Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour juin qui tire vers sa fin (28 juin 2012)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Une superbe biographie de l'épouse de Franklin D. Roosevelt, président des Etats-Unis entre 1932 et 1945. Un parcours marqué par des drames personnels, deux passions amoureuses et des actions humanitaires.
Jamais une First Lady n'a été aussi populaire qu'Eleanor Roosevelt. Née en 1884 dans une famille de l'aristocratie américaine protestante, elle épouse à vingt-deux ans, un cousin éloigné, Franklin Delano Roosevelt, futur président des États-Unis, l'homme du New Deal et de Yalta. À ses côtés, elle fait campagne pour défendre ses réformes, en le poussant parfois à aller plus loin. Pour la première fois, elle donne une dimension politique au rôle d'hôtesse de la Maison Blanche en défendant sans relâche les plus démunis, les femmes, les pauvres et les Noirs. Mère de six enfants, partenaire fidèle de son mari, elle mène en parallèle une vie indépendante, parfois choquante, souvent surprenante.

Grâce à des témoignages inédits, Claude-Catherine Kiejman nous brosse le portrait d'une femme altière, engagée, passionnée, critiquée, mais toujours étroitement associée à la destinée de son pays. Au fil de cette biographie, on suit pas à pas le destin singulier d'une femme de tête dont la vie se confond avec l'histoire des États-Unis.
 
Longtemps journaliste à France-Culture, Claude-Catherine Kiejman a collaboré à de nombreux journaux, dont Le Monde et L'Express. Elle est déjà l'auteur de plusieurs biographies, dont Clara Malraux l'aventureuse 2008.
 
Eleanor Roosevelt First Lady et rebelle
de Claude-Catherine Kiejman - Editions Tallandier
256 pages - 19,90 euros - ISBN 978-2-84734-936-8
 
*********
 
“Je suis le ciel étoilé des moissons.” Le poète qui écrit cela paraît pourtant l’avoir perdue, sa bonne étoile. Voyez plutôt : Yannis Ritsos naît en Grèce dans une famille de nobles propriétaires terriens, mais sa jeunesse est marquée par la ruine économique, des drames familiaux et la maladie. Proche du parti communiste grec, il aspire à un idéal de fraternité, mais la dictature dévaste son pays. C’est dans ce contexte désespéré que le poète écrit l’une de ses plus belles oeuvres, jusqu’alors inédite en français : Symphonie du printemps. Un hymne à l’amour, à la nature, à la vie. À mes yeux, un antidote à la crise. Dans la situation douloureuse que connaît la Grèce, le lyrisme explosif de Yannis Ritsos est une tentative de libération par l’imaginaire. Le poète danse à deux pas de l’abîme, les bras tendus vers les étoiles.
 
Né à Monemvassia, en Grèce, le 1er mai 1909. Ses combats contre la droite fasciste et la junte militaire, l’expérience de la prison, l’exil ne l’empêcheront pas de mener à bien une oeuvre qui fait de lui l’une des grandes voix de la poésie universelle. Il meurt en 1990. Symphonie du printemps, publié en 1938, a été mis en musique par Mikis Theodorakis en 1984.
 
Symphonie du printemps
de Yannis Ritsos, traduit du grec par Anne Personnaz - Editions Bruno Doucey
144 pages - 14,50 euros - ISBN 978-2-362-28029-9
 
 
*********
 
 
Quand Ryszard Kapuscinski arrive comme journaliste à Accra, la capitale du Ghana, il ne peut soupçonner que ce voyage sera le début d'une passion qui ne le quittera plus. Pendant des années, ce grand reporter, observateur exceptionnel, sillonne le continent noir, habite les quartiers des Africains, s'expose à des conditions de vie qu'aucun correspondant occidental n'aurait acceptées.
Car Kapuscinski s'intéresse surtout aux gens. Le tumulte de la vie quotidienne le passionne.
Ce livre majeur a reçu le prestigieux prix littéraire italien Viareggio.
 
Né en Pologne en 1932, Ryszard Kapuscinski manifeste précocement une certaine méfiance à l'égard de l'histoire officielle. À défaut de pouvoir suivre des études de philosophie, enseignement retiré des programmes à l'université de Varsovie, il se tournera vers l'histoire. Reporter, correspondant pour l'Agence de presse polonaise jusqu'en 1981, il parcourt le monde depuis l'Asie jusqu'en Amérique latine, en passant par l'Afrique et le Moyen-Orient, couvrant des dizaines de guerres et autant de révolutions tiers-mondistes.
Le Négus, relatant la chute de l'empereur d'Éthiopie en 1974 et Le Shah, racontant celle du Shah d'Iran destitué six ans plus tard, sont considérés comme ses deux textes majeurs ; ses ouvrages suivants sont couronnés par de nombreuses récompenses françaises et internationales. Il reçoit en 1993 le Prix de la foire du Livre de Leipzig pour Imperium ; en 2000, Ébène est élu Meilleur Livre de l'année par la rédaction de Lire, couronné par le prestigieux prix italien Viareggio et par le Prix espagnol Tropiques attribué par le Sénat français. Le Prix Principe de Asturias de Comunicacion y Humanidades lui rend hommage en 2003 pour l'ensemble de son œuvre.
Renommé pour ses reportages sur les dérives du tiers-monde et sur l'empire soviétique, Ryszard Kapuściński est décédé à Varsovie le 23 janvier 2007
 
Ebène. Aventures africaines
de Ryzard Kapuśiński, traduit du polonais par Véronique Patte - Editions Pocket
380 pages - 6,10 euros - ISBN 978-2-266-11458-5
 
Et un autre livre sur l'Afrique :
 
«À la une, la photo d'une foule en liesse... En bas, dans le coin gauche, quelqu'un lève deux doigts. C'est Pélagie. À sa gauche, c'est moi, Kimia... C'était le 15 août 1960. La nuit de notre Indépendance... Pour Pélagie et moi, il s'agissait plus d'une occasion de réjouissance que d'une date historique.» Suit le récit d'une amitié liant deux jeunes femmes que l'évolution de leurs pays va séparer un temps. Amitié profonde, complexe, sillonnée de rivalités, de jalousie et, surtout, mue par une indéfectible solidarité au cœur d'un monde divisé.
Entre Pélagie et Kimia, un Moundélé, comme on appelle les Blancs, là-bas! Mais ne serait-il pas, lui aussi, un enfant de Poto-Poto?... Doublant l'intrigue amoureuse, une plongée dans les consciences de trois êtres dont les identités se forgent à la fusion des boues et des glaises des sols d'Afrique et d'ailleurs. À contre-courant des clichés, l'auteur, à l'écriture dépouillée, rapide, cinématographique, nous offre trois palpitants destins en perpétuels dialogues.
De l'Europe aux États-Unis, ce trio fiévreux de passion et d'intelligence reste uni par une aspiration commune, le désir de s'assumer et de se dépasser, que traversent les parfums et les saveurs du Congo dans les rythmes des rumbas du pays bantou.
 
Lopès est né à Léopoldville, chef-lieu de l'ancien Congo belge, maintenant la République démocratique du Congo. Il passe ses années d'écolier à Brazzaville et Bangui et séjourne de 1949 à 1965 à Paris et Nantes. Il finit en 1963 ses études à la Sorbonne pour y devenir professeur. Il est membre de quelques associations d'étudiants africains. Après son retour au Congo, il est professeur d'histoire à l'École normale supérieure d'Afrique Centrale à Brazzavile jusqu'en 1966 et ensuite Directeur de l'Enseignement jusqu'en 1968.
En tant qu'écrivain, Henri Lopès est considère comme un des représentants les plus connus de la littérature africaine moderne. En 1972 il est lauréat du Grand Prix littéraire de l'Afrique noire de l'Association des écrivains de langue française pour son livre Tribaliques. En 1993, l'Académie française lui décerne le Grand prix de la Francophonie; la même année il devient docteur d'honneur de l'université de Paris XIIème et en 2002 de l'université de Québec.
 
Une enfant de Poto-Poto
d'Henri Lopez - Editions Gallimard
270 pages - 17,50 euros - ISBN 978-2-07-013608-7
 
et, chez le même éditeur,
 
Voici écrits au jour le jour dans la forme ciselée du sonnet, une centaine de poèmes de Pasolini qui se donne pour l’éphéméride d’une passion. Retrouvés..
bien des années après sa mort tragique, ces textes intenses adressés à Ninetto Davoli, l’acteur lumineux du Décaméron, occupent une place singulière dans l’oeuvre polyphonique de Pasolini. Ici, aucun apparat rhétorique ni de mise en scène : une parole nue, à vif, souvent blessée, qui traduit les alarmes d’un coeur qui ne s’appartient plus et d’un corps perdu de désir.
Ce recueil, par sa brièveté, s’apparente à un trait de feu qui éclaire et qui brûle, qui révèle et engloutit, qui exalte et condamne : incontestablement l’un des sommets de la poésie amoureuse de notre temps
 
Sonnets
de Pier Paolo Pasolini, traduit de l'italien par René de Ceccatty
284 pages - 9,90 euros -  ISBN 978-2-07-034983-8
 
*********
 
Comment un tableau anonyme " allemand XIXe siècle " acheté 19 000 $ par un collectionneur américain se trouve être un Léonard de Vinci estimé à plus de 140
millions de dollars aujourd'hui. Le collectionneur Peter Silverman dévoile pour la première fois les éléments qui l'ont mis sur la piste du Vinci inconnu. Experts et scientifiques internationaux, après de longues investigations de New York à Paris, Milan, Zurich et Varsovie, confirment aujourd'hui qu'il s'agit effectivement d'un portrait de Bianca Sforza, peint il y a plus 500 ans par Léonard de Vinci.
Si cette thèse fait scandale, c'est surtout parce qu'elle avait échappé aux expertises du Met, de Christie's et des galeries et qui ont exposé l'œuvre. Ce livre est une enquête artistico-scientifique passionnante : mêlant techniques d'authentification de pointe (analyses par rayonnements, étude des empreintes digitales), érudition, histoire de l'art et intuition. C'est aussi l'occasion de replonger dans l'univers de Vinci, son atelier, son style et ses méthodes et de découvrir pas à pas La belle princesse.
Salvator mundi, le 12e tableau avéré de Vinci a attendu 100 ans pour être authentifié, La belle princesse retrouvera-t-elle plus rapidement son auteur ?
 
depuis 40 ans. Après la découverte du tableau, il a décidé de créer une fondation caritative alimentée par les droits d'exploitation de l'œuvre.
 
La princesse perdue de Léonard de Vinci
de Peter Silverman et Catherine Whitney, traduit de l'anglais par Florence Moreau
Editions Télémaque - 288 pages - 23 euros - ISBN 978-2-7533-0149-9
 
*********
 
 
 
 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -