Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

En avril, ne te découvre pas d'un livre... (2 avril 2012)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


 
" Il y avait des individus qui se débrouillaient, qui risquaient leur vie pour leurs familles, pour leurs enfants.Certains habitants du ghetto étaient d'un courage incroyable, et très inventifs. Mes parents étaient de ceux-là, ils se battaient sans jamais penser à la mort qui leur était destinée" - Régine Frydman. Régine Frydman est une enfant du ghetto de Varsovie qui a, par miracle, échappé à la mort. Elle a huit ans en 1940 quand les Allemands décident d'enfermer 450 000 Juifs dans une enclave de cinq hectares, où ils vont être parqués et broyés à mort en l'espace de trois ans.
Régine n'aurait pas survécu si son père Abram Apelkir n'avait pas bravé le danger, risqué sa vie en sortant du ghetto pour trouver de la nourriture, caché sa famille chez des amis polonais en plein centre-ville et à la campagne, et même chez des religieuses. Régine Frydman mêle son récit à celui de son père. A deux, ils livrent un témoignage bouleversant des terribles événements dont ils ont été les témoins, les cadavres qui s'entassent sur les trottoirs, les descentes éclairs de la police allemande, les fusillades dans la rue, les enfants qui se battent pour un quignon de pain, les marches dans la neige pour échapper aux rafles et à la déportation, et enfin la joie de retrouver la liberté grâce aux troupes russes.
Un document rare.
 
Régine Frydman est née en 1932 à Varsovie.
Elle est arrivée en France en 1947 avec ses parents et sa soeur Nathalie, née en 1940 et cachée dans un orphelinat à Varsovie pendant la guerre. Son père, Abram Apelkir, est mort en 1991, lui confiant le récit de sa vie en Pologne, le legs d'une génération
 
J’avais 8 ans dans le ghetto de Varsovie
Par Régine Frydman - Editions Tallandier
250 pages – 17,14 euros - ISBN : 978-2-84734-810-1
 
********
 
C'est une journée ordinaire à Jérusalem, un attentat moyen : un kamikaze dans un café, six morts, deux jours d'info à la télévision.
Oui, depuis trois ans, l'horreur est devenue routine, et la Ville sainte va tout droit en enfer. Tal, elle, ne s'habitue pas. Elle aime trop sa ville et la vie. Elle veut mourir très, très vieille et très, très sage. Un jour, en plein cours de biologie, une ampoule s'allume au-dessus de sa tête, comme dans un dessin animé. Voilà des jours qu'elle écrit ce qu'elle a sur le cœur, ses souvenirs, la fois où elle a vu ses parents pleurer de joie, le jour de la signature des accords de paix entre Israéliens et Palestiniens, et puis la désillusion, la révolte, la terreur, et l'espoir quand même.
Ce qu'elle pense, ce qu'elle écrit, quelqu'un doit le lire. Quelqu'un d'en face. Elle l'imagine déjà, cette amie-ennemie inconnue aux cheveux noirs. Eytan, le frère de Tal, fait son service militaire à Gaza. Elle glisse ses feuillets dans une bouteille et la lui confie...
 
Née en France, Valérie Zenatti a passé son adolescence en Israël.
Elle a publié deux romans, En retard pour la guerre et Les Âmes sœurs (Éditions de l’Olivier). Elle est également auteur de livres pour la jeunesse. Une bouteille dans la mer de Gaza lui a valu de nombreux prix, en France et à l’étranger.
 
Une bouteille à la mer de Gaza
Par Valérie Zenatti - Editions L’École des loisirs
168 pages – 10 euros – ISBN 2-211-07275-5
 
********
 
Momo est un jeune garçon fasciné et adoré par sa grand-mère maternelle, Yolanda.
Dotée d’une forte personnalité, elle évolue dans un monde hanté par la nostalgie d’un faste révolu : celui du Caire où elle a tout laissé pour reconstruire sa vie en Israël, à Tel-Aviv. Il y a aussi grand-père Georges à qui il manque une jambe, toujours le nez plongé dans ses livres, qui a déménagé après s’être fait mettre à la porte par sa femme, Yolanda. Que s’est-il passé entre ces deux-là ? Et pourquoi refuse-t-elle même de prononcer son nom ? Qui était Yaakov, qui brisa le coeur de la jeune Yolanda ? Dans cette famille haute en couleur, les personnages se succèdent : grand-mère Nour, originaire de Damas, jalouse des liens qu’entretiennent Momo et la cairote, et la tante Havatselet, que tous méprisent et qui peint des natures mortes à l’image de sa vie figée. Malgré son amour pour sa famille, Momo partira vers sa terre promise : Paris.
De promenades solitaires en bars bruyants, il finira par y rencontrer l’amour et laisser éclore le rigolo en lui dans les bras du beau Shauli. D’une plume sensible, émouvante et extrêmement drôle, Moshe Sakal nous fait pénétrer l’univers d’une famille cosmopolite chargée de secrets. En dressant le portrait d’une grand-mère aimante, excentrique et pleine de contradictions, c’est toute la société israélienne contemporaine qu’il déflore, ses maux, ses peurs et ses espoirs.
 
Moshe Sakal est né à Tel-Aviv en 1976 dans une famille séfarade d’origine cairote et damascène.
Il a vécu six ans à Paris où il a étudié à l’Inalco avant de regagner sa ville natale en 2006. Il a publié un recueil de nouvelles et trois romans, dont Yolanda. Il écrit régulièrement des critiques littéraires et des chroniques culturelles dans le quotidien israélien Haaretz. Son carnet de voyage au Maroc a récemment été publié en feuilleton dans le supplément littéraire du journal. Depuis 2008, il dirige des programmes de soutien aux éditeurs israéliens.
 
Yolanda
Par Moshe Sakal, traduit (hébreu) par Valérie Zenatti – Editions Stock  
272 oages – 21-50 – ISBN 978-2-234-07162-9
 
*********
 
Au moment historique où le peuple juif retrouvait sa terre ancestrale avait lieu une découverte archéologique - celle des manuscrits de la mer Morte, en 1947 - qui bouleversait nos connaissances sur la société juive à l'époque de Jésus.
S'interrogeant sur cette troublante concomitance, Salomon Malka a voulu savoir comment les premiers penseurs sionistes, puis les chercheurs israéliens contemporains, ont été amenés à réviser fondamentalement le discours juif sur Jésus. Dans cette enquête passionnante, Salomon Malka évoque Joseph Klausner qui fut le premier, dans les années trente, à réinterpréter en hébreu les Evangiles, en restituant " l'odeur du paysage " culturel et religieux qui les a vus naître.
Dans le sillage de ce précurseur, de nombreux savants et philosophes juifs vivant en Terre Sainte - David Flusser, Martin Buber, André Chouraqui, etc. - ont travaillé sur le personnage historique du juif Jésus. Certains ont vu en lui un essénien, d'autres un résistant zélote, d'autres encore un simple rabbin original ou un hassid... Tous, cependant, le considèrent comme l'un des leurs. Salomon Malka nous introduit aussi dans les méandres du Talmud, où le Nazaréen apparaît à plusieurs reprises, et nous révèle le projet inouï d'une révision du procès de Jésus, proposé à la Cour suprême d'Israël en 1948.
Au terme de ce périple captivant, riche d'informations inédites, l'énigme Jésus nous apparaît plus actuelle que jamais, et son message retrouve pleinement sa tonalité juive originelle.
 
Salomon Malka, journaliste, est l'auteur, entre autres, de Lire Lévinas et de Monsieur Chouchani.

Jésus rendu aux siens. Enquête en Israël sur une énigme de vingt siècles
Par Salomon Malka – Editions Albin Michel
230 pages – 14,90 euros - ISBN 2-226-10731-2
 
Et, chez le même éditeur
 
Quelle est la différence entre une croyance et la religion ? Nul n’a vu Dieu : l’homme l’a-t-il inventé ? D’où vient le mot « Dieu » ? Pourquoi Dieu a-t-il créé le monde ? Dieu est-il lié par ses propres lois ? Jésus a-t-il « fauté » avec une ou des femmes ? Pourquoi le Pape se fait-il appeler « Très Saint Père » ? Depuis de nombreuses années, Odon Vallet répond aux questions des lecteurs du Monde des religions.
Il réunit ici ces questions et leurs réponses, courtes et à la portée de tous. Il permet ainsi au plus grand nombre de trouver des repères simples au sein du labyrinthe des religions. L’ouvrage est illustré d’une vingtaine de dessins humoristiques de Georges Million, ce qui en fait un petit livre éducatif et ludique, à offrir et à s’offrir.
 
Odon Vallet, spécialiste des religions, a enseigné à la Sorbonne, à Sciences-Po, à l’ENA… Il est l’auteur chez Albin Michel de plusieurs livres dont Petit lexique des mots essentiels, Petit lexique des guerres de religions; Petit lexique des idées fausses sur les religions. Georges Million, né en 1950, est un dessinateur reconnu, dont les dessins d’actualité paraissent régulièrement dans Les Échos, Témoignage chrétien, Le Dauphiné libéré, etc.
Il a publié une dizaine de recueils de ses oeuvres.
 
Dieu et les religions en 101 questions-réponses
Par Odon Vallet
198 pages – 11,90 euros - ISBN 978-2-226-24075-0
 
********
 
Ils s'appellent Jacques, Alexis, Fanny, Stéphane, Francis...
Malgré leur grand âge, ils aiment rire, boire et danser. Chaque semaine, dans un café parisien, ils se retrouvent pour évoquer les années noires de la guerre. Tous ont pris les armes dans le maquis, tous ont résisté très jeunes et dès la première heure. Tous sauf Saintonges, le sulfureux Saintonges, dont les secrets, en remontant au grand jour, vont libérer leur puissance néfaste. La mort de Francis Delorme met le feu aux poudres.
Son petit-fils doute qu'elle soit accidentelle. Il demande une enquête discrète à un ami d'enfance qui va, sans le vouloir, déchaîner des forces obscures. Un fil souterrain relie la Seconde Guerre mondiale aux événements contemporains. Comme en 1943, quelques individus ont le pouvoir de détruire ou de sauver l'humanité. Et comme aux heures les plus sombres, ceux qui s'engagent dans un combat désespéré rencontrent l'amour sur leur chemin.
De la Résistance au péril nucléaire, Chochana Boukhobza puise dans des sources historiques la matière de son roman. Autour de la mémoire perdue et de sa résurgence, autour d'une fureur qui ne s'apaise jamais, une oeuvre haletante et traversée par le souffle de l'Histoire.
 
Chochana Boukhobza a obtenu le prix Méditerranée en 1986 pour son roman Un été à Jérusalem (1988).
Depuis, elle a publié Le Cri (1987) et Sous les étoiles (2001), et a obtenu le prix Wizo pour Le Troisième Jour (Denoël, 2010, Folio 2012).
 
Fureur
Par Chochana Boukhobza - Editions Denoël
408 pages – 20 euros – ISBN 978-2-207-11198-7
 
********
 
Ceci n'est pas un manuel de traduction, mais un guide de voyage.
Il n'y est pas question de méthode ni de techniques, mais des bananes qui ont poussé dans l'Evangile selon saint Matthieu, ou encore du poisson Babel, merveilleuse créature extraterrestre qu'il suffit de s'enfoncer dans l'oreille pour comprendre aussitôt toutes les langues de l'univers. Autrement dit, de ce que peut et de ce que fait la traduction dans tous les domaines où elle intervient, du jeu littéraire à la diplomatie en passant par le tourisme, la science-fiction ou le sous-titrage.
Qu'est-ce qu'une "belle infidèle" ? Pourquoi existe-t-il plusieurs traductions valables d'un même énoncé ? A quoi servaient les premiers dictionnaires ? Comment savoir si vous lisez une traduction ou un texte original ? Pourquoi l'adjectif "ble" n'a-t-il pas d'équivalent en russe ? Par quel truchement nous est parvenu le mot "truchement" ? Y a-t-il de l'intraduisible ? Combien cette phrase compte-t-elle de mots ? En quoi le procès de Nuremberg a-t-il marqué une étape décisive dans l'histoire de l'interprétation ? Comment traduire le mot américain jazzercise en araméen ? L'hégémonie de la langue anglaise est-elle un danger pour la diversité linguistique ? Telles sont, parmi bien d'autres, les questions que le lecteur se pose dans ce livre, guidé de plume de maître par David Bellos, lui-même traducteur chevronné et biographe reconnu.
Un périple érudit et humoristique au merveilleux pays des mots, où l'on croise le comédien Chaplin et le philosophe Austin, Christophe Colomb et saint Jérôme, mais aussi Marot, Kafka, Perec ou Makine… Un livre malin et savoureux pour tous les amoureux de la langue et tous ceux qui aiment qu'on leur raconte des histoires.
 
David Bellos est professeur de littérature française et comparée à Princeton University (USA), où il dirige le cursus de traduction et de communication interculturelle.
Il est l'auteur d'une "trilogie française", Georges Perec. Une vie dans les mots (1994, Prix Goncourt de la biographie), Jacques Tati. Sa vie et son art (2002) et Romain Gary. A Tall Story (2010). David Bellos est aussi traducteur : parmi ses travaux figurent la version anglaise de La Vie mode d'emploi et plusieurs romans d'Ismail Kadare qui lui ont valu de remporter en 2005 le prestigieux Man Booke International Award.
 
Le Poisson et le Bananier L'histoire fabuleuse de la traduction
Par David Bellos – Editions Flammarion 
396 pages – 22,90 euros - ISBN 978-2-08-125624-8
 
********
 
5 mai 2012. Demain aura lieu le second tour de l'élection présidentielle mais ce soir, dans la fébrilité de cette attente, Jipé fête ses cinquante ans. Parmi ses invités, Pierre et Jeanne. Ils ne se sont pas vus depuis trente ans et pourtant n'ont rien oublié de l'amour qui les avait fait trembler alors. Cette nuit-là, le cours de l'histoire peut changer. Second tour ou les bons sentiments est un roman politique et un roman d'amour, à moins que ce ne soit l'inverse.
 
Isabelle Monnin est l’auteur d’un premier roman encensé par la critique, Les Vies extraordinaires d’Eugène (finaliste du Prix Goncourt du Premier roman), et d’ Ils sont devenus français, coécrit avec Doan Bui (tous deux parus chez Lattès en 2010).
Elle est grand reporter au Nouvel Observateur.
 
Second tour ou les bons sentiments
Par Isabelle Mounnin - Editions JC Lattès
220 pages – 18 europs - ISBN  978-2-7096-3691-9
 
 
********
 
De la révolution bolchevique à la guerre froide, de la perestroïka à l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, la Russie a connu durant le XXe siècle des événements décisifs, aux répercussions géopolitiques majeures.
Quel regard porter sur ces années cruciales qui ont engendré l'une des plus grandes ruptures de l'Histoire ? Pour mettre en lumière le passé et décrypter les enjeux que doit affronter la jeune Fédération de Russie, deux hommes, intimement marqués par le Siècle rouge, échangent leur expérience et leur analyse. L'un, Vladimir Fédorovski, diplomate russe, a subi de l'intérieur le système totalitaire et participé à sa destruction ; l'autre, Alexandre Adler, intellectuel européen d'abord séduit par le communisme, a finalement perdu ses premières illusions.
Deux itinéraires et deux points de vue, tantôt convergents, tantôt divergents, qui posent un regard neuf sur les leaders et les rouages du Siècle rouge, et interrogent sans tabou la Russie d'hier et d'aujourd'hui.
 
Spécialiste des questions de géopolitique internationale contemporaine, Alexandre Adler est, entre autres, éditorialiste au Figaro et à Europe 1.

Porte-parole du Mouvement des réformes démocratiques en Russie lors des grands bouleversements à l'Est et auteur de plusieurs best-sellers internationaux, Vladimir Fédorovski est aujourd'hui l'écrivain d'origine russe le plus édité en France.
 
Le Roman du Siècle Rouge
Par Alexandre Adler et Vladimir Fédérovski – Éditions du Rocher
214 pages -  19,90 euros - ISBN 978-2-268-07289-0
 
********
 
 
Les Misérables tomes 1 & 2
Par Victor Hugo Editions Point de vue
ISBN
 
********
 
Car déjà le monde grésille, déjà les archiducs sont en rang, déjà quelque chose bégaye, et fabrique tout ce qu'il faut d'obus et de canons.
C'est une surprise la guerre, qui se prépare. Les grands fronts se penchent et hochent. La peur épluche les fautes, repasse les plis, trépigne. On prépare son prêche. Le gril est prêt, la truelle racle le mur, on va pouvoir rompre la chair comme du pain.
 
La bataille d'Occident
Par Eric Vuillar- Editions Actes Sud
180 pages – 19 euros – ISBN 978-2-330-00244-2
 
Et, du même auteur, chez le même éditeur,
 
Regarde ! Ce sont les puissances d'Europe telles que Dieu les a faites et telles que moi j'ai épousseté leurs os et tendu leur peau toute blanche.
Elles faisaient bien ce qu'elles voulaient de leurs domestiques et de leurs nègres, eh bien moi, je dispose de leurs grandes carcasses héroïques ; j'en fais ce qui me plaît. Je les ressuscite et je les montre, là, comme des singes de cirque, grands singes vainqueurs dans un océan de misère.
 
Eric Vuillard, né en 1968 à Lyon, est écrivain et cinéaste.
Il est 1'auteur de quatre livres : Le chasseur (Michalon, 1999) et, aux éditions Léo Scheer, Bois vert (2002), Tohu (2005) et Conquistadors (2009).
 
Congo
96 pages – 15 euros – ISBN 978-2-330-00619-8
 
********
 
5 juillet 1962 : l'Algérie est officiellement indépendante. Mais à Oran, la liesse et les défilés de voitures chargés de musulmans vont se transformer en un véritable massacre. Il suffira d'un coup de feu, encore sujet à polémiques (a-t-il été tiré par l'OAS ou par le FLN ?), pour que la chasse aux pieds-noirs s'ouvre dans toute la ville. On égorge, on tue au revolver ou à la mitraillette, on pénètre dans les magasins et les appartements. Ce massacre fera plusieurs centaines de morts et de disparus chez les civils européens, le bilan reste inconnu chez les musulmans.
Après huit années de conflit, d'attentats, de tueries et de pressions psychologiques intenses menées par l'OAS, l'heure est venue de la vengeance. Ceux qui ne meurent pas lynchés sont conduits dans des centres d'exécutions de masse. Les 18 000 soldats français, cantonnés dans la ville, attendront de longues heures avant de recevoir enfin l'ordre d'intervenir. Lorsqu'ils sortent enfin de leurs casernes, les cadavres jonchent la ville...
Le massacre du 5 juillet aurait fait près de 700 victimes, dont plusieurs centaines de disparus qui n'ont jamais été recherchés. Aujourd'hui, leurs familles n'espèrent plus mais souffrent toujours. 50 ans après ce drame, Guillaume Zeller livre enfin le récit inédit, impartial et précis des événements, en s'appuyant sur des témoignages exclusifs de survivants, de leurs familles, de témoins, et sur des archives inédites, en particulier celles de l'ambassade de France en Algérie.
Il révèle tous les tenants et les aboutissants de cette tragédie méconnue
 
Guillaume Zeller, spécialiste de la guerre d'Algérie, était chargé d'enquêtes au Service historique de l'Armée de Terre.
Egalement journaliste, après avoir été le rédacteur en chef-adjoint du quotidien Direct Soir, il est aujourd'hui directeur de la rédaction de Direct 8
 
Oran 5 juillet 62 
Par Guillaume Zeller – Editions Tallandier 
200 pages - 16,90 euros – ISBN 978-2-84734-899-6
 
Et, toujours sur la Guerre d’Algérie,
 
Pour la première fois, Jean-Jacques Susini accepte de raconter l'épopée de l'OAS telle qu'il l'a vécue.
Les historiens connaissent la partie émergée de l'organisation, mais Jean-Jacques Susini nous fait entrer dans sa vie clandestine. Pendant quinze mois, avec le général Salan, le lieutenant para Degueldre, les activistes Lagaillarde, ou Ortiz et tous les membres de l'organisation clandestine, Susini a tenté de renverser la situation et d'empêcher la prise de pouvoir du FLN.
 
Ancien journaliste au Monde, ancien professeur associé à l'université Paris-II, Bertrand Le Gendre se consacre aujourd'hui à l'écriture.
Son premier livre paraît en janvier 2012 chez Denoël sous le titre 1962, l'année prodigieuse.
 
Confessions du numéro 2 de l'OAS 
Bertrand le Gendre et Jean-Jacques Susini - Editions les Arènes
184 pages – 17,50 euros – ISBN 978-2-352-04188-7
 
Et encore,
 
Une petite ville d'Algérie, pendant la guerre.
Le narrateur a huit ans. Il joue, une après-midi de juin, avec ses camarades dans la cour de la minoterie où son père travaille. Le chauffeur de l'usine leur propose de les emmener avec lui pour faire un tour dans la montagne où il leur est pourtant interdit d'aller à cause des événements. Inquiet, le jeune narrateur refuse et les laisse partir. Le soir arrive, ils tardent à revenir. Une patrouille militaire part à leur recherche.
C'est le début d'un drame qui bouleversera l'auteur pour la vie.
 
Jean-Noël Pancrazi est l'auteur de plusieurs romans et récits, parmi lesquels Les quartiers d'hiver, Tout est passé si vite et Madame Arnoul.

La Montagne
Par Jean Noel Pennazi – Editions Gallimard .
90 Pages – 10 eurtos - ISBN : 978-2-07-013714-5
 
********
 
Nigéria, 2004-2010 : un pays dévasté par les compagnies pétrolières, la corruption des élites et la violence de la guérilla.
Benjamin Dufrais et sa collègue Megan, médecins de MSF, tentent de lutter contre la malnutrition et d'aider les réfugiés. Mais ils se retrouvent pris dans la tourmente d'intérêts géopolitiques et de guerres intestines qui les dépassent. L'enjeu : une petite fille dont l'ADN peut changer le monde. Chacun veut mettre la main sur cette fillette-talisman. Comment la protéger et comment ne pas sombrer avec elle dans le chaos de ce pays sanglant ? Un thriller original dont les thèmes rejoignent ceux de nombreux essais politiques et économiques actuels, notamment quand Molas évoque la Françafrique, la corruption des élites africaines, les catastrophes écologiques déclenchées par des multinationales sans scrupule
 
Aurélien Molas, 26 ans, est né à Tarbes.
Scénariste, il a notamment travaillé avec André Téchiné. Il est l'auteur d'un premier roman remarqué par la critique et les libraires : La onzième plaie.
 
Les fantômes du Delta
par Aurélien Molas - Editions Albin Michel
526 pages - 22 euros - ISBN 978-2-226-23996-2
 
*********
 
Comment trouver l'énergie nécessaire pour lutter contre la maladie, celle dont on n'ose prononcer le nom tant il fait peur : le cancer ? Comment trouver la force quand tout s'écroule, que l'on perd ses repères, que le quotidien bascule dans l'inconnu ? Comment accueillir le soutien de ses proches quand on sombre dans la solitude, qu'on se sent une étrangère parmi les siens ? Comment préserver son mari et continuer de sourire à son petit garçon ? Comment répondre à toutes ces questions souvent sans réponse : pourquoi moi ? Vais-je souffrir ? Aurai-je encore des enfants ? Comment accepter mon corps que les traitements dégradent et supporter de ne plus être désirée ? Le combat contre la maladie est toujours un combat solitaire.
Mais grâce à la chaleur du cercle familial, au soutien des proches, au regard pétillant et à la tendresse de son enfant, Ségolène de Margerie trouvera ce qu'elle appelle sa "flamme de vie", cette petite flamme qui lui permettra d'espérer, de garder malgré tout le goût de la vie. En racontant son histoire exceptionnelle, Ségolène de Margerie nous prouve que rien n'est impossible, que les pires épreuves peuvent être surmontées.
 
Jeune mariée et mère de famille, Ségolène a 26 ans lorsqu'elle apprend qu'elle a la maladie de Hodgkin, "le cancer des ganglions".
Commence alors un long combat pour surmonter la maladie et avoir d'autres enfants.
 
Encore combien de jours, Maman ? Le combat d'une femme contre le cancer pour redonner la vie
par Ségolène de Margerie - Editions Jacob-Duvernet
306 pages - 20 euros - ISBN 978-2-84724-394-9
 
*********
 
Cuba, 1993. C'est la crise, on ne trouve plus grand-chose à manger, et faute de carburant tout le monde roule à vélo. Julia, la narratrice, est une jeune prof de maths, qui enseigne dans un lycée technologique. Elle navigue entre trois hommes, trois histoires, toutes différentes, et qui vont se retrouver curieusement mêlées. Euclides, son ancien prof de faculté, ex-amant, est brisé par l'exil de ses enfants. Angel est un bel amoureux qui en outre dispose d'un appartement dans le quartier du Vedado, en plein centre-ville - un luxe rare à l'époque.
Leonardo est un écrivain à lunettes, grand amateur de rhum et affabulateur de première. Tous ces personnages sont fascinés par l'histoire d'un certain Antonio Meucci, un Italien émigré à La Havane qui aurait inventé le téléphone avant Graham Bell. Tous souhaitent récupérer le document original qui permettrait de prouver définitivement l'antériorité de l'invention de Meucci sur celle de Bell. Mais surtout, et c'est le plus important : tous mentent, par jeu, par intérêt, par ennui.
Coincée entre les trois hommes, la narratrice cherche à démêler le vrai du faux, tout en pratiquant la survie active et quotidienne dans un pays au bord du gouffre. Dans cette histoire racontée comme une énigme mathématique, Karla Suárez met en scène avec brio une société épuisée, à court de vivres et de rêves, où chacun s'efforce cependant de garder intact tout ce qui peut rendre la vie supportable - l'amour, l'amitié, l'avenir...
 
Karla Suarez est née à La Havane en 1969. Elle est ingénieur en informatique et vit actuellement à Lisbonne. Elle est l'auteur de Tropique des silences (prix du Premier Roman en Espagne) et de La Voyageuse.
 
La Havane année zéro
par Karla Suáres, traduit (espagnol) par Françoise Gaudry - Editions Métaillé
252 pages - 19,50 euros - ISBN 978-2-86424-861-3
 
*********
 
Voyage en Éthiopie et autres écrits africains est un récit de voyage d’une grande plume de la littérature italienne du XXe siècle.
Il s’agit d’un recueil d’articles écrits en 1939 par Curzio Malaparte pour le grand quotidien italien Corriere della sera. L’écrivain entendait rendre compte de« l’italianisation » de l’Éthiopie après sa conquête par le régime fasciste. Le livre emmène le lecteur dans une Éthiopie imaginaire et réelle à la fois ; les paysages y sont abstraits et concrets ; les lieux y sont personnifiés et les hommes réduits parfois à de simples choses.
Perdant ses repères, le lecteur n’a pas l’impression de lire un reportage mais de pénétrer dans un monde unique : celui d’un grand auteur. Les faits, pourtant, sont présents et tout à fait réels : combats avec les rebelles éthiopiens, vie des villages, rencontre de certaines autorités de l’administration coloniale… Malaparte nous étonne à chaque page par une accumulation d’images surprenantes, inoubliables.
C’est bien plus qu’un récit journalistique, chaque scène devenant unique, épique. L’écriture procède par accumulation de visions ; le voyage devient hallucination. L’Éthiopie nous est livrée comme un immense théâtre aux décors changeants, qui décline ses couleurs au gré du parcours du soleil. À la lecture de certains passages plus idéologiques, impossible de faire la part de ce qui est dû au contexte fasciste, à l’expression d’une véritable pensée ou encore à une simple esbroufe, le doute étant toujours permis avec Malaparte.
Il est certain, en tout cas, que ces discours sont prétextes à littérature. Jointe à ce récit, on lira la correspondance entre Malaparte et le Corriere della sera. Non seulement il ne donna de lui aucune nouvelle durant des mois, mais il remit ses articles longtemps après la date convenue. On ne peut qu’admirer l’incroyable liberté et l’audace de l’écrivain.
 
Né à Prato près de Florence en 1898, Curzio Malaparte (1898-1957) est l'un des grands écrivains italiens du vingtième siècle.
Il rejoint à seize ans l'armée française, est blessé en Champagne et se voit décoré de la croix de guerre avec palme. De retour en Italie, il mène une carrière d'écrivain, de correspondant de guerre et de journaliste. Ses écrits engagés, Technique du coup d'état (1933), Le soleil est aveugle (1940), Kaputt (1943) lui valent d'être tour à tour déporté, censuré et assigné à résidence par les régimes fasciste et nazi.
De sa participation aux combats pour la libération de l'Italie, il tirera en 1949 La Peau.
 
Voyage en Ethiopie
par Curzio Malapate, traduit (italien) par Laura Brignon - Editions Arléa
260 pages - 20 euros - BN 978-2-869-59955-0
 
*********
 
Silvio’s Glam Democracy de Gerardo Maffei n’entend pas reproduire un langage, mais le réinventer, en transformant le matériau brut du quotidien en objet d’art. Silvio’s Glam Democracy ne se veut pas un instant-play, mais un projet de poésie civile dont la fonction démystificatrice et désacralisante s’étend au-delà de la conjoncture politique immédiate. Ce n’est pas un hasard si sa publication a lieu précisément au moment où une époque (celle de la domination incontestée de Silvio Berlusconi) semble toucher à sa fin. Le vrai problème en fait tient dans la lente et inexorable accoutumance des peuples à la “Glam Democracy” : la démocratie n’est plus la défense des droits des citoyens ou la construction de mondes plus justes, mais une identification passive à la rock-star politique de service. Gerardo Maffei choisit sciemment de publier sa nouvelle œuvre en France, pendant les élections, en constatant comme le puissant virus de la Glam Democracy se diffuse rapidement dans la plupart des états occidentaux. C’est la conséquence directe de ce « génocide des cultures », pour parler comme Pier Paolo Pasolini, qui a tué l’être, pour le remplacer par l’image spectaculaire.
Gerardo Maffei est auteur dramatique, acteur et metteur en scène de théâtre italien. Personnage controversé, descendant des poètes satyriques Ludovico Sergardi et Alessandro Tassoni, il est un narrateur attentif et sensible au monde contemporain. Son parcours de recherche théâtrale l’amène à mêler les codes et les registres d’expression. Parmi ses dernières mises en scène on signalera: Memorie di Barry Lyndon, d’après W.M. Thackeray, La Brouette de Luigi Pirandello et Silvio’s Glam Democracy, qui sera présenté en avant-première du 8 au 12 mars 2012 à la Galerie Kiron à Paris.
 
Silvio's Glam Democraty
par Gerardo Maffei, traduit (italien) par Olivier Favier - Editions du Félin
124 pages - 10 euros - ISBN 978-2-866-45774-7
 
*********
Il est vrai que Charles IX ne fut pas un roi comme les autres et qu’il n’aurait pas laissé un grand souvenir s’il n’avait ordonné, en août 1572, le massacre de la Saint-Barthélemy, carnage qui horrifia l’Europe, à l’exception du pape et des Espagnols qui y virent, eux, la bienheureuse volonté de Dieu.
Cette décision n’était pas la sienne mais celle de sa mère, la redoutable Catherine de Médicis qui utilisa toute sa vie sa nombreuse progéniture pour assouvir son appétit dévorant de pouvoir : dès qu’un de ses fils mourait, elle poussait illico le suivant sur le trône de France. Charles IX avait 22 ans à l’époque, et il ne possédait ni la cruauté, ni la détermination, ni la force morale d’assumer un crime aussi horrible.
Accablé par le poids de sa faute, il sombra dans une folie qui le conduisit en quelques mois à la maladie et à la mort
 
Jean Teulé est l’auteur d’une dizaine de romans.
Je, François Villon a reçu le prix du récit biographique. Le Magasin des Suicides a été traduit en quatorze langues et fera l'objet d'une adaptation cinématographique au printemps 2012. Darling fut adapté au cinéma. Le Montespan, prix Maison de la Presse, a été élu parmi les vingt meilleurs livres de l’année 2008 par la rédaction du magazine Le Point.
 
Charly 9
par Jean Teulé - Editions Pocket
224 pages - 6;10 euros - ISBN 978-2-266-22015-6
 
*********
 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -