Accueil - sefarad.org
Loading

Moïse Rahmani

Qu'il est bon d'être sous la Soucca, un bon livre en mains (2 octobre 2012)

    MENU    

SEFARAD.org
Moïse
Billet humeur
Ouvrages
Livres
Réaction
Belsef
DONS

Page PRECEDENTE


 

Juifs d'Algérie : Exposition au Musée d'art et d'histoire du Judaïsme, du 28 septembre 2012 au 27 janvier 2013
L'année 2012 marque les cinquante ans des accords d'Évian. Le Musée d'art et d'histoire du Judaïsme a choisi de se joindre aux nombreuses institutions qui souhaitent rappeler, par diverses approches, la date charnière que fut celle de 1962 dans l'histoire française et algérienne. Du 28 septembre 2012 au 27 janvier 2013, le MAHJ présente une exposition inédite retraçant les grandes étapes de l'histoire des juifs d'Algérie.
Un double constat est à l'origine du projet : l'impact important du rapatriement des juifs d'Algérie en 1962 sur le judaïsme métropolitain et la perte mémorielle de ce que fut le judaïsme en Afrique du Nord, plus précisément en Algérie. L'exposition Juifs d'Algérie met en lumière la grande diversité et la complexité de leurs histoires, de leurs trajectoires politiques et sociales. Sont également abordées la vie religieuse et les activités économiques. Enfin, la culture populaire des juifs d’Algérie est évoquée – notamment les coutumes et les divertissements. La musique est présente dans ce parcours : mélodies synagogales, chants traditionnels, musiques savantes ou populaires issues des traditions arabo-andalouse ou du maalouf constantinois, créations hybrides marquées par les modes européennes et latines.
Environ 250 documents (manuscrits, livres, textiles, objets, oeuvres d'art) issus de collections publiques françaises et étrangères, ainsi que d'archives administratives et familiales, forment le corpus du parcours. Celui-ci est complété par des documents audiovisuels, des cartes, des chronologies et des bases de données numériques.
 
Dialogue entre le récit historique et l'archive privée, ce livre entrelace les fils des mémoires individuelles et collectives pour retracer les grandes étapes de l'histoire des juifs d'Algérie, de l'Antiquité à nos jours. Il montre ce que l'Algérie a représenté et représente à leurs yeux, la manière dont ils ressentent, en France, la disparition de leur communauté là-bas.
On perçoit les liens maintenus ou rompus avec leur histoire et leur pays d'origine puisque, entre les clichés et l'oubli, la transmission générationnelle a du mal à s'opérer.
Historiens et prêteurs – institutions publiques ou particuliers - ont soutenu ce projet de mémoire afin de faire découvrir la richesse d'un· judaïsme bimillénaire auquel il convient de rendre hommage.
 
L'heure où les loups vont boire: Le Clan Pasquier, 1939-1940
et, chez Flammarion,
 
Ancien médecin devenu écrivain, Laurent Pasquier possède à 50 ans tout ce dont il avait rêvé: le succès littéraire, les honneurs, l’aisance matérielle… Il est un romancier qu’on lit, une voix qu’on écoute, un homme qu’on respecte.
Mais on est en 1939, et ce destin trop idéal va voler en éclat… Un amour aussi insolite qu’inattendu le frappe comme la foudre, menaçant la paix familiale et l’obligeant à remettre en cause tout ce qu’il croyait acquis.
Dans son propre « clan » – où l’argent du puissant Joseph dicte sa loi – les intérêts prennent le pas sur les sentiments et c’est dans le drame que frères et soeurs dénouent ambitions et conflits.
C’est alors que surgit la Seconde Guerre mondiale. Tandis qu’Adolf Hitler humilie notre pays, les Français, eux, rivalisent de trahisons et de lâchetés.
Quel choix fera Laurent Pasquier entre la résistance à l’ennemi ou la compromission avec Pétain ? Son amour tout neuf sera-t-il celui de la déchéance ou de la rédemption ? Le clan Pasquier saura-t-il à nouveau surmonter ses divisions ?
 
Voici entonné par Jérôme Duhamel, journaliste et écrivain - le grand air de la nostalgie. 250 sujets qui nous parlent d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Un grand inventaire des ratés et des stupidités du monde d'aujourd'hui. Autant d'exemples du passé non pour se lamenter, mais pour en tirer les leçons, y trouver des modèles et regarder l'avenir en face. Margot est fille de seigneur
 
La Shoah en Belgique
Le 10 mai 1940, les troupes allemandes envahissaient la Belgique ; en septembre 1944, elles quittaient le pays. Au cours de l'Occupation, 25 000 Juifs sont arrêtés et déportés à Auschwitz. Comment l'occupant allemand a-t-il réussi à s'attaquer à la population juive en ne rencontrant pratiquement aucun obstacle ? Comment les citoyens juifs ont-ils réagi? Comment la Shoah a-t-elle été concrètement organisée ? Insa Meinen s'appuie sur des sources inédites provenant d'archives allemandes, belges et françaises pour analyser les multiples rouages de l'appareil nazi et la responsabilité décisive des autorités militaires allemandes dans la "solution finale". L'auteur examine également la question de l'implication des autorités belges et met en valeur la résistance massive des Juifs et leurs stratégies de survie face à l'oppression. Premier ouvrage de référence d'un historien allemand consacré à la déportation et à la persécution des Juifs de Belgique, cette monographie contribue par son propos clair et innovant à la compréhension de la tragédie qu'ils vécurent.
 
Insa Meinen, née en 1963, est professeur d'histoire à l'Université d'Oldenburg et collaboratrice scientifique à l'Université libre de Bruxelles (CIERL-ULB). Elle a publié "Wehrmacht et prostitution sous l'Occupation" (Paris, 2006) et de nombreux articles sur la persécution des Juifs en Belgique occupée.
 
Revue témoigner n113 / les tabous de l'histoire allemande
Les périodes les plus douloureuses ou les plus ambiguës de l’histoire allemande du XXe siècle sont caractérisées par de nombreux tabous que la littérature, la photographie et le cinéma ont exprimés comme autant de « retours du refoulé ». Ces études sont, d’une part, centrées sur les problèmes de l’antisémitisme et, ce faisant, sur les rapports des sociétés germanophones à la Shoah. D’autre part, il est question de la confrontation aux violences subies telles que les bombardements, la fuite devant l’armée rouge et les expulsions, les viols massifs
 
Je savais qu'en Europe on ne tire pas sur les gens. Itinéraire d'un réfugié afghan
Ce témoignage inédit est le récit de cette épreuve initiatique, qui est d'abord un formidable défi personnel. Et puis il y a l'émerveillement, la stupeur et l'ironie devant les réalités d'une société d'accueil dont la langue, les moeurs, les coutumes et les codes, qu'il s'approprie peu à peu, sont pour lui d'une totale étrangeté.
 
Mortaza Jami est né en 1985 à Kaboul. Il est arrivé en France en 2008, et a obtenu le statut de réfugié politique en 2012.
L'auteur, après avoir grandi entre Kaboul et Mazâr-e Charif, a été amené, par les hasards de la vie, jusqu'au Pakistan et en Inde. Son destin bascule le jour où il se trouve en butte à une fatwa pour avoir monté une société de commerce par Internet. Il évoque son voyage à travers les montagnes du Kurdistan, la Turquie, la mer Egée, l'Adriatique, les Alpes, avant d'arriver en France.
Fils d'un commerçant de Kaboul, Mortaza Jami a passé son enfance entre l'Iran et l'Afghanistan, au gré de l'avance des talibans et des rivalités interreligieuses qui ont bouleversé la région depuis l'invasion soviétique de 1979. En 2008, victime d'une fatwa et sous le coup d'un mandat d'arrêt, il décide de quitter son pays et de gagner l'Europe.
 
Gusse
Manuscrit oublié de François Barberousse, ce troisième roman aurait dû être publié en 1938-1939 chez Gallimard. Il ne paraîtra pas, l'éditeur y trouvant un ton pacifiste peu en phase avec les événements qui vont précipiter la France dans la Seconde Guerre mondiale.
Aujourd'hui, les éditions Marivole ont jugé bon de faire entendre cette voix chargée de conviction car c'est certainement le roman le plus abouti, le plus fouillé, le plus construit de ce grand romancier : une écriture simple et précise, qui dit les choses crument quand il le faut, mais qui sait tout autant décrire avec justesse le parfum d'une terre ou la drôlerie d'une situation.
La guerre 1914-1918 décime un village entre Sologne et Berry. Des jeunes gens meurent en pleine force de l'âge, des amis, des copains ne sont plus que des croix alignées au cimetière ou de simples noms sur la stèle du monument aux Morts.
Pourquoi Gusse s'est-il confié au Glaude lors de sa dernière permission. Comment est-il mort ? A quelle date ? Quelles en sont les vraies raisons ?... François Barberousse avec son talent habituel nous entraîne dans un village solognot comme beaucoup de villages avec ses gens de la terre qui vivent au rythme des saisons, qui travaillent dur, qui habitent la nature qui les entoure... dans un style sans affectation aucune et une écriture resserrée qui retiennent l'attention.
Gusse, le héros du roman, est soldat pendant la Grande Guerre. Pour autant, le roman ne peint en rien la guerre elle-même. Il décrit le désespoir d'un jeune homme qui constate que la communauté paysanne qu'il aimait se délite au fil des années de conflit. Chaque permission est pour lui l'occasion de constater que le monde paysan est profondément blessé dans ses usages, dans ses valeurs. « L'âge d'or » des campagnes françaises (ainsi a-t-on pu nommer la période des années 1880-1900) a bien disparu. Bien qu'éloignée du front, la Sologne et sa ruralité profonde ne sont donc pas à l'abri des changements. Et tout l'art de ce roman est de savoir les peindre avec force et avec tact. Les villes vivent aussi cela. Mais elles bénéficient d'un dynamisme qui masque les mutations sociales et l'émergence de nouvelles mentalités sous les traits d'une modernité qui peut paraître attrayante. Il n'en va pas de même pour les campagnes qui, dès lors, peuvent apparaître comme les grandes perdantes de la guerre.
 
François Barberousse est né en 1900 à Brinon-sur-Sauldre, et mort en 1979. Cet écrivain français fut un des auteurs phares de la collection NRF de Gallimard de 1935 à 1938. On lui promettait un brillant avenir. Contre toute attente, ce héros de la Résistance décida irrémédiablement de renoncer à l'écriture. Après le recueil de nouvelles Épis de glane édité par CPE au printemps 2012, le troisième roman de François Barberousse sort de l'oubli, 75 ans après son écriture.
 
Solitudes australes - Chronique de la cabane retrouvée
Lorsque David Lefèvre se retire seul dans une cabane au coeur de l’île de Chiloé, au Chili, son projet est simple : vivre une existence frugale et authentique, en harmonie avec les éléments. Au fil des saisons, il s’ancre entre lac et forêt, travaille la terre et retrouve le goût des tâches manuelles, de la pêche à la cueillette en passant par la charpenterie. Entre deux corvées de bois, le voyageur devenu sédentaire s’interroge sur son rapport au monde. Et si le bonheur consistait à se contenter de l’essentiel, en marge de la société consumériste ? La beauté et l’intensité de la vie sauvage deviennent une source inépuisable d’émerveillement. Le temps qui s’égrène, plus dense, consacre chaque geste, et de la solitude jaillit une ivresse qui demeure. Le récit de cette expérience, dans la pure tradition du nature-writing, est à la fois un hymne au Grand Dehors et une envoûtante méditation intérieure.
 
Né en 1973, David Lefèvrea posé son sac après une décennie de voyages pour se consacrer à l’écriture. Il est aussi l’auteur de Aux quatre vents de la Patagonie, En route pour la Terre de Feu (Transboréal, coll. « Sillages », 2012).
 
 Chaos brûlant
Chaos brûlant, c’est la chronique tragi-comique de la démesure sexuelle, médiatique, politique et économique du monde d'aujourd'hui, telle qu’elle éclata dans toute sa virulence au cours de l’invraisemblable été 2011.
Cette aliénation universelle, dont l’affaire DSK est l’un des révélateurs, il était logique de l’envisager depuis le cœur du Manhattan Psychiatric Center, à New York, où quelques schizophrènes surdoués, devisant devant la télévision, YouTube, ou Twitter, commentent avec une joie cruelle les événements les plus délirants de notre époque.
 
Stéphane Zagdanski est né à Paris en 1963. Il est l’auteur d’une quinzaine de romans et d’essais, dont Les intérêts du temps (Gallimard, 1996), Pauvre de Gaulle ! (Pauvert, 2000) et Debord ou La diffraction du temps (Gallimard, 2008).Chaos brûlant est le premier ouvrage qu'il publie au Seuil.
 
 Géographie de la bêtise
et, chez le même éditeur,
 
Lorsque Pierrot décide de créer une communauté d''imbéciles' dans laquelle lui et ses semblables pourront vivre en paix, sans plus avoir à souffrir d'ostracisme, lorsqu'il fonde, loin de tout, ce 'village des idiots', il ignore qu'ils seront si nombreux à le rejoindre. Bastien, le narrateur, fait partie des dizaines d'appelés que Pierrot va réunir, au terme d'un tour de France ébouriffant. Bastien a 22 ans.
Vingt-deux années durant lesquelles sa mère, irascible, violente, lui a quotidiennement martelé que sa valeur n'atteignait pas celle d'un homme ordinaire. Le village lui offre une chance d'avoir enfin une vraie famille, d'obtenir un passeport pour le bonheur. Mais ce bonheur fait des envieux et, bientôt, ce paradis terrestre miniature finit par attirer des hommes et des femmes qui n'ont rien à y faire.
Des malheureux, pour la plupart, qui tentent de s'y faire admettre en jouant les imbéciles. Face à cette menace, Pierrot impose désormais à chaque nouvel arrivant un examen très spécial, un test de QI inversé, diablement efficace, mais que Bastien trafiquera afin que puisse entrer au village et dans sa vie Elisa, une jeune femme dont il est tombé amoureux. Dans la chambre d' hôpital d'où il relate la grandeur et la décadence du village des idiots, Bastien reste obsédé par Elisa et, malgré un corps qui ne répond plus, malgré la douleur et la culpabilité qui le rongent, il fera tout pour la retrouver une ultime fois.
 
Après des études de lettres, Max Monnehay entre au cours Florent. Elle le quitte rapidement pour se consacrer à la littérature. En 2006, à l'âge de 25 ans, elle publie son premier roman Corpus Christine pour lequel on la compare déjà à Amélie Nothomb. Elle revient en 2012 avec Géographie de la bêtise publié au Seuil
 
 Le papillon voyageur
Chaque année, les papillons monarques partent du Canada début septembre, traversent les États-Unis et arrivent début mars au Mexique pour y passer l'hiver, après un périple de 4000 km.
Dans cet album magnifique, l'artiste Susumu Shingu, retrace la migration exceptionnelle de ces papillons voyageurs.
 
 Contes de la rue Broca : l'intégrale
et, chez le même éditeur
 
Les Contes de la rue Broca sont une anthologie de contes de fées écrits par Pierre Gripari et illustrés par Claude Lapointe, publiés pour la première fois aux éditions de la Table Ronde en 1967 puis réédités chez Grasset-Jeunesse.
Les Contes de la rue Broca regroupent treize récits, chaque histoire commençant rue Broca chez l'épicier Saïd, dont les enfants jouent dans la boutique et guettent les visites de Monsieur Pierre, un client fidèle qui connaît des dizaines d'histoires. Quatre heures de pur bonheur.
 
 Panorama du voyage (1780-1920) : Mots, figures, pratiques
En un peu plus d'un siècle, entre 1780 et 1920, le voyageur s'est métamorphosé. Les savants et les curieux de l'âge classique, gênés par les difficultés du déplacement et convaincus de la nécessité de partir pour connaître, se sont progressivement effacés. À leur place sont apparus des individus d'abord soucieux de jouissances sensibles et n'imaginant pas toujours que le voyage soit le meilleur moyen de faire avancer la science. Les raisons de ce changement sont multiples : techniques, politiques, industrielles, sociales et, peut-être avant tout, culturelles. Car une pratique originale du monde finit par tout emporter : celle que résume la figure du touriste, ses innombrables avatars (alpiniste, aventurier, baigneur, curieux, excursionniste, flâneur, globe-trotter, plaisancier, plaisirain, poète, sportsman, vélocipédiste, villégiateur) et son lot de déceptions inévitables. Tombouctou, c'était donc cette ville triste et pauvre où, dit René Caillié, on n'entend pas le chant d'un seul oiseau. Bien d'autres, qui n'allèrent pas si loin, pensèrent alors semblablement.
Fort d'une méthode originale, Panorama du voyage propose, pour une époque cruciale, un inventaire passionnant de la totalité des façons de pratiquer et de se représenter le voyage
Maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
 
Sylvain Venayre a publié quelques livres sur l'histoire culturelle du voyage, dont La Gloire de l'aventure. Genèse d'une mystique moderne. 1850-1940 (Paris, Aubier, coll.
 
 Le Chat, tome 17 : Le chat erectus
Jeux de mots, sentences, pensées, aphorismes et nonsenseà répétition : le Chat est de retour ! Créé par Philippe Geluck en 1983 dans les pages du grand quotidien belge Le Soir, cet irrésistible personnage de félin cravaté est vite devenu l’un des héros les plus populaires de la bande dessinée francophone. En seize albums et des milliers de gags, tour à tour profond, provocateur, philosophe ou délirant, mais toujours drôlissime, l’équipage Geluck / Le Chat n’a jamais cessé de surprendre son très vaste public. Aucune raison que cela cesse, donc, mais en revanche toutes les meilleures raisons de célébrer ce Chat Erectus, dix-septième du nom.
Chic, revoilà le Chat !
 
Mine(t) de rien, deux ans se sont écoulés depuis la sortie du dernier Le Chat (deux longues années, heureusement entrecoupées par un remarquable Geluck enfonce le clou, mais deux ans quand même !)
Que les geluckophiles se réjouissent : Le Chat 2012 est un très grand cru, les années semblant (encore) bonifier les deux compères.
Le matou mutin et matois est de retour avec tambour, trompette ET gourdin dans son 17e opus sobrement intitulé Le Chat Erectus.

1. Le titre de ce nouvel album est exemplaire car depuis ses origines, Le Chat n'a cessé d'évoluer. Non seulement Geluck l'a rendu bipède, mais il lui a donné la raison, la parole et l'autodérision. Armé de ces outils, Le Chat n'a eu de cesse, au cours de ses métamorphoses, d'affiner son verbe et sa pensée pour nous asséner nos quatre vérités, et d'appuyer là où ça faisait mal en provoquant d'irrépressibles
hilarités.

2. Peu de gens arrivent comme Le Chat à nous faire autant de reproches en nous faisant autant marrer. Car c'est bien de nous dont il nous parle, même lorsqu'il fustige les imbéciles. Et si dans ce cas précis nous reconnaissons plus souvent notre voisin que nous-mêmes, n'oublions jamais que celui qui a un voisin est lui aussi le voisin de son voisin.

3. Autre nouveauté de ce Chat Erectus : les dessins d'actualité.
Depuis 3 décennies, Geluck et son alter ego, même s'ils traitaient surtout des grands thèmes universels, se sont mis, au fil du temps, à égratigner l'actualité politique à leur façon si particulière. Et c'est donc avec beaucoup d'émotion que nous annonçons que Benoît XVI, Nicolas Sarkozy et DSK font leur entrée dans cette édition enrichie (comme l'auteur a récemment fait la sienne dans le Robert et le Petit Larousse).

4. La surprise du chef est sans conteste le coffret cadeau de ce Chat des cavernes.
À l'occasion de la sortie en DVD de la première saison du dessin animé chez Studio Canal, les éditions Casterman ont réalisé un splendide objet qui se retrouvera au pied de nombreux sapins de ce Noël 2012.
Jugez plutôt : Le Chat Erectus + Le Chat Sapiens (l'album XVII bis totalement inédit) + le double DVD de la première saison contenant plus de 6 heures de programmes, le tout dans un luxueux coffret illustré par l'auteur. Attention, le tirage étant limité, il n'y en aura que pour les plus prévoyants.
 

- Copyright © sefarad.org - 1997 - 2017

Retour au site sefarad.org -