Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour la Saint-Valentin (12 février 2012)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


La sagesse, selon l'Ecclésiaste (milieu du IIIe siècle avant l'ère commune), n'est pas une spéculation de savant isolé de la réalité, pas même un art d'agrément qu'il est loisible à chacun de cultiver ou de négliger, c'est une nécessité d'ordre pratique.
La sagesse consisterait essentiellement à savoir "ce qu'il est bon pour l'homme de faire", soit dans le détail de l'existence, soit dans l'ensemble de la vie. Elle devrait donc lui donner la connaissance des lois qui régissent la destinée humaine, mais aussi de celles qui gouvernent le monde au milieu duquel il est engagé. Cette connaissance lui permettrait de prévoir les événements et lui dicterait sa conduite.
Sans cette prévision, toute entreprise n'est plus qu'un jeu de hasard dans lequel l'homme est à peu près sûr de perdre, et tout travail, un effort dans la nuit. C'est là ce qui complique sa besogne journalière et le tourmente jusqu'à lui ôter le sommeil", Emmanuel Podechard
 
Le bonheur avec l'Ecclésiate. Qohéleth. Edition bilingue
traduction d'Emmanuel Podéchard - Editions des Equateurs
80 pages - 7 euros - ISBN 978-2-84990-194-6
 
et, chez le même éditeur,
 
La morale a été l'un des piliers de l'enseignement de la IIIe République.
Les instituteurs avaient pour mission d'apprendre aux élèves à écrire, lire, compter et à devenir des citoyens modèles. La République veut alors se construire autour de la vertu et du talent. En 62 leçons, Louis Boyer, inspecteur de l'école primaire et officier de l'Instruction publique, décrit les devoirs de l'enfant à l'école, dans sa famille, envers son instituteur, la patrie et même les animaux.
Ce bréviaire incarne une morale républicaine très stricte. A l'heure où la question de l'autorité se pose avec acuité, ce livre de morale des écoles primaires constitue une lecture édifiante, paradoxale et passionnante pour comprendre les fondamentaux révolus de notre système scolaire.
 
Le livre de morale des écoles primaires et des cours d'adultes
Par Louis Boyer - Editions des Equateurs
344 pages - 12 euros - ISBN 978-2-84990-189-2
 
*********
 
Voici un livre surprenant de la part d'Alexandre Adler, plutôt habitué des commentaires géopolitiques.
Si l'actualité la plus brûlante et la polémique n'en sont certes pas absentes, le grand éditorialiste dévoile pour la première fois son rapport personnel au judaïsme, à Israël et à la réalité juive dans son extraordinaire diversité. Et si son sionisme était beaucoup moins orthodoxe que ce que l'on croyait ? Sa profession de foi de juif élevé dans l'athéisme révèle une pensée très originale sur l'essence du monothéisme, et ses analyses des relations entre juifs et chrétiens ou entre juifs et musulmans sont pour le moins inattendues.
A travers cette exploration du fait juif comme véritable énigme dans l'histoire des religions et des peuples, Alexandre Adler nous invite à repenser les grandes "révolutions anthropologiques" qui ont marqué l'Occident, de Spinoza à Einstein, en passant par Marx et Freud. Un essai passionnant qui nous conduit tout naturellement à nous interroger sur l'avenir de notre monde globalisé
 
Alexandre Adler est membre du comité directeur du Figaro et chroniqueur sur France Culture.
Il est l'auteur de nombreux essais, dont en " Pluriel ", "J'ai vu finir le monde ancien", "L'Odyssée américaine", "Rendez-vous avec l'Islam", "Sociétés secrètes".
 
Le peuple-monde. Destins d'Israël
par Alexandre Adler - Editions Albin Michel
206 pages - 16 euros - ISBN 978-2-226-22086-8
 
*********
 
Cette autobiographie tumultueuse est une traversée du XXe siècle, une fenêtre sur les événements qui l'ont jalonné.
C'est aussi le parcours d'un homme né en 1923 à Strasbourg dans une famille juive venue d'Europe centrale avant la Première Guerre mondiale, et qu'il poursuit, toujours attentif aux hommes et aux soubresauts de l'Histoire. Après une jeunesse brève sur laquelle plane la menace nazie, c'est la guerre, la défaite et l'Occupation. En 1941, à 18 ans, Arthur Kriegel entre dans la Résistance, dans la section juive de la MOI, tout en suivant ses études de médecine à Toulouse.
Il rejoint bientôt Lyon où il retrouve son frère Maurice, résistant connu sous le nom de Kriegel-Valrimont, mais aussi d'Astier de la Vigerie, Serge Ravanel, Jean-Pierre Vernant, Raymond et Lucie Aubrac... Le 4 septembre 1943, il gagne Paris où il poursuit son activité clandestine et ses études. En août 44, Paris s'insurge sous la direction de Rol-Tanguy et de Kriegel-Valrimont. Paris est libéré. Arthur Kriegel poursuit le combat dans la 1e Armée.
Comme bon nombre d'intellectuels, il rejoint bientôt le PCF et milite à l'Union des Étudiants communistes, section médecine. Il fonde le journal Clarté en 1947, participe à maints engagements comme le Mouvement de la Paix ou l'affaire Lyssenko, et côtoie les grandes figures du Parti. Mais la divulgation du rapport Krouchtchev et la révolution de Budapest de 1956 achèvent de lui ouvrir les yeux sur la vraie nature du communisme qui, avec le nazisme, aura marqué le siècle de son empreinte totalitaire.
Devenu rhumatologue, il se consacre à son métier, tout en participant à la révolution scientifique et technologique qui a renouvelé la médecine. Il s'interroge aussi sur les persécutions antisémites, la revendication nationale des Juifs et leur particularisme. Arthur Kriegel qui, ironiquement, se définissait comme un "inconnu entouré de gens célèbres", fut l'époux de l'historienne Annie Kriegel, l'ami proche de nombreuses personnalités du monde médical, littéraire, artistique et politique.
La vie est un cadeau est, à ce titre, une galerie de portraits, émouvants et souvent savoureux ; mais, surtout, c'est un hymne à la vie et à l'amitié. Livre joyeux et lucide, il donne à entendre un homme qui s'est identifié à son époque, en a été un témoin et un acteur de premier plan.
 
Docteur en médecine et docteur ès sciences, Arthur Kriegel a publié, en 1983, au Seuil, La race perdue où il analyse les racines du racisme et de l'antiracisme.
Rhumatologue retraité, il a poursuivi une activité clinique bénévole pour essayer, disait-il, "d'être encore utile". Arthur Kriegel est décédé le 15 octobre 2011. Il venait d'achever cet ouvrage.
 
La vie est un cadeau. Une traversée du XXè siècle
par Arthur Kriegel - Editions de Paris
200 pages - 18 euros - ISBN 978-2-84621-159-8
 
*********
 
En plein coeur de la ville d'Ahmedabad, dans le sillage des émeutes de 2002, une nouvelle résidence voit le jour.
A l'entrée de chaque bâtiment, une mezzouza, au mur de chaque foyer, le portrait du prophète Elie. En Inde, la chose est plutôt rare. Dans ces immeubles cohabitent trois générations d'une minuscule communauté juive, autant de destins qui se croisent, s'ignorent, s'aiment ou s'affrontent, tiraillés entre le poids des traditions et la tentation de nouveaux horizons. Merveilleuse conteuse, Esther David dresse ici le portrait d'un microcosme complexe et coloré, surprenant et attachant, hors du temps, mais résolument de son siècle.
 
Née en 1945 au sein de la communauté juive d'Ahmedabad, Esther David est peintre, sculpteur et historienne de l'art.
Elle dispense une éducation alternative dans les bidonvilles. Son premier roman, La Ville en ses murs (1998), a été sélectionné par le prix Femina. En 2010, elle a publié Le Livre de Rachel (prix Eugénie Brazier du roman gourmand).
 
Shalom India Résidence
par Esther David, traduit (anglais) par Marianne Féron - Editions Héloïse d'Ormesson
304 pages - 21,50 euros - ISBN 978-2-35087-183-7
 
********
 
Depuis son premier livre, La Saisie, Henri Raczymow, petit fils d'émigrants juifs polonais, n'a cessé de fréquenter les confins de la mémoire : mémoire collective avec Un cri sans voix, qui évoque la période de la Seconde Guerre mondiale et la shoah.
Mémoire littéraire, avec Le Paris retrouvé de Marcel Proust, Blum & Bloch, Maurice Sachs... Mémoire intime avec Quartier libre, Reliques, Eretz, récit dédié à son frère disparu. Et aujourd'hui Points de chute, dans lequel il nous donne sa géographie sentimentale : " Faire le tour de la France, ou plutôt un tour en France. Différents endroits susceptibles d'avoir accueilli mes pas un jour ou l'autre. Beaucoup de pas, donc, puisque beaucoup d'années.
Un tour, mais non à proprement parler un cercle. Ce serait plutôt un colimaçon, mot enfantin que j'aime bien. Vous savez, l'escargot. Ou l'escalier. Ou le jeu de l'Oie. Le colimaçon secrète sa coquille. C'est bien cela. La coquille du livre. Son ossature, forte et fragile. Et sa tendresse, dedans, ou plutôt sa tendreté, à tout le moins, comme on le dit d'une bonne viande. Colimaçon ? A peu près, et parfois à beaucoup près.
Ou plutôt, cette figure qui jadis, dans les jeux des journaux populaires, consistait à relier des points entre eux. Et cela vous dessinait un coq, une vache, un chameau. A ceci près qu'ici ces sauts de point en point, à l'arrivée, ne dessineront rien. Pas même une carte de France. Ou alors approximative, une France de l'ère secondaire tout au plus. Un livre ? Peut-être, mais sans grands contours. Un livre à ma guise.
Un livre à la va comme je te pousse. Un livre en zigzags, reliant des points du temps et de l'espace. Un livre qui ressemblera à la vie, je suppose. "
 
Né en 1948 dans une famille d'immigrés juifs polonais, Henri Raczymow est professeur de lettres.
Il a reçu en 2008 le Prix de la Fondation de Judaïsme au titre des Lettres, en 2009 Antoine Compagnon l'a invité à intervenir dans son cours au Collège de France. Il est l'auteur de nombreux ouvrages (essais, romans, biographies...) publiés en particulier aux Éditions Gallimard, dont, récemment, Reliques (Haute Enfance, 2005), Dix jours " polonais " (collection blanche, 2007), Eretz (collection blanche, 2010), Heintz (collection blanche, 2011).
 
Points de chute
Par Henri Raczymow - Editions Gallimard
124 pages - ISBN 978-2- 07-013707-4
 
*********
 
" Fabrice Rizzoli a puissamment contribué à retirer à la mafia ses masques exotiques ; derrière les rituels qui fascinent, il fait apparaître le cours de l'argent mafieux jusqu'à son recyclage dans l'économie mondiale et les connivences d'une partie du monde politique.
Avec ce livre le lecteur entre enfin dans le monde de l'anti-mafia propre à l'Italie." Mario Vaudano (magistrat italien)
 
Politologue, enseignant et chercheur, Fabrice Rizzoli est secrétaire général de l'Observatoire Géopolitique des Criminalités et représentant de l'ONG Flare qui est le premier réseau de la société civile contre le crime organisé.

Petit dictionnaire énervé de la Mafia
par Fabrice Rizzoli - Editions de l'Opportun
224 pages - 12,90 euros - ISBN 978-2-360-75078-8
 
*********
 
Le monde change, l'éducation de nos enfants aussi.
Quelle place faire à l'autorité et à la discipline face au dialogue, à l'ouverture sur le monde, au respect de l'enfant ? De nombreux parents se retrouvent démunis, confrontés à ce dilemme. Arrêter de crier ; donner de l'autonomie ; profiter des moments en famille. Anne Bacus, psychologue, donne 100 conseils simples, sous forme de fiches pratiques, pour se faire obéir et offrir la juste dose d'autorité.
A vous de faire un choix parmi ces 100 conseils, en fonction de la situation qui se présente, de votre enfant et de votre culture familiale
 
Anne Bacus est docteur en psychologie, psychothérapeute et mère de deux enfants.
Elle a travaillé en crèche et formé des assistantes maternelles. Elle est l'auteur de nombreux best-sellers sur l'enfance, notamment Le guide des mamans débutantes, paru chez Marabout.
 
100 façons de se faire obéir (sans cris ni fessées)
par Anne Bacus - Editions Marabout
254 pages - 15,90 euros - ISBN 978-2-501-07648-67
 
*********
 
Italie, été 1492. Une époque troublée pour la chrétienté, qui s’est rendue coupable il y a peu de promulguer l’édit décrétant l’expulsion de tous les Juifs d’Espagne. Les réfugiés affluent, notamment à Rome, où ils viennent s’entasser dans un ghetto insalubre, tels les parias qu’ils sont devenus. Mais la cité éternelle s’émeut moins de leur sort que de celui du pape, Innocent VIII, dont on dit qu’il est mourant. Cette nouvelle attise pourtant davantage les ambitions qu’elle ne suscite la prière.
Au service de la famille des Borgia depuis toujours, Francesca apprend la mort de son père (l’empoisonneur attitré de la famille) dans des circonstances douteuses. Commence alors pour elle une quête de vengeance, qui la pousse à prendre la suite de son père - non sans avoir auparavant concrètement démontré à Rodrigo, le seigneur des Borgia, ses aptitudes d’empoisonneuse. Convaincu, celui-ci l’enjoint de reprendre sur-le-champ les expériences laissées en suspens par son père, qui aurait été sur le point de découvrir l’arme ultime pour un empoisonneur, une façon de tuer quelqu’un donnant l’apparence d’une mort naturelle.
Ses recherches la conduisent dans le ghetto jusqu’à Sofia, une amie de son père qui va lui ouvrir les yeux sur lui et sur le sort des Juifs. Elle lui apprend que l’expulsion des Juifs d’Espagne n’est que le prélude à des actes plus monstrueux encore, que l’Inquisition a en réserve pour eux et que le pape à la santé déclinante compte bien autoriser depuis le Vatican. Francesca comprend alors que son père cherchait à stopper cette folie en tuant Innocent tout en faisant passer sa mort pour naturelle, car le moindre soupçon d’empoisonnement aurait valu la déchéance à la famille Borgia.
Elle réalise aussi que son père décédé, cette lourde tâche lui revient. Son parcours est manifestement semé d’embûches, mais elle parvient à ses fins - du moins, le pape meurt et personne ne soupçonne un acte crapuleux. Ce faisant, elle découvre que derrière le pape vieillissant agissait en coulisses un prêtre fanatique, Morozzi, qui souhaite lui véritablement l’anéantissement des Juifs. Il s’agit à présent de le neutraliser, tout en aidant Rodrigo Borgia, son maître et le seul exprimant une certaine neutralité à l’égard des Juifs, à être élu pape par le conclave.
Parvenue de justesse à déjouer un complot de Morozzi visant à soulever la population contre les Juifs, puis à sauver l’un des aspirants à la papauté de mort par empoisonnement (un guet-apens destiné à son maître, qui aurait ainsi été accusé du meurtre), elle assiste enfin, soulagée, à l’élection de Rodrigo Borgia, qui devient le pape Alexandre VI. Mais Morozzi a encore réussi à s’échapper, et avec lui la possibilité pour Francesca de venger la mort de son père, dont il est responsable : pour elle, c’est donc loin d’être la fin….
 
Sara Poole vit dans le Connecticut, où la découverte d’une flore mortelle poussant à profusion quasiment sous ses fenêtres a fait naître son intérêt pour l’art de l’empoisonnement.
 
Francesca, empoisonneuse à la cour des Borgia
Par Sara Poole, traduit (anglais) par Patricia Barbe-Girault – M.A. Editions
420 pages – 19,90 euros – ISBN 978-2-822-40051-0
 
*********
 
Des rives de la Méditerranée aux sommets de l'Himalaya, des rues de Shanghai aux archipels de Malaisie, en passant par les mégalopoles indiennes, cet ouvrage vous invite à visiter les 49 pays du continent asiatique et à découvrir une histoire millénaire.

L'Asie, de la Turquie aux Philippines. Chaque pays est présenté grâce à une carte, des photos et une mine d'informations sur sa géographie (paysages et villes), son histoire (personnages et dates clés), sa culture (arts et religions) et son mode de vie (société et traditions).

L'Asie, les clés pour comprendre. Au fil de l'ouvrage, les grandes notions politiques, économiques et sociales sont expliquées : les conflits du Moyen-Orient, la question de l'eau en Asie du Sud, le dynamisme des économies chinoise et japonaise, la place des minorités en Asie du Sud-Est et la richesse du sous-sol en Asie centrale.
 
L’Asie. De la Turquie aux Philipines
Par S. Boukhaina ; G. Clastres et Ph. Pataud Célérier – Editions Gallimard Jeunesse
128 pages – 24 ,50 euros – ISBN 978-07-063984-7
 
*********
 
Audrey, 20 ans, est sacrée Miss SDF. Peut-être un nouveau départ pour celle qui a tout perdu en fuyant sa mère, adepte des Témoins de Jéhovah. Contrainte de revenir à Nice en compagnie de Claire, une journaliste chargée de réaliser un téléfilm sur sa vie, elle est hébergée par Jacques Goldstein, le père de celle-ci. Étrange attitude de la part de ce sexagénaire taciturne. Cet enfant caché, qui a échappé de justesse à la déportation en 1944, affectionne la solitude.
L’arrivée de la jeune femme le bouleverse, tout comme la présence de Betty, la tante d’Audrey, volubile et attachante. Son passé longtemps enfoui refait peu à peu surface. À quelques kilomètres des siens, Audrey va, elle, tenter de s’imaginer un futur. De devenir quelqu’un.
De ces deux êtres écorchés vifs naît une relation singulière. Une amitié improbable que le hasard ne suffit pas à expliquer. Deux humains qui réalisent que le bien et le mal peuvent prendre un même visage. Deux mémoires qui s’apprivoisent doucement autour des fourneaux d’une cuisine pour, qui sait, se créer un avenir commun…
 
Nos mémoires apprivoisées
Par Valérie Cohen - Editions Luce Wilquin
192 pages - 19 euros- ISBN 978-2-882-53436-1
 
*********
 
Vous pouvez vivre trois jours sans pain ; — sans poésie, jamais ; et ceux d’entre vous qui disent le contraire se trompent : ils ne se connaissent pas.
Baudelaire
Salon de 1846, Aux bourgeois
 
et, pour donner aux jeunes l'amour de la poésie, deux magnifiques petits livres
 
Il se voulait « voyant », « voleur de feu »...
Il aura fallu quelques années à peine à Rimbaud pour dynamiter la « vieillerie poétique », dans sa tentative de trouver « une autre langue », libérant toute les puissances de la vision. Rimbaud a ouvert la voie de la modernité littéraire à travers une expérience-limite du langage et de la vie.
 
Arthur Rimbaud est né en 1854 à Charleville, d’une mère rigide et puritaine et d’un père qui abandonne rapidement sa famille.
Elève doué mais révolté, il s’ennuie dans sa province, fugue et abandonne ses études. Il finit par gagner Paris grâce à Verlaine qu’il rencontre en 1871. Ils vivent ensemble une amitié passionnelle. Après avoir publié Une saison en enfer en 1873, Rimbaud renonce à la littérature, voyage en Europe et devient commerçant au Harar. Malade, on doit l’amputer d’une jambe et le rapatrier en France où il meurt à Marseille en 1891.
Les Illuminations paraissent en 1886.
 
Poèmes d'Arthur Rimbaud
Editions Folio Junior
96 pages - ISBN 978-2-97-064386-8
 
et, chez le même éditeur
 
Insubordonné, explorateur des territoires géographiques, il l’est aussi de la vie de l’esprit et de la langue.
Son humour est redoutable, sa lucidité foudroyante. Inventeur verbal, à la fois désopilant et intransigeant, animé par « la passion de l’exhaustif », il crée un univers poétique d’une absolue originalité.
 
Henri Michaux, né en 1889 à Namur (Belgique), est mort à Paris en 1984.
Issu d’une famille bourgeoise, Michaux est un « écorché vif » , révolté. Très tôt, il se passionne pour les sciences naturelles et les mots du dictionnaire. Il embarque en 1920 comme matelot pour les Amériques et voyage de 1927 à 1937 en Asie et en Amérique du Sud et se retire dans le midi pendant la guerre. Maîtrisant tous les registres de la langue, peintre également, il compose des recueils inimitables.
Citons Plume précédé de Lointain intérieur, 1938 ; L'Espace du dedans, 1944, La vie dans les plis, 1949 ; Façons d'endormi Façons d'éveillé, 1969, Bras cassé, 1973
 
Poèmes de Henri Michaux
96 pages - ISBN 978-2-07-064420-9
 
*********

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -