Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Il fait beau et chaud, profitons-en pour lire au soleil 1. (26 mars 2012)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


 
J’ai eu le tournis et des palpitations de cœur parce que La petite fille en robe jaune m’est apparue.
Elle jouait à la marelle sur le parvis de la Grande Poste d’Alger. J’ai crié son nom, elle s’est retournée, m’a fait coucou de la main, puis elle a sauté à cloche-pied une, deux, trois cases avant de disparaître dans celle du paradis. Murée dans son silence, Fatima revisite son passé, ses secrets, ses histoires d’amour bâclées, faites de violence et de trahisons. Et, tout au bout de sa mémoire, tel un soleil ressuscité, surgit un petit enfant. Auprès d’elle, à Paris, son fils Saïd n’a toujours pas compris pourquoi sa mère n’a jamais su lui dire qu’elle l’aime.La meilleure façon de s’aimer est l’œuvre la plus personnelle d’Akli Tadjer, unique dans sa façon de marier humour et tendresse.
Il est également l’auteur du Porteur de cartable et de Il était une fois… peut-être pas, tous deux adaptés à la télévision.

Comme Saïd, le narrateur de La meilleure façon de s’aimer, Akli Tadjer est né à Paris. Il est l’auteur de sept romans, dont trois ont été adaptés pour la télévision, Le Passager du Tassili, Le Porteur de cartable et, prochainement sur France 3, Il était une fois... peut-être pas.

La meilleure façon de s'aimer
par Akli Tadjer - Editions JC Lattès
288 pages - 18 euros - ISBN 978-2-7096-3525-7

*********

"Avec les années cahin-caha, je m'étais habituée aux embardées de cette femme, dépressive permanente et mère intermittente.
Jusqu'au jour où elle voulut m'étrangler. Ses nerfs craquèrent. Pas mes cartilages. Se méfiant d'elle-même, elle m'avait fabriquée en dur. J'avais dix ans, je voyais mon enfance chavirer." Il faudra à la petite fille attendre l'âge adulte pour découvrir que cette tentative de meurtre maquillait une tentative d'amour. Un amour dévoyé par la psychose maniaco-dépressive qui cannibalisait sa mère.
Pour comprendre cette maladie soignée dans des cliniques psychiatriques à coup d'électrochocs, l'auteur part à la recherche d'autres parmi ces malheureux élus que furent Virginia Woolf, Louis Althusser, Sylvia Plath, ou encore Winston Churchill. Des compagnons de route qui lui permettront d'apprendre à résister sans se dérober, à accepter sans capituler face à un ennemi qui dévasta son enfance.
Jusqu'au bout elle s'acharnera à ramener vers la rive cette mère candidate récidiviste à la noyade. Une écriture tenue sanglée par l'humour fait de ce récit non un traité du désespoir mais un hymne à la vie.

Martine de Rabaudy est journaliste et essayiste. Elle a publié des Conversations avec Françoise Giroud, des Entretiens avec Jean Daniel et un essai sur l'écrivain Bernard Frank.
 
Electrochocs
par Martine de Rabaudy - Editions Flammarion
192 pages - 17 euros - ISBN 978-2-0812-7736-6

*********

Le 2 mars 1127, mercredi des Cendres, le pieux et bon comte de Flandre Charles est agenouillé en prières dans l'église Saint-Donatien de Bruges, lieu sacré.
Un commando fait irruption et, par-derrière, le poignarde. Les auteurs et commanditaires de ce crime monstrueux appartiennent au proche entourage du comte Charles, dont ils craignaient d'avoir encouru la disgrâce et qu'ils cherchaient à remplacer par un seigneur concurrent. S'ensuivent, à Bruges et dans toute la Flandre, des péripéties d'une extrême violence, avant que le roi Louis VI le Gros, dont le comte de Flandre est un puissant et fidèle vassal, fasse bonne justice et impose son propre candidat à la couronne comtale.
Un témoin, Galbert de Bruges, a tout raconté dans un prodigieux récit. Cet épisode, qui eut un immense retentissement, permet de mettre en lumière les moeurs et les rites de la chevalerie, l'émergence politique d'une bourgeoisie consciente de sa puissance et de ses droits, l'exercice de l'autorité royale, le poids de la religion, le meurtre du comte Charles ayant fait de lui, aux yeux de ses sujets, un martyr.
Rarement le Moyen Age à son apogée a été ainsi révélé de l'intérieur.

Ancien élève de l'ENS et ancien membre de l'Ecole française de Rome, agrégé et docteur en histoire, Laurent Feller est depuis 2004 professeur d'histoire du Moyen Age à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, spécialiste d'histoire économique et sociale, et membre de l'Institut universitaire de France.
Il a notamment publié Eglise et société en Occident, du début du vile au milieu du me siècle et Paysans et seigneurs au Moyen Age, VIIIe-XVe siècle.
 
L'assassinat de Charles le Bon, comte de Flandre. 2 mars 1127
Par Laurent Feller - Editions Perrin
324 pages - 23 euros - ISBN 978-2-262-03528-0

*********

L’auteur nous propose une approche pragmatique, grâce à une analyse pointue des symboles contenus dans l’église.
Après toute une jeunesse passée au sein de l’Église, il ne retrouvait pas, dans l’étrange décor de Rennes, ses repères. Les éléments d’architecture et la position des statues l’ont mené sur une piste étonnante, celle de la Franc-maçonnerie. Mais, en soulevant ce coin de voile, il ne révèle pas seulement la véritable histoire de l’abbé Saunière, il montre aussi qu’en réaction à la Franc-maçonnerie laïque et républicaine s’est élevée, un peu partout en France, une tradition monarchiste, catholique, relevant d’une maçonnerie aujourd’hui disparue.
Enfin… peut-être ! Enfin un livre et une réflexion qui nous laissent entrevoir ce que fut la réalité de cette fin du XIXe siècle dans ce coin perdu de l’Aude.

Daniel Dugès a consacré de nombreuses années à l’étude du mystère de Rennes-le-Château.
Il a écrit ou co-écrit des ouvrages de référence sur le sujet : "Le temps du Laurier", "Le secret de Nicolas Poussin", "L’ABC de RLC", "Entre la rose et l’équerre", "L’église de Rennes le Château", "Le Signe" et "Le Nom des pierres
 
Rennes le Château. Un chapitre maçonnique secret
par Danièl Dugès - Editions Trajectoire
246 pages - 20 euros - ISBN 978-2-841-95787-7

*********

Notre souvenance a une portée limitée. Que savons-nous des premières années de notre vie ? et de l’événement, tellement considérable, de notre naissance ? et des mois qui l’ont précédée, ce temps durant lequel notre organisme s’est construit, et a fait l’expérience de ses fonctions… ?
Sommes-nous – comme un livre dont les premières pages ont été arrachées – séparés de notre commencement? Si le souvenir nous manque, en revanche, nous possédons une mémoire, dérobée à toute investigation raisonnable : la Mémoire Organique. Et nous possédons, sans l’avoir éprouvé, le moyen d’expression de cette mémoire : la Formulation. Mais nul n’a pu en faire l’expérience avant la création du Closlieu et du Jeu de Peindre.
Ce livre présente le Jeu de Peindre, et la Formulation qui naît de ce jeu. La Formulation – un code structuré et universel, et composé d’un nombre établi d’éléments – se déroule selon des lois qui lui sont propres. Sa connaissance donne un nouveau regard sur la Trace et sur celui qui émet sa trace.
 
Le Jeu de Peindre
par Arno Stern - Editions Actes Sud
144 pages - 25 euros - ISBN 978-2-330-00010-3

*********

Quelques années après la fin de la Première Guerre mondiale, des dizaines de milliers de Russes ayant fui la révolution bolchévique sont installés en France.
Fiodor Zavalichine, aussi appelé Théo, en fait partie, mais contrairement à beaucoup de ses compatriotes il a plutôt réussi son intégration, et son travail de photographe lui permet de vivre correctement. Sa vie se déroule sans accrocs jusqu’au jour où il se rend dans une salle de cinéma parisienne pour assister à une projection du chef-d’oeuvre d’Eisenstein, Le Cuirassé Potemkine. Nous sommes en novembre 1926, et quand il découvre sur grand écran la reconstitution impressionnante de ce massacre dans le port d’Odessa, sa vie bascule.
Car en 1905, il avait pris part en tant que militaire à la répression de la mutinerie au sein de la flotte russe, sans avoir conscience de la gravité des faits. Maintenant, en voyant les images de ce film mythique, il est soudainement convaincu d’avoir participé à un crime… Il se précipite au commissariat le plus proche pour faire des aveux - dont la police française ne sait que faire - puis essaie de soigner ses remords et sa culpabilité dans un hôpital psychiatrique.
C’est là qu’il apprend dans les journaux le récit d’un horrible fait divers : sept femmes sont retrouvées égorgées dans une fosse commune à Deauville. Il attribue sans hésitation ce massacre à son ancien compagnon d’armes et grand mutilé, Ivan Domani, pour qui il avait justement accepté de faire des photos érotiques de sept jeunes créatures. Débute alors pour Théo un long périple chaotique, entre violence et rédemption, qui mettra notamment une jeune fille appelée Mado sur sa route… Potemkine ou Le troisième coeur est un livre stupéfiant, qui nous confirme plus que jamais que Iouri Bouïda occupe une place de choix dans la grande tradition littéraire russe.

Youri Bouïda est né dans la région de Kaliningrad en 1954. Il a publié depuis 1992 plusieurs romans en Russie, où son oeuvre jouit d’un très grand prestige. De lui, les Editions Gallimard ont déjà publié Le train zéro (Du monde entier, 1998, L’Imaginaire 2012), Yermo (Du monde entier, 2002), La fiancée prussienne et autres nouvelles (Du monde entier, 2005).

Potemkine ou le troisième coeur
par Iorui Bouïda, traduit (russe) par Sophie Benech - Editions Gallimard
174 pages - 17,50 euos - ISBN 978-2-07-012453-4

et, chez le même éditeur

Il est né sous Louis XV dans une Bretagne encore féodale ; il est mort en pleine révolution de 1848.
Au cours de cette longue existence ont passé les régimes et les constitutions. Il a beaucoup vécu et beaucoup vu depuis Combourg : le Paris révolutionnaire, les Indiens de Niagara, les taudis de Londres, Rome par deux fois, les corneilles de l'Acropole, les murs de Jérusalem. Et au milieu de ces tribulations, il a eu le temps de devenir le plus grand écrivain de sa génération. C'est aussi le premier " enfant du siècle " à être entré en politique sous la Restauration pour ne plus en sortir.
Il en a épousé les vicissitudes sans jamais renoncer à son idéal de liberté aristocratique, qui conjugue la tradition et le progrès, la légitimité royale et la citoyenneté, le double héritage de l'Ancien Régime et de la Révolution. C'est dire que pour ses contemporains, Chateaubriand fut souvent une énigme. Jean-Claude Berchet reconstitue ce parcours complexe dans une biographie magistrale qui tisse des liens continus entre le génie littéraire, la vie amoureuse et les passions politiques du grand homme.
Au fil des pages se dessine un portrait moral contrasté : le " bon garçon " de la famille et des intimes, ou le pair de France qui interpelle les rois ; le séducteur irrésistible et le fidèle adorateur de Juliette Récamier ; le poète de la mélancolie ou de la tendresse et le polémiste incisif de la Légitimité. De ce destin singulier que Chateaubriand a voulu styliser dans ses Mémoires, ce livre restitue les aléas imprévisibles et méconnus, autant dire le charme secret.

Jean-Claude Berchet est né en 1939. Agrégé de lettres classiques, il a été maître de conférences à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle et vice-président de la Société Chateaubriand.

Chateaubriand
Par Jean-Claude Berchet
1056 pages - 29,50 euros - ISBN 978-2-07-073518-1

et, toujours chez Gallimard,
 
La Roumanie ploie encore sous la terreur de Ceausescu et de ses services secrets quand la jeune Lola quitte sa province du sud pour s'installer à Timisoara, dans un foyer où elle partage un dortoir avec cinq autres jeunes filles.
Elle veut fuir cette misère que la narratrice, une de ses co-locatrices, croit encore lire sur son visage, faire des études, réussir malgré tout. Elle emprunte souvent des vêtements aux autres filles quand elle sort, à la rencontre des hommes, dans le parc. Elle couche aussi avec son professeur de gymnastique. Un jour, on la retrouve pendue dans son placard, avec la ceinture de la narratrice. Pourtant, cette mort misérable ne suffit pas pour la marquer du sceau de l'infamie : Lola sera aussi exclue à titre posthume du parti communiste, lors d'une cérémonie pompeuse.
La narratrice retrouve son journal intime dans sa valise, et ne croit plus à la thèse du suicide, tout comme Edgar, Kurt et Georg, avec qui elle forme bientôt un quatuor inséparable. Quand on lui dérobe le carnet de Lola, ce n'est que le début d'une longue série d'interrogatoires et de fouilles dont même l'amitié ne suffit pas à la protéger. La peur et le désespoir sont omniprésents dans sa vie quand elle rencontre ensuite Tereza, une ouvrière en qui elle essaie d'avoir confiance.
Jusqu'au jour où cette dernière obtient un permis de voyage en échange d'informations sur elle... Animal du coeur dépeint avec une grande force le régime de terreur de Ceausescu et ses conséquences sur de très jeunes vies. La trahison semble la seule échappatoire dans une société broyant tous ceux qui cherchent à échapper à la norme Mais dans ce roman puissant et douloureux, écrit dans une langue d'une richesse poétique inouïe, on peut aussi lire une interrogation sur la capacité de l'homme à résister à toute forme de normalisation et à sauver son humanité profonde.

Herta Müller, née en 1953 à Nitzkydorf, Roumanie, au sein de la minorité germanophone, vit en Allemagne depuis 1987. Elle est l'auteur de plusieurs romans, récits et essais, et son oeuvre fut couronnée par d'innombrables prix littéraires dont le plus prestigieux, le Prix Nobel de Littérature, en 2009. D'elle, les Éditions Gallimard ont déjà publié L'homme est un grand faisan sur terre (Folio n° 2173) et La bascule du souffle (Du monde entier, 2010).
 
Animal de coeur
par Herta Müller, traduit (allemand) par Claire de Oliveira - Editions Gallimard
240 pages - 18,90 euros - ISBN 978-2-07-012970-6
 
*********

Vingt-sept ans que ma Mère me phagocyte avec ses "je t'aime".
Vingt-sept ans qu'Elle me rabâche que la seule personne capable de m'aimer, c'est Elle. Vingt-sept ans qu'Elle m'étrangle avec son cordon sur lequel je tire vainement. Mais là, c'est fini, j'ai trouvé le courage de le trancher. Je vais faire ma vie loin d'Elle. Avec un autre qu'Elle. Enfin... Avec humour et dérision, Amandine Cornette de Saint Cyr, après Bonne à rien, paru aux éditions Anne Carrière, croque cette fois la dévoration maternelle.

Amandine Cornette de Saint Cyr a trente et un ans
 
Les dents de ma mère
par Amandine Cornette de Saint Cyr - Editions Plon
154 pages - 15 euros - ISBN 978-2-259-21516-9

*********

Le Suaire de Turin est l'icône religieuse la plus controversée au monde.
D'où vient-il ? De quand date-t-il ? L'empreinte de ce corps martyrisé est-elle celle du corps du Christ ? C'est à ces questions que vont être confrontés deux inspecteurs américains. Lancés à la poursuite d'un tueur en série qui enveloppe ses victimes d'un fin linceul blanc, leur enquête va les mener de Los Angeles jusqu'au Vatican. Mais leurs découvertes risquent d'ébranler les fondements même de la chrétienté...
Le Sang du Suaire est un roman extrêmement bien documenté, riche de péripéties et de multiples rebondissements qui s'enchaînent à un rythme effréné.

Sam Christer vit à Londres.
Après le succès de son premier livre, Les Héritiers de Stonehenge, traduit dans plus de 35 pays, Le Sang du Suaire est son deuxième roman, chez MA Editions
 
Le sang du Suaire
par Sam Christer, traduit (anglais) par Véronique Gourdon - Editions M.A.
480 pages - 20 euros - ISBN 978-2-822-400824

*********

"Je m'appelle jean Valjean. Je suis un galérien. J'ai passé dix-neuf ans au bagne. je suis libéré depuis quatre jours et en route pour Pontarlier qui est ma destination. Quatre jours que je marche depuis Toulon. Aujourd'hui j'ai fait douze lieues à pied. Ce soir en arrivant dans ce pays, j'ai été dans une auberge, on m'a renvoyé à cause de mon passeport jaune que j'avais montré à la mairie. J'ai été à une autre auberge. On m'a dit:- Va-t'en! Chez l'un, chez l'autre.
Personne n'a voulu de moi. J'ai été à la prison, le guichetier ne m'a pas ouvert. J'ai été dans la niche d'un chien. Ce chien m'a mordu et m'a chassé, comme s'il avait été un homme. On aurait dit qu'il savait qui j'étais. je m'en suis allé dans les champs pour coucher à la belle étoile. Il n'y avait pas d'étoile. J'ai pensé qu'il pleuvrait, et qu'il n'y avait pas de bon Dieu pour empêcher de pleuvoir, et je suis rentré dans la ville pour y trouver le renfoncement d'une porte.
Là, dans la place, j'allais me coucher sur une pierre, une bonne femme m'a montré votre maison et m'a dit: Frappé là. J'ai frappé. Qu'est-ce que c'est ici ? êtes-vous une auberge ? J'ai de l'argent, ma masse. Cent neuf francs quinze sous que j'ai gagnés au bagne par mon travail en dix-neuf ans. je paierai. je suis très fatigué, j'ai bien faim. Voulez-vous que je reste?- Madame Magloire, dit l'évêque, vous mettrez un couvert de plus.
" Cette collection se propose de rendre accessibles aux jeunes lecteurs de grandes oeuvres littéraires. Il ne s'agit jamais de résumés, ni de morceaux choisis, mais du texte même, abrégé de manière à laisser intacts le fil du récit, le ton, le style et le rythme de l'auteur.
 
Les Misérables - Classiques abrégés
par Victor Hugo - Editons Ecole des Loisirs
322 pages - 6 euros - ISBN 978-2-211-04199-7

*********

À l’instar des Voyages d’Alix dans le monde antique, la collection des Voyages de Jhen invite ses lecteurs à explorer l’époque médiévale, dans les pas du personnage créé par Jacques Martin. Chaque album propose une découverte documentaire très complète, par l’image et les mots, d’un peuple, d’un lieu ou d’une contrée du Moyen-Âge.
Edifiée en Normandie sur un îlot rocheux granitique, au sein d’une baie spectaculaire tour à tour découverte et recouverte par les marées de la Manche, l’abbaye du Mont Saint Michel est considérée comme l’un des chefs-d’oeuvre de l’art gothique. Dès le Moyen Age, le site est un lieu de pèlerinage réputé, qui attire des visiteurs venus de toute l’Europe. C’est à cette visite, en tout point extraordinaire, que nous convie le personnage créé par Jacques Martin, grâce au remarquable travail iconographique du dessinateur Yves Plateau.
 
Né à Strasbourg en 1921, sous le signe de la Balance, Jacques MARTIN découvre très tôt la bande dessinée au travers des grands albums allongés de Buster Brown, par Richard F. Outcault, publiés chez Hachette. C’est au verso de ces pages qu’il fait ses premiers dessins ; la plupart représentant des avions (son père était aviateur) ou des personnages moyenâgeux.
Cette passion pour le dessin naît en même temps qu'un goût immodéré pour l’Histoire. Son enfance chaotique se passe à cultiver ces deux jardins secrets en travaillant sans relâche à la maîtrise des techniques du dessin et à l'apprentissage de sa science de prédilection.

Aquarelliste et illustrateur indépendant,Yves Plateau s’est aisément intégré à l’équipe créée par Jacques Martin. Depuis lors, il travaille sur les Voyages d'Alix et la nouvelle série des Voyages de Jhen.
 
Les Voyages de Jhen : Le Mont Saint Michel
par Yves Plateau et Jacques Martin - Editions Casterman
56 pages - 12,90 euros - ISBN 978-2-203-01841-9

et, chez le même éditieur

Lucius Modestus, architecte romain en panne d’inspiration, découvre un passage à travers le temps qui le fait émerger au XXIe siècle, dans un bain japonais !!! Entre stupeur et émerveillement, Lucius parviendra-t-il à mettre à profit cette fantastique découverte pour relancer sa carrière ?
 
Thermae Roma I
par Mari Yamazaki, traduit (Japonais) par R. Sekiguchi et W. Labaere - Ed. Casterman
ISBB 978-2-203-04909-3

et, du même auteur, chez le même éditeur

Les aventures thermales de Lucius se poursuivent sur les chapeaux de roue. Si l’humour est toujours aussi présent (un orgueilleux citoyen romain pris pour un dieu japonais de la fertilité suite à un malentendu, puis enfermé dans l’enclos aux crocodiles d’un parc d’attractions, ou encore terrifié mais excité par sa première glissade sur un tobogan aquatique) notre architecte semble être de plus en plus dépassé par les événements : devenir un proche de l’empereur, s’est s’attirer l’inimitié de gens puissants. Lucius va-t-il se retourver au centre d’un complot politique ?

Thermae Roma II
par Mari Yamazaki, traduit (Japonais) par R. Sekiguchi et W. Labaere -
ISBB 978-2-203-04910-9
*********

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -