Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Pour les aoûtiens 2 (15 aout 2012)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


Entre l'islamophobie des partis d'extrême droite et des mouvements populistes d'une part, et les diverses tendances du fondamentalisme religieux islamique d'autre part, entre les tendances à la diabolisation exprimées par les uns et les velléités d'angélisme des autres, inspirées quelquefois par des soucis démagogiques ou électoraux, il doit y avoir place pour une réflexion sereine au sujet du devenir des millions de musulmans installés depuis des lustres dans les pays de l'Union et qui entendent respecter les principes de laïcité politique auxquels une large majorité des citoyens européens sont indéfectiblement attachés. Cette place, et les moyens de l'assurer dans le respect des convictions et des intérêts de tous, les auteurs ont essayé d'en amorcer la définition, en tentant d'aborder les multiples facettes de la vie de l'islam, de ses pratiques culturelles, de son enseignement, de sa présence culturelle
 
Islam et musulmans dans l'espace européen : défis de la laïcité
Dossier édité par Chemsi Chérif-Khan et Jacques Ch. Lemaire - Ed. Espace de Libertés
172 pages - ISBN 078-2-930001--49-8
 
********
 
Véritable hymne à l'optimisme, un ouvrage fort et lumineux, enrichi de conseils pratiques, qui fait de l'écoute et du don de soi un véritable mode de vie et d'appréhension harmonieuse du monde.

En 1939, Andrew Bienkowski est exilé à l'âge de cinq ans en Sibérie avec sa famille. Les conditions de vie sont effroyables. Quand la nourriture vient à manquer, le grand-père choisit de se sacrifier et cesse de s'alimenter.

De cet ultime acte d'amour, Andrew Bienkowski a tiré les enseignements. Aujourd'hui psychothérapeute, il mêle ses souvenirs au récit de son expérience avec ses patients, et montre comment la compassion, l'entraide et la gratitude permettent de surmonter tous les obstacles, et constituent la clef de notre épanouissement en tant qu'êtres humains.

Psychothérapeute durant quatre décennies, Andrew Bienkowski nous fait aujourd’hui partager ses découvertes au fil de chapitres résolument pratiques, qui mêlent ses souvenirs sibériens au récit de ses expériences avec ses patients.
 
Le grand-père et le veau. Leçons de vie et d'espoir
d'Andrew Bienkowski avec Mary Akers, traduit (anglais) par K. Reignier-Guerre
Editions Belfond - 240 pages - 18 euros - ISBN 978-2-714-45010-4
 
********
Cela se passe à Alexandrie, en Egypte. Sur le bord de mer, un touriste fait un croquis du consulat de France. Un agent, dont l'origine reste diffuse, l'arrête :il est interdit de faire des dessins du consulat français. Banale interpellation sur la voie publique, l'affaire dégénère de manière invraisemblable. Historien d'art, l'auteur appréhende cette histoire avec les yeux de l'érudit. Les personnages hauts en couleur qui la peuplent correspondent qui à une figure dans un tableau de Rembrandt, qui à un héros d'Hugo Pratt, qui à une présence chez William Burroughs. Ces références font de ce texte un objet cosmopolite, qui fait croire à une mondialité heureuse
Grégory Buchakjian est né en 1971 à Beyrouth (Liban). Il est historien d’art issu de Paris IV Sorbonne, chargé de cours à l’Académie libanaise des Beaux-Arts (ALBA) et y codirige un Atelier de recherche. Il enseigne également à l’Université Saint Joseph à Beyrouth
 
Halte
De Grégory Buchakjian – Editions Labor et Fides
104 pages – 12,20 euros - ISBN: 978-2-8309-1209-8
 
*********
 
Des épouses dévouées qui vendent leur corps aux soldats privés de femmes pour nourrir leur famille ; des enfants terrés dans une cave pendant qu'on assassine leur grand-père sous leurs yeux ; un vieillard qui attend le retour de son fils ; des orphelins mutilés mendiant dans la rue ; un combattant parqué avec de nombreux autres dans un conteneur roulant sous le soleil ; une jeune fille qui a peur de son frère... Les personnages de ce recueil de nouvelles ne vivent plus, ils survivent - ou sont déjà morts, comme cet enfant accompagné de son père et de son oncle qui revient sur les lieux où tous trois ont été tués et jetés au fond d'un puits.
Dans ce recueil de nouvelles composé comme la chronique d'un conflit sans fin, c'est avec une simplicité terrible, écrasante, d'une déchirante lucidité, que Mohammad Hossein Mohammadi évoque les limites de l'horreur atteintes, et dépassées, quand la violence de la guerre régit le monde, s'immisçant jusque dans l'intimité des relations humaines.
 
Né en 1975 à Mazâr-e Charîf, dans le nord de l’Afghanistan, Mohammad Hossein Mohammadi immigre en Iran à l’âge de six ans en compagnie de toute sa famille. Il y fait ses études primaires et secondaires avant de regagner son pays. Il s’inscrit alors à la faculté de médecine mais, au bout d’un an d’études, sa ville natale est assiégée par les Talibans. Il échappe de peu à l’oppression et à la prison et se voit obligé de quitter à nouveau l’Afghanistan. De retour en Iran, il travaille comme ouvrier dans un atelier de confection. En 2000, il réussit à entrer à la faculté d’audiovisuel où il obtient un master de réalisateur de télévision. Depuis deux ans, Mohammad Hossein Mohammadi est de retour à Kaboul, où il dirige le département de journalisme à l’Université populaire d’Avicenne. Parallèlement, il a créé les éditions Tak qui ont pour objectif la promotion des jeunes écrivains.
 
Les figues rouges de Mazâr
De Mohannad Hossein Mohammadi, traduit du persan par Azita Hempertian -
Editions Actes Sud - 144 pages - 18 euros - ISBN 978-2-330-00899-4
 
********
 
Paul est envoyé à Rome par son journal au moment de lagonie du pape Jean-Paul II pour écrire un papier « dambiance ». Lui, qui ne connaît rien au catholicisme, se sent piégé par sa rédaction. Il se rend dans les églises, les quartiers populaires, il est troublé par la beauté des femmes et découragé par lampleur de sa tâche journalistique Un an plus tôt, Paul avait passé un séjour enchanteur à Rome avec Constance, la femme quil aime. Elle le rejoint mais quelque chose dimperceptible a changé en elle. Leur relation se délite au fil des jours, elle finit par lui avouer quelle ne laime plus et le quitte. Il saccroche à son papier, hésitant entre plusieurs styles et opte pour des métaphores grandioses. Des images sexuelles obsédantes de Constance ne cessent de le poursuivre. Son article est refusé sans ménagement, il est tétanisé. Paul a cru faire du journalisme, il a cru aimer, mais tout était faux. Il décide de rester à Rome.
 
Romancier, auteur dramatique, ancien critique littéraire au Point, Jacques-Pierre Amette a obtenu le prix Goncourt pour La Maîtresse de Brecht (2003). Son dernier roman Le lac d’or (2008) a été salué par la critique.
 
Liaison romaine
De Jacques-Pierre Amette - Editions Albin Michel
152 pages - 15 euros - ISBN 978-2-226-24242-9
 
et, chez le même éditeur
 
Yaël tient son journal depuis le 3 septembre, jour où son mari l’a quittée pour une de ses
amies, et jour depuis lequel elle doit « partager » son fils de 3 ans avec celui qui l’a trahie,
abandonnée. Elle dépérit, s’autoflagelle. Yaël va pourtant finir par se reconstruire loin du
monde avec ses auteurs préférés (Montaigne, Woolf, Proust…), reprendre ses cours à la fac,
revoir ses amis, rencontrer des hommes, bref renaître à la vie.
Ce sont les morceaux disjoints d’une vie qui s’organisent dans ce journal d’une femme
quittée, d’une mère inquiète, d’une intellectuelle. C’est aussi le récit de la quarantaine,
fantasme, obsession ou réalité d’un âge qui signifie pour beaucoup la fin de la séduction et du
désir. L’auteur en explore tous les aspects avec intelligence, précision et attention. Le ton est
juste, parfait, lumineux pour évoquer le quotidien, effrois et bonheurs mêlés.
 
Marianne Rubinsteinest née en 1966 à Paris. Maître de conférences en économie à
l’Université Paris 7 et chercheuse au CEPN, elle poursuit parallèlement une carrière littéraire
prometteuse. En 2002, elle publie un essai : Tout le monde n’a pas la chance d’être orphelin,
une enquête sur les enfants des orphelins de la Shoah, thème que l’on retrouve en 2009 dans
C'est maintenant du passé, récit-document mêlant histoire juive et philosophie japonaise.
Outre ses écrits universitaires et ses récits, elleest l’auteure de deux
romans : En famille (2005) – préfacé par Serge Klarsfeld – et Le Journal de Yaël Koppman
(2007).
 
Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel
de Marianne Rubinstein
208 pages - 17 euros - ISBN 978-2-226-24298-3
 
comme
 
« Quand Joseph repensait à Alger, la première impression qui venait à son esprit
était cette lumière d’or en fusion quand il ouvrit la porte de la coursive […]. Il se
demanda s’il y avait le feu, il n’y avait aucune panique, à peine le ronronnement de la
grue qui déchargeait les régimes sur le quai affairé. Il écarta lentement ses doigts pour
s’accoutumer à cette incandescence, leva les yeux, aperçut un bleu de paradis originel
comme il n’en avait jamais vu, ni à Prague, ni à Paris, balayé de toute impureté,
chaleureux et chatoyant, un monument monochrome en suspension dont la seule
fonction semblait de vous hypnotiser.
En cette fin de journée d’octobre 38, à l’âge de vingt-huit ans, il découvrit enfin le
ciel et le soleil, regarda les docks en arcade montante comme une vague et, posé
fièrement au-dessus, un jeu inextricable de cubes soudés par un architecte fou dévalant
en cascade jusqu’aux immeubles éclatants qui défiaient la mer et comprit ce que voulait
dire Alger la blanche. »
Dans la lignée du Club des Incorrigibles optimistes, Jean-Michel Guenassia retrace avec
talent le parcours insolite d’un homme ballotté par l’Histoire, servi par un art de la narration
qui parvient à mêler l’Histoire et l’intime dans une fresque captivante et nostalgique.
 
Jean-Michel Guenassiaest l’auteur du Club des Incorrigibles optimistes, phénomène – tant
critique que public – de la rentrée littéraire 2009, récompensé par le Goncourt des lycéens.
La vie rêvée d’Ernesto G. est son deuxième roman.
 
La vie rêvée d'Ernesto G.
de Jean-Michel Ghenassia
542 pages - 22,90 euros - ISBN 978-2-226-24295-2
 
********
 
À l'aube de la littérature européenne, le récit d'une guerre qui aurait eu lieu à Troie vers 1250 avant l'ère chrétienne. Homère le mystérieux aveugle se souvient et chante. Il dit le siège impossible des Achéens devant Troie. Leur champion, Achille, s'est retiré du combat, par colère contre Agamemnon, le chef de l'armée. Hector, le meilleur Troyen, soutenu par Zeus, en profite pour acculer les Achéens à leurs navires...
Plus de 15500 vers. Une épopée en 24 chants. Une architecture grandiose. Un sublime indépassable. L’oeuvre la plus accomplie d'Homère selon Aristote. L'école de toute poésie, celle de l'immortalité et de tous les rêves de gloire et de renom. La nostalgie de la paix et du bonheur perdu, l'exaltation de la vie éphémère. La référence absolue pour toute réflexion sur le sens de la vie et sur l'art.
Ce texte fondateur est rendu dans une traduction qui vise à en transposer le rythme, à en recréer le rituel langagier, pour redonner une chance à la voix épique en français. Vingt ans de labeur, le temps de prendre Troie et de rentrer à Ithaque, pour le traducteur qui a dit et fait dire différentes étapes de son texte lors de lectures intégrales en 2005-2006 à la Sorbonne, Avignon et Athènes.
 
Né en 1960, Philippe Brunet, helléniste, professeur à l'université de Rouen, est spécialiste de la poésie antique, dont il restitue la voix en s'accompagnant d'une lyre. Il a publié Sappho, Hésiode, la Batrachomyomachie, Antigone. Avec la compagnie Démodocos, il recrée le répertoire théâtral antique ; il a monté Les Perses, la trilogie de L'Orestie, Les Grenouilles, Antigone, Circé et de nombreuses adaptations de L'Odyssée.
 
L'Iliade
de Homère, nouvelle traduction de Philippe Brunet - Editions Seuil Points
718 pages - 8,90 euros - ISBN 978-2-757-82570-9
 
********
 
Emblème de la violence infligée à la conscience individuelle, le terme d'inquisition scandalise à juste titre nos contemporains en raison de sa charge symbolique. Ainsi, l'histoire de l'Inquisition contribue à jeter l'opprobre sur l'Église et ses interventions dans les affaires des hommes.

Pour réfuter toute récupération idéologique du phénomène, ce livre prend le parti de l'historien. Il revient aux événements, les resitue dans la mentalité et les références sociales de l'époque non pas pour les justifier mais pour donner une connaissance précise de l'Inquisition.

Le lecteur mesurera la portée exacte d'une accusation contre cette institution dont le spectre contribue toujours à discréditer l'Église catholique.
 
Historien et docteur en théologie, G. Woimbée resitue l'Inquisition dans son contexte historique, évoquant la mentalité et les références sociales de l'époque
 
L’Eglise et l’Inquisition
De Grégory Woimbée – Editions Tempora
176 pages – 17,90 euros – ISBN 978-2-916-05372-1
 
********
 
1307. Le roi Philippe le Bel et le pape Clément V ordonnent l’anéantissement total de l’Ordre du Temple. Mais dans l’ombre des commanderies, sept templiers vont organiser sa survivance par-delà les siècles.
De nos jours, le commissaire franc-maçon Antoine Marcas reçoit l’appel désespéré d’un mystérieux frère, sur le point d’être assassiné, qui lui transmet la piste d’un secret fabuleux : le trésor des Templiers. Au même moment à Saint-Pierre de Rome, le pape s’apprête à bénir la foule quand il est abattu par un tireur d’élite
 
Eric Giacometti : Actuellement chef de service au Parisien, Eric Giacometti a effectué de nombreuses enquêtes dans le domaine de la Santé en tant que journaliste d'investigation, n'hésitant pas à dénoncer des scandales qui furent ensuite sous le feu de l'actualité tels que le problème de l'amiante, l'affaire du sang contaminé, ou encore les risques du vaccin contre l'hépatite B, sujet auquel il a même consacré un ouvrage : La santé publique en otage (Albin Michel).
Il a également enquêté à la fin des années 1990 sur la franc-maçonnerie, dans le volet des affaires sur la côte d'Azur. Une expérience qui a nourri les quatre romans coécrits en 2005, 2006, 2007 et 2008 avec Jacques Ravenne : Le Rituel de l'ombre, Conjuration Casanova, Le Frère de sang et La Croix des Assassins.
Jacques Ravenne est le pseudonyme d'un franc-maçon élevé au grade de maître au rite français.
 
Le septième Templier
d'Eric Giacometti et Jacques Ravenne - Editions Pocket
608 pages – 8,40 euros - ISBN 978-2-266-22902-9
 
********
Tuer quelqu'un, ou l’absolue transgression : l’Antiquité grecque, une fois de plus, nous parle.
Le parricide Oreste subit les assauts des impitoyables Érinyes. Dans la plaine de Troie, Achille et Hector, tueurs héroïques, sont portés par un instinct de mort qui a nom Arès. Aux rives de la mer Noire, vers 400 avant J.-C., les rescapés de l’armée des Dix Mille prennent part à une mystérieuse cérémonie de purification. Ailleurs, l’orateur Antiphon agite une étrange croyance : la souillure de l’homicide se répandrait partout, le fantôme de la victime criant vengeance. Et, dans un coin de la Sicile, la magie de rituels curieux chasserait les démons du meurtre. L’Athènes démocratique, inventive, n’est pas en reste ; ici, elle laisse s’exiler l’assassin, s’il le veut, avant même la fin de son procès ; là, elle promulgue une loi encourageant l’assassinat de quelque apprenti tyran qui menacerait son existence. Mais Aristote met en garde : l’homicide constitue en toute circonstance, sans exception, une faute.
Littérature, histoire, droit, philosophie, anthropologie contribuent à cette étude approfondie des représentations, lato sensu, de la mort violente chez les Grecs. Le tableau d’ensemble est, pourrait-on dire, versicolore. Versicolores, aussi, les paroles ailées de l’immortel Homère, pour l’instant fatal où le guerrier s’effondre :
« La mort rouge et le puissant destin se sont emparés de ses yeux ».
 
Bernard Eck, ancien élève de l'École Normale Supérieure, agrégé de lettres, docteur, est maître de conférences d'histoire ancienne à l'Université de Bourgogne. Il a publié en 2003 aux Belles Lettres une édition critique du livre II de la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile
 
La mort rouge. Homicide, guerre et souillure en Grèce antique
de Bernard Eck - Editions Les Belles Lettres
448 pages - 35 euros - ISBN 978-2-251-32682-5
 
********
 
«Madec se dirigea vers la cuisine pour chercher un couteau à pointe fine. Comme s'il était surveillé, il s'interdit la lumière. L'obscurité ne faisait pas disparaître les formes, mais les couleurs. Est-ce ainsi que voyaient les gens dans les vieux films? L'enfant ouvrit le tiroir à ustensiles.»
Ensuite un peu de bruit, et beaucoup de silence.

Arthur Dreyfus est né en 1986. Il est l’auteur d’un premier roman très remarqué, La synthèse du camphre (collection blanche, 2010). Après avoir présenté cet été « La période bleue », il anime aujourd’hui l’émission hebdomadaire « Chantons sous la nuit » sur France Inter.
 
Belle Famille
d'Albert Dreyfus - Editions Gallimard
248 pages - 17,90 euros - ISBN 978-2-07-013653-7
 
et, chez le même éditeur,
 
Il y a cinquante ans, le 31 mai 1962, Adolf Eichmann était exécuté dans une prison près de Tel-Aviv. Son procès fleuve, ouvert à Jérusalem un an auparavant, le 11 avril 1961, a fait de lui le symbole même de la Shoah : nul plus que lui n’est à ce point identifié à l’extermination des Juifs. Comment ce personnage, que beaucoup se sont plu à présenter comme falot, dépourvu d’intelligence, a-t-il pu devenir l’incarnation même du Crime ? C’est en juriste que Claude Klein tente de répondre à la question par une analyse de la conduite du procès, du jugement et, finalement, des polémiques qui les ont accompagnés.
Surtout, l’auteur les présente dans leur cadre israélien. Le cas Eichmann apparaît dès lors sous un jour nouveau, l’auteur soulignant à quel point il a contribué à façonner l’Etat d’Israël dans sa revendication à représenter le peuple juif. Au-delà, Claude Klein se demande si le procès Eichmann ne pourrait être perçu comme un maillon d’une chaîne qui, de Nuremberg, mène au Tribunal pénal international et à la compétence universelle.
Une compétence qui, par un curieux retournement de l’Histoire, menace aujourd’hui de frapper certains des dirigeants d’Israël lors de leurs déplacements à l’étranger en raison de poursuites intentées contre eux dans plusieurs
pays.
 
Juriste ancien doyen de la faculté de droit de l’Université hébraïque de Jérusalem, Claude Klein est spécialiste du système politique israélien. Il a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels Israël, Etat en quête d’identité (Casterman 1999)
 
Le cas Eischmann vu de Jérusalem
de Claude Klein
272 pages - 21,90 euros - ISBN 978-2-07-013136-5
 
et
 
Seule l'action est la prérogative de l'homme exclusivement ; ni bête ni dieu n'en est capable, elle seule dépend entièrement de la constante présence d'autrui" : c'est ainsi que, dans les premières pages de Condition de l'homme moderne, Hannah Arendt répond à sa manière à la question "qu'est-ce que l'homme ?" dans un livre qui présente sans doute la synthèse la plus complète de sa pensée qu'elle ait donnée de son vivant.
Les ouvrages réunis dans ce volume sont tous consacrés à ce problème de l'action, dont ils élucident à la fois la signification philosophique et les implications plus directement "politiques". Publiés entre 1958 (Condition de l'homme moderne) et 1972 (Du mensonge à la violence), ils sont donc postérieurs au premier grand livre de Hannah Arendt, Les Origines du totalitarisme (1951), dont ils donnent en quelque sorte le contrepoint ; Hannah Arendt y montre ce qui, dans "l'humaine condition", peut toujours être source de résistance contre tous les processus de destruction dont le totalitarisme moderne a représenté une forme paroxystique mais dont certains traits se retrouvent dans toutes les sociétés modernes.
Tous ces ouvrages s'appuient sur un travail considérable d'élucidation philosophique, dont on peut mesurer l'ampleur en lisant le Journal de pensée mais, contrairement aux grands livres posthumes, ils sont centrés sur les questions "pratiques", même lorsqu'ils proposent une interprétation d'ensemble de constructions "théoriques" aussi considérables que la science moderne ou la philosophie de
de l’histoire.
 
Hannah Arendt, née Johanna Arendt, à Hanovre (14 octobre 1906 - 4 décembre 1975), est une philosophe allemande naturalisée américaine, connue pour ses travaux sur l’activité politique, le totalitarisme et la modernité.
 
L'Humaine condition
D'Hannah Arendt
1056 pages - 26 euros - ISBN 978-2-07-012239-4
 
********* 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -