Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Un livre à NE PAS lire : La Belgique racontée à Noa

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


J'ai été choqué à la lecture du livre "La Belgique racontée a Noa", ouvrage qui, sous couvert d'expliquer la Belgique (un père écrit à sa fille) à une petite Israélienne de quinze ans, attaque violemment Israël. Une approche manichéenne: Israël a tort, les Palestiniens ont raison. Pas un mot pour plaindre ou pleurer les victimes juives.

On se demande pourquoi l'auteur de cet ouvrage, qui aurait découvert - ou fait état de sa judéite - tardivement, se livre aujourd'hui à une telle haine. On se demande ce que ces passages - fruits d'une première lecture, mais il y en a d'autres peut-être - veulent démontrer...

Marc Uyttendaele, lorsqu'il se refère à la Belgique, ne se permet pas des "J'ai lu ou j'ai entendu" qu'il assène en abondance dans ses propos relatifs à Israël. Les passages relatifs à la Belgique sont riches en citations de tous genres, en références multiples (4 pages au total). Ceux concernant à Israël sont orphelins de référence. Etrange !

Mon opinion : Un livre engagé avec une vision impartiale que je vous déconseille !

La Belgique racontée à Noa.
De Marc Uyttendaele.
Ed. Le Grand Miroir.

Des les premières lignes déjà l'auteur donne le ton et se déchaine :

page 11 :
Je t'écris cette première lettre de l'avion. Des idées se heurtent dans ma tête. Le passé et le présent. Le présent et l'avenir. Tout se confond. Toi, notre pays dans lequel nous ne nous reconnaissons plus.

Page 14 :
Israël aujourd'hui est mon pays et est ma honte. J'ai honte de ce Premier ministre que tant d'entre nous acclament. J'ai honte du mal que nous infligeons à un peuple voisin qui est sans doute si peu diférente de nous.
Puis j'ai peur, peur de ces fous qui sèment la mort, au hasard, avec leur cerveau ramolli.
Ma mère n'était pas venu ici pour cela. Je suis presque rassuré qu'elle ne soit plus là pour voir le point de non-retour où nous nous trouvons aujourd'hui.
Je n'y crois plus. Je vois trop la peu dans tes yeux, comme je la voyais dans les yeux de ma mère.
C'est toi, ma petite fille, mon amour, qui m'as fait entreprnedre ce voytage, qui m'as fait accepter ce grand reportage dans ce pays qui doit etre un peu le mien, mais que je ne connais pas. C'est toi, en me disant "Je ne veux plus vivre ici, je ne veux plus de la guerre, j'ai peur" qui m'as indiqué la voie.
J'ai accepté de faire ce reportage en sachant que j'allais chercher en Belgique bien plus que cela.
J'y arrive comme un éclaireur pour imaginer si la vie y est possible pour nous.
J'y viens à la recherche de racines improbables et d'un avenir possibe.
Quelle incroyable ironie !

Page 23:
J?ai lu, dans la presse, qu'un ministre de notre gouvernement, un ancien général et un défenseur inconditionnel des colons, a appeler à tuer Yasser Arafat et Marwan Barghout actuellement détenu dans nos prisons. Quelle honte. Que sommes-nous devenus? Comment accepte-t-on ces partis religieux dans nos gouvernements. Tout cela me fait si mal.

Page 40:
Je viens d'apprendre qu'il y avait eu de nouveaux attentats à Jérusalem et à Tel-Aviv. Cela ne finira donc jamais. J'ai si peur pour vous. C'est bien la preuve que la politique de Sharon est une fuite en avant, une course vers la mort. Je vous supplie d'être prudentes.

Page 50:
Je lis fébrilement dans la presse ce qui concerne notre pays et je n'aperçois aucune éclaircie.

Page 93:
J'ai lu aussi que Tsahal avait, à nouveau, bombardé Gaza et que des enfants avaient trouvé la mort. Nous sommes de nouveau dans cette infernale spirale de la haine. Tout cela nous éloigne encore de la paix.

Page 117:
Je viens de lire, dans un hebdomadaire français, que notre gouvernement prépare des mesures pour restreindre la liberté de la presse et que jours de Haaretz étaient peut-être comptés. Tu sais, qu'à l'occasion, je travaille pour ce journal qui a toujours su garder la tête haute et le sang-froid. Sa disparition nous rapprocherait encore d'ici. Page 118 :
"... une partie de la communauté juive de Belgique se plaint d'un réveil de l'antisémitisme. Au printemps dernier, des enragés ont essayé de bouter le feu à la synagogue d'Anderlecht. Le grand rabbin a été molesté dans le métro et il est vrai que certains jeunes immigrés arabes semblent parfois à vif.
Des amis juifs de gauche m'ont cependant apaisé. Ils ne sont pas loin de croire que le climat d'antisémitisme évoqué dans la presse est une création artificielle et que ce sont les ultras de la communauté qui essaient d'intoxiquer l'opinion afin de justifier l'ignoble politique de notre gouvernement.

Quelques lignes plus bas:

"La peur m'habite en permanence. J'ai lu qu'une bombe a encore éclaté, il y a deux jours, dans une caféteria de l'Université hébraïque et que Jérusalem ressemble à une ville morte. Quel sens y a-t-il encore à vivre dans ce pays ? Il devait être notre havre, notre paix, notre liberté. il est notre peur".
Il est certain que, en Belgique, le combat du peuple palestinien recueille beaucoup de sympathies, mais comment ne pas le comprendre? Sharon n'est pas très populaire ici. Tu sais très bien qu'il est poursuivi devant des juridictions belges pour crime contre l'humanité, à la suite des massacres de Sabra et Chatilla. Il est étrange que ce pays si modeste s'arroge le droit de juger tous les criminels politiques de la planète. Cela a beaucoup choqué chez nous. D'aucuns ont ressenti cela comme un immixtion intolérable dans nos affaires intérieurs. Je ne partage pas cette opinion.

Page 119:
La Belgique n'est pas un pays antisémite, bien loin de là. A plusieurs reprises, les représentants de toutes les religions se sont exprimées pour délivrer des messages de paix. On a vu aussi les plus hauts responsables politiques du pays venir à la synagogue clamer leur horreur du racisme, comme ils l'ont fait lors de la cérémonie organisée après qu'un sympathisant d'extrême droite ait abattu un couple marocain, et blessé leurs enfants.

Page 131:
... Ce film-là, mon amour, il faudrait que Sharon et Arafat, que les soldats de Tsahal et les combattants palestiniens, que tous les fanatiques qui abîment le Moyen-Orient le voient et le revoient jusqu'à ce qu'ils comprennent l'absurdité de la guerre

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -