Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Et mars arrive (1er mars 2012)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Emeric Deutsch a beaucoup écrit mais il a peu publié. l portait la méfiance traditionnelle du judaïsme à l'égard de l'écrit, qui risque de figer le sens, de le réifier, de le transformer en objet de culte. C'est pourquoi, à la demande de la famille d'Emeric Deutsch et de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, le grand rabbin Haïm Korsia nous présente cet extraordinaire travail de recherche et d'écriture qui reflète l'effort tenté par Emeric Deutsch, durant de nombreuses années, de saisir les événements du monde en les confrontant avec la pensée juive, pour les orienter vers un objectif vécu ou digne de l'être.
On décèle, à travers la diversité des sujets abordés dans ces textes, deux thèmes dominants : communication et responsabilité. Ils éclairent l'ensemble de sa démarche et la retient aux sources profondes dont elle procède, l'étude du Talmud et la pratique psychanalytique. Emeric Deutsch conjuguait dans leur plénitude toutes les dimensions de l'intelligence et de la sagesse humaine : il lisait tout, il voyait toutes les expositions, comprenait l'art, avait une très belle voix ; c'était un merveilleux conteur, il mettait de l'humour même dans les propos les plus sérieux, il était amateur de foot, il avait un formidable don d'écoute des autres, ce qui faisait de lui un conseiller très précieux, il avait un sourire avenant soutenu par un regard bienveillant et une prestance naturelle.
Il a été directeur du département psychologie du groupe Sema-Metra, il a participé à la fondation de la Sofres, pionnière des sondages et des études de marchés en France, en particulier en introduisant les études politiques, il en a été le PDG à partir de 1972. Il a été professeur de Psychologie sociale appliquée à Sciences-Po. Très actif dans ta communauté juive, président de la commission d'études politiques du CRIF et président de ta communauté Ohel Avraham de la rue de Montevideo à Paris, il était membre de la commission culture juive de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
Emeric Deutsch était un des plus grands exégètes des textes du Talmud et un extraordinaire passeur de la pensée juive, en particulier lors des colloques des intellectuels juifs de France. Emeric Deutsch a été l'une des figures les plus importantes du judaïsme français avec sa façon unique de concilier culture française et Thora et d'en offrir le modèle à tous.
 
Diplômé de l'Institut de psychologie de l'Université de Paris. Emeric Deutsch a été directeur des études de psychologie appliquée à la SEMA-METRA, président-directeur générale de la Sofres et de la Sofco. A été professeur à l'Institut de psychologie de l'Université de Paris-5 (de 1965 à 1971), puis professeur de psychologie sociale appliquée à la communication à l'Institut d'études politiques de Paris.
 
Le Rabbin Haïm Korsia est aumônier général israélite de l'Armée de l'Air et des Armées.
Secrétaire général de l'Association du Rabbinat français, il est aussi administrateur du Souvenir français et membre du Comité national d'éthique. Il est l'auteur de l'ouvrage "Être Juif et Français : Jacob Kaplan, le rabbin de la République", paru en 2006.
 
La volonté de comprendre
Emeric Deutsch, texte réunis et présentés par Haïm Korsia - Les Editions des Rosiers
494 pages - 26 euros - ISBN 979-1-0900-10800-4
 
********
 
 
S'il est un livre que j'aurais aimé écrire, c'est celui-ci. Un ouvrage où la nostalgie le dispute à l'amour paterrnel. Un livre d'espoir et plein de vie.
Malgré la déchirure de l'exil la vie continue et prime. Une formidable leçon de vie, une formidable ode d'amour. Un beau et grand livre, celui, je le répète, que j'aurais aimé écrire;
 
À travers le portrait de son père, Lucette Lagnado retrace avec beaucoup de sensibilité un siècle de la vie de sa famille et de celle de la communauté juive du Caire. Nous suivons pas à pas la vie d’insouciance et de luxe, ponctuée par les fêtes juives, de Léon, un homme d’affaires égyptien toujours vêtu d’un complet blanc, bon vivant, célibataire endurci qui se résoudra à épouser sur le tard, Edith, une femme jeune et ravissante. Brusquement, cette vie sera interrompue par la révolution nassérienne. Suivra le déchirement du départ forcé pour des terres inconnues qui veulent bien accueillir ces réfugiés, arrivés désemparés, dépouillés de leurs biens et de leur nationalité, en premier à Paris puis à Brooklyn. Pour Léon, le rêve américain ne sera que déchéance et nostalgie pour une vie à jamais perdue. Le dandy du Caire terminera vendeur de cravates dans le métro new-yorkais. Cette saga familiale reconstituée lève le voile sur un pan d’histoire occulté pendant près d’un demi-siècle : la douleur de l’exode forcé d’une famille juive du Caire.
Cet ouvrage, traduit dans de nombreuses langues, a été classé Bestseller par le New York Times Book Review et a reçu le Prix Sami Rohr pour la littérature juive.
 
Née au Caire en 1956 dans une famille de la bourgeoisie juive, Lucette Lagnado est arrivée à l'âge de 6 ans à New York avec sa famille.
En 1962, au moment de la fuite d'Égypte, l'auteure a six ans. Elle est la plus jeune de la famille, mais elle est convaincue qu’elle est investie par la mission de retracer l’épopée de ce que fut la vie de ses parents, et principalement celle de son père. Il lui faudra des années pour reconstituer le puzzle de l’histoire familiale. Elle a consulté les archives new-yorkaises, parisiennes, celles du Caire et d’Israël, mais aussi tous les membres de sa famille et ses connaissances dispersés à travers le monde qui ont connu la vie d’avant l’exode. Ce roman familial reconstitué lève le voile sur un pan d'histoire occulté pendant près d'un demi-siècle : la douleur de l'exil forcé d'une famille juive du Caire.
Lucette Lagnado est grand reporter au Wall Street Journal. Elle a remporté de nombreux prix, dont le Mike Berger Award de l’université de Columbia. Elle a été distinguée par le Club de la Presse nationale et le Club de la Presse de New York. Elle est co-auteure de l’ouvrage : "The Children of the Flames : Dr Joseph Mengele and the Untold Story of the Twins of Auschwitz". En septembre 2011, elle publie chez HarperCollins "The arrogant years", l’histoire de sa mère.
 
L'homme au complet blanc. Du Caire à New York, l'exil d'une famille juive
Par Lucette Laniado, traduit (anglais) par Michelle Fingère - Editions Métropolis
350 pages - 26 euros -   ISBN 978-2-88340-187-7
 
et
 
Empreints d’un humour dévastateur, les treize récits de Sholem Aleikhem réunis dans ce recueil se situent toujours à la frontière de l’absurde et du drame.
L’auteur nous fait découvrir l’univers juif d’Europe orientale au tournant du XXe siècle et dessine à traits mordants et tendres la vie des petites gens et celle de la bourgeoisie naissante.
 
Sholem Aleikhem, nom de plume de Cholem Naumovich Rabinovich (1859-1916), est l'écrivain juif russe de langue yiddish le plus célèbre. Très populaire, il a écrit des romans, des nouvelles et des pièces de théâtre. Il nous a laissé une œuvre importante et un témoignage toujours vivant de ce qu’étaient les Juifs au tournant du XXe siècle, en particulier dans l’Empire russe où il est né.
L'œuvre la plus connue est "Tevie le laitier", son premier succès commercial, dont il a été tiré une comédie musicale à Broadway en 1964, sous le titre d’"Un violon sur le toit", puis adapté au cinéma en 1971. Les pogroms de 1905 en Russie contraignent l’auteur et sa famille à l’exil. Il part pour Genève où il fera plusieurs séjours, puis Londres et enfin New York. Il commence sa carrière d’écrivain en russe et en hébreu, mais décide de poursuivre ses écrits en yiddish uniquement, donnant ainsi ses lettres de noblesse à une langue jusque-là méprisée par l’intelligentsia juive.
 
La vie éternelle. 13 histoires courtes pour marquer le temps
Par Sholeim Aleikhem, traduit (yiddish) par A. Langerman et A. Sion
304 pages - 24 euros - ISBN 978-2-88340-188-4
 
********
 
Ce fut l'un des plus grands pillages de l'histoire de France.
Sous l'Occupation allemande, l'Etat français organisa le vol d'une partie de sa propre population. Comment cela fut-il possible? Comment fonctionnait cette entreprise de spoliation systématique, à savoir la vente ou la liquidation forcée, des "entreprises juives"? A l'appui des archives françaises et allemandes et des études les plus récentes, Martin Jungius décrypte les structures de l'appareil de persécution économique mis en place contre les Juifs français, en analyse les méthodes et établit les responsabilités de chacun.
Il démontre comment la dépossession des "biens juifs" a été initiée par les Allemands et mise en oeuvre par les fonctionnaires français, comme n'importe quelle politique d'Etat. Au terme de cette étude minutieuse et novatrice se dessine une image complète de "l'aryanisation" de l'économie française.
 
Historien allemand, Martin Jungius a soutenu, après quatre ans de recherches, sa thèse de doctorat en sciences politiques à l'université de Constance intitulée Der verwaltete Raub, qui fut récompensée par le prix Guillaume Fichet-Octave Simon en 2008.

Un vol organisé. L'Etat français et la spoliation des biens juifs 1940-1944
par Martin Jungius, traduit (allemand) par N. Casanova et P. Mannoni - Ed. Tallandier
528 pages - 24,90 euros - ISBN 978-2-84734-689-3
 
********
 
Ecrivain, archéologue, Annemarie Schwarzenbach (1908-1942) fut aussi journaliste et photographe.
Ses reportages la menèrent sur les routes du monde, d'Istanbul à Persépolis, de l'Europe centrale à New York, de Lisbonne à Brazzaville, de Madrid à Tanger. Les grands lointains l'attiraient irrésistiblement, mais elle ne perdait jamais de vue le dramatique combat du moment en Europe, la lutte contre le nazisme. Entre 1934 et 1942 elle a publié, dans la presse quotidienne et les magazines, près de trois cents articles, dont soixante sont présentés ici.
Les rédactions de l'époque appréciaient son professionnalisme, ses connaissances d'historienne, la pertinence de ses questions, son style tour à tour alerte et poétique, l'humanité du regard qu'elle portait sur le monde des années 30. Arnold Kübler, rédacteur de la revue Du, témoigne: "Ses qualités personnelles et sa position sociale privilégiée assuraient à Annemarie Schwarzenbach des appuis dans le monde entier, et elle s'en est servie pour son travail.
Elle avait facilement accès aux gens influents, mais elle s'efforçait par ailleurs de rencontrer ceux qui ne le sont pas, ceux dont la vie se déroule dans une étroite sujétion, les exclus, les laissés-pour-compte, les gens simples." Ces reportages constituent un témoignage irremplaçable sur la situation du monde à un moment crucial de son histoire.
 
Annemarie Schwarzenbach. De monde en monde. Reportages 1934-1942
A. Schwarzenbach Traduit (allemand) par D.L. Miermont et N. Le Bris - Ed. Zoé
352 pages - 22,50 euros - ISBN 978-2-88182-858
 
********
 
Chris Rather, la quarantaine triomphante, est un Français très populaire : il présente le 20 heures d'une puissante chaîne de télévision.
À un mois du premier tour de la présidentielle de 2012, on le retrouve sans vie, noyé dans un des étangs de Hollande, comme Robert Boulin trente-trois ans plus tôt. S'est-il suicidé ? L'a-t-on assassiné ? Il avait interviewé la veille le président de la République...
Une course contre la montre va s'engager chez les enquêteurs pour résoudre au plus vite un mystère qui empoisonne la campagne présidentielle et la vie de la chaîne.
Cette version médiatique du Bûcher des vanités est proposée par un grand connaisseur des milieux politique et télévisuel. Patrick Poivre d'Arvor, qui a présenté les JT des deux plus grandes chaînes de télévision française pendant près de trente ans, nous entraîne dans la folle farandole d'un jeu de quilles mortel et haletant.
 
À côté de l’homme de télévision qu’il fut durant toutes ces décennies, Patrick Poivre d’Arvor est l’auteur d’une œuvre riche d’une soixantaine de livres, depuis Les Enfants de l’aubeécrit à l’âge de 17 ans, jusqu’àL’Expression des sentiments, en passant par Elle n’était pas d’ici et Lettres à l’absente, en hommage à sa fille Solenn. Il a obtenu le prix Interallié en 2000 pour L’Irrésolu.
 
Rapaces
Par Patrick Poivre d'Arvor - Editions Le Cherche-Midi
320 pages - 17 euros - ISBN 978-2-7491-2356-1
 
et, du même éditeur,
 
La France, c'est notre bled, que tu le veuilles ou non ! A travers sa génération, Abd Al Malik interpelle l'humanité tout entière.
Vive la France arc-en-ciel unie et débarrassée de toutes ses peurs! Son cri n'est pas nationaliste, il est universaliste. La France qu'il chante, c'est celle de 1789 et des Droits de l'homme. La France qu'il appelle de ses voeux, c'est celle des frontons républicains : Liberté, Egalité, Fraternité. Sa France, c'est celle du "vivre ensemble" : J'ai planté du jasmin ce matin dans ma cité HLM / Et je me suis demandé ce que je devais faire pour que la France, elle m'aime...
S'il est patriote, souligne Mazarine Pingeot dans sa préface, c'est parce qu'il a compris qu'il n'y a "d'identité que celle de la langue". La vie est une bataille qu'on soit jeune ou vieux. Abd Al Malik se bat. Ses mots sont ses seules armes et lui ouvrent le chemin de la poésie et de la spiritualité. Sa langue, qu'il invente ligne après ligne, embrasse le passé, le présent, l'avenir et...
les autres humains : Je rêve donc éveillé pour qu'ils me comprennent. Sa quête est notre espoir commun : Je cherche quelque chose de plus grand que moi.
 
Né en 1975, Abd Al Malik grandit dans la cité du Neuhof à Strasbourg. Rappeur, musicien, poète, il débute dans le groupe de rap N.A.P avant d’entamer avec succès une éclatante carrière solo. Il est l’auteur de La guerre des banlieues n’aura pas lieu (Prix Edgar Faure 2010 de littérature politique) et de Qu’Allah bénisse la France ! dont il écrit actuellement l’adaptation pour le cinéma.
 
Le dernier Français
par Abd Al Malik
240 pages - 12 euros - ISN 978-2-7491-224-37-3
 
********
 
 « J'ai toujours cru en mon parti, le PS. J'ai menti pour le protéger. J'ai subi l'enfermement, l'emprisonnement pour sauver un système. J'ai payé pour d'autres. Et un jour, j'ai dit : ça suffit ! »"Ancien maire d'Hénin-Beaumont dans le Nord-Pas-de-Calais, Gérard Dalongeville a été poursuivi en 2009 pour détournement defonds publics et placé en détention en maison d'arrêt pendant huit mois. Sorti de prison, cet homme meurtri a décidé de parler pour la première fois ! et de tout raconter sur les commissions versées au parti par des entreprises du nord de la France pour obtenir des marchés publics, sur des comptes au Luxembourg, sur l'enrichissement personnel de plusieurs responsables politiques, le clientélisme, le népotisme.
Gérard Dalongeville lève le voile sur les moeurs troubles des responsables socialistes dans le Pas-de-Calais, ne laisse rien dans l'ombre, décrit dans les moindres détails les petites combines et les grandes machinations, donne des noms, des dates, des lieux, des sommes. Le résultat est effarant et ne manque pas de soulever des questions sur les pratiques des élus de ce pays ! Rose Mafia raconte une histoire hors du commun.
Ce livre va peut-être déplaire, sûrement choquer. Il est la confession d'un homme qui tente aujourd'hui de se reconstruire et qui a placé sa confiance "
 
Rose Mafia
par Gérard Dalongeville - Editions Jacob-Duvernet
300 pages - 19,95 euros - ISBN 978-2-84724-402-1
 
********
 
La guerre d'Algérie est rappelée à l'occasion du cinquantenaire des accords d'Evian. Une série de livres vient de paraître. Signalons deux, reçut ces jours-ci.
 
Il y a eu plus d’un million d’appelés en Algérie, mobilisés pour ce qui, alors, n’était pas reconnu comme une guerre.
Pour beaucoup d’entre eux, l’expérience marquante, voire traumatisante, de ce conflit sans nom et sans gloire est restée enfouie dans le silence. Elle n’avait pas de place dans l’histoire officielle et suscitait plus de gêne que de curiosité. Leurs proches eux-mêmes posaient peu de questions. Au fond, personne ne souhaitait vraiment entendre leur récit et ils ont préféré se taire, durablement. À la génération suivante et dans un contexte différent, alors que l’histoire et la mémoire de la guerre d’Algérie commencent à s’écrire, certains de leurs enfants se découvrent héritiers de ce silence.
C’est le cas de Florence Dosse. Entre quête personnelle et enquête, elle a interviewé à la fois d’anciens appelés, les épouses de ces derniers et leurs enfants, aujourd’hui adultes, à qui rien ou presque n’a été transmis. On découvre le « vécu congelé » des premiers, raconté avec les mots du passé, le désarroi des femmes, les non-dits dans les couples et le mélange d’ignorance, d’interdit, de douleur ou de honte confusément ressenti par les enfants.
L’originalité profonde de ce livre tient à la juxtaposition de ces trois paroles et à l’écoute attentive de Florence Dosse.
 
Florence Dosse est née en 1963, peu après la fin de la guerre d’Algérie et le retour de son père. C’est son premier livre.
 
Les héritiers du silence. Enfants d'appelés en Algérie
Par Florence Dosse - Editions Stock
296 pages - 20 euros - ISBN 978-2-234-07164-3
 
De 1956 à 1962, en Algérie, par obligation légale, sans avoir été ni " choisis " ni " sélectionnés " et sans avoir bénéficié d'une préparation adaptée à leur mission, deux millions et demi de jeunes Français ont vécu une situation dramatiquement exceptionnelle.
La politique dite de " pacification " a en effet amené une génération en armes, prétendument pour ramener l'ordre, à libérer des pulsions de destruction et, pour certains, à devenir des meurtriers. Comment des hommes " ordinaires " d'à peine vingt ans, appelés du contingent, en sont venus à commettre l'intolérable ou à être les protagonistes passifs d'exactions diverses allant jusqu'à la torture ou à l'exécution sommaire ? Sur la base de témoignages saisissants, inédits ou oubliés, Claude Juin, qui fut lui aussi soldat en Algérie et assista à de telles scènes, démonte les mécanismes tortionnaires.
Il analyse comment vont naître chez ces hommes, pourtant forgés aux valeurs républicaines des " Droits de l'homme " et de l'esprit de la Résistance, un fort sentiment de racisme et une haine viscérale à l'égard de la population musulmane - il observe notamment comment son " copain de régiment " Bernard en est venu à pratiquer régulièrement la torture. Il montre en quoi la soumission aux ordres, la peur, la vengeance, la frustration, l'accomplissement du devoir furent autant de prétextes pour justifier l'intolérable, pour faire taire les " cas de conscience ".
" Les jeunes soldats, écrit Claude Juin, parce qu'ils vivaient un évènement hors du commun, ont pu devenir cruels, tout en restant des gens ordinaires de la condition humaine. J'ai vécu au milieu d'eux, ils étaient parmi nous. Dans l'abomination, ils demeuraient des hommes.
 
Claude Juin est né en 1935. Appelé du contingent en Algérie en 1957-1958, il raconta sa guerre dans Le Gâchis, publié en 1960 sous le pseudonyme de Jacques Tissier, et bientôt interdit. Ancien DRH et maire de Bessines, Claude Juin est docteur en sociologie depuis la soutenance de sa thèse " Guerre d'Algérie : la mémoire enfouie des soldats du contingent " (EHESS, 2011), matrice de Des soldats tortionnaires.
 
Des soldats tortionnaires. Guerre d'Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à l'intolérable.
Par Claude Juin - Editions Robert Laffont
372 pages - 21 euros - ISBN 978-2-221-12975-3
 
********
 
Entrez dans le monde extraordinaire des dieux égyptiens avec Horus, le faucon : ce jeune prince gâté règne sur son petit monde en attendant de devenir le roi des dieux comme son père, Osiris. Mais le trône est convoité par son terrible oncle Seth ! Un tourbillon d’aventures révélera à Horus que l’entraide et la fraternité peuvent être aussi précieuses que ses pyramides de jouets. C’est au milieu du désert qu’il découvrira un vrai trésor pour déjouer les plans de Seth.
 
Les égyptoudoux. Horus, le petit roi
par LiliOum . L'Amoulen et Félix Moureau - Editions Ankama
56 pages - ISBN 978-2-359-10228-4
 
********
 
 
 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -