Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour les aoûtiens 1 (14 août 2012)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


La Kabbale, le grand courant mystique et ésotérique du judaïsme, a connu un essor considérable à la fin du XIIIe siècle. A l'origine de cet engouement : le ZOHAR. Comment le ZOHAR est-il né ? Pourquoi fut-il écrit et par qui ? Quel est son message et sa signification ? Comment une telle littérature, puisqu'il s'agit bien d'un corpus constitué de textes divers, a-t-elle pu franchir les siècles sans encombre, se cristalliser autour d'un noyau dur, se donner un titre générique stable, s'enrichir de contributions ultérieures et parvenir à concurrencer la suprématie du Talmud où sont pourtant consignés par écrit rien moins que le vécu et le penser des juifs durant près d'un demi-millénaire ? Tout en répondant à ces interrogations, Maurice-Ruben Hayoun nous permet de mieux comprendre la nature et l'originalité de ce texte fascinant et de le situer par rapport à d'autres courants de la pensée juive.
 
Philospophe et écrivain, docteur ès lettres, Maurice-Ruben Hayoun est spécialiste de philosophie médiévale juive et de la pensée judéo-allemande moderne. L'Académie des sciences morales et politiques lui a décerné le prix Gegner 1995 pour son oeuvre sur Maïmonide. Membre du Centre national des lettres (CNL, section philosophique), lauréat du prix de culture juive 2012 de la ville de Ferrare, Maurice-Ruben Hayoun est l'auteur d'une oeuvre féconde et déjà classique.
Le Figaro, Le Monde et La Tribune de Genève accueillent régulièrement ses contributions portant sur l'histoire des religions, l'islam, le judaïsme et la laïcité.
 
Le Zohar. Aux origines de la mystique juive
de Maurice-Ruben Hayoun - Editions Pocket
448 pages – 9,80 euros - ISBN 978-2-266-23098-8
 
********
 
Le sort des enfants juifs est au cœur de la Shoah. Le choix de persécuter, d'arrêter, de déporter et d'exterminer jusqu'aux nourrissons est... l'indice ultime de la radicalité de ce que les Nazis ont qualifié de " Solution finale de la question juive ". 11 400 enfants ont été déportés depuis la France. La majorité d'entre eux étaient de petits parisiens. " Survivants ", " enfants cachés ", " rescapés ", les termes sont nombreux pour désigner ces enfants qui ont échappé aux déportations.
Ils recouvrent autant d'expériences individuelles et invitent à s'interroger : survivre et après ? " Justes ", " sauveteurs ", " cacheurs ", " famille d'accueil ", " convoyeurs " ou " résistants juifs ", les mots sont également divers pour nommer celles et ceux qui ont pu leur porter porter secours. C'est cette complexité et la diversité de ces enfances juives confrontées à la Shoah que l'exposition et son catalogue entendent présenter.
Porté par une volonté de vulgarisation auprès des Parisiens, l'ouvrage espère ainsi faire de ces enfants non des objets mais des sujets de cette histoire, selon la formule de Serge Klasfled. Le livre sera structuré en cinq grands thèmes, traités par des spécialistes de disciplines différentes et illustrés par de nombreux documents inédits : identification et exclusion, arrestations et déportations, sauver les enfants, vivre " caché " : survivre et après ? se souvenir des enfants, se souvenir de son enfance ;
 
Chargée de recherches au CNRS depuis octobre 2010, Sarah Gensburger est agrégée de sciences sociales et docteur de l'EHESS. Sa thèse porte sur la mémoire telle qu'elle s'exprime à travers le titre de Juste parmi les nations, question sur laquelle elle a d'ailleurs publié plusieurs articles dans des revues scientifiques. Elle travaille sur les processus sociaux de remémoration et sur la construction de politiques publiques dans le domaine de la mémoire et a été commissaire de l'exposition " La spoliation des Juifs à Paris.
Retour sur les lieux " et auteur du catalogue qui l'accompagnait (Textuel 2007
 
C'étaient des enfants. Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris
dirigé par Sarah Censburger - Skira Flammarion Editeur
126 pages - 24,90 euros - ISBN 978-2-0812-8320-6
 
et, chez le même éditeur
 
Publié à l'occasion de l'année Jean-Michel Sanejouand en Pays de la Loire, cette monographie rassemble pour la première fois plus de 250 oeuvres de l'artiste... depuis les années 1960 à nos jours. Le livre s'ouvre sur l'exposition "Rétrospectivement" réalisée par Laurence Gateau à la Hab Galerie à Nantes et au Frac des Pays de la Loire à Carquefou. Deux lieux dans lesquels la partition des oeuvres s'est construite autour de jeux dans l'espace, d'aller-retour entre des séries de périodes différentes, charges-objets, calligraphies d'humeur, espace-peintures, organisations d'espace dialoguent ainsi avec la sculpture monumentale et les assemblages de cailloux.
"Nous redécouvrons une oeuvre complexe, aux pratiques diversifiées qui ne se dévoile pas facilement et se mérite lentement" écrit Henri Griffon dans sa préface. Anne Tronche dans son texte "Leçons de choses" nous offre une analyse érudite sur le parcours et la vie de l'artiste : "Jean-Michel Sanejouand est ce penseur joyeux de la confusion du monde. Pour Sanejouand, l'ordre des choses n'est ni établi, ni certain, ni
 surtout définitif.
 
Julie Portier, journaliste et critique d'art, a posé son regard sur l'exposition Rétrospectivement, réalisée à la HAB galerie à Nantes et à Carquefou.
Anne Tronche est critique d'art et commissaire d'exposition. Elle est l'auteure de nombreux ouvrages, dont Hervé Télémaque (Flammarion, 2003) et L'art des années 1960 (Hazan, 2012)
 
Jean-Michel Sanejouand, rétrospectivement.
Collectif dirigé par Julie Portier et Anne Tronche
216 pages - 45 euros - ISBN 978-2-0812-8270-4
 
********
 
Il n’y a pas de comique en dehors de ce qui est proprement humain" écrit Henri Bergson. Les histoires juives qui forment ce recueil révèlent l'être juif dans... sa complexité et sa singularité. Dans leur désenchantement joyeux, leur autodérision enjouée, leur désillusion sans ressentiment, leur lucidité sans haine, elles sont profondément humaines. Irrésistibles et pétillantes  d’intelligence
 
Le goût de l'humour juif
Textes choisis et présentés par Franck Médioni - Editions Mercure de France
160 pages - 6,90 euros - ISBN 978-2-7152-3194-8
 
********
 
La sculpture a été le principal moyen d’expression des artistes africains du passé. Le sujet quasi exclusif de leurs créations est la figure humaine, qui évoque des personnages importants de la communauté, tant réels que symboliques, ou des entités facilitant le contact avec le surnaturel. La figure est isolée dans un espace métaphysique dont elle s’approprie, elle n’exprime pas de sentiments, est immobile et ne fait pas de gestes, tout au plus ceux-ci sont suggérés par de petites irrégularités qui rompent la symétrie et la frontalité de l’œuvre et la transforment en un organisme vivant.
Les œuvres sont généralement de dimensions modestes (certaines n’ont que quelques centimètres, d’autres à peine plus d’un mètre) et sont anti-monumentales et antirhétoriques. L’univers infini de la sculpture africaine est l’aboutissement d’un processus évolutif complexe et diversifié, une mosaïque bigarrée produite par une histoire riche aux multiples contaminations stylistiques, fruit de contacts, de migrations, de guerres et d’alliances.
Au siècle dernier, et en particulier au cours des cinquante dernières années, le continent africain a connu des transformations radicales et irréversibles dans les domaines de l’organisation sociale et politique, de l’économie et de la religion: les rites antiques sont tombés en désuétude ou ont progressivement fait place à de nouvelles religions (le christianisme et l’islam); la création de nouveaux états souverains et l’économie de marché qui gagne toujours plus de terrain ont peu à peu rendu inutile une création artistique qui répondait aux besoins spirituels, religieux et politiques du monde africain du passé. Inévitablement, de nouvelles formes d’expression s’affirment parallèlement au processus de mondialisation, avec la création d’œuvres destinées au marché de l’art et de moins en moins liées à celles du passé. Dans certains cas, ces formes ont survécu, en particulier dans les milieux ruraux.
 
Ezio Bassani est historien de l'art africain. Professeur, Università internazionale dell'arte, Florence, Italie, cofondateur et directeur de: Centro di studi di storia delle arti africane, Florence, Italie et membre de: Royal anthropological institute of Great Britain and Ireland (en 1994).
 
L'art africain
d'Ezio Bassani - Editions Skira
304 pages - 55 euros - ISBN 978-88-573-1167-1
 
********
 
S'ils remportent ce match de football contre les nazis, les Ukrainiens savent que leur existence est menacée. Et pourtant, ces hommes choisiront de remporter la victoire plutôt que de souffrir une vie de déshonneur.
Retour sur une histoire incroyable, celle d'une équipe de football qui, durant la Grande Guerre, préférera encourir les plus graves sanctions plutôt que céder au déshonneur d'un match arrangé... Lorsqu'en 1941 le régime nazi décide d'organiser un grand tournoi européen de football, c'est bien évidemment pour affirmer la supériorité du Reich. Mais le FC Start, équipe montée de bric et de broc par un ancien boulanger de Kiev venu recruter de vieux joueurs sur le retour et de jeunes sportifs en manque de compétition, accumule les victoires. Durant plus d'une année, l'équipe ukrainienne bat platement tous ses adversaires. Se répand alors partout en Europe la rumeur qu'une équipe de pauvres hères – dont bon nombre sont juifs en plus ! – défie l'Allemagne nazie. Le 9 août 1942, l'équipe ukrainienne du FC Start doit affronter l'équipe nazie pour son match retour. Les Allemands ont été corrigés 7 à 2 à l'aller et il est impensable qu'un tel scénario se reproduise. L'État-Major allemand signifie aux joueurs ukrainiens l'ordre impératif de s'incliner. Sinon, ils encourent la peine capitale : la mort. Ce match qui aura lieu au Zenit stadium de Kiev va révéler toute la brutalité du régime nazi. Ce jour-là, même réduits à dix joueurs dès la première mi-temps, même menacés par les armes dans leur propre vestiaire par des officiers nazis, les hommes du FC Start ont décidé qu'ils ne céderaient pas. Personne ne leur fera courber l'échine. Ils remportent le match sur le score de 5 à 3. Par leur victoire, portée par la ferveur populaire, les Ukrainiens ont rendu leur fiertéà tout un peuple. Mais pour avoir défié avec une telle maestria et une telle insolence envers l'oppresseur, l'ensemble des joueurs du FC Start sera arrêté, torturé et déporté dans des camps ou bon nombre d'entre eux périront
 
Pierre-Louis Basse est un journaliste et écrivain français, passionné de sport, notamment de football, et aussi d'histoire, notamment sur la période d'occupation
 
Gagner à en mourir
de Pierre-Louis Basse - Editions Robert Laffont
152 pages - 14 euros - ISBN 978-2-221-13106-0
 
********
 
"Avec le temps et les couches de papier qui s'accumulent, la salle à manger est un peu capitonnée par une sorte de carton épais qui sonne creux. Tout le monde est gai quand on change le papier peint mais ça serre aussi le cœur. Je sens qu'à chaque couche rajoutée, il nous reste un peu moins d'espace pour vivre."
Les Petites Histoires de la rue Saint-Nicolas ressuscitent, à travers une succession de brefs chapitres, la vie d’une famille d’origine juive espagnole dans un quartier populaire de Paris dans les années 70. Vu par les yeux d’une enfant, c’est un portrait à la fois drôle, attachant, ironique et cruel des modes de vie et des mentalités des membres de sa famille et des habitants de l’immeuble. Car celui-ci abrite une extraordinaire galerie de personnages pittoresques et émouvants. Par petites touches émises au rythme de la mémoire, on pénètre dans un monde qui, proche pourtant dans le temps, semble extraordinairement lointain.
Line Amselem a réussi avec brio à entrecroiser sans mièvrerie la vision enfantine et le regard de l’adulte, en trouvant le ton juste entre candeur et critique, émotion et lucidité.
 
Line Amselem est née à Paris en 1966. Elle a notamment traduit pour les éditions Allia les Complaintes gitanes de Garcia Lorca. Petites Histoires de la rue Saint-Nicolas est son premier récit.
 
Petites histoires de la rue Saint-Nicolas
de Line Amselelm - Editions Allia
208 pages - 10 euros - ISBN 978-2-844-85218-2
 
********
 
Les hispanistes admirent l'écriture cervantienne. Don Quichotte, chef d'oeuvre absolu de la littérature est considéré comme le roman le plus abouti jamais écrit. Les esprits les plus brillants comme Miguel de Unamono ou le philippin José Rizal ont soupçonné qu'une anomalie échappant à la pensée ordinaire parcourait l'oeuvre de Cervantès. Quel est ce mystère de Don Quichotte ? Pourquoi tant de passion ? Quel est son secret ?
 
Qui est Don Quichotte ? Qui est Cervantès ? Quel est le mystère de Don Quichotte, un livre aimé, admiré universellement mais dont le secret jusqu'alors demeurait bien caché…
 
Pour ouvrir le mystère de Don Quichotte, il faut en effet disposer de la clé qui en ouvre la porte. Quelle est cette clé ?
 
Il fallait, pour élucider l'énigme de Don Quichotte, une fois pour toutes, briser l'académisme qui enfermait l'oeuvre de Cervantès dans la convention des idées reçues et affronter avec courage l'écriture cervantienne au delà du formalisme : c'est tout le mérite de Dominique Aubier qu'aborder Don Quichotte en dehors des sentiers battus et de plonger dans le siècle d'Or espagnol pour en ramener ce trésor.
 
Ce livre de Dominique Aubier est une investigation remarquable au coeur d'une époque, d'une pensée. La pensée kabbalistique dont l'Espagne fut le fleuron intellectuel.
 
Au terme d'une enquête qui sonde la pensée quichottienne, Dominique Aubier a suivi le chevalier mot après mot. Qui se cache derrière Don Quichotte ? Quel est ce langage si particulier qu'emploie Cervantès ?
 
La découverte de Dominique Aubier est sensationnelle : Don Quichotte est un ouvrage initiatique, crypté en hébreu, où la langue de Moïse, à chaque page, transparaît en filigrane. Sa structure qui jusqu'alors a dérouté tous les spécialistes de la littérature, répond en réalité à une architecture tracée selon un plan précis qui épouse la représentation kabbalistique des sefirots.
 
Dégageant le roman de son carcan imagé et symbolique, Dominique Aubier décrypte les scènes les plus célèbres de Don Quichotte : les moulins à vents, les noces de Camacho, la bataille du Biscayen. L'auteur met au clair les références bibliques et les allusions à la Mercabah, relatives au char d'Ezechiel, actives dans le roman de Cervantès. L'itinéraire que suit le Chevalier, de ville en ville, les personnages qu'il rencontre, les noms des endroits, des personnes, tout devient lisible : l'énigme de Dulcinée du Toboso s'éclaire et prend tout son sens dès lors que l'on accepte que la noblesse de Don Quichotte s'écrive sous la constellation des lettres hébraïques.
 
Il fallait toute la sagacité d'une experte de la kabbale pour mettre au jour ce qui depuis des siècles demeurait dissimulé. Dominique Aubier, spécialiste de l'hébreu scrypturaire, bénéficiant d'une intimité personnelle avec l'âme de Cervantès, ouvre les secrets de Don Quichotte en actionnant les clefs initiatiques de la kabbale hébraïque. L'oeuvre de Cervantes apparaît dès lors dans toute sa grandeur, justifiant sa dimension prophétique.
 
Don Quichotte, Prophète d'Israël s'inscrit dans la série des grands ouvrages d'exégèse marquant une remarquable avancée des travaux kabbalistiques vers la sortie messianique
 
Dominique Aubier, née Marie-Louise Labiste à Cuers le 7 mai 1922, est une femme de lettres et essayiste française. Dans les années 1950, elle écrit six romans et des essais sur l'Espagne et la tauromachie. En 1966 paraît aux éditions Robert Laffont Don Quichotte prophète d'Israël où elle défend une interprétation ésotérique du Quichotte, qui en fait un livre codé fondé sur la kabbale. Cette interprétation « très extrême[1] », selon l'expression de Jose Manuel Martin Moran, professeur à l'Université de Turin, n'a jamais été reprise.
 
Don Quichotte prophète d'Israël
De Dominique Aubier - Editions M.L.L La Bouche du Pel
276 pages - ISBN 978-2-916619-05-4
 
Et, du même auteur, sur le même sujet
 
Don Quijotte profeta y cabalista
Traduit (français) par Léon Escribano Molinero et Señor de Llussa - Ediciones Obelisco
250 pages - ISBS 978-84-300-4527-9
 
et un DVD
 
El Secreto de Don Quijotte - The Secret of Don Quixote. Un codigo y un mensaje en la gran . hidden code in the novel of Don Quixote.
Luca Films - 52 minutes.
 
********
 
Ce livre pourrait s’appeler « Un secret ». C’est l’histoire (Paris, années 2000) d’une mère qui, un peu par hasard, appelle sa fille « Salomé ». Un prénom qui lui semble confusément familier. C’est l’histoire d’une petite fille qui fait toutes les nuits des cauchemars.
C’est l’histoire d’une autre fillette (Lituanie, 1943) qui n’a pas survécu à la guerre. C’est l’histoire du ghetto de Kovno, des juifs d’Europe de l’Est, c’est l’histoire d’une famille, celle de Colombe Schneck, entre drames et reconstruction.
Mais que s’est-il vraiment passé dans le ghetto de Kovno en 1943? A-t-on le droit d’écrire sur la Shoah quand on aime l’amour et les sandales dorées ? Pourquoi toute cette culpabilité ?
Un jour, Colombe a décidé qu’il lui fallait savoir, qu’il lui fallait comprendre. Patiente mais résolue, elle a commencé son enquête. Elle a interrogé son oncle (l’écrivain Pierre Pachet), elle a fouillé les vieux cartons, elle a rencontré dans le monde entier ses cousins, en Israël, à New-York, en Lituanie. Elle a trouvé des photos, elle a entendu parler de l’ « aktion », et de l’ignoble « sélectionneur » du ghetto, celui qui mangeait son sandwich en envoyant les juifs à la mort. Et Salomé a eu sa « réparation », son tombeau de papier…
Colombe Schneck, née à Paris en 1966, est journaliste et écrivain. Elle anime sur France Inter l’émission littéraire « Liaisons heureuses ». Elle est l’auteur de plusieurs romans et récits parus chez Stock : L’increvable monsieur Schneck (2006), Sa petite chérie (2007), Val de Grâce (2008, grand prix de l'héroïne Madame Figaro), et Une femme célèbre (2010, prix Anna de Noailles de l'Académie Française).
 
Colombe Schneck est une journaliste française de télévision et de radio spécialisée dans les médias. Elle est également romancière.
 
La réparation
De Colombe Schnek - Editions Grasset
224 pages - 15BN 978-2-246-78894-2
 
********
 
Cri du coeur, manifeste, brûlot, signal de détresse, tract de la dernière chance, ce livre est tout cela à la fois mais bien plus encore... Parce que la révolte n'est pas réservée aux indignés,  Natacha Braque part en guerre pour sauver la littérature de Saint-Germain-des-Prés avec pour mot d' ordre : 'Libraires, éditeurs, citoyens lecteurs... tous ensemble, tous ensemble !
 
Rivegauchez-vous !
de Natacha Braque - Editions de l'Opportun
34 pages - 5,90 euros - ISBN 978-2-360-75168-6
 
********

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -