, et la quête de son père, dans un climat imprévisible de ferveur et de joies partagées.
 
Maud Haymovici est agrégée d'histoire, elle a enseigné l'histoire durant plus d'un tiers de siècle dans un lycée parisien et parallèlement a collaboré avec l'école d'HEC au déroulement des concours.
Aujourd'hui, conférencière, elle anime également des voyages culturels.
 
Le dernier cours d'histoire. Ce Juif de la France libre qui aimait tant la Bretagne
par Maud Haymovici - Editions Làpart
352 pages - 20 euros -ISBN 978-2-35035-045-2
 
*********
 
Chaîne d'or est un florilège de textes destinés aux enfants, écrits au 20e siècle par les plus célèbres poètes hébraïques : Haïm Nahman Bialik, Nathan Alterman, Avraham Shlonsky, Lea Goldberg, Dalia Ravikovitch et tant d'autres.
Lus et appréciés pour leurs qualités littéraires et leur sensibilité au monde des enfants, ces textes sont magnifiés par les illustrations pleines de charme et d'humour de Batia Kolton, qui ressuscite le monde d'autrefois en y ajoutant une touche onirique
 
Chaîne d’or. Les plus beaux poèmes d’Israël pour les enfants, de Blailk à Gefen
Illustré par B. Kolton, traduits (hébreu) Z. Avran et A. Pierrot – Editions MeMo
- 28 euros - ISBN 978-2-35289-105-5
 
*********
 
Hymne à la clandestinité et au voyage qui fait respirer l'air du réel, hommage à la grande tradition des hobos de la vieille Amérique se déplaçant illégalement à bord des trains de marchandises, célébration d'une culture en voie de disparition où se fonde une société aussi invisible que solidaire fédérée par le seul désir de partir - et, en général, malheureuse en amour - Le Grand Partout invite à reconquérir, à travers le déplacement géographique, des espaces mentaux vitrifiés par l'évolution des sociétés contemporaines pour renouer avec "l'émerveillement" vital prodigué par l'énergie de l'aventure et du danger au coeur d'une beauté sauvage et inentamée.
Accompagné de son ami Steve Jones, William T. Vollmann, sur les traces de ses pairs - de Twain à London en passant par Thoreau, Hemingway, Thomas Wolfe ou Kerouac -, se fait, à son tour, "clochard céleste" pour se confronter à la vérité profonde de son propre désir d'Amérique. Au fil de pages splendides et inspirées qui réinventent la légende du Grand Ouest, Vollmann compose ici une ode magistrale à la liberté où la question "où suis-je ?" devient la réponse à la question "qui suis-je ?".
 
William T. Vollmann est né en 1959 à Los Angeles et réside aujourd’hui à Sacramento. Outre ses activités d’écrivain, de photographe et de peintre, il poursuit une carrière de journaliste free-lance. Il est l’auteur de plus d’une quinzaine d’ouvrages (romans, nouvelles, récits historiques, essais). Son œuvre – imposante, incessante – est aussi protéiforme qu’ambitieuse. Actes Sud a publié La Famille Royale (2004 ; Babel n° 743), Central Europe (2007) qui a obtenu le National Book Award, la plus haute distinction aux Etats-Unis, Les Fusils (Babel n° 832), précédemment publié en 2006 dans la collection “Lot 49” aux éditions du Cherche-Midi), quatrième volume du grand projet d’une histoire des Etats-Unis en sept volumes que Vollmann a intitulée Seven Dreams.
 
Le grand partout
William T. Vollmann, traduit (anglais) par Clément Baude - Editions Actes Sud
260 pages - 22 euros ) ISBN 978-2_7427-9942-9
 
*********
 
Cette autobiographie tumultueuse et passionnée est une traversée du XXe siècle, une fenêtre sur les événements qui l’ont jalonné. C’est aussi le long parcours d’un homme né en 1923 à Strasbourg dans une famille juive venue d’Europe centrale avant la Première Guerre mondiale.
 
La vie est un cadeau. Une traversée du XXe siècle
par Arthur Kriegel - Editions de Paris
200 pages - 18 euros - ISBN 978-2-84621-159-8
 
*********
 
Windsor ! C'est à la fois la plus grande forteresse du monde toujours habitée et le nom choisi par le roi George V en 1917, en pleine Première Guerre mondiale, pour effacer la consonance germanique des souverains Saxe-Cobourg-Gotha alors que le Royaume-Uni se bat contre l'Empire allemand.
Mais qui aurait pu penser que ce nouveau patronyme, difficilement imposé, serait, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, synonyme d'un scandale sans précédent ? Edouard VIII ne règne que huit mois et abdique par amour pour une Américaine deux fois divorcée, Mrs Wallis Simpson ! En renonçant au trône, le fils aîné de George V devient, le 11 décembre 1936, le duc de Windsor, charmeur et pacifiste, compromis dans ses relations bienveillantes à l'égard du régime national-socialiste.
Et c'est son frère, courageusement parvenu à se débarrasser de son bégaiement (Le Discours d'un roi), qui lui succède sous le nom de George VI. De l'Angleterre encore imprégnée du prestige de la légendaire reine Victoria au long règne d'Elizabeth II, de l'Empire britannique dominant le monde d'avant 1914 au Commonwealth des Nations, des gentlemen en chapeau melon aux Beatles, de l'immense figure de Churchill au destin tragique de la princesse Diana puis au mariage de William et de Kate qui a séduit deux milliards de téléspectateurs, voici l'extraordinaire saga d'une lignée de monarques, de reines, de princes et de princesses dont les destins sont de véritables romans.
Dans leurs joies comme dans leurs malheurs, ils continuent de fasciner par un unique mélange de traditions et d'audaces. Windsor? Une passionnante synthèse britannique.
 
Jean des Cars s'est fait l'historien des grandes dynasties d'Europe et de leurs plus illustres représentants.
Parmi ses grands succès : Eugénie, la dernière impératrice ; Sissi ou la Fatalité ; Rodolphe et les secrets de Mayerling ; La Saga des Romanov ; La Saga des Habsbourg ; La Saga des Grimaldi.
 
La Saga des Windsor. De l’Empire britannique au Commonwealth
Par Jean des Cars - Editions Perrin
432 pages – 21,90 euros – ISB 978-2-262-03714-7
 
*********
 
" Un des problèmes les plus épineux auxquels se heurte l'historien qui veut analyser le XXe siècle européen est le fossé incommensurable qui sépare les deux moitiés du siècle.
Entre 1900 et 1945, les Européens ont été entraînés dans deux des conflits les plus sanglants de l'histoire, ils ont dû surmonter l'instabilité économique et l'extrémisme politique, et l'une des grandes nations du continent s'est livrée au génocide systématique de tout un peuple. Puis, dans la seconde moitié du siècle, ils ont été contraints d'accepter une perte d'influence sur la scène internationale, tout en posant des bases institutionnelles inédites qui ont ouvert la voie à la croissance économique et à la paix entre pays voisins.
" Robert O. Paxton, le célèbre historien américain, et Julie Hessler, nous offrent ici une histoire européenne vue d'Amérique, à la fois inédite et singulière. Au fil des pages, les auteurs mettent en perspective les moments importants de l'histoire commune des pays d'Europe : la Première Guerre mondiale, les révolutions russes, la grande dépression, le nazisme, la guerre froide, la décolonisation, la chute du communisme, etc.
Ouvrage de référence réédité plusieurs fois aux Etats-Unis, L'Europe au XXe siècle dresse, cartes à l'appui, un panorama riche et détaillé des bouleversements démographiques, sociaux, économiques et politiques du siècle dernier, et se révèle une clé indispensable pour la compréhension du monde.
 
Robert Paxton, historien de la France et de l'Europe au XXe siècle, est professeur émérite à Columbia University (New York).
Ses travaux ont fortement contribué à renouveler l'historiographie de l'entre-deux-guerres et de la Seconde Guerre mondiale. Citons notamment : La France de Vichy, 1940-1944 (Seuil, 1973, 1997), L'Armée de Vichy : le corps des officiers français, 1940-1944 (Tallandier, 2004), Le Fascisme en action (Seuil, 2004) et a participé à l'édition des Archives de la vie littéraire sous l'Occupation (Tallandier, 2011).
Jeune historienne de l'université de l'Oregon et spécialiste de l'Europe de l'Est, Julie Hessler est l'auteur d'un ouvrage reconnu sur le commerce en URSS de la Révolution jusqu'à la mort de Staline, A social history of Soviet trade. Trade policy, retail practices and consumption, 1917-1953 (Princeton University Press, 2004).
 
L’Europe au XXe siècle
Par Robert O. Paxton et Julie Hessler, traduit (anglais) par E. Werth et L. Drouet–
Editions Tallandier
746 pages – 29 ;90 euros – ISBN 978-2-84734-818-7
 
*********
 
" La Religion ", c'est le nom que se donne l'ordre des Hospitaliers, mais c'est aussi la bannière sous laquelle se rallie parfois la folie des hommes.
En 1565, claustrés sur leur petit archipel au sud de la Sicile, les chevaliers de Malte s'apprêtent à recevoir les furieux assauts de l'armée ottomane. A un contre cinq, les chrétiens tiennent le siège au prix de combats effroyables. Un déchaînement de violence dans lequel se trouve entraîné Mattias Tannhauser, un ancien janissaire qui a connu les deux camps. Pour les beaux yeux de la comtesse Carla La Penautier, le trafiquant d'armes et d'opium embarque pour l'enfer...
 
Tim Willocks est né en 1957 à Stalybridge, en Angleterre. Grand maître d'arts martiaux, il est aussi chirurgien, psychiatre, producteur, scénariste (il a travaillé avec Steven Spielberg et Michael Mann) et écrivain. Il est l'auteur de plusieurs romans noirs à succès. Avec La Religion (Sonatine Editions, 2009), Tim Willocks renouvelle le roman historique. Son premier roman, Bad City Blues (Editions de L'Olivier, 1999) a été adapté au cinéma par Dennis Hopper.
Publié outre-Manche en 1995, Green River a été réédité en France en 2010 (Sonatine Editions). Il vit actuellement en Irlande.
 
La Religion
Par Tim Willocks, traduit (anglais) par Benjamin Legrand – Editions Pocket
960 pages – ISBN 978-2-266-18957-6
 
Et, chez le même éditeur
 
1861, la guerre de Sécession fait rage. Le docteur March s'est engagé comme aumônier auprès des Nordistes pour répandre ses principes humanistes. Il laisse derrière lui son épouse bien-aimée et ses quatre filles. Il marche sur la route de Virginie, jusqu'à cette demeure sudiste dont il fut l'invité vingt ans plus tôt, jusqu'à Grace, cette belle esclave qui provoqua ses premiers émois amoureux. Ebranlé dans ses convictions par les atrocités de la guerre, troublé par ses désirs, March doit livrer un combat auquel il n'était pas préparé...
Cet ouvrage a reçu le prix Pulitzer
 
Née en Australie, Geraldine Brooks vit aujourd'hui aux Etats-Unis sur l'île de Vineyard (Massachusetts).
Correspondante de guerre pour le Wall Street Journal pendant quatorze ans, elle a couvert des combats en Bosnie, en Somalie et au Moyen-Orient. Après une incarcération dans les geôles nigériennes, elle abandonne le journalisme et se consacre à l'écriture, avec un premier roman, 1666 (Calmann-Levy, 2003 ; 10/18, 2004). Lauréate du prix Pulitzer en 2006 pour La Solitude du Docteur March (Belfond, 2010), elle est également l'auteur de Le Livre d'Hanna (Belfond, 2008).
 
La solitude du docteur March
Par Geraldine Brooks, traduit (anglais) par Isabelle D. Philippe
384 pages – 7 euros - ISBN 978-2-266-21396-7
 
*********
 
Dès sa parution vers 1260, le retentissement de La Légende dorée fut considérable.
La Legenda Sanctorum « ce qui doit être lu des saints » devient rapidement la Legenda Aurea parce que, dit-on, son contenu est d’or... Cette extraordinaire vie de saints écrite par Jacques de Voragine, futur archevêque de Gênes, est, avec la Bible, le livre le plus lu, copié, enluminé, traduit dans toutes les langues. La Légende dorée est, dès le début de la Renaissance italienne, l’ouvrage de référence incontesté de tous les peintres : les plus grands artistes s’en sont directement inspirés : Duccio, Giotto, Simone Martini, Fra Angelico, Ambrogio et Pietro Lorenzetti, Masaccio, Masolino, Piero della Francesca ..., mais aussi des artistes moins connus, mais non moins inspirés.
La Légende dorée est pour eux une source d’inspiration inépuisable, et ils enrichissent ainsi les églises, les couvents et les monastères de fresques, de retables, de polyptyques, déployant tout leur génie dans l’illustration des scènes de la vie des saints telles que Jacques de Voragine les a décrites. Leurs œuvres sont éblouissantes d’humanité, de grâce, de force, d’émotion et de compassion. Quatre cents reproductions en couleurs de plus de cent-vingt peintres du Trecento et du Quattrocento italiens sont reproduites, dont un grand nombre n’avait jamais été vu : fresques cachées au fond de couvents, retables découverts dans de petites églises, prédelles éparpillées dans divers musées, enfin rassemblées.

Jacques de Voragine est né en 1228 à Varazze, ville côtière de Gênes, en Italie, à mi-chemin entre Savone et Voltri, d’où son nom latin Jacobus de Varagine. L’erreur d’un copiste substituant un « o » au premier « a » de son nom aura valu à l’auteur de devenir Jacques de Voragine. Il a seize ans quand, en 1244, il entre dans l’ordre des Frères Prêcheurs fondé par saint Dominique en 1215. Tour à tour novice, moine, professeur de théologie, prédicateur, il allie une science des mœurs si pures et une vertu si grande, que tous les couvents dominicains du nord de l’Italie conservent le souvenir de ce personnage saint.
C’est vers 1255 qu’il écrit la Légende dorée. Frère prêcheur avant tout, son chapitre le plus long est consacré à saint Dominique, mort depuis moins de cinquante ans. Dominicain comme lui, Thomas d’Aquin, le « docteur angélique », enseigne de 1252 à 1259 à Paris, où il rédige la Somme contre les gentils, pendant que son maître, Albert le grand, est élu provincial à Cologne en 1254. Chez les franciscains, fondés en 1226, Roger Bacon, le « docteur admirable » enseigne à Oxford de 1252 à 1257 ; et Bonaventure est élu général des franciscains en 1256, après sept ans d’enseignement à Paris.
Et Jacopone da Todi (1236-1306), le futur poète du Stabat Mater, va prononcer ses vœux. Jacques de Voragine est également contemporain de saint Louis à Paris, entre la septième et la huitième croisade qui lui sera fatale. La foi construit la Sainte Chapelle pour les âmes, la science construit la Sorbonne pour l’esprit et pour les corps la charité construit les Quinze-Vingts. En 1292, il devient l’archevêque de Gênes.
Alors que les Guelfes (partisans du pape) et les Gibelins (partisans de l’empereur) s’affrontent depuis 1260, Jacques de Voragine réussit, en 1295, après trois ans d’effort, à obtenir qu’ils se réconcilient. Il participe donc à la pacification des clans Mascherati (gibelins) et Rampini (Guelfes) ainsi qu’à diverses opérations diplomatiques entre Gênes et Venise. Au travers son texte et sa vie, on remarque que pour Jacques de Voragine, la nécessité évidente est d’être compris par le plus grand nombre.
Avant de mourir en 1298, il dispensa les pauvres du prix de ses funérailles et demanda que son corps reposa dans l’église de son ancien couvent et non dans la cathédrale auprès des autres évêques.
 
La légende dorée. Un coffret de deux tomes
Par Jacques de Voragine, traduit par Th. de Wuzewa, Ed. Diane de Selliers
700 pages - 90 euros - ISBN 978-2-903656-47-8
 
*********
 
Freaky Fridays
par Brigitte Aubert - Editions LB
222 pages - 15 euros - ISBN 978-2-35306-054-2
 
*********
 
Quatre livres autour de Tintin chez Casterman
 
Rackham le Rouge est acculé, l'émotion le rend imprudent... Le chevalier François de Hadoque voit l'ouverture, il feinte vers le cou, et enfonce sa lame sous la poitrine ! Rackham titube... Le chevalier profite de son avantage. Cette fois, il a failli décapiter son adversaire, mais Rackham esquive d'un millimètre et la lame coupe le ruban qui retenait son masque. Au moment précis où la traînée de poudre enflammée parvient jusqu'aux cales à munitions du bateau, le masque tombe.
Le visage du pirate apparaît ... Le capitaine se tait. - Et après ? demande Tintin, après, qu'est-ce qui s'est passé ?
 
Les aventures de Tintin. Le roman du film
Par Alex Irvine
256 pages - 12,50 euros - ISBN 978-2-203-04760-0
 
Le coeur battant, Tintin ouvre le livre. Ecoute ça, Milou : "Officiellement la Licorne était chargée de rhum et de tabac à destination de l'Europe. Longtemps le bruit a couru qu'elle transportait aussi une cargaison secrète. Mais seul un véritable Hadoque pourra en éclaircir le mystère". Tintin et Milou se lancent avec passion dans une quête folle et périlleuse. L'histoire prend vie grâce aux images les plus impressionnantes du film.
 
Les aventures de Tintin. L'album du film
Par Marie Stephanie Peters
64 pages - 9,95 euros - ISBN 978-2-203-04761-7
 
Un pickpocket rôde dans le quartier. Attention aux portefeuilles ! Ils sont volés l'un après l'autre, même celui de Tintin. Les policiers Dupond et Dupont mènent l'enquête... pour le meilleur et pour le pire
 
Les aventures de Tintin. Alerte au pickpocket
Adapté par Hergé
20 pages - 3,95 euros - ISBN 978-2-203-04763-1
 
Accompagne Tintin et Milou dans leur aventure passionnante ! Grâce aux autocollants colorés, rencontre les amis de Tintin, amuse-toi à jouer, à déchiffrer énigmes et codes secrets, tout en revivant les émotions du cinéma.
 
Les aventures de Tintin. Jeux, énigmes et autocollants
par Veronica Paz
20 pages - 4,95 euros - ISBN 978-2-203-04762-4
 
*********
 
 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -